Le Tour de l’Ailefroide par les hauts cols.

Difficulté :
Alpinisme
Dénivelé :
4000m
Durée :
3 jours et plus

Le tour du troisième sommet du massif des Écrins. Du hameau d'Ailefroide jusqu'au Pré de Madame Carle et en passant par les refuges du Sélé, de la Pilatte et de Temple-Ecrins attendez vous à en prendre plein les yeux ! Il vous faudra néanmoins une bonne condition physique pour fouler glaciers et cols jusqu'à 3300 mètres. Le quatrième jour sera l'apogée de cette course avec la splendide descente du glacier Noir. Et si vous êtes encore en forme arrivés au Pré de Madame Carle, vous pourrez peut-être enchainer vers le Dôme ou la Barre des Ecrins par le glacier Blanc. Mais cela c'est une autre histoire ! – Auteur :

Accès

Col du Lautaret -> Briançon -> L’argentière La Bessée.
Gap -> Embrun -> Guillestre -> L’argentière La Bessée.

De l’Argentière prendre la D994E direction Vallouise, puis Ailefroide.
Au camping d’Ailefroide trouver un grand parking à gauche.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Note : Pour plus de confort à la fin du circuit, il est souhaitable de laisser une voiture au Pré de Madame Carle le 1er jour. Sinon il faudra ajouter 5 km de descente à faire entre le Pré de Madame Carle et le parking du départ au camping d’Ailefroide.

Circuit réalisé du 24 au 27 juin avec un fort enneigement résiduel au dessus de 2500m.

  • Carte : IGN TOP 25 3436ET

Jour 1

  • D’Ailefroide au refuge du Sélé (2511m) par le vallon de Celse-Nière
  • Temps approximatif : 3h00
  • Dénivelé : 1000m
  • Refuge du Sélé : CAF - 76 places - Réservation au 04 92 50 25 05

Du parking à coté du camping d’Ailefroide, suivre le sentier balisé en direction des refuges du Pelvoux et du Sélé. On démarre sous les mélèzes en longeant le torrent de Celse-Nière en rive gauche. Après avoir laissé une passerelle à gauche filant vers Clapouse, on quitte la végétation vers 1700m pour aborder une zone d’éboulis malcommode par instants.

On continue jusqu’à l’embranchement menant au refuge de Pelvoux en gardant bien la direction du refuge du Sélé (balisage).

Vers 2200m on arrive aux cascades et au verrou fermant l’accès à la haute vallée. Un passage câblé facilite le franchissement du verrou. Il ne reste plus alors qu’un dernier raidillon à surmonter pour accéder au refuge d’où l’on pourra contempler le chemin parcouru et une partie de celui que l’on fera le lendemain.

Il est également possible de faire cette sortie en aller-retour dans la journée puisque celle-ci se déroule intégralement sur un sentier balisé et reste donc du domaine de la randonnée.

Jour 2

  • Du refuge du Sélé au refuge de la Pilatte (2577m par le glacier et le col du Sélé (3283m), descente par le glacier de la Pilatte
  • Temps approximatif : 7h00
  • Dénivelé : 1025m
  • Cotation : F
  • Engagement : I
  • Pente : 35°
  • Refuge de la Pilatte : CAF - 120 places - Réservation au 04 76 79 08 26 - Douches chaudes possibles

Après un réveil à 3h15 du matin, les choses sérieuses commencent : 2 glaciers et un col d’altitude à 3283m à traverser.

Descendre le sentier emprunté la veille à la montée pour atteindre le fond du vallon qui remonte vers le glacier du Sélé. Rester le plus possible sur la gauche du torrent (vague sente). Vers 2700m le vallon tourne à gauche et la pente se redresse.

On prend alors pied sur le glacier que l’on remonte en serrant le plus possible à gauche (zone crevassée à droite). On s’encorde vers 2900m alors qu’on a la crête des Bœufs rouges en face de soi et qu’il faut reprendre plein est vers le col que l’on aperçoit au loin.
On atteint alors le col du Sélé à 3283m après un dernier raidillon et une montée sur le glacier somme toute peu raide. (En fait il faut se calquer sur le tracé bleu du ski de randonnée sur la carte IGN.)

Descente du Col du Sélé vers le glacier de la Pilatte.

L’ambiance est très alpine de ce côté-ci et est en opposition totale avec le débonnaire versant est. L’itinéraire est souvent décrit comme balisé avec des marques de peinture bleue et des cairns. Les cairns et traces de peinture sont bien présents, mais ce après avoir effectué une traversée en neige hyper exposée sous la droite du col et sur une trentaine de mètres (en cas d’erreur c’est la chute 500m plus bas sur le glacier).

Ensuite c’est du mixte avec des pentes à 35° par endroits. Mais les cairns et marques de peinture aident bien. On aboutit sur le replat du glacier de la Pilatte et on descend en pente assez douce jusqu’aux échelles et câbles permettant l’accès au refuge. De loin cela ressemble à une énorme fissure verticale difficile, et comme bien souvent, une fois que l’on est dedans, cela se passe très bien.

Après ce passage câblé, un sentier presque plat nous emmène au refuge de la Pilatte, notre deuxième étape où l’accueil et les prestations sont remarquables.

Il serait également possible de ne faire que le versant est du glacier du Sélé en aller-retour, soit une course de 2 jours avec retour à Ailefroide.

Jour 3

  • Du refuge de la Pilatte au refuge Temple Écrins (2410m) par le vallon du Vénéon, en option aller retour au Mont Gioberney (3352m) depuis la Pilatte
  • Temps approximatif : 7h00
  • Dénivelé : 1205m
  • Cotation : F
  • Engagement : I
  • Refuge Temple Écrins : CAF - 64 places - Réservation au 04 76 79 08 28

Du refuge de la Pilatte, l’ascension du Mont Gioberney demande 4 à 5 h00 aller-retour en prenant son temps. Cette course optionnelle est décrite ICI et demande un lever à 4h00.

Vous pouvez choisir de vous lever à 7h00 (le lever marmotte) si vous ne faites pas le Mont Gioberney. Cela vous permettra une journée de récupération en vous contentant de suivre le sentier qui descend de la Pilatte vers le torrent du Vénéon. Vous serez sans doute ravis de revoir quelques arbres et un peu de verdure après tout ce blanc.

Le cheminement est simple, il faut suivre le sentier bien tracé qui longe le torrent en rive droite (Passerelle en fin de descente du refuge) jusqu’à trouver l’embranchement indiquant le refuge Temple Écrins.

On démarre donc la montée en prenant le sentier balisé à droite. Les pins à crochets et les nombreux virages rendront la montée plus confortable, car en revenant du Gioberney, on arrive souvent en début d’après-midi dans cette montée orientée sud-ouest.

Le refuge et son architecture particulière n’apparait qu’au dernier moment pour votre dernière nuit en montagne. De nombreux randonneurs le font aussi en aller-retour depuis La Bérarde car d’accès relativement facile. Le repas du soir et le petit déjeuner seront là pour vous démontrer le travail du gardien et de son équipe.
La qualité et le plaisir sont au rendez-vous. N’oubliez pas de faire une caresse au chat du lieu (très sociable) : il en ronronnera de plaisir.

Et demain c’est de nouveau un lever à 4h00.

Jour 4

  • Du refuge Temple Écrins au Pré de Madame Carle par le Col de la Temple (3301m) et le glacier noir
  • Temps approximatif : 7h30
  • Dénivelé : 1000m
  • Cotation : F
  • Engagement  : I
  • Pente : 30°

Départ en direction du sud-est dans le prolongement du refuge sur un sentier relativement bien tracé car il s’agit de l’accès à la voie normale du Pic Coolidge.

Toujours en suivant de bonnes traces on infléchit quelque peu vers l’est et on continue à monter sur une sente un peu moins commode dans la pierraille jusqu’à atteindre les premiers névés (pour nous cela a été très tôt car la neige était présente en quantité au dessus de 2800m, ce qui nous a contraint à une ou deux traversées exposées sur neige dure que l’on a sans doute pas en temps normal).

On continue ensuite sur "feu" le glacier de la Temple (en neige ou rochers suivant l’époque) par une trajectoire en S : d’abord en montant est pour surmonter une barre rocheuse que l’on traversera à droite vers le sud, et ensuite par un virage à gauche permettant l’accès au col de la Temple que l’on a en visuel depuis bien longtemps.

On passe le col de la Temple où on débouche au soleil et où on en prend plein les yeux : Pic Coolidge, Ailefroide et glacier suspendu, Pic sans nom, Pic du Coup de Sabre, Pelvoux.

Mais il faut descendre jusqu’au glacier Noir. Théoriquement c’est une descente cairnée de 300m en rocher un peu casse pattes (pour nous ce sera du mixte avec une bonne séance de cramponnage).

On prend alors pied sur le glacier Noir que l’on va redescendre avec à droite les pics (Ailefroide, Sans Nom, Coup de Sabre, Pelvoux) et couloirs qui nous surplombent de prés de 1000m dans une verticalité de bon aloi. A gauche c’est d’abord le Pic Coolidge, puis celui-ci, laissera la place au fur et à mesure de la descente à la face sud des Écrins, au Fifre, au Col des Avalanches. On se décorde vers 2700m et avec cette liberté retrouvée on se dit qu’on y resterait des heures tellement c’est beau !

Bien plus tard, le glacier s’incurve vers la gauche vers les Balmes de François Blanc. On rejoindra alors la moraine du glacier Noir et son sentier en rive gauche du glacier jusqu’à l’embranchement avec le chemin provenant du glacier Blanc. Il ne restera alors plus qu’à se laisser descendre par le large chemin menant au Pré de Madame Carle, à son refuge-hôtel avec le parking, les voitures, les touristes. Bref à retrouver la civilisation !
(On peut, s’il reste suffisamment de neige sur le glacier, s’épargner la remontée vers la moraine et alors descendre en rive droite du glacier et du torrent qui lui fait suite. C’est ce que nous avons eu la possibilité de faire).

Au refuge-hôtel Cézanne, vous pourrez vous restaurer sur la terrasse confortable avec de belles assiettes proposées par le patron (qui a tenu le refuge des Écrins pendant assez longtemps).

Ensuite il vous restera 5 km à faire en descente sur un sentier de randonnée pour rejoindre Ailefroide si vous n’avez pas pu laisser une deuxième voiture au Pré de Madame Carle. (Vous pouvez aussi essayer le stop, ça marche pas mal dans le coin.)

Soit vous repartirez pour une nouvelle aventure en choisissant la direction du Dôme ou de la Barre des Écrins. Au pré de Madame Carle vous êtes de toutes façons à pied d’œuvre !

Toutes les photos...

...ne sont pas là, vous pouvez en retrouver d’autres ici.

Dernière modification : 16 mai 2018
Tour de la Barre des Écrins - Col de La Temple (3321m) - Col des Écrins (3365m)

A propos

Auteur de ce topo :

L'homme pressé est un homme déjà mort (proverbe Berbère).

Topo publié le 30 juillet 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 30 juillet 2013 à 21h23

    Magnifique Johnny ! Très belle ambiance !!

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !