Montagne de Mare (1603m) - Pays du Buëch

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
690m
Durée :
1 jour

Partez à la découverte de la partie la plus méridionale des Hautes-Alpes. Cette randonnée aux senteurs de Provence offre aux randonneurs de superbes points de vue sur le Buëch, les Baronnies, le Dévoluy, les Ecrins et le Mont Ventoux. Elle permet aussi de découvrir l’étonnant village d’Éourres qui est un lieu où l’expérimentation d’un autre monde, du vivre autrement est plus que jamais à l'ordre du jour. – Auteur :

Accès

  • De Laragne-Montéglin :

Prendre la direction d’Antonave puis du Barret-sur-Méouge par la D942 (Route des Gorges de la Méouge).

3,5 km aprés être sorti du Barret-sur-Méouge, prendre à gauche la directionde Salerans par la D24.

Continuer sur la D24 en direction d’Éourres par le col d’Araud.

Juste avant d’arriver à Éourres, prendre à gauche la direction du hameau Les Damias par la D224.

Se garer sur le parking dit de "séjour", 50m avant Les Damias.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP 25 3339 OT Sisteron
  • Tracé IGN : Montagne de Mare
  • Départ : 984m
  • Point Haut : 1603m
  • Point Bas : 973m
  • Distance : 16 Km
  • Horaire : 4h30 à 5h

Balisage

  • Peu à pas visible dans l’alpage de la Montagne de Mare ainsi que dans les deux premiers kilomètres de cette randonnée.
  • Jaune tout au long du parcours.

Difficulté

  • Recherche d’itinéraire dans une herbe haute entre le premier et le deuxième kilomètre.
  • Sentier peu à pas marqué dans l’alpage de la Montagne de Mare.

Le village d’Éourres

Le caractère à la fois paisible et vivant de ce petit village cache une longue histoire.

Au début du 19ème siècle, Éourres comptait environs 600 habitants et abritait des productions agricoles riches et variées : céréales, lavande, brebis...Cependant, comme beaucoup d’autres communes de France éloignées des villes et des réseaux routiers, ce hameau a été victime de l’exode rural qui a accompagné la révolution industrielle. Dès les années soixante-dix il ne comptait plus qu’une poignée d’habitants.

Mais, l’arrivée de la communauté "Terre Nouvelle" d’orientation New Age et de familles tournées vers la culture Biologique a évité à ce village d’être définitivement rayé de la carte. Avec les habitants restants, ces nouveaux venus se sont mobilisés pour redynamiser la petite commune et reconstruire les anciennes bâtisses abandonnées. Ils sont progressivement parvenus à offrir une seconde vie à Eourres, et ce grâce une démarche d’autonomisation. En effet, la vie dans ce hameau, difficilement accessible et à 3/4h de la moindre petite ville, n’était envisageable de façon durable, que si la dépendance aux services urbains étaient moindre. Aussi, de nombreux services ont été crées sur place : école primaire, un point de vente, un café associatif, salle multimédia....

Aujourd’hui Éourres compte une centaine d’habitants parmi lesquels on trouve des paysans (Chevriers, bergers, maraîchers), des artistes, des artisans (vannier)... Pour tous, le choix d’habiter ce village a été guidé par une volonté de se rapprocher de la nature. L’écologie est au cœur des préoccupations des Eourriens. Ces derniers portent également une attention particulière au développement personnel. L’organisation du village et la vie au sein de celui-ci reflètent ces orientations.

Les affaires du village se gèrent en « démocratie participative » lors de conseils réguliers. L’école primaire du village dispense une éducation basée sur la pédagogie Steiner. L’unique point de vente du village est une biocoop (magasin de produits biologiques). La salle multimédia est équipée en logiciel libre. Sur le panneau d’affichage de la place centrale du village, les habitants inscrivent leurs annonces de troc (par exemple couture contre jardinage), de covoiturage, ou encore d’ateliers qu’ils proposent aux autres résidents (yoga, chant...). En dessous de ce tableau on trouve une grande boite en carton remplie d’un tas d’affaires en tout genre. Il s’agit des choses dont on n’a plus l’utilité (vêtements, livres...) mais qui peuvent faire le bonheur des voisins.

Descriptif

Du parking, continuer pendant 50m la D224 jusqu’à arriver au terminus de cette route dans le hameau "les Damias". La route se divise alors en trois larges sentiers, et il faudra prendre celui de droite qui monte sur les hauteurs du hameau.

Après avoir traversé un champs cultivable, on retrouve un sentier muletier qui va vite disparaitre au milieu des herbes hautes.

Suivre les traces de passages de chevaux (où l’herbe est tassée) jusqu’à rejoindre un vieux mur en pierre sèche.

Remonter le long de ce vieux mur jusqu’à retrouver un sentier bien marqué au niveau de ruines de St-Ouric.

Prendre alors à droite pour rejoindre le col St-Pierre tout proche.

Du col St-Pierre, suivre la direction de la Montagne de Mare par le sentier qui s’engage au milieu des pins (plein sud) avant de rejoindre l’alpage de la Montagne de Mare.

Une fois dans l’alpage, suivre les cairns ci et là et le sentier de crête jusqu’à rejoindre le sommet de cette montagne (1603m).

Descendre ensuite en direction du col de Verdun par le sud après avoir contourné la barre rocheuse par la gauche.

Le sentier prend ensuite la direction de l’ouest en descendant en lacets jusqu’au col de Verdun.

Du col de Verdun, descendre en direction d’Éourres par le nord. Pendant cette descente, il vous faudra traverser plusieurs enclos à chevaux et à ânes.

  • Bien refermer les enclos après votre passage.

A Éourres, prendre à droite la direction des hameaux les Peyres et les Damias. On chemine alors sur une piste carrossable jusqu’à rejoindre une intersection au dessus de ces deux hameaux.

Il ne reste alors plus qu’à prendre à gauche pour rejoindre le parking de départ.

Variante

  • Ascension de la Montagne du Pied du Mulet
  • Voir ICI
Dernière modification : 29 août 2018
Pic de St-Cyr (1365m) par les Gorges de la Méouge et le Col de St-Pierre

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : befakali youtube channel

Topo publié le 6 novembre 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (5).
  • par Le 30 novembre 2013 à 18h29

    Sans entrer un débat qui est hors de propos sur ce site, il est intéressant pour la culture de consulter l’article (qui est un résumé) sur
    http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9dagogie_Steiner-Waldorf
    (la pédagogie Steiner-Waldorf dissimule-t-elle un sectarisme ?).

    Je répète : lire pour la culture - ne pas entamer de débat.

  • par Le 30 novembre 2013 à 18h49

    Bonjour Fabien. Une rando pleine de soleil, ça fait du bien par ce temps gris, triste et pluvieux (du moins chez moi).
    Photo 19 : as-tu expliqué à Galice que le Ventoux n’est pas le tas de pierres situé devant elle ?

  • par Le 30 novembre 2013 à 23h20

    De très belles photos Fabien avec une petite préférence pour celles du vautour (que je n’ai pour ma part jamais pu photographier^^), et une belle présentation du village d’Eourres, qui donne envie de se rapprocher un peu plus de la nature !

  • par Le 1er décembre 2013 à 08h33

    Bonjour et merci à tous les deux,

    @Hereme : Oui le soleil était au rendez vous ce jour là, mais depuis, il se fait bien discret. A l’inverse, le mistral noir à pris ses quartiers d’hiver. Heureusement, aujourd’hui c’est grand beau sur le pays de Provence, et je vais donc aller crapahuter entre Alpilles et Luberon.
    Pour la photo 19, je te rassures, Galice ne risque pas de confondre "son" Ventoux avec une autre montagne.

    @Marc : Pour le vautour, c’est vrai qu’il est souvent difficile de les photographier car ils volent assez haut et s’éloignent assez vite. Là il m’a clairement rasé à 2 reprises (à peine 5 à 6 m au dessus de moi), je ne dois mon salut qu’à un réflexe instinctif qui m’aura sorti d’une profonde sieste au moment opportun ;-)

  • par Le 1er décembre 2013 à 12h17

    Salut Fabien, Je me joins aux autres qui te complimentent pour cette rando dans une région que je connais bien et que j’apprécie beaucoup.
    Puisque vous parlez volatiles, quelqu’un peut-il confirmer ou infirmer que dans cette rando j’ai vu un aigle criard. D’avance merci.
    https://www.altituderando.com/Garde-Grosse-944m-Drome-Provencale

  • par Le 1er décembre 2013 à 14h13

    Que dire de plus... C’est superbe !

  • par Le 2 décembre 2013 à 10h52

    Encore merci à tous pour tous vos compliments,

    @alain : Difficile de confirmer ou d’infirmer tant l’aigle criard est difficile à identifier formellement pour des non-initiés comme nous sommes. Effectivement il est un peu plus petit qu’un aigle royal.
    Ci-dessous un extrait de présentation sur l’aigle criard issue de oiseaux-net.

    L’aigle criard est un rapace diurne au bec crochu et aux griffes puissantes et acérées. Il peut être confondu avec son cousin l’aigle pomarin. Les points de ressemblances sont si nombreux qu’ils rendent bien souvent son identification difficile. En effet, tout comme lui, il est entièrement brun-noir avec des reflets cuivrés. Autre élément de convergence, les sus-caudales peuvent être mêlées de blanc et les rémiges primaires sont noires à racine blanchâtre. Le bec est noir, la cire et les pattes jaunes, l’iris brun. Les facteurs de discrimination et de divergence sont finalement une question de spécialistes et d’acuité visuelle : élément principal, l’aigle pomarin est légèrement plus clair et plus petit. Si l’on rentre dans les détails, le critère le plus typique est visible en vol, avec un contraste différent visible dans le dessous des ailes : chez l’aigle criard, les couvertures sous-alaires sont plus sombres que les primaires.Chez l’aigle pomarin, les couvertures sous-alaires sont plus claires que les primaires.

    Habitat : L’aigle criard fréquente les boisements clairsemés, les forêts riveraines, les lacs, les marais et les salines. Ce choix est directement lié aux impératifs de nidification et aussi pour une large part aux nécessités de son alimentation.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !