Pic de la Buffe d’en Haut (2933m) et Pic du Mas de la Grave (3020m), grande boucle par les crêtes

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
2100m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

La boucle "royale" pour l'ascension du Pic du Mas de la Grave, presque entièrement sur une longue ligne de crêtes autour du vallon du Gâ... Entre de larges pentes herbeuses colonisées par les moutons, et des arêtes minérales d'altitude entre ciel et terre... Panorama garanti tout le long... Vous ne croiserez pas grand-monde sur cette grande boucle sauvage. Mais du haut de ses glaciers, le Grand Pic de la Meije vous surveille...

Accès

Bourg-d’Oisans - La Grave - Le Chazelet, parking des remontées mécaniques.

Itinéraire

  • Altitude départ : 1735m.
  • Altitude sommet : 2933m (Pic de la Buffe d’en Haut), 3020m (Pic du Mas de la Grave).
  • Durée : 12h.
  • Carte : IGN TOP25 3435ET Valloire - Aiguilles d’Arves - Col du Galibier.

Période

Praticable en conditions estivales dès que la neige a libéré les quelques passages raides de la crête. On attendra en général mi-juin pour que la neige fonde suffisamment, mais la présence de névés n’est en général pas trop problématique si les ressauts techniques de la crête sont secs. Pourrait être envisagé à skis, l’hiver, avec quelques variantes.

Difficulté

Bien qu’hors sentier sur une grande partie du parcours, l’itinéraire est évident, et ne pose pas de problèmes par bonne visibilité. Le terrain est très "roulant" tout le long, sauf sur quelques sections, tel que l’arête ouest du pic de la Buffe d’en Haut, ainsi que l’arête entre la cime de la Recoude et le pic du Mas de la Grave. On y trouve des chaos rocheux, quelques passages de terres schisteuses raides (terrain sec souhaitable), ainsi que deux courts passages à grimper sur l’arête est du pic du Mas de la Grave. L’itinéraire est globalement peu exposé.

La principale difficulté viendra de la longueur de cette boucle d’une trentaine de kilomètres, ainsi que du dénivelé cumulé de ce parcours en dents de scie.

Pas d’eau utilisable sur tout le parcours. Emportez vos provisions...

Parcours

Montée au pic de la Buffe d’en Haut, 4h

Depuis le Chazelet, poursuivre la piste partant dans le vallon du Gâ. Sitôt traversé le premier pont (pont du Pertus), quitter le chemin et monter à vue dans les grandes pentes herbeuses à droite du hameau du Rivet du Pied, en évitant d’éventuelles clôtures à moutons. Contournant par la droite une première barre rocheuse dominant le hameau, franchir un petit ressaut raide par une faiblesse.

La suite consiste tout simplement à suivre au mieux la large et débonnaire crête herbeuse qui fait suite, en s’aidant éventuellement des sentes à moutons. Déjà, le paysage s’ouvre de tous les côtés, mais on oubliera pas de regarder où on met les pieds, car les edelweiss se comptent par centaines...

Un court ressaut caillouteux un peu pénible permet d’atteindre une première proéminence, la Petite Buffe. Derrière, la crête se poursuit, plus étroite et minérale. On la poursuit sans difficultés de bosse en bosse, jusqu’à la dernière, défendue par une pente gravillonneuse raide, le Pic de la Buffe d’en Haut. Le paysage s’ouvre de manière spectaculaire sur le versant Maurienne, avec une vue plongeante sur le vallon de Val Froide.

Traversée vers le pic du Mas de la Grave, 3h30

Si vous ne croisiez déjà pas grand-monde sur la montée, vous ne croiserez personne sur la traversée...

Descendre la raide arête ouest en suivant le fil. Le début est un peu difficile à cause du sol de terre schisteuse assez glissant. Plus bas, après avoir franchi quelques petits gendarmes terreux, la crête se fait confortable et remonte vers une proéminence, avant de redescendre par de larges pentes lunaires vers le col de l’Infernet. L’orientation peut y être délicate dans le brouillard.

Remonter à vue les pentes vers le nord-ouest. Au sommet de la large crête, poursuivre vers le sud les crêtes sur la Cime de la Recoude. Le terrain rocheux se fait moins confortable. Descendre à l’ouest vers un collet (basse sud de la Recoude) par quelques ressauts raides mais faciles.

Remonter vers l’ouest le fil de la crête du pic du Mas de la Grave. Vers le milieu, une petite dalle se franchit par un pas facile. La pente qui y fait suite est plus raide et malcommode, avec des plaques rocheuses souvent déscellées sur un sol de terre assez glissant. Un amas de grosses plaques doit être grimpé légèrement par la droite pour pouvoir redescendre le ressaut derrière. Enfin, l’arête débouche facilement au sommet. Panorama exceptionnel de tous les côtés.

On notera qu’il est possible d’éviter l’arête en montant à gauche la combe de pierriers en direction de l’antécime sud. C’est plus facile en cas de mauvaises conditions, mais assez pénible.

Descente, 4h30

Descendre la crête sud vers l’antécime, puis la bonne trace en laçets longeant plus ou moins la crête en direction de l’Agnélé. On abandonne le terrain minéral pour de beaux gazons et on atteint les ruines du chalet de Rachas, point bas de la crête.

Ceux qui en ont plein les pattes et veulent faire court pourront prendre le chemin descendant vers la baraque de la Buffe, puis suivre la longue piste en fond de vallon en direction du Chazelet, économisant 350m de dénivelé et 1h30 de marche, mais c’est peu intéressant.

Ceux qui voudront terminer la boucle par les crêtes suivront tout d’abord un sentier le long du ruisseau de Rachas, le traverseront, puis aborderont hors sentier (quelques traces) la large crête herbeuse du Gros Têt (2613m). Belle vue sur le plateau d’Emparis.

La descente se fait vers le sud-est le long de la crête, en suivant le rebord oriental du plateau. Après quelques larges pentes et replats, on aboutit au GR54 qui descend en lacets vers le Chazelet.

Détail de la sortie du 7 septembre 2014

Encore une belle journée de grand beau inespérée, propice à poursuivre le rattrapage d’un été maussade... Cette boucle esthétique me trottait dans la tête depuis un certain temps, et j’attendais la journée où une bonne visibilité me permettrait de profiter du panorama, principal intérêt de ce parcours de crêtes...

Départ du Chazelet vers 8h30 du matin. L’atmosphère est claire, très peu brumeuse, et dès le départ on profite de la vue sitôt qu’on commence à s’élever dans les pentes herbeuses... L’herbe est encore assez verte, même si les pentes commencent à prendre les reflets jaunâtres de l’automne qui s’approche...

Longue remontée de la crête, bien herbeuse au début, peu fleurie en cette saison, si ce n’est des edelweiss qu’on trouve absolument partout ici... Belle vue sur les vallons de part et d’autre, avec quelques troupeaux de moutons s’étalant au loin tels des colonies de bactéries...

La crête se fait minérale, et le lieu est vraiment sauvage... C’est visiblement très peu fréquenté, et les seules traces visibles sont celles des moutons, qui visiblement s’aventurent aussi vers ces altitudes minérales...

Pic de la Buffe d’en Haut vers 12h30. Au nord, le panorama versant Maurienne m’explose à la figure, alors qu’à l’est, les Aiguilles d’Arves montrent leur versant austère. Au sud, les débonnaires vallons verdoyants sont terminés au fond par l’étincelante barrière des Écrins, et à l’ouest se profilent les crêtes minérales de la suite du parcours...

Descente de l’arête ouest, un peu scabreuse sur les premiers mètres à cause de sa raideur. Mais on s’habitue rapidement à ce terrain de terres schisteuses assez particulier. Puis, c’est reparti sur un sol très agréable en direction des étendues lunaires du col de l’Infernet, juste adoucies par les bêlements de moutons sur les pentes herbeuses un peu plus bas...

Montée vers la cime de la Recoude, alors que le ciel se remplit de petits cumulus décoratifs. Le terrain devient pierreux et moins commode, et il faut maintenant redescendre vers le collet me séparant du pic du Mas de la Grave par quelques raides ressauts finalement pas trop difficiles, les roches schisteuses brisées offrant de nombreuses prises...

Remontée de l’arête est du pic du Mas de la Grave... C’est plus long que ça en a l’air, et assez pénible dans la partie centrale à cause de la raideur, sur un sol terreux un peu glissant recouvert de plaques schisteuses pas toujours stables. Un petit ressaut, abordé du mauvais côté, me ralentira un peu... Et finalement le sommet est atteint, avec sa superbe vue, malgré les cumulus qui font de plus en plus d’ombre... Grande pause casse-croûte, et rencontre avec les premiers humains de la journée...

16h, c’est parti pour la longue descente, très agréable dans les pentes ensoleillées. Alors que j’anticipais que le vallon du Gâ allait plonger dans l’ombre, rendant son long chemin en fond de vallée encore plus monotone, je choisis de "remettre la machine en route" et de remonter les 350m de pentes herbeuses vers le Gros Têt, histoire de prolonger la vision panoramique sur les étendues herbeuses du plateau d’Emparis baignées par les couleurs chaudes du soleil descendant. Je passerai un bon moment au sommet à contempler le paysage aux belles couleurs, alors que devant moi, la Meije prend des teintes dorées...

Descente tranquille le long de la crête vallonnée... Le soleil se couche alors que l’on plonge dans les grandes pentes descendant vers le Chazelet... Retour vers 20h30, bien content de ce long périple...

Dernière modification : 15 septembre 2018
Pic du Mas de la Grave (3020m) par le Chazelet

La carte du topo « Pic de la Buffe d’en Haut (2933m) et Pic du Mas de la Grave (3020m), grande boucle par les crêtes »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Photos « Pic de la Buffe d’en Haut (2933m) et Pic du Mas de la Grave (3020m), grande boucle par les crêtes »

Le Chazelet au petit matin, face au Pic du Mas de la Grave. La croupe herbeuse que l’on va remonter. On s’élève au dessus du vallon... Le long vallon du Gâ. La suite de la crête se dévoile... Regard arrière depuis le sommet de la Petite Buffe. Regard vers l’Aiguille du Goléon. Vue sur le haut vallon du Gâ, avec au fond les Grandes Rousses. Regard arrière vers la Meije. La crête minérale à suivre jusqu’au Pic de la Grande Buffe. Regard vers le Pic du Mas de la Grave et les Grandes Rousses. Long parcours de crêtes... Les Aiguilles d’Arves se dévoilent... Depuis le pic sud, le pic nord de la Buffe d’en Haut. La crête minérale... Au sommet du Pic de la Buffe d’en Haut. Vue spectaculaire sur Val Froide... La crête suivie, sur fond de glaciers des Écrins... Vue sur le haut vallon du Gâ, dominé par les crêtes du Gros Têt, chemin de retour. Plongée le long de la raide arête ouest... La suite du parcours de crêtes jusqu’au Pic du Mas de la Grave... Regard arrière sur le Pic de la Buffe d’en Haut et son arête ouest. Au loin, le Mont Blanc. Les plaines lunaires du col de l’Infernet... Le vallon de Val Froide, sous les crêtes herbeuses du Gros Crey. Regard vers Roche Courbe. En montant vers la cime de la Recoude, vue sur les aiguilles d’Arves et celles de la Saussaz. Vue sur les crêtes entre Roche Courbe et la Cime des Torches. Vue sur le vallon de Tirequeue, face aux Grandes Rousses. Les crêtes à parcourir entre la Cime de la Recoude et le Pic du Mas de la Grave. Vue arrière sur le col de l’Infernet et les crêtes parcourues. Vue sur la Cime des Torches dominant le vallon de Tirequeue. La raide arête est du Pic du Mas de la Grave... Regard arrière sur la raide descente de la Cime de la Recoude. La principale difficulté à franchir de l’arête... Arrivée au sommet. Vue sur les vallons de la Vallette. Vue sur la Cime de la Recoude et les vallons du versant Maurienne. Vue vers le col des Prés Nouveaux et la vallée de l’Arvan. Descente de la crête sud en direction de l’antécime. Regard vers le Pic de la Buffe d’en Haut, avec derrière les aiguilles d’Arves et de la Saussaz. Regard arrière sur le sommet depuis l’antécime. Sur le chemin de descente, face à la Tête du Vallon. Vue sur le long vallon du Gâ. Descente sur le vaste plateau d’Emparis... Regard vers les Grandes Rousses. Retour dans la verdure du plateau d’Emparis... Le vallon du Gâ, dominé par la Meije. Regard arrière vers le sommet. Les moutons, omniprésents l’été... Les vallons verdoyants d’Emparis, face au Gros Têt. Regard arrière vers la Tête du Vallon. En remontant au Gros Têt, vue sur le Pic du Mas de la Grave. Vue sur le vallon du Rif Tort, ambiance Asie Centrale... Au sommet du Gros Têt... La longue crête herbeuse à descendre... Les couleurs rousses de l’automne qui s’annonce... Descente face à la Meije... Regard vers le col du Lautaret... Couleurs du crépuscule... Descente sur le Chazelet... Le Grand Pic de la Meije, seigneur des lieux... Regard dans le vallon du Gâ, face à la crête parcourue plus tôt... Retour au Chazelet.