Marseille - Cassis par les Calanques

Difficulté
Difficile
Dénivelé
1300m
Durée
2 jours
Localiser le sommet

Avertissements et Droits d'auteur

Deux jours de randonnée exceptionnelle, avec un dénivelé conséquent et des pas exposés (en général équipés de chaînes). Peut éventuellement se faire en une longue journée. L'itinéraire décrit me semble le plus beau et le plus varié. Il existe des variantes intéressantes dont je parlerai dans le cadre des sorties attenantes. À faire de préférence d'octobre à mai.

Accès

A Marseille, il faut se rendre au terminus du bus n°19 à Montredon, le long de la côte, après la pointe rouge. Pour ce faire : de la gare St-Charles, prendre le métro jusqu’à Castellanne. Puis le bus n°19 jusqu’au terminus. De là, part sur la gauche le tracé blanc et rouge du GR.

Itinéraire

  • Carte : IGN Série Plein Air "Les calanques de Marseille à Cassis" au 1/15000

1er jour

  • Montredon - Callelongue - Col de Sormiou - Calanque de Morgiou
  • 15 km environ - dénivelé 500/600m environ
  • 4 à 5h de marche

On commence de Montredon par le sentier du Président, marqué blanc/rouge et parfois rouge. Quelques petits pas amusants. On laisse partir à gauche le sentier bleu et le sentier marron, et on prend un peu de hauteur pour déboucher sur des collines pelées, ravagées par d’anciens incendies avec une belle vue sur la mer au large des Goudes. Un pas de désescalade un peu délicat après le col du Brès, avec possibilité de contournement fléché. Suivre le sentier jusqu’au petit port de Callelongue. 1 heure environ (Bar-navette pour rejoindre Montredon).

De Callelongue, prendre en face du bar-restaurant, direction la calanque de Marseilleveyre, grande classique du dimanche pour les Marseillais, les roches sont donc patinées. On monte sous l’ancien sémaphore, puis on revient au bord de mer, on traverse la caractéristique calanque de la Mounine puis le sentier devient paisible en arrivant à Marseilleveyre (bar).

Ensuite, le sentier est plus sauvage. Après la calanque de Podestat (fameux coin de pêche aux calmars), je propose de prendre la variante du sentier vert n°5, elle descend en bord de mer (sauvage - désescalade facile), puis emprunte une corniche aérienne, un brin exposée (câble). Descente dans le bois des Walkiries par une désescalade (câble). On rejoint le GR au dessus de la calanque de Cortiou (collecteur de la station d’épuration) par une belle remontée. Puis on rejoint le col de Cortiou.

>> Si on ne prend pas cette variante, on poursuit le GR, bel itinéraire moins difficile.

On quitte le massif de Marseilleveyre, pour entrer peu à peu dans celui du Puget. Descente vers le col de Sormiou où l’on traverse la route, puis on traverse un long plateau avec des vues intéressantes sur la calanque de Sormiou. Du col des Baumettes, on peut soit descendre à la calanque de Sormiou, soit économiser du dénivelé en prenant le sentier bleu jusqu’au col du Renard. Si l’on descend, on passera au port (joli) et l’on franchira les pentes qui rattrapent le sentier bleu sur les crêtes.

Du col du Renard, vue exceptionnelle sur l’itinéraire du lendemain, Sugiton, le socle de la Candelle, Le Devenson, Castelviel...

On peut rejoindre la calanque de Morgiou pour cette fin d’étape (bar/restaurant, pas d’eau courante mais on peut acheter des bouteilles) et rentrer par la route ou tenter le bivouac, celui-ci est maintenant interdit dans les calanques et dans le projet de Parc National. Mais certains le pratiquent quand même en respectant des conditions importantes.

" Dans notre esprit faire un bivouac dans les calanques consiste à partir à deux ou trois (surtout pas en groupe) pour profiter pleinement du calme et de la nature. Évidemment pas de feu, pas de bruit et pas de déchets laissés derrière. "

Attention aux moustiques, la nuit ils sont assez virulents.

2° jour

  • Morgiou - Sugiton - Oeil de Verre - Val Vierge - Devenson - En Vau - Port Pin - Port Miou - Cassis.
  • 15km environ - dénivelé : 700m environ
  • 4 à 6h00 de marche

De la calanque de Morgiou, longer le quai du bar et franchir 2 pentes pour rejoindre un petit col (vue superbe), contourner l’Aiguille de Sugiton (un petit pas en rocher glissant) puis atteindre les échelles métalliques pour rejoindre Sugiton (superbe ambiance).

De Sugiton, on peut éventuellement prendre le risque de traverser la calanque des pierres tombées (interdite, mais superbe endroit fréquenté par des naturistes), et remonter après la calanque chercher le GR par un couloir facile à trouver à gauche, balisé par de vilaines marques rouges (quelques pas d’escalade faciles. Attention : petite portion du bas expo aux chutes de pierres sur 10 mètres).

Sinon, on remontera le vallon par le balisage rouge / rouge et blanc au pied de la falaise des Toits, pour rejoindre un itinéraire bétonné (où ont été tournées des scènes du salaire de la peur). On arrive alors à un col (vue superbe sur l’Aiguille et le large) où le GR part à droite en épingle.

Le sentier va devenir sauvage sous le socle de la Candelle (plusieurs gros arbres morts en travers), puis étroit au-dessus de l’eau, pour arriver à la calanque de St-Jean de Dieu (baignade possible par mer calme). À cet endroit se trouve une portion du GR expo aux chutes de pierres. Avec l’érosion cela ne s’arrange pas (voir photos). Soyez rapides à cet endroit et évitez les lendemains de pluie.

On attaque ensuite la longue et belle remontée du Val Vierge. Le pas du Rocher Club (ou de l’Œil de Verre) demande de l’attention, 15m, équipements en place, une corde peut sécuriser les randonneurs qui souffrent du vertige. Pour ceux qui se posent des questions sur ce passage, voir la fin de cette vidéo (l’image en haut à gauche c’est l’œil de verre).

On poursuit le tracé rouge dans un univers particulier et on prend 400m de dénivelé. Les cheminées du Diable (2 pas d’escalade peu difficiles) permettent de sortir du Val Vierge. On reprend la direction de Cassis pour arriver au col des Charbonniers, puis on descend les longues crêtes du Devenson qui réservent des vues impressionnantes sur l’Aiguille de l’Eissadon et la côte très sauvage.

On remonte ensuite un vallon qui conduit au Puits de l’Oule, puis on descend par des itinéraires plus larges à la magnifique calanque d’En Vau (arrivée théâtrale, entourée de falaises de 100m de haut). Il y a une navette bateau que je n’encourage pas, mais qui peut servir en cas de problèmes.

L’itinéraire se poursuit par la gauche de la calanque en regardant la mer, le sentier, toujours tracé, gravit une falaise avec quelques pas d’escalade faciles mais glissants. On traverse le plateau du Cadeiron, pour arriver à la familiale calanque de Port Pin, puis on longe la calanque de Port Miou (port de voiliers), la seule sur la commune de Cassis.

Au bout de la calanque, on trouvera une buvette.

La marche n’est pas terminée, car le bus est à l’autre bout de Cassis. C’est long !

Remonter jusqu’à la gendarmerie, puis trouver l’arrêt de bus qui conduit à la place Castellanne (Marseille).

De la place Castellanne, on peut revenir à Montredon par le bus n° 19.
Et de Montredon, on peut prendre une navette pour Callelongue.

Notes :

  • dès les premières chaleurs d’avril/Mai, se renseigner sur la "rue" une plante à ne pas toucher sous peine de brûlures au 3° degré.
  • la fin de la floraison générale se produit en juin, tout est ensuite grillé. La flore particulière des calanques s’observe de janvier à Mai. Asphodèles, romarin, chèvrefeuille, lin, valériane, cystes, et aussi la rue...
Dernière modification : 2 avril 2016