Les Marmites du Diable du torrent de Durbonas (Pays du Buëch)

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
315m
Durée :
demi-journée

Cette sympathique promenade à la frontière du Buëch et du Dévoluy vous fera découvrir les superbes marmites du Diable situées au pied de la montagne de Durbonas. Au retour, vous pourrez admirer le magnifique Monastère Orthodoxe de la Dormition de la Mère de Dieu et sa petite chapelle. – Auteur :

Accès

De Sisteron :

  • Prendre la direction de Laragne-Montéglin par la D4075.
  • Traverser Laragne-Montéglin en direction de Serres par la D1075.
  • A Serres, continuer sur la D1075 en direction d’Aspres/Buëch.
  • D’Aspres/Buëch, continuer sur la D1075 en direction de la Faurie.
  • Après avoir passé le lieu dit de la Valette, prendre à droite la piste située juste après le torrent de durbonas (Cote 837 et balisé Jaune).
  • Continuer sur la piste jusqu’à arriver au parking des marmites du diable.
  • Se garer sur ce parking.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP 25 3338 OT Serres - Veynes
  • Tracé IGN : Les Marmites du Diable
  • Départ : 850m
  • Point Haut : 1165m
  • Distance : 5,5 Km
  • Durée : 2h00

Balisage

  • Balisé Jaune (PR) tout au long du parcours.

Difficulté

  • Quelques courts passages un peu exposés le long des marmites du Diable. Certains peuvent être glissants.
  • Cette randonnée longe la D1075 (ex N75) sur 100m.

Descriptif

Du parking, prendre le petit sentier, direction Nord , qui s’engouffre le long du torrent de Durbonas (Balisé Jaune : PR). Ce sentier longe les marmites du Diable et est parfois un peu exposé.

  • Pour sortir des marmites du Diable, le sentier emprunte un court raidar glissant et un peu exposé. Là, il faudra peut être poser les mains pour se rassurer. Bien suivre le balisage pour de ne pas se retrouver sur une fausse piste et devoir improviser une petite partie d’escalade.

Après avoir passé les marmites du Diable , continuer sur cet unique sentier jusqu’à rejoindre un embranchement (cote 1165m).

De là, prendre à gauche, la piste qui descend jusqu’à rejoindre le Monastère et sa chapelle. Juste après la chapelle, la piste rejoint une route goudronnée reliant La Faurie au hameau du Villard.

Continuer la descente en longeant le monastère sur 120m environ, puis prendre à gauche, le sentier qui quitte la route et part dans les champs en direction de la D1075.

Une fois sur le bord de cette route, prendre à gauche et longer la D1075 sur 100m (être prudent, route très fréquentée).

De suite après, quitter la D1075 en prenant à gauche la piste qui vous ramène au parking du départ.

Monastère Orthodoxe de la Dormition de la Mère de Dieu

Pour plus d’informations sur ce monastère et ses moines, voir ci-après leur site internet.

Dernière modification : 29 août 2018
Les Crêtes de St-Apôtre (1491m) - Pays du Buëch

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : befakali youtube channel

Topo publié le 15 novembre 2012

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (6).
  • par Le 15 novembre 2012 à 08h37

    Les chamois, tu as l’art de les repérer. A moins que ce soit ton fidèle compagnon de cordée ? ;-)

  • par Le 15 novembre 2012 à 10h12

    J’ai eu aussi cette réflexion. Les grand esprits etc.
    Balade sympa !

  • par heremeLe 16 novembre 2012 à 00h35

    Il fut un (long) temps, une sente démarrait au SE du monastère lorsque le piste atteint la forêt, puis vers ENE rejoignait la piste du parking, aux 2/3 environ à partir de la départementale. Ceci évitait de passer par la grand route. A mi-chemin de cette sente, une autre partait SE pour rejoindre également la piste du parking vers le 1/3 à partir de cette départementale.
    Est-ce que ces sentes existent toujours ?

  • par heremeLe 16 novembre 2012 à 00h53

    Histoire et Légendes.

    Entretien avec l’Archimandrite Victor Raïssi, fondateur et premier higoumène du monastère à La Faurie, sur la fondation et les premières années d’existence.

    Monastère construit par les moines eux-mêmes sur les ruines du hameau de Notre-Dame-de-Bochaine (1183). Ce hameau était, jusqu’à la Révolution, une ferme de la chartreuse aujourd’hui en ruines de Durbon, au flanc du sommet avoisinant que les anciens appelaient le "Durbonas".

    Au début du vingtième siècle, le hameau de Notre-Dame et celui du Villard à un kilomètres comptaient à eux deux une centaine d’habitants. Notre-Dame a été abandonné en 1929. A la fin des années 1960, il était pratiquement en ruines.

    C’est là que, de 1970 à 1972, s’installait un jeune orthodoxe de 33 ans, professeur de philosophie à Gap, le futur père Victor, pour y créer le monastère, avec le soutien de l’Archimandrite Stéphane, l’actuel Métropolite d’Estonie.

    La grande chapelle a été construite à partir d’une ancienne bergerie en ruines, inaugurée en 1972.
    Le monastère comprend notamment, en dehors des cellules des moines, une salle de couture, une tisanerie, des ateliers de menuiserie et de ferronnerie, un bâtiment servant de poulailler et de dépendance agricole.

    Le monastère possède aussi des terres. Le domaine très morcelé comprend une quarantaine d’hectares de bois, de landes et de terres labourables, dispersés sur un rayon de deux kilomètres.

  • par heremeLe 16 novembre 2012 à 00h57

    Je précise qu’il s’agit là d’un bref résumé pour ceux qui ne veulent pas aller sur le site.

  • par Le 16 novembre 2012 à 09h56

    Salut à tous les trois,

    @ 123gravir et Alain : Je sais pas si nous avons l’art de repérer les chamois avec Galice, je pense que nous avons surtout étaient chanceux ces derniers temps... bien sur l’odorat de Galice doit aussi fortement aider.

    @ Hereme : Pour la sente dont parles, elle semble toujours exister (si l’on parles du petit bout de sente représenter sur la cartes IGN (au lieu dit "la vigne"). Ne sachant pas où ce chemin menait et si il arrivait quelque part , je n’ai pas osé le prendre, d’autant qu’il y a quelques propriétés le long de la piste, et j’avais peur d’arriver chez quelqu’un.

  • par clecleLe 5 juin 2015 à 21h08

    il serait tout de même bon de préciser sur ce descriptif qu’1h30 de cette randonnée (qui dure d’ailleurs plus 3h30 que 2h...) est consacrée à littéralement escalader la montagne ! les passages un peu "exposés" dont il est question sont très pentus, parfois glissants et en tous cas assez difficiles d’accès. balade a ne pas proposer aux familles avec des enfants jeunes par exemple.

  • par Le 6 juin 2015 à 09h42

    Bonjour clecle,

    Suite à votre commentaire je viens de modifier la difficulté de ce topo et d’ajouter quelques précisions. Effectivement ce parcours n’est pas à faire avec de jeunes enfants. Il est plutôt à éviter pour les personnes n’ayant pas un pied sûr (rapport aux passages glissants).
    Toutefois je ne suis pas d’accord avec une partie de votre commentaire, à l’exception d’un passage bien raide et glissant pour sortir du fond des gorges, cette rando ne comporte aucun passage s’apparentant à de l’escalade. Il y a par contre de faux sentier qui eux peuvent l’être.

    Après, il y a eu de nombreux débats sur ce site concernant la notion de "difficulté". Chaque auteur bénévole ayant ses propres capacités, habitudes et sensibilité il est difficile de satisfaire tous les randonneurs. La notion de difficulté étant très subjective. Les commentaires comme le votre nous permettent éventuellement de modifier cette difficulté et/ou d’y apporter des précisions.
    C’est ce qui vient d’être fait sur ce topo.

    Cordialement

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !