Les Aiguilles de la Pennaz (2688m) en circuit

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1010m
Durée :
1 jour

Un circuit très aérien, pimenté au retour par 120 m de descente en rappels faciles dans une cheminée. Même si on fait l’impasse sur cette 2ème partie, ce sommet simplement fait en aller-retour traverse des paysages à couper le souffle. L’ensemble du circuit laissera un souvenir impérissable… et donnera envie d’y retourner. – Auteur :

Accès

Accès :
De Beaufort, monter au barrage de Roselend. 500m avant le Col de Méraillet où on débouche sur le lac, virer à gauche ( alt 1575m ) en direction du lac de la Gitte. La route passe un tunnel puis se transforme en piste. Dépasser le lac, monter jusqu’au terminus. On se gare en contrebas du hameau de la Gitte , alt 1635 m.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carte : IGN Top 25 3531 OT Megève

Montée :

Franchir la passerelle qui traverse le torrent de la Gitte et suivre le sentier qui remonte à la Sausse. Il s’engage dans des gorges. Certains passages à flanc de falaise, taillés dans le roc, sont magnifiques.

A l’alpage de la Sausse, bifurquer à gauche et remonter le sentier Nord. Il remonte en lacets dans un alpage pentu. A 2223m, au lieu dit les Cavets, bifurquer à gauche, traverser le ruisseau des Cavets. Poursuivre hors sentier en traversée ascendante NW vers la ligne de crête des aiguilles de la Pennaz. On recoupe les vestiges de l’ancienne route des Alpes, une simple sente aujourd’hui. Rejoindre l’épaule faîtière dans les environ du point coté 2484m.

A partir de là, la rando prend toute son ampleur et devient aérienne. Les lignes de fuite s’épurent progressivement. Une sente facile serpente sur le fil, la vue devient magnifique sur les lacs de la Gitte et de Roselend..

Après la Pointe des Bancs 2605 m, on a la sensation d’évoluer en plein ciel tant les pentes deviennent vertigineuses de part et d’autre.

Vers 2640, on butte sur une 1ère brèche. Le passage et un peu délicat pour traverser et remonter de l’autre côté. On passe quelques pas de III sur le flanc Est. Une corde peut rassurer les moins hardis. On rejoint peu après une 2ème brèche, alt 2670m / cairn. Le sommet de l’aiguille est tout proche de l’autre côté mais son accès relève de l’escalade.

Descente :

Gagner le fond de la brèche. Un anneau enfilé autour d’une rogne en crête permet de tirer un petit rappel. Versant Est, on se laisse glisser dans le pendage sur 6 à 8m. On rejoint un amarrage et une corde à nœud en place. Par une descente à bras cassé, on rattrape le plancher de blocs, 3m en contrebas. Le dernier de la troupe peut récupérer l’anneau de départ moyennant une désescalade pas trop compliquée.

Dans la brèche, d’excellents amarrages sur chaîne sont en place. Il y en a 5 consécutifs. A part le 3ème, ils sont tous côtés Nord. Aucun rappel ne dépasse 25m. De bonnes plateformes permettent des décollages sans soucis. La brèche est profonde, elle conserve un névé dans sa partie haute et il vaut mieux être habillé. Le risque de chutes de pierres est sévère, le port d’un caque est impératif.

En bas, on débouche à proximité du col des Chasseurs. Il n’y a plus qu’à revenir en arrière par les sentes à moutons du flanc Ouest. Une belle épaule herbeuse plonge sur la ruine de la Vénétia. Ensuite, on descend droit en bas, plein sud sur le torrent. ( pente herbeuse raide sur quelques mètres en finale) On traverse le torrent et on rattrape très vite derrière le sentier du matin.

Matériel : 50 m de corde minimum, baudrier, descendeur, longe d’assurance, casque

Temps de montée : 3h30
Temps global : 7h00 ( prévoir 1h00 pour la descente de la cheminée)

Il faut remercier Jacques Maurin, Guide de Hte Montagne à Arêches pour avoir réalisé l’équipement de cette brèche. Ce passage est un des passages-clés de la Haute Route du Beaufortain, un fantastique circuit sur 8 jours qui ne passe que par les crêtes et les sommets.
( Topo : « La haute Route du Beaufortain » de Jacques Maurin en vente à la maison de la Presse de Beaufort – 8,50 € )

Dernière modification : 16 mai 2018
Arête des Bancs (2650m)

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 25 septembre 2010

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (9).
  • par Le 25 septembre 2010 à 08h33

    Impressionnant.

  • par alaindeclaixLe 25 septembre 2010 à 11h15

    Très beau parcours (et belles perspectives des arêtes) mais malheureusement hors de portée du premier venu !!
    Petit complément "historique" : le passage à flanc dans la falaise est aussi appelé "Chemin du Curé". Il aurait été taillé en 1892 à la demande du Chanoine de Beaufort s/Doron, pour désenclaver l’alpage de la Sausse dont il était propriétaire, et permettre l’exploitation d’une mine dans le Vallon des Cavets (plaque commémorative sur le passage). C’est aussi un des itinéraires d’accès vers le Col de la Croix du Bonhomme et la Crête des Gittes (autre référence historique) parcours également magnifique...mais beaucoup moins aérien que les Aiguilles de la Pennaz.

  • par Le 20 juin 2011 à 20h34

    Bonsoir,
    Pour faire ce sommet jusqu’au bout il faut forcément un équipement d’escalade ?
    jusqu’où peut-on aller avec un équipement de randonneur ?

  • par MarcoLe 23 juin 2011 à 22h35

    Jusqu’à la brêche de descente, pas de problème, bien qu’un brin de corde puisse rassurer les moins à l’aise dans le ressaut qui précède à 2640. Cependant, ce passage passe sans pb en libre.
    Par contre, la fin relève de l’escalade. Sans doute du IV, éventuellement un pas de V . Il faut prévoir des points d’assurance et le matériel adéquat. Le point haut est très proche, qq dizaines de mètres tout au plus.

  • par heremeLe 27 mars 2012 à 18h32

    Ancienne route des Alpes : route Thonon - Nice, D902 maintenant (saud dans le 06). Tronçon Saint-Gervais-Les Contamines-col du Bonhomme-col de la croix du bonhomme-Cormet de Roselend (le col, où actuellement la D925 redevient la D902)-les Chapieux (10 km NNO de Bourg-Saint-Maurice) inachevé. Il retrouvait au col du Bonhomme le chemin rural dit de la Saussaz qui, lui, descend vers la Sausse et la Gittaz.

  • par LaurentLe 2 juillet 2012 à 12h45

    Merci beaucoup pour ce topo
    J’ai fait le parcours ce week-end jusqu’au sommet.
    Il y a en effet un pas d’escalade (probablement de IV +) pour sortir de la brèche, ensuite ce n’est plus de l’escalade mais il faut rester prudent car c’est une vraie pile d’assiettes ! Le mieux est d’assurer les moins aguerris depuis le haut.
    Attention aux pierres dans les rappels.
    S’il a beaucoup neigé, le 1er relais peut être enfoui sous la neige âr le névé que l’on aperçoit sur la photo (j’ai mis un moment à le trouver !) Il est rive droite (dans le sens de la descente)

  • par patLe 27 juillet 2014 à 15h34

    parcouru le 25/07/2014 , il y a un gros névé entre le 1° relais et le 2°,
    second relais inutilisable (trop de neige)

  • par Le 27 juillet 2014 à 22h33

    Complément au message de Alaindeclaix.

    Le chemin est taillé dans la falaise :
    Il a été construit en 1891 et 1892. Il a été commandé par le chanoine H. Frison « pour faciliter et abréger la communication entre deux chalets d’une « montagne » appartenant au chanoine : du chalet de l’Applateur à l’important chalet de la Saussaz, sis au pied du col du Bonhomme et où se trouve une magnifique source d’eau limpide et abondante. La partie de la route, taillée dans le roc vif et presque perpendiculaire, a une longueur d’environ 350m sur une largeur de 3m., y compris les o m. 60 occupés par le parapet. Ce n’est pas un tunnel, mais une route en encorbellement. L’établissement en a été fort difficile. Trois entrepreneurs s’y employèrent successivement. Celui qui termina le travail fut M. Jean Basso. Il y perdit malheureusement trois ouvriers mineurs : l’un mourut sur place en tombant dans le précipice et deux autres vinrent mourir à l’hôpital d’Albertville. La dépense s’est élevée à 21.000 fr.
    Cette route, avantageuse pour le propriétaire de la montagne, l’est aussi au point de vue stratégique, et l’Etat-Major de le 14ème région, après l’avoir étudiée avec le plus grand soin, a félicité le chanoine pour cette belle et utile entreprise. "

    Joseph Garin, Une belle vallée de Savoie, Le Beaufortain, La Fontaine de Siloé, 1939

  • par randoLe 7 juillet 2015 à 09h14

    Bonjour, ce sommet est-il accessible depuis Les Contamines ?

  • par Le 7 juillet 2015 à 12h07

    C’est possible, mais plus long. Il faut prendre le sentier en direction du col du Bonhomme, et juste avant le col le quitter à droite pour remonter le vallon sous les crêtes de la Pennaz dont on rejoint l’extrémité sud. La traversée n’est pas pratique car il faudra, au retour, contourner la Pennaz par le sud pour rejoindre le col du Bonhomme (Peut-être possible de descendre sur le col de la Cicle ? C’est pas évident). A faire donc en aller-retour, avec peut-être la possibilité de couper droit dans les pierriers du versant est à certains endroits.

  • par randoLe 9 juillet 2015 à 14h50

    Merci pour votre réponse.

    Est-ce que cela reste une randonnée "classique" ou on commence a entrer dans du technique (équipements,...), j’ai prévu de faire cette randonnée en aller-retour.
    La difficulté en partant des Contamines est-elle la même quand partant du hameau de la Gitte ? Connaissez-vous la durée supplémentaire du parcourt ?
    L’arrête est assez impressionnante, c’est vraiment çà qui me fait hésiter sur ce sommet. D’après les photos, on a pas le droit à l’erreur.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !