Mont Ténibre (3031m) par le refuge de Rabuons

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1900m
Durée :
2 jours

Superbe randonnée s'effectuant en boucle sur 2 jours dans l'univers minéral mais parsemé de nombreux lacs de la vallée de la Haute Tinée. – Auteur :

Accès

Au départ de Nice, remonter la Vallée du Var par la RD6202 puis la RD2205 en direction de la Tinée. Traverser Saint-Etienne de Tinée et à la sortie du village , garer son véhicule non loin de la Maison du Parc du Mercantour. Le départ s’effectue à la balise n°100 située au croisement des routes après le pont enjambant la Tinée.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carte : IGN TOP 25 n°3639OT "Haute Tinée 1"

Dénivelée-horaires :
Jour 1 : +1400m, 4 heures de marche environ
Jour 2 : +500m et -1900m, 6 heures de marche environ

Jour 1 : Saint-Étienne de Tinée (1144m) - Refuge du Rabuons (2523m) :

Départ de la balise n°100 à 1144m dans une forêt de feuillus dans une pente régulière. Bien suivre les balises (rectangles jaunes), car de petits sentiers partent vers des propriétés privées en début de parcours.

Peu avant d’atteindre la balise n°101, on entre dans une forêt de mélèzes (forêt de Sélasse) qui va se clairsemer au fur et à mesure de l’ascension (balise 102).

L’ascension toujours régulière se poursuit sur la crête qui se dénude progressivement, jusqu’à atteindre la balise n°103 à 2382m qui nous fait rejoindre le chemin de l’Énergie.

Pour la petite histoire :

Le chemin de l’Énergie est un impressionnant chemin quasiment de niveau constant de plus de 8 kilomètres taillé dans la roche entre les deux guerres mondiales et qui devait à l’origine alimenter en électricité la vallée, grâce aux nombreux lacs d’altitude de la Tinée, depuis les lacs de Vens jusqu’aux lacs de Rabuons. On imagine, en voyant les parois de roches creusées et les tunnels, le travail colossal qu’il a fallu aux ouvriers avec les moyens de l’époque pour tracer cet itinéraire, maintenant emprunté par les randonneurs et les VTTistes.

On chemine donc sur le sentier presque plat qui nous fait découvrir le vallon de Rabuons au fond duquel on aperçoit au loin le refuge de Rabuons, niché sur un promontoire rocheux en aval du lac.

Passer par la balise n°104. Le sentier a ici été modifié par la restauration de la maison E.D.F., un projet de micro-usine hydroélectrique ayant été relancé pour le lac de Rabuons.

Une montée assez raide nous conduit à la balise n°105 où l’on rejoint le refuge de Rabuons (2523m), au pied duquel s’étend le lac dans une vallée fermée par quelques hauts sommets frontaliers (de droite à gauche en regardant depuis le refuge : tête des Chalanchas 2978m, Corborant 3007m, cime d’Ischiator 2929m, Grand Cimon de Rabuons 2995m, roche Rousse 2996m).

On aperçoit au loin la cime du Ténibre qui se trouve dans une direction nord-nord-ouest entre le Banc de Gicanas (2905m) et la courbe de la Roche de Rossalonga.

Ainsi s’achève notre premier jour de randonnée de 1400 mètres de dénivelé pour environ 4 heures de marche, hors temps de pauses.

Pour ceux qui auront choisi de se restaurer et dormir au refuge du Rabuons, petit commentaire en fin de topo.

Jour 2 : Refuge du Rabuons (2523m) - Mont Ténibre (3031m) - Saint-Étienne de Tinée (1144m) :

Départ du refuge par la balise n°105. On contourne le lac par le sentier en rive gauche jusqu’à la balise n°106.

S’engager dans le sentier toujours bien marqué et qui commence à monter plus rudement. On dépasse les hexagones verts qui marquent l’entrée dans la zone centrale du Parc, puis le sentier nous mène entre les deux lacs du Cimon.

Suivre le sentier dans le vallon qui devient franchement rocailleux en dépassant le lac de la Montagnette par la droite, jusqu’à atteindre la balise n°107 à 2872m qui signale le pas du Rabuons. De cette crête, on a déjà une vue impressionnante sur le versant italien.

Soyez attentifs au balisage à partir d’ici : il faut continuer à grimper à travers la crête rocailleuse frontalière qui s’élève vers l’ouest en suivant le balisage fait de points rouges peints sur les pierres. Derrière vous se trouve alors la roche Rousse, dont le sommet est également surmonté d’une croix et dont le balisage est également constitué de points rouges : attention donc à ne pas les confondre, l’ascension de ce sommet nécessitant d’effectuer des mouvements d’escalade.

Franchir une première brèche d’où l’on aperçoit la croix érigée à la cime du Ténibre. Progresser sur la crête, toujours en suivant le balisage rouge. Un petit passage délicat de roches aériennes et l’on atteint enfin le sommet, à 3031m d’altitude. Superbe panorama sur les alpes françaises et italiennes (mont Viso, Argentera, mont Mounier, Pelat, Écrins dans le lointain...).

Descente  :

La descente s’effectue par le côté opposé une fois la croix dépassée, toujours en se fiant au marquage rouge, dans un goulet assez étroit et raide qui va ensuite s’évaser mais rester toujours aussi pierreux. Attention : ne pas suivre les points rouges lorsqu’ils amorcent une remontée. En effet, ils servent à partir de cet endroit à indiquer le passage vers la crête entre le Ténibre et la tête Rousse (reconnaissable à la longue traînée ocre dans sa pente) qui mène au vallon côté italien.

S’orienter pour progresser dans la descente grâce aux cairns qui se dissimulent dans la pente couverte de pierres et d’éboulis de toutes tailles...

Amorcer une descente dans un goulet d’herbe rase très pentu par de très courts lacets raides. Pour ceux qui sauront ouvrir l’œil, il est possible d’apercevoir la très rare saxifrage à fleurs multiples, qui fut l’emblème du parc du Mercantour lorsqu’il fut créé et qui se cache dans les parois rocheuses de haute altitude. Je n’ai pu photographier que sa rosette, mais il faut dire qu’elle ne fleurit qu’une fois au cours de sa vie, c’est à dire entre 40 à 75 ans !

Continuer à descendre parmi les pierres en s’aidant au mieux des cairns, en prenant comme point de repère les lacs Varicles. Le chemin moins chaotique et moins pentu nous conduit à passer au milieu d’eux jusqu’à rejoindre le plan de Ténibre, où l’on retrouve le chemin de l’Énergie.

Passer par la balise n°111 à hauteur du pluviomètre, puis continuer jusqu’à la balise n°112 à 2331m où l’on prend le chemin qui descend sur la crête herbeuse. De courts lacets à travers un mélézin très clairsemé nous conduisent à la balise n°109 à 1742m.

Il reste encore à descendre 600 mètres de dénivelé pour rejoindre la balise n°108. Une courte portion de route nous permet d’atteindre la balise n°100, point de départ de notre randonnée.

Note sur le Refuge de Rabuons

Autant il est important de faire remarquer quand l’accueil d’un refuge laisse à désirer (voir les remarques sur le Refuge des Merveilles dans un topo sur la cime du Diable), autant il me semble important de dire quand on est content de son séjour, ce qui fut notre cas pour le refuge du Rabuons : accueil du gardien très sympa, nourriture chaude et très copieuse (soupe de légumes, riz et sauté de porc à l’ananas et noix de coco, gâteau de semoule au caramel), pique-nique tout aussi fourni, et génépi maison qui permet de bien se réchauffer au moment où l’on observe le coucher du soleil sur le lac et que le vent souffle fort !

Un grand merci donc à Hugo et son assistant, et aux deux sympathiques pêcheurs ayant improvisé ce soir-là un feu d’artifice (voir les photos sur la page Facebook du refuge) !

Dernière modification : 16 mai 2018
Corborant (3007m) par le refuge de Rabuons

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : Rando Terres d’Azur

Bonjour, Je suis installé à Allos dans les Alpes de Haute Provence. Accompagnateur en montagne, je vous propose des randonnées dans le Haut-Verdon et dans tout le Mercantour. Rendez-vous sur le site "randoterresdazur.fr" ou la page facebook "Rando Terres d'Azur". A bientôt ! Marc

Topo publié le 7 août 2012

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (14).
  • par Le 7 août 2012 à 00h11

    OK vu le mouflon. Bien joué AFKA !

  • par Le 30 août 2012 à 18h00

    Pas vu le mouflon, mais bien apprécié la cuisine et l’accueil sympathique d’Hugo et de ses "aides" ! Super rando, mais un peu de gaz vers le sommet... hélas !

  • par Le 30 août 2012 à 18h45

    Au-dessus de la brèche sur le promontoire, il est là le mouflon.

  • par patagoniaLe 24 septembre 2012 à 22h06

    j ai la chance de pas mal frequenter ce massif et d en connaitre ses bons coins je tiens a m associer a vous pour temoigner du bon accueil au refuge de Rabuons merci donc a Hugo et Clement pour leurs tres bonnes prestations !

  • par Le 24 septembre 2012 à 23h31

    ah, ah, Patagonia si tu connais d’autres bons coins comme celui-ci je t’invites à poster des topos de toute urgence, que je puisse m’y rendre :)

  • par FRANKY DE PEGOLe 16 octobre 2013 à 08h19

    S V P EN QUELLE ANNEE ANNV REFUGE RABUIONS

  • par Le 28 juillet 2014 à 12h50

    bonjour ! petite question : du sommet du Ténibre, est-il possible de descendre directement au lac du Fer, puis enchainer la descente vers le lac Pétrus pour enfin récupérer le chemin de l’énergie par la balise 110, puis 103 ? merciiii

  • par Le 28 juillet 2014 à 13h18

    Coucou Agarock,
    De mémoire pour la descente du Ténibre et en consultant la carte IGN, la descente directement vers le Lac du Fer (direction Sud-Ouest)présente quelques replats mais aussi des passages assez pentus : depuis le sommet et plus bas dans des ravines en arrivant vers le lac. C’est un terrain assez pénible, très minéral, parsemé de blocs chaotiques, même lorsque l’on suit la sente "normale". Ensuite la descente du Lac du Fer au Lac Pétrus paraît moins difficile par l’Ouest puis le Sud pour rejoindre le sentier.
    Pour conclure, cet itinéraire doit être praticable, mais à condition d’avoir de bons mollets et de s’orienter correctement.
    Bon courage à toi !
    Marc

  • par Le 28 juillet 2014 à 16h38

    Il y a une "sente normale " ??? par où passe elle ? plutôt la crête de Sélasse à droite (en descendant du Mont Ténibre) ?? ou à gauche ? en longeant le Banc de Cigagnas et le Mont Garnet ??

  • par Le 28 juillet 2014 à 16h55

    Par sente normale je voulais dire l’itinéraire que j’ai suivi depuis le sommet jusqu’aux Lacs Varicles. Le reste est hors sentier...

  • par Le 28 juillet 2014 à 17h09

    ok ! ben ça fait partir plus vers le NORD, pour moi, après l’ascension du sommet par les lacs Rabuons, mais ils ne sont pas si loin tes lacs Varicles (je veux récupérer le chemin de l’énergie plus bas, assez rapidement, parce que nous faisons l’ascension sur un jour, on est des fous, Lol) . Si tu me dis que cette sente est bien plus praticable que le reste...

  • par Le 28 juillet 2014 à 19h50

    Oui, sur un jour le Ténibre reste faisable en partant de Saint Etienne de Tinée. Je pense que l’itinéraire que tu prévois est praticable, mais je ne suis pas sûr effectivement que cela te fasse gagner du temps (voir photo n°19 avec une vue surplombant le Lac du Fer et les pierriers à descendre). En tous cas, j’attends les photos de ta balade et tes impressions sur ce coin de montagne que j’affectionne tout particulièrement avec beaucoup d’impatience !

  • par Le 28 juillet 2014 à 20h43

    tu ne seras pas déçu (si je n’annule pas pour cause météo) hum !!! je posterai sûrement une sortie

  • par Le 12 août 2014 à 13h09

    bon, c’est fait ! bientôt la sortie ! secteur vraiment magique !!!

  • par Le 12 août 2014 à 15h51

    je l’attends avec impatience !

  • par Le 13 août 2014 à 20h38

    voilà, c’est fait !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !