Les Granges et La Motte-en-Bauges par Chez Picot

Difficulté :
Facile
Dénivelé :
200m
Durée :
demi-journée

Après avoir longé le Chéran, montée vers le plateau bien exposé de La Motte. – Auteur :

Accès

  • Rejoindre Lescheraines puis suivre la route D 911 en direction du Châtelard.
  • Avant le village du Rocher, descendre sur la route à droite menant au plan d’eau de La Motte.
  • Un chemin avec de nombreux nids de poule prolonge la route.
  • Se garer vers le plan d’eau (route barrée ensuite).

    Coordonnées :

  • 45.700483 N
  • 006.1172 E

Les infos essentielles

  • Carte IGN : TOP25 n° 3432 OT Massif des Bauges
  • Altitude de départ : 600m
  • Altitude minimum : 600m
  • Altitude maximum : 800m
  • Dénivelée : 200m
  • Distance : 9 km
  • Parcours sur fond de carte :
    — en bleu, à l’aller
    — en jaune, au retour
  • Balisage : aucun. Les chemins indiqués ne figurent pas tous sur la dernière carte IGN.
  • Sortie du 06/01/2018

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

ALLER

Emprunter le chemin qui longe d’abord le plan d’eau puis qui se prolonge en remontant le Chéran en rive droite. Quoique non mentionné sur IGN, il continue jusqu’au confluent avec le Nant d’Aillon. Il se prolonge ensuite par un sentier qui débouche dans un pré. À une cinquantaine de mètres, un chemin mène rapidement jusqu’aux anciens moulins de Ranfian au lieu-dit Chez Picot. Observer au passage les ruines de l’ancien pont sur le Chéran.

  • Remarque : les deux dernières photos de l’album représentent ce pont en 2006 et en 2012, alors qu’en 2011, il est définitivement détruit par une crue.

Suivre ensuite le chemin vers les bâtiments qui monte au Verney.

Passer devant le Centre de Secours des Bauges et tourner à gauche sur le Chemin de Pré Rond.

Traverser la route D 911 et continuer sur le chemin en face. Tourner à droite puis à gauche. Passer devant des bâtiments agricoles et poursuivre sur le chemin de la Créta qui longe la forêt (panorama) et redescend vers le chef-lieu de La Motte.

RETOUR

Passer devant la salle des fêtes (mairie) et continuer jusqu’au monument aux morts.

Suivre la route à gauche et prendre ensuite le premier chemin à droite.

Quand le chemin rejoint la route, suivre celle-ci à gauche jusqu’à Dalphin.

Au bassin, faire 10 mètres à droite et emprunter le chemin à gauche qui passe devant une maison.

Ce chemin traverse plus bas une zone marécageuse et rejoint la D 911.

Suivre celle-ci à gauche jusqu’au Rocher.

Dans le village, suivre la 4e route à droite (croix et panneau d’affichage).

Au bassin, la route tourne à droite puis se transforme en chemin puis en sentier qui descend vers le Plan d’eau de La Motte.

Si le niveau du plan d’eau n’est pas trop élevé, un sentier en fait le tour par la droite.

Dernière modification : 16 mai 2018
Cascade du Pissieux par Lescheraines

A propos

Auteur de ce topo :

Randonnée réalisée le 6 janvier

Topo publié le 13 janvier

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 15 janvier à 21h05

    Bonsoir Stan. Sur le pont en ruine :

    "La traversée du Chéran en ce lieu où la rivière n’est pas contenue dans un lit stable a de tous temps constitué un vrai problème ; source de nombreux drames.
    En effet, pendant des siècles, on dut s’accomoder de la remise périodique et coûteuse de la ’planche’, passerelle en bois de construction légère systématiquement emportée par les eaux en crue.
    Un rapport de 1910 constate que ce pont « est constitué de deux pièces de bois branlantes au point de donner le vertige, avec main-courante d’un côté seulement, offrant le plus grand danger ».
    La largeur de la rivière due à des divagations constantes, l’impossibilité d’obtenir des fondations solides, n’ont jamais permis à ce jour d’envisager la construction d’un pont traditionnel.
    C’est en 1911-1912 que la passerelle actuelle est construite sur piliers en maçonnerie. Emportée par le courant en 1919, elle sera reconstruite en 1922 avec une surélévation de 0,30 mètre du tablier sur une longueur de 80 mètres."

    (Histoire du Châtelard-en-Bauges, Henri Bouvier, La Fontaine de Siloë ; 1997)

    Ne pas oublier les annexes :
    Le patriote savoisien, 26 avril 1895.
    Le courrier des Alpes, 23 septembre 1845.

  • par Le 16 janvier à 09h25

    Bonjour Hereme et merci pour ton commentaire.

    Le pont de Ranfian avait été déstabilisé par une crue dans les années 1990 et a été définitivement détruit lors d’une autre crue en 2011.

    J’ai rajouté deux photos de ce pont en 2006 et en 2012.

    Stan

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !