Les Dents Blanches (2728m), par le vallon de Bostan

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1630m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Une magnifique pointe d'altitude à l'extrémité nord du massif du Haut-Giffre, offrant une vue spectaculaire sur tous les sommets du massif, et dominant l'ensemble du Chablais... Une longue randonnée aussi bien estivale qu'hivernale suivant les conditions, à skis ou avec des raquettes...

Accès

Samoëns - route des Allamands, grand parking 400m après le hameau des Allamands (ne pas poursuivre la route).

Itinéraire

  • Altitude départ : 1100m
  • Altitude sommet : 2709m (Dent Occidentale), 2728m (Dent du Signal)
  • Durée : 7h (Dent Occidentale) +1h (Dent du Signal).
  • Carte : IGN TOP25 3530ET Samoëns - Haut-Giffre

Période

Praticable en conditions estivales, mais aussi hivernales, à skis ou avec des raquettes, par bonnes conditions de neige dans les pentes nord et b au-dessus de 2200m.

Difficulté

Randonnée longue, ne présentant pas vraiment de difficultés jusqu’au col de Bostan. Plus haut, le sentier peu marqué aborde des caillasses dans le couloir nord (névés tardifs). La rampe finale pour accéder à la Dent Occidentale est raide, constituée de roches et de pierrailles parfois instables et pénibles. L’hiver, cette pente exposée ouest doit être en bonne conditions de neige pour être abordée (crampons souhaitables). Une courte arête facile permet d’accéder à la Dent Occidentale.

La Dent du Signal, point culminant des Dents Blanches, est accessible depuis la Dent Occidentale en redescendant vers l’est une arête rocheuse, peu difficile mais aérienne et exposée, puis en remontant les pentes faciles en face. L’hiver, ce parcours est parfois possible, mais relève plutôt de l’alpinisme.

Itinéraire

Du parking des Allamands, prendre vers l’est la piste en direction du refuge de Bostan. L’hiver, le refuge est souvent ouvert, et la motoneige ravitaillant le refuge offre un damage agréable.

Poursuivre le sentier au-delà du refuge, remontant le long vallon de Bostan proche de son fond en direction du col de Bostan, en passant à côté du petit lac des Verdets. L’hiver, on visera la crête un peu à droite du col par de belles pentes débonnaires.

Du col, prendre la sente remontant à droite des petits ressauts rocheux en direction du vallon de la Golette de l’Oule, mais le quitter rapidement vers la gauche pour contourner par le nord la base de la Pointe de la Golette par une large épaule, ce qui donne accès à la combe nord se trouvant derrière.

Cette large combe pas trop raide se remonte facilement par une trace dans la caillasse. Il faudra ensuite remonter vers la gauche la raide rampe de rochers et de pierrailles instables pour accéder à la crête sommitale. L’été, certains préfèreront plutôt grimper la crête rocheuse bordant le couloir. L’hiver, de bonnes conditions de neige seront nécessaires, et des crampons souvent souhaitables.

On débouche sur la crête de la Dent Occidentale, qui s’atteint par une petite arête facile vers la gauche. Ce sommet sera la destination pour la plupart.

Il est possible de poursuivre vers la Dent du Signal, point culminant des Dents Blanches, par une arête rocheuse étroite et aérienne descendant vers l’est à suivre sur le fil, peu difficile mais exposée des deux côtés. On remontera ensuite des pentes faciles vers le sommet. L’hiver, cette arête est souvent couverte d’un chapeau de neige parfois corniché, et son parcours relève plutôt de l’alpinisme.

Même en se contentant de la Dent Occidentale, la vue est extraordinaire, montrant d’un côté tous les sommets du Haut-Giffre avec pour toile de fond le massif du Mont Blanc, et dominant de l’autre les sommets du Chablais...

On descendra par le même itinéraire, en prenant les précautions qu’il faut dans la raide rampe pour ne pas glisser ou faire partir de caillasses sur les randonneurs en dessous.

  • Pour ceux qui souhaitent allonger un peu l’itinéraire en le parcourant en boucle, il est possible du col de Bostan de remonter vers la Tête des Verdets puis la Tête de Bostan (2406m), pour ensuite redescendre la longue et débonnaire crête herbeuse en direction du col de Golèse, puis par la piste vers le parking des Allamands. Compter environ 1h30 et 150m de dénivelé en plus. C’est aussi un objectif alternatif si on ne monte pas aux Dents Blanches. L’hiver, on fera attention aux raides pentes exposées sud sous la Tête des Verdets.
  • Le refuge de Bostan, en général gardé l’hiver, permet d’étaler l’itinéraire sur plusieurs jours, et de mieux explorer les environs.

Détail de la sortie du 13 mars 2014

Une belle journée, chaude pour la saison, et très brumeuse au dessous de 2600m... Quelques jours plus tôt durant une sortie à la Tête de Bostan voisine, de visu je m’étais dit que le sommet des Dents Blanches devait être praticable dans de bonnes conditions...

Départ des Allamands vers 13h... J’aurais dû partir plus tôt pour une sortie de cette envergure, et aussi vu le climat qui allait ramollir la neige, mais les obligations m’ont retenu en vallée... En effet, c’était déjà l’heure du retour de la plupart des skieurs au parking, ayant déjà adopté un horaire "neige de printemps"... Pour ma part, ce sera l’après-midi avec des raquettes, quitte à faire demi-tour si la neige se fait trop molle et pas sûre... De toute façon, j’ai ma frontale, et la lune est presque pleine...

La montée de la piste du refuge de Bostan, bien damée, est rapidement expédiée. Plus haut, c’est moins tracé, mais la neige est suffisamment ferme pour progresser correctement sans trop s’enfoncer... On évite quand même de passer sous les pentes orientées sud, qui chauffent bien... La crête du col de Bostan est atteinte vers 15h30.

On se dirige vers l’épaule permettant de rejoindre la combe nord des Dents Blanches. Dans ce versant, la neige est peu transformée, assez dure, et finalement plutôt agréable, et la combe, à l’ombre, est rapidement remontée.

Au vu de la pente raide de la rampe finale, je dépose les raquettes et chausse les crampons que j’avais eu la bonne idée d’emporter. La rampe orientée ouest prend le soleil de l’après-midi, et si son bord gauche est assez transformé, son bord droit est en neige sèche plutôt dure, et en choisissant le juste milieu, on monte très confortablement en creusant des bonnes marches dans une neige ferme juste comme il faut... C’est beaucoup plus agréable que la pierraille instable de l’été !

La Dent Occidentale est atteinte vers 17h. Par contre, on n’ira pas jusqu’à la Dent du Signal, n’ayant ni le piolet ni le compagnon de cordée requis pour parcourir cette arête vertigineuse couverte de neige en toute sécurité... Ce n’est pas grave, on profite du magnifique paysage, ayant tout juste l’altitude nécessaire pour sortir des brumes épaisses qui noient les vallées ces jours-ci... Et alors que les sommets du Haut-Giffre et du Mont Blanc étincellent sous la lumière chaude du soleil descendant, ceux du Chablais peinent à se faire visibles sous le couvercle brumeux...

Presque 18h, il faut descendre... Tout comme à la montée, la rampe se laisse descendre dans une neige excellente. On retrouve les raquettes et on descend vers le col de Bostan. Trop tard pour remonter à la Tête de Bostan, on descendra par le chemin de montée...

Le soleil se couche un peu prématurément, avalé par les épaisses brumes barrant l’horizon, et seules les Dents Blanches qui les dominent restent éclairées des couleurs du crépuscule un moment... Il fait déjà bien sombre lorsque j’approche du refuge de Bostan éclairé... Ce sera ensuite la lune, presque pleine, qui m’accompagnera dans tout le reste de la descente, rendant l’usage de la frontale inutile... Retour vers 20h30.

Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « Les Dents Blanches (2728m), par le vallon de Bostan »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours