Le Roc de la Tournette (1847m) par la Chèvrerie

Difficulté :
Alpinisme PD
Dénivelé :
800m
Durée :
demi-journée

Un sommet méconnu qui s'atteint par une traversée d'arête vraiment esthétique et très aérienne. – Auteur :

Accès

Rejoindre le lac du Vallon et le Hameau de La Chèvrerie (D 236) en passant par Onnion et Mégevette (D 26).

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route

  • Carte : IGN3429 ET Bonneville Cluses Le Faucigny.
  • Altitude départ : 1111m
  • Altitude sommet : 1847m
  • Temps de parcours : 3 à 4h

Difficulté

La traversée des arêtes est très aérienne et fortement exposée au vide. Le rocher n’est pas toujours solide, aussi faut-il bien vérifier ses prises. La traversée des arête s’apparente à une course PD-. Les rares passages d’escalade ne dépassent pas le III. Le matériel d’escalade (corde, baudrier, sangles) pourra rassurer les personnes les moins à l’aise.

Approche

Du parking, prendre le large chemin qui rejoint presque à plat le Plan des Rasses (1266 m). Peu après, prendre sur la gauche une piste (panneau et marques jaunes). Suivre le raide chemin forestier qui mène au chalet de Chavan (1614 m). Suivre ensuite la direction du Col de Chavan puis, une fois sur le replat au-dessus du refuge, celle du Col de Chavannais (panneau). Redescendre dans une petite combe au pied du Roc de la Tournette et la remonter jusqu’au Col de Chavannais en suivant toujours le marquage jaune.

Traversée des arêtes

Suivre au Nord du col la ligne de crête et rejoindre facilement la Pointe de Chavannais (1851 mètres). Descendre très prudemment dans une brèche entre la Pointe de Chavannais et une grande plaque lisse. Contourner cette plaque par la gauche et monter dessus (III). Descendre des pentes herbeuses derrière celle-ci et poursuivre sur l’arête qui devient aérienne à l’approche d’une dent bien visible.

Contourner la dent par le versant Est en restant une dizaine de mètres sous l’arête. Rejoindre ensuite l’arête qui devient très fine et exposée. Négocier au mieux cette longue traversée sur le fil. L’arête s’élargit ensuite. Suivre des traces de chamois en versant Ouest à quelques mètres de l’arête et rejoindre un ressaut sous le sommet. Contourner celui-ci en versant Est et revenir sur l’arête pour trouver un autre ressaut (III). Rejoindre le sommet en franchissant une dernière brèche ruinée.

La descente se fait par le même itinéraire.

Vidéo

  • Voici le résumé du topo en vidéo.
Dernière modification : 17 mai 2017
Roc d’Enfer (2244m) et Pointe de Chalune (2116m) au départ de la Vallée Verte

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : Mon blog

Passionné de montagne et de sport en général. Je réalise des topo-vidéo sur ma chaîne YT : https://www.youtube.com/user/Randorama74

Topo publié le 17 mai 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (7).
  • par Le 17 mai 2017 à 21h08

    Celle-là je la garde sous le coude !

    Il n’y a pas moyen de descendre du - ou accéder au - sommet depuis le NW pour enchainer une traversée complète ?

  • par Le 18 mai 2017 à 11h21

    Vu du bas, en versant Est, l’arête NW est coupée au milieu par un grand ressaut vertical. A vue de pif ça doit faire 5 mètres de haut voir plus. Je n’ai pas été voir de sur le versant Ouest mais il y a peut-être moyen de passer avec un corde et un partenaire.

  • par Le 1er juin 2017 à 09h03

    Tes vidéos sont un modèle du genre. La traversée de l’arête est extrêmement impressionnante et me rappelle -mais en beaucoup plus longue- l’aiguille de Laye.

  • par Le 1er juin 2017 à 17h56

    Merci pour le compliment.

  • par Pierre-FranckLe 7 août 2017 à 11h59

    Magnifique vidéo ... heu, le monsieur qui filme, il a été cloné avec un bouquetin ou bien ?... Non parce qu’il faut y aller là, quand même...

  • par MaisonvieLe 14 septembre à 23h47

    Merci infiniment Randorama74 pour cette superbe traversée d’arêtes si esthétique, que ce topo très bien fait m’a donné envie de réaliser. Ce fut accompli le 27 août 2018. J’ai particulièrement apprécié l’ambiance sauvage du vallon qui mène au col de Chavannais (où j’ai rencontré une harde de chamois avec cabri) et bien sûr les arêtes. Sur celles-ci, je suis resté le plus possible sur le fil. Ainsi, j’ai évité d’utiliser les sentes de chamois en versant ouest, encore à l’ombre en ce début de matinée et présentant un terrain mouillé et glissant ; de même au retour vers la pointe de Chavannais, j’ai escaladé la dent sur l’arête (cela se fait très bien sans être plus exposé que la longue section sur le fil par laquelle on vient de passer) plutôt que de traverser 10 mètres en-dessous sur des marches étroites garnies de pierraille instable. Je n’en tire aucune vanité particulière, ce qui a suivi m’ayant ramené de manière rugueuse à la nécessaire humilité de toute démarche humaine sur ce genre de terrain. En désescaladant le dernier ressaut avant la pointe de Chavannais, au "verso" de la grande dalle lisse, mon pied a glissé (semelle mouillée ou trop grasse ?) et, alors que je tentais de me rétablir, mon sac m’a déséquilibré, ce qui a fini par me faire lâcher prise. Je me suis retrouvé environ … 1mètre 70 plus bas, en vrac au pied du rocher, sur la selle terreuse qui garnit le fond de la brèche entre ce rocher et son voisin, avec le net sentiment d’être miraculé. Un petit rappel à peu de frais (quelques égratignures et bleus) que sur ce type de course, tout défaut d’attention ou de concentration, tout excès de confiance, peut se payer très cher. Cela n’enlève rien à la beauté de ce parcours. Merci encore pour l’horizon ouvert par ce topo.

  • par Le 15 septembre à 08h16

    @Maisonvie
    Merci. J’avais été très étonné de ne rien trouver sur cette traversée. Pas le moindre topo ou le moindre cr sur le net. La croix et les sentes indiquent pourtant que cela est un minimum parcouru.
    C’est pourtant une traversée parmi les plus belles que l’on puisse trouver dans le coin. Certes ça n’est pas Lanfon ou le Roc des Boeufs mais cet anonymat est surprenant.

  • par MaisonvieLe 17 septembre à 00h16

    @Randorama74
    Je suis bien d’accord : c’est pour moi la plus belle traversée d’arête du Chablais que je connaisse, avec celle du mont Chauffé, que je ne connais que de renom (et qui semble quand même bien plus longue et difficile). La relative brièveté du parcours d’arête dont être nuancée par le fait qu’on fait l’aller-retour, ce qui double la distance et oblige à désecalader les ressauts gravis à l’aller, de loin les plus nombreux. Ce n’est pas la première fois que je remarque que certains sommets ou itinéraires sont complètement ignorés, de manière incompréhensible, mais cela garantit une totale tranquillité quand on se rend dans ces endroits.
    Il faudra que je me penche sur d’autres arêtes dans le massif : celles du mont Ouzon (que tu as parcourues je crois) et celles des Hautforts (je rêve d’une traversée intégrale depuis le col du Fornet, qui peut se faire paraît-il).

  • par Le 17 septembre à 00h39

    Je lorgne aussi sur cette arête E des Hauts-Forts en partant des Mines d’Or, et de mémoire Randorama aussi, on peut rester en contact.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !