Le Sirac (3441m)

Difficulté :
Alpinisme AD
Dénivelé :
1900m
Durée :
2 jours
La carte

Auteurs : , (Avertissements et Droits d'auteur)

C'est le plus méridional des grands sommets du massif des Écrins. Une ascension magnifique et sauvage, typique de cet extraordinaire massif.

Accès

Remonter la Vallée du Valgaudemar jusqu’au petit parking situé juste au-dessous du Chalet hôtel du Gioberney à 1571m d’altitude. Si le parking est plein, on peut aussi se garer plus loin, à celui du Chalet Hôtel.

Précisions sur la difficulté

  • Cotation : AD au plus simple (4b sur le passage de la corde à nœuds puis 3c.
  • AD+ pour la variante du fond du couloir (3 longueurs en 4b dont celle de la corde à nœuds).
  • Engagement : III (longue course avec glacier, escalade soutenue).
  • Longue course de 2 jours à ne surtout pas sous-estimer.
  • Glacier assez raide (40-45° sur le haut, piolet et crampons)
  • La rimaye, elle aussi de difficulté variable
  • Le grand couloir où il faut choisir le meilleur itinéraire possible. Ce n’est pas le Mont Viso : pas de traces à la peinture qu’il suffit de suivre

Les infos essentielles

  • Dénivelée premier jour : 730m - de 1571m à 2271m avec quelques remontées
  • Dénivelée deuxième jour : 1170m - de 2271m à 3441m
  • Carte : IGN TOP25 n°3437 ET

Itinéraire

Le Sirac

  • Isolé au Sud du massif, le Sirac est souvent le premier sommet à subir les orages. Il est impératif de tenir un horaire. Or par nature c’est une course longue. En principe, dans le grand couloir, on ne progresse pas les anneaux à la main.
  • Souvent comparé à l’Olan, certains trouvent ce dernier plus difficile. J’ai trouvé l’Olan un peu moins technique, plus rapide et moins impressionnant. Il est vrai que l’ascension du Sirac se fait dans l’ombre jusqu’à la sortie sur l’arête.

Matériel

  • Tout le matériel habituel pour courses glaciaires
  • Quelques sangles
  • Casque
  • Corde 50m pour un rappel de 25m (ou deux cordes de 50m pour rappel de 50m).

Refuge de Vallonpierre 2271m

  • Montée : 2h30 environ
  • Réservations vivement conseillées
  • Tél. : 04.92.55.27.81

Du parking, prendre le "Sentier du Ministre" ( poteau indicateur) qui commence par une légère descente jusqu’à la passerelle qui franchit le torrent du Gioberney.

Suivre le sentier assez plat. Laisser à gauche, la bifurcation du sentier qui se dirige vers la cabane du Pis. Une passerelle franchit le torrent de la Beaumette.

Plus loin, laisser à gauche le sentier qui monte au refuge de Chabournéou pour descendre vers la Séveraisse, la franchir pour rejoindre le GR 54.

Suivre le GR jusqu’au refuge atteint après avoir remonté une multitude de lacets.

Très beau site, au bord d’un petit lac, avec l’ancien et le nouveau refuge, et la présence imposante du Sirac.

Sommet du Sirac 3440m

  • Montée : de 4 à 5h00

Du refuge, prendre plein Est pour contourner la barre rocheuse bien visible et remonter le Creux de Mourière jusqu’au cône d’éboulis situé bien au-dessous du glacier de Vallonpierre.
La veille, il n’est pas inutile de reconnaitre cette partie de l’itinéraire qui se parcourt à la frontale.

Remonter ces éboulis jusqu’aux dalles grises que l’on remonte facilement et qui atteignent les pierrailles de la délaissée glaciaire du "petit âge de glace". Cette zone retient des névés assez tard selon les années.

Remonter le glacier (40°) en évitant les éventuelles crevasses jusqu’au pied du grand couloir entre le sommet et l’Épaule Sud.

Franchir la rimaye (parfois difficile) en s’aidant de la corde à nœuds qui permet de remonter les premières dalles lisses.

Ces dalles sont apparues avec le retrait du glacier des 2 dernières décennies. Une corde à été mise en place pour les franchir.

Aborder le pierrier par sa rive droite et atteindre le pied du glacier (3100m environ).

Se diriger vers les dalles avec la corde fixe.
Elle est exposée aux chutes de pierres, les gardiennes du refuge vous renseigneront sur l’état de cette corde et sur l’itinéraire en général ce qui évitera trop de recherche. Les cordées revenant très tard de cette course sont nombreuses.

Remonter le grand couloir par les rochers solides de la rive gauche jusqu’à une brèche de l’arête Sud du Sirac.

Attention : la brèche principale du couloir se situe un peu au Nord.

Cette partie de l’ascension est particulièrement impressionnante. Les rochers sont plutôt bons pour les Écrins, mais deviennent mauvais si on s’éloigne un peu de l’itinéraire. Ce couloir, demande plus d’expérience que de virtuosité alpine.

Sur l’arête, traverser vers la brèche principale issue du grand couloir.

Remonter une petite vire terreuse jusqu’à un couloir rocheux qui permet de revenir sur le fil de l’arête. La remonter jusqu’au sommet en se tenant plutôt sur le côté Ouest.

Panorama extraordinaire. Mais comment pourrait-il en aller autrement ?

Variante : couloir intégral

Du 2ème relais, traverser en ascendance à gauche (3c/+) sur 30m puis longer à main gauche dans les dalles sur 5m (3c+, très exposé et glissant) et rejoindre le fond du couloir.

Monter sur 15m au mieux en suivant les fissures et les cheminées en rocher pourri (4a) jusqu’à une partie moins raide où un rocher très solide idéalement placé servira de relais (une belle sangle est placée 7m plus haut mais il faut avoir une corde de 60m minimum pour l’atteindre et faire relais là-haut.

Tirer une autre longueur sur 30m où le rocher est extrêmement pourri (3c croulant !)
Une sangle est présente en haut sur une vire étroite.

La suite est cette fameuse cheminée-fissure de 25-30m : Grimper au fond de cette dernière et atteindre une large brèche en haut (quelques pas en 4b avec le pied en 4c, rocher correct à cet endroit.

On rejoint ainsi l’arête et la voie normale.}

Retour

Par le même itinéraire. Des points de rappels sont existants mais aucun n’est réellement nécessaire, sauf le dernier pour reprendre pied sur le glacier et encore...il est plus utile que nécessaire.

Attention aux pierres posées sur la glace qui tenaient le matin et ne tiennent plus l’après-midi quand le glacier commence à fondre.

Sous le pierrier, dans les premiers mètres ce cette petite combe de pierraille, que l’on pourrait penser tranquille, des pierres peuvent se détacher de la paroi de l’Epaule Sud et arriver soudainement en passant au-dessus des rochers qui nous dominent. Je parle d’expérience vécue.

D’une manière générale le retour est très long avec une arrivée au parking, tard en fin d’après-midi

Dernière modification : 16 mai 2018
Pic de Vallonpierre (2741m)

La carte du topo « Le Sirac (3441m) »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours