Les chemins de l’olivier - Tour de Fontamaurri (Volx)

Difficulté :
Facile
Dénivelé :
300m
Durée :
demi-journée

Petit circuit dans les collines manosquines, traversant des oliveraies. Variante des différents circuits possibles. – Auteur :

Accès

De Manosque, direction Volx (D4096).
À l’entrée du village, prendre la direction du camping municipal. Se garer à l’entrée.

Publicité

  • Sac de Couchage - Femme - Exosphère (...)

    162 €

  • Veste polaire - Femme - Picture (...) PROMO

    120 € 72 €

  • Chaussures de randonnée - Homme - (...) PROMO

    170 € 144 €

  • Sac à dos Roll Top 18L - Sandqvist, (...)

    119 €

Précisions sur la difficulté

Aucune difficulté, balade familiale.

Les infos essentielles

  • Carte : IGN 3342OT Manosque Forcalquier
  • Altitude départ : 405m
  • Altitude arrivée : 690m
  • Durée : 2h
  • Difficulté technique : aucune
  • Période : toute l’année, l’été, il peut y avoir une interdiction en fonction de la sécheresse du massif
  • Fréquentation : peu fréquenté
  • Balisage : aucune difficulté de repérage, marque jaune PR

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Du camping, balise la Vandelle, prendre le chemin montant vers la colline, rive droite du Ravin de Fontamaurri.

Poursuivre la piste jusqu’à une barrière, puis continuer par un sentier qui rejoint celui marqué PR avec marque jaune.

On passe devant une cabane de chasseurs, en pierre.

Prendre alors en gauche en direction des Margaridètes.

On va passer à la Mère Fontaine, tout en poursuivant tout droit jusqu’aux Margaridètes.

Continuer vers la droite jusqu’au Carrefour de Pélissier.

Au carrefour, prendre le sentier descendant à gauche jusqu’à une piste que l’on va poursuivre jusqu’à récupérer le sentier PR à la cote 571.

Poursuivre le sentier jusqu’à une piste qui ramènera au parking

Dernière modification : 11 février 2019
La Roche Amère (584m) et La Garde (727m)

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de ce topo :

"Où que le regard se porte, le spectacle est assuré" Patrick Berhault (Encordé mais libre)

Randonnée réalisée le 10 février

Topo publié le 11 février

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 12 février à 22h53

    Salut ThF. As-tu vu des traces de fumagine sur les oliviers ?

    Ci-dessous un extrait du document "Eaux et garrigues" édité par la mairie de Volx :

    " Après le passage de la clue, l’eau fait son apparition. La source la plus importante de la commune est là en amont. Un premier regard bâti au bord de l’eau indiquer que la source fut captée. Plusieurs autres s’échelonnent en bordure du sentier, témoins de l’entretien et de l’utilisation récente d’une canalisation, réalisée au début du XVIIIème siècle.

    Fontamaurri : "la mère des fontaines".

    Autrefois, cette source assurait seule l’alimentation du village.
    Une conduite en terre cuite acheminait l’eau par un aqueduc jusqu’à un réservoir qui domine Volx. Il existe d’ailleurs encore une arche dans le village pour témoigner de ce passé récent. Elle était visible lorsque le chemin dominait le village.

    Fontamaurri alimentait aussi la fontaine haute du village. L’absence de système de pompage obligeait les anciens à utiliser la gravité et à respecter une économie drastique de cette ressource vitale. La quête de l’eau a été longtemps synonyme de corvée.

    En 1730, une galerie souterraine est creusée pour améliorer le débit de la source.

    En 1930, la municipalité décide de la refection de la conduite dont les regards bâtis en pierres sèches sont le témoignage.

    La source est abandonnée en 1967 pour être remplacée par une station de pompage dans la nappe phréatique du Largue.

    Comme l’on disait à propos de cette richesse : pour défendre "leur" eau, "Les bugadières dau rieu manjarion son ome viu" (les lavandières au ruisseau mangeraient leur mari tout vif).

  • par Le 13 février à 07h02

    Hereme
    Bonjour,
    Concernant l’aqueduc que tu cites, il existe encore des vestiges le long d’un chemin.
    La fumagine reste visible sur les troncs, c’est cette couleur noire qui persiste même en hiver.
    Par contre sur les feuilles, elle n’apparait que si l’arbre est infecté, mais c’est plutôt en été.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !