Le Roignais (2995m) par l’arête Sud – en circuit

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1350m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Le « seigneur du Beaufortain », comme l’appelle Alain Lutz dans son livre « Randonnées sauvages dans les Alpes du Nord », ne se laisse pas épingler facilement. Une rando sauvage, c’est sûr !...Hors sentier, sur du terrain d’aventure. La vigilance est de rigueur tout au long de ce circuit mais l’exposition n’est jamais excessive.

Accès

Accès voiture :
De Bourg Saint Maurice, prendre la route Du Cormet de Roselend. Bifurquer un peu plus haut sur Les Maisonnettes – Les Echines. Passer les Echines-Dessous. Juste avant les Echines Dessus, dans une épingle, poursuivre tout droit sur une piste, direction Fort de la Platte. Avant le fort, prendre à gauche à une bifurcation et monter le plus haut possible. Je me suis garé à 1790m d’altitude, 2 épingles en contrebas des Chalets du Céré. ( départ de sentier indiqué sur la carte )
On peut monter plus haut en voiture, jusqu’au Céré alt 1852 m ou même jusqu’au Pt coté 1977m après les étables du Chapelet. Après le Céré toutefois, la piste devient de plus en plus chaotique.

Itinéraire

Carte  : IGN Top 25 3532 OT Massif du Beaufortain

Matériel : corde de 30 m ( au cas où…) et piolet

Itinéraire :

Couper à travers prés pour rejoindre les étables du Chapelet. La piste amorce une légère descente après le point 1954 m. Au Point 1977 m, dès que la piste a traversé le ruisseau du Nant, attaquer NW dans la prairie et remonter en pleine pente. Vers 2150, traverser au mieux le ravin du ruisseau provenant de Plovezan. On rejoint un plateau vers 2288 m.

Poursuivre plein Ouest vers le couloir au Nord de la Pointe de Plovezan. Il s’achève en brèche à sa sortie ; c’est l’échancrure la plus basse sur la ligne de crête. Ce couloir paraît très rébarbatif vu du bas. Il est effectivement bien raide mais en prenant son temps, sa remontée n’est pas difficile. Il est herbeux dans sa première moitié, terreux dans la deuxième. Sur le haut, un piolet peut s’avérer utile.
30 à 40 m avant la sortie en crête, virer à droite ( Nord ) pour emprunter une écharpe ascendante plus ou moins herbeuse. Elle donne sur les dalles d’un ruisseau à sec, lessivées par les orages. Le rocher propre adhère bien, les prises sont bonnes. Malheureusement, un ressaut oblige à le quitter. Tirer à gauche vers la bordure amont. On rejoint une bande de marne schisteuse étroite qui borde le pied de la barre. C’est le passage le plus problématique du circuit. Ici, un piolet s’avèrera fort utile pour tailler des marches. Le passage se raidit encore au débouché en crête. Un bloc coincé dans la fracture de sortie n’arrange rien. ( pas de III - cairn posé par mes soins à côté -alt 2730m environ)

Ensuite, il n’y a plus qu’à remonter l’arête, parfois sur le fil, souvent un peu en contrebas, côté Ouest pour contourner des promontoires. Au bout d’un moment, se dessine une très vague sente avec 4 ou 5 cairns placés judicieusement. Provient-elle du même passage que le mien ? Et-ce le débouché d’une voie d’escalade ?
Il faut rester attentif, c’est aérien, le versant Ouest est raide, le versant Est totalement vertical mais ce parcours de crête ne présente aucun passage difficile jusqu’au sommet. ( 2995 m- 3h15 depuis le départ )

Descente :

Versant ouest, descendre directement sous le cairn sommital puis légèrement vers la droite. Une sente plonge vers un col 80 m plus bas. Il ouvre sur le couloir NE ( gros cairn ).

Le couloir conserve souvent un névé, le piolet peut être utile. Il est à 45° sur ses 60 premiers mètres, une zone où il faut assurer ses pas. Plus bas, il est facile mais l’éboulis est particulièrement croulant.
La zone de pierrier une fois franchie, tirer vers le Nord. Vers 2500 m d’altitude, traverser le ruisseau du Nant. S‘installer sur le fil d’une ancienne moraine, parcourue par un sentier. Elle forme le versant Nord du ravin de ce ruisseau. Elle plonge en vagues successives et ramène directement à la piste, au pt coté 1977 m.

Temps global  : 6h15

Remarques :

Je suis d’abord sorti en crête, directement au sommet du couloir de montée. Le parcours de crête semblait débonnaire mais à partir de 2700m, je me suis heurté à des dalles lisses et sans prises. Il m’a fallu rebrousser chemin.
J’avais fait l’impasse sur le piolet. Dommage car il aurait rendu l’ascension vers la crête bien plus confortable.

Dénivelé  : 1350 m annoncés mais j’aurais pu le réduire de 300 m en me garant au plus haut et en trouvant le bon passage du premier coup.

Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « Le Roignais (2995m) par l’arête Sud – en circuit »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Photos « Le Roignais (2995m) par l’arête Sud – en circuit »

Le Roignais L'itinéraire Sur l'arête Sud Sur les crêtes Habitant des lieux l'arete vers le Sud Le Mont Rosset Vue sur Bourg St Maurice Pointe de Combe Neuve Pointe de la Leisette Mont Blanc Combe de la Nova et sa moraine Le couloir NE Couloir NE Couloir NE Le Roignais et son couloir NE Pierrier d'où débouche le couloir NE La moraine de descente Les tarines du Céré Chalets du Céré