Mont Brune (1518m) en boucle

Difficulté :
Facile
Dénivelé :
730m
Durée :
4h00

Le Mont Brune est situé sur une ligne de crête qui, passant par la Cime des Collettes et le Mont Vial, sépare les vallées du Var et de l'Estéron. Avec son altitude de 1518 mètres le Mont Brune domine de 1200 mètres la Vallée du Var. Du Mont Brune la vue est à 360° avec notamment les sommets du Mercantour et de l'Argentéra, la crête du Cheiron, l'Estéron et à proximité la Cime des Collettes et le Mont Vial. De nombreux itinéraires en boucle permettent d'accéder au Mont Brune. Celui présenté dans ce topo au départ d'Ascros est le plus court et pour ceux qui le trouveraient encore trop long reste la possibilité de faire un simple aller-retour. – Auteur :

Accès

Se rendre à Ascros :

  • soit par la D27 qui passe notamment par Gilette, Revest-les-Roches, Tourette-du-Château, Toudon
  • soit par la Vallée du Var jusqu’à Puget-Théniers puis successivement par la D2211a puis la D27

Se garer au Grand parking surveillé à 300 m au Sud d’Ascros qui est le point de départ de la trace GPS.

Publicité

  • Sac de couchage 2 saisons - Homme - (...) PROMO

    100 € 78 €

  • Veste polaire à capuche - Femme - (...)

    140 €

  • Chaussures de randonnée - Homme - (...) PROMO

    200 € 160 €

  • Sac à dos Kanken 16L - FJALL RAVEN - (...)

    90 €

Précisions sur la difficulté

Itinéraire balisé sans difficulté si ce n’est par temps de brouillard et en l’absence de trace GPS celle de trouver au Mont Brune le départ du sentier qui conduit à la Baisse du Mont Brune.

Les infos essentielles

  • Carte IGN : TOP 25 - 3641 OT : Moyen Var
  • Altitude : Entre 1000 m et 1518 m
  • Longueur : 13,3 km et un peu plus de 10 km en aller-retour
  • Dénivelé : 727 m ou moins de 500 m si le retour s’effectue par l’itinéraire de l’aller
  • Balisage : Marques de peinture rectangulaires de couleur jaune
  • Autres randonnées avec traces GPS (format GPX) pour le Mont Brune et les montagnes environnantes (Cime des Collettes, Mont Vial)

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Aller

Du Parking rejoindre par la route le centre d’Ascros éloigné d’environ 300 mètres puis lorsque, une quarantaine de mètres plus loin, la route tourne à droite poursuivre tout droit avant de tourner à droite 50 mètres plus loin devant des maisons.

Longer les maisons pour trouver la balise 302 qui indique notamment la direction de la Baisse du Mont Brune.

A partir de cette balise, l’itinéraire suit un sentier sur un peu plus de 600 mètres puis une piste DFCI (Défenses des Forêts Contre l’Incendie) sur environ 2,3 Km jusqu’à un réservoir d’eau

Après le réservoir prendre le sentier qui longe la crête parfois étroite du Mont Brune jusqu’au sommet.

Retour

Du sommet du Mont Brune, parcourir à vue vers l’Est une vingtaine de mètres pour trouver légèrement en contrebas de la crête une sente bien marquée (laquelle peut être très difficile à trouver s’il y a du brouillard d’où l’utilité de la trace GPS) conduisant à la Baisse du Mont Brune.

Emprunter alors une piste DFCI sur environ 75 mètres puis la quitter sur la gauche (à un cairn que j’ai ajouté il y a plusieurs années) pour emprunter une sente qui retrouve la piste DFCI après environ 300 mètres. Suivre la piste DFCI sur environ 20 mètres puis prendre un sentier sur la droite.

Alors par des sentiers balisés rejoindre la balise 308 en passant par les balises 95, 304, 305, 306, 307 qui indiquent la direction d’Ascros. A la balise 304 on ne manquera pas de faire un court aller-retour à la Chapelle de la Sainte Baume (voir à cette page la rubrique PIERREFEU (06910) - LA CHAPELLE DE LA SAINTE BAUME)

A la balise 308 on arrive sur plateau traversé par une route à très faible circulation qui ne tarde pas à passer à proximité de fermes en activité d’un autre âge.

Environ 1200 mètres après cette balise 308 une ancienne marque de peinture jaune sur une bâtisse indique le départ d’un sentier conduisant à Ascros.

Ne pas le prendre car il se perd dans des hautes herbes ce qui n’était pas le cas il y a quelques années ; poursuivre sur la route et après environ 700 mètres prendre sur la droite (Nord) un sentier balisé en provenance de Cuébris qui permet de rejoindre le parking de départ.

Dernière modification : 11 avril 2019

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : Toujours plus haut Mercantour

Depuis que je suis à la retraite (année 2010) je marche en montagne en moyenne 2 fois par semaine par beau temps pour profiter au mieux des magnifiques paysages des Alpes-Maritimes. Au cours de chacune de mes randonnées, effectuées le plus souvent en boucle, j'atteints un ou plusieurs sommets et c'est ainsi que à ce jour (5 décembre 2018) j'ai atteint 565 sommets (Unique Summits) au départ de chez (...)

Randonnée réalisée le 3 juin 2018

Topo publié le 15 décembre 2018

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 18 décembre 2018 à 20h28

    Salut TPHM. Très intéressant cet itinéraire. Le quadrilatère les Crottes, Mont Pella, Mont Brune, chapelle de la Sainte Baume témoigne d’une occupation ancienne.

    • Occupation romaine.
      Une stèle en place (je pense) au hameau des Crottes, un peu au NO, comportant une épitaphe. Elle fait référence à un vétéran de la légion II Auguste, vraisemblament citoyen romain (citoyenneté de naissance accordée à une certaine époque - édit deCaracalla en 212). Datée du IIIe siècle AC.
      Le vétéran était probablement originaire des Alpes Maritimae, où il est revenu finir ses jours. Installé à Ascros, il a sur la population locale la supériorité d’être désormais un "honestior" et de disposer d’argent monnayé. La coutume voulait alors que l’on offre un banquet aux gens locaux pour pour se faire accepter. Cette stèle a dû être érigée par les villageois, au vu de la mauvaise qualité de la surface à graver par le lapicide ainsi que les incises irrégulières dans la forme et l’espacement.

    T_______P_______P
    MATVRTVSFVSCVS
    EMERITVS______EX
    LEGIONE II AVGMIS
    SVSHONESTAMIS
    SIONE DE SVO
    SIBI
    EP VL AV I T P____A
    G_______V______M

    (pour la curiosité : T(itulus) p(ublice) p(ositus) Maturius Fuscus, emeritus ex legione (secundo) Aug(usta), missus honesta missione, de suo sibi. Epulavit pagum).

    (Nouvelle lecture d’une inscription d’Ascros (Alpes-Maritimes), Jean-Claude Passeron, Paul Veyne, Gallia, tome 61, 2004. pp. 271-280)

    • Moyen-Age.
      Saint-Jean d’Aurelle
      Sur le rocher au-dessus de la chapelle de la Sainte Baume on trouve des ruines : habitat fortifié de Saint Jean d’Aurelle. Côté nord : restes de tour (?) ; côté sud : un mur de soutènement formant plateforme.
      A priori il s’agissait d’un point de contrôle du chemin d’Ascros à Toudon (sur l’itinéraire col de La Cayolle - Nice).
    • Anciens chemins.
      En sus de ce qui est dit ci-dessus, on trouve des vestiges de ce chemin ancien. Pour certains il reliait Cimiez à la Haute-Provence.

    " Jusqu’au XXe s., Ascros ne fut pas un lieu quelconque : à 1 149 m d’altitude, l’habitat que surplombe un triple rocher et un château fortifié occupait le col par lequel un chemin muletier millénaire 63, appelé quelquefois route de Nice à Puget, mettait en relation la côte de Cemenelum (quartier de Cimiez à Nice) et Nice avec Barcelonnette et la Haute-Provence ; il était périlleux par endroits, surtout l’hiver, et les conditions de la géographie antique ne devaient pas être différentes de celles du Moyen Âge. En quittant la côte, ce chemin suivait la basse vallée du Var par la rive gauche, mais la quittait bientôt : dès l’époque romaine 64, il traversait le Var pour remonter difficilement la vallée de son affluent l’Esteron vers Ascros, car, plus en amont, la vallée du Var est barrée par les rochers de la Mescla. Après Ascros, le chemin descendait rapidement vers Puget-Théniers ou Touët-sur-Var pour y retrouver le Var et atteindre Guillaumes, c’est-à-dire le territoire de la civitas Glannatica (Glandeves), une des cités les plus étendues des Alpes "
    (Nouvelle lecture d’une inscription d’Ascros (Alpes-Maritimes), Jean-Claude Passeron, Paul Veyne, Gallia, tome 61, 2004. pp. 271-280)

  • par Le 19 décembre 2018 à 17h10

    Waouh toutes les informations que vous avez mises dans votre commentaire dont je vous remercie !!

    Je savais qu’Acros était le passage d’un chemin millénaire entre Nice et la Haute Provence mais j’ignorais presque tout du reste.

    Suite à votre commentaire j’ai fait un ajout dans mon texte concernant la Chapelle de la Sainte Baume avec le lien que vous m’avez adressé.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !