Mont Joly (2525m) par la crête du Bécrey

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
1100m
Durée :
1 jour

L'itinéraire le plus direct pour monter au Mont Joly par son versant ouest... Pour amateurs de montées "dré dans l'pentu" hors sentiers... Les terrains étant un peu moins raides, elle reste parfois praticable lorsque la crête du Véleray n'est plus en conditions. – Auteur :

Accès

Ugine ou Sallanches - Megève - Mont d’Arbois - Route du Planay, petit parking au terminus.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

  • Altitude départ : 1439m.
  • Altitude sommet : 2525m.
  • Durée : 5h.
  • Carte : IGN TOP25 3531 OT Megève - Col des Aravis

Période

Praticable en conditions estivales par bonne visibilité. Envisageable en conditions hivernales, mais des pentes assez raides rendent la progression plutôt difficile, une bonne neige bien stable étant nécessaire.

Difficulté

Le cheminement se fait hors sentier, mais l’itinéraire est évident par bonne visibilité. En terrain humide ou en cas de neige, certaines sections raides peuvent devenir un peu délicates. Le retour peut se faire plus facilement par le Mont Géroux ou les pistes de ski.

Itinéraire

Depuis le Planay, continuer la piste vers l’est puis bifurquer vers le nord sur le chemin en direction des chalets de Hermance. Après la première raide montée, lorsque le chemin traverse horizontalement un alpage, quitter le chemin et remonter cet alpage droit dans la pente. On aboutit à une partie boisée qui est facilement traversée, la forêt n’étant pas trop dense ou broussailleuse.

Au-dessus, le terrain se dégage sur une large crête que l’on remonte au mieux, en évitant les zones trop broussailleuses (rhododindrons). Quelques vagues traces facilitent la tâche. Toute la crête est visible jusqu’au sommet, et l’itinéraire est évident. Quelques ressauts un peu plus raides ponctuent la crête, qui se négocient facilement par bonnes conditions. Les broussailles font place à l’herbe, puis à une section rocailleuse dans la pente sommitale, avec un petit ressaut raide pouvant nécessiter un petit peu l’usage des mains. On rejoint la crête, puis le sommet marqué de ses antennes. Superbe vue sur tous les versants, en particulier vers l’est sur le sud du massif du Mont Blanc, joliment éclairé par le soleil l’après-midi.

La descente peut s’effectuer par le même itinéraire. Beaucoup préfèreront parcourir une boucle en redescendant par le Mont Géroux en direction du pavillon du Mont Joly, histoire de profiter un peu plus de la vue sur le Mont Blanc. Par mauvaises conditions, on peut également utiliser la piste de ski. La descente se poursuit ensuite dans la combe vers les chalets de Hermance, puis par le chemin précédamment quitté vers le point de départ.

Détail de la sortie du 7 novembre 2013

Une belle journée, avec un ciel à peine encombré de quelques strates nuageuses vers 2400m... La neige, ayant bien saupoudré les pentes au dessus de 2000m, commence à limiter les options pour les randos en mode "été"... J’avais besoin d’un sommet suffisament élevé pour espérer passer au-dessus de la couche nuageuse, mais suffisament débonnaire pour que la neige ne soit pas un problème, et suffisament accessible pour un départ vers midi... On se fait un petit coucher de soleil au Mont Joly ?

Petite hésitation au départ... De visu, la neige est effectivement bien là, et je ne voulais pas risquer de buter dans les raides pentes de la crête du Véleray... On va donc tenter par la crête du Bécrey, tout droit en direction du sommet...

La montée s’est faite en 3h sans trop de problèmes, si ce n’est la neige qui rend la progression un peu fatiguante... Dans la partie basse de la crête, elle recouvre les broussailles, et on peut s’enfoncer profond si on ne pose pas les pieds aux bons endroits... Quelques traces de bouquetins facilitent la progression... Plus haut sur la crête, on s’enfonce aussi dans quelques congères. Finalement, sous le sommet, la neige est dure par endroits, et demande quelques précautions... Mais le sommet est atteint, et la vue est magnifique...

La strate nuageuse s’est progressivement dissippée, laissant place à un ciel zébré de voiles élevés recouvrant un air transparent... On voit très loin, jusqu’à voir clairement, tout au fond, la silhouette du Moucherotte si familière aux grenoblois... Et de l’autre côté, la masse du Mont Blanc tout proche, et de ses glaciers étincelants, nous écrase... 1h30 au sommet à profiter du spectacle...

Le soleil descend, et c’est aussi pour moi l’heure de descendre... Les voiles nuageux se sont faits denses, bloquant les couleurs du soir... On va descendre par le Mont Géroux, histoire de prolonger la vue sur le Mont Blanc dans l’espoir de voir un éventuel "rallumage" du crépuscule...

La descente du Mont Géroux fut particulièrement pénible, s’enfonçant dans de profondes congères recouvrant les creux entres rochers et touffes d’herbe le long de la crête... Si j’avais choisi de monter par là, j’aurais certainement signé le but !

Mais, c’est arrivé au pavillon du Mont Joly que le "rallumage" s’est produit : Le soleil, passé sous les voiles nuageux et déjà couché à mes yeux, enflamma subitement le sommet du Mont Blanc d’un superbe rouge vif... Et de l’autre côté au dessus des Aravis, une superbe mer de nuages "à l’envers" éclairée par dessous d’un orange vif, spectacle uniquement possible du fait de la rondeur de la Terre...

Cette explosion de couleurs est hélas éphémère, et on reprend la descente dans le soir tombant... On sortira la frontale pour descendre le chemin en forêt... Arrivée en bas vers 18h...

Dernière modification : 16 mai 2018
Mont Joly (2525m) par le Leutellet

A propos

Auteur de ce topo :

Des paysages sauvages, même si il faut marcher loin... Des panoramas grandioses, même si il faut grimper haut... Des couchers de soleil colorés, même si il faut redescendre tard...

Topo publié le 9 novembre 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !