Montagne de Mare (1603m) - Pays du Buëch

Difficulté :
Moyenne
Dénivelé :
690m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Partez à la découverte de la partie la plus méridionale des Hautes-Alpes. Cette randonnée aux senteurs de Provence offre aux randonneurs de superbes points de vue sur le Buëch, les Baronnies, le Dévoluy, les Ecrins et le Mont Ventoux. Elle permet aussi de découvrir l’étonnant village d’Éourres qui est un lieu où l’expérimentation d’un autre monde, du vivre autrement est plus que jamais à l'ordre du jour.

Accès

  • De Laragne-Montéglin :

Prendre la direction d’Antonave puis du Barret-sur-Méouge par la D942 (Route des Gorges de la Méouge).

3,5 km aprés être sorti du Barret-sur-Méouge, prendre à gauche la directionde Salerans par la D24.

Continuer sur la D24 en direction d’Éourres par le col d’Araud.

Juste avant d’arriver à Éourres, prendre à gauche la direction du hameau Les Damias par la D224.

Se garer sur le parking dit de "séjour", 50m avant Les Damias.

Pic de St-Cyr (1365m) par les Gorges de la Méouge et le Col de St-Pierre

Itinéraire

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP 25 3339 OT Sisteron
  • Tracé IGN : Montagne de Mare
  • Départ : 984m
  • Point Haut : 1603m
  • Point Bas : 973m
  • Distance : 16 Km
  • Horaire : 4h30 à 5h

Balisage

  • Peu à pas visible dans l’alpage de la Montagne de Mare ainsi que dans les deux premiers kilomètres de cette randonnée.
  • Jaune tout au long du parcours.

Difficulté

  • Recherche d’itinéraire dans une herbe haute entre le premier et le deuxième kilomètre.
  • Sentier peu à pas marqué dans l’alpage de la Montagne de Mare.

Le village d’Éourres

Le caractère à la fois paisible et vivant de ce petit village cache une longue histoire.

Au début du 19ème siècle, Éourres comptait environs 600 habitants et abritait des productions agricoles riches et variées : céréales, lavande, brebis...Cependant, comme beaucoup d’autres communes de France éloignées des villes et des réseaux routiers, ce hameau a été victime de l’exode rural qui a accompagné la révolution industrielle. Dès les années soixante-dix il ne comptait plus qu’une poignée d’habitants.

Mais, l’arrivée de la communauté "Terre Nouvelle" d’orientation New Age et de familles tournées vers la culture Biologique a évité à ce village d’être définitivement rayé de la carte. Avec les habitants restants, ces nouveaux venus se sont mobilisés pour redynamiser la petite commune et reconstruire les anciennes bâtisses abandonnées. Ils sont progressivement parvenus à offrir une seconde vie à Eourres, et ce grâce une démarche d’autonomisation. En effet, la vie dans ce hameau, difficilement accessible et à 3/4h de la moindre petite ville, n’était envisageable de façon durable, que si la dépendance aux services urbains étaient moindre. Aussi, de nombreux services ont été crées sur place : école primaire, un point de vente, un café associatif, salle multimédia....

Aujourd’hui Éourres compte une centaine d’habitants parmi lesquels on trouve des paysans (Chevriers, bergers, maraîchers), des artistes, des artisans (vannier)... Pour tous, le choix d’habiter ce village a été guidé par une volonté de se rapprocher de la nature. L’écologie est au cœur des préoccupations des Eourriens. Ces derniers portent également une attention particulière au développement personnel. L’organisation du village et la vie au sein de celui-ci reflètent ces orientations.

Les affaires du village se gèrent en « démocratie participative » lors de conseils réguliers. L’école primaire du village dispense une éducation basée sur la pédagogie Steiner. L’unique point de vente du village est une biocoop (magasin de produits biologiques). La salle multimédia est équipée en logiciel libre. Sur le panneau d’affichage de la place centrale du village, les habitants inscrivent leurs annonces de troc (par exemple couture contre jardinage), de covoiturage, ou encore d’ateliers qu’ils proposent aux autres résidents (yoga, chant...). En dessous de ce tableau on trouve une grande boite en carton remplie d’un tas d’affaires en tout genre. Il s’agit des choses dont on n’a plus l’utilité (vêtements, livres...) mais qui peuvent faire le bonheur des voisins.

Descriptif

Du parking, continuer pendant 50m la D224 jusqu’à arriver au terminus de cette route dans le hameau "les Damias". La route se divise alors en trois larges sentiers, et il faudra prendre celui de droite qui monte sur les hauteurs du hameau.

Après avoir traversé un champs cultivable, on retrouve un sentier muletier qui va vite disparaitre au milieu des herbes hautes.

Suivre les traces de passages de chevaux (où l’herbe est tassée) jusqu’à rejoindre un vieux mur en pierre sèche.

Remonter le long de ce vieux mur jusqu’à retrouver un sentier bien marqué au niveau de ruines de St-Ouric.

Prendre alors à droite pour rejoindre le col St-Pierre tout proche.

Du col St-Pierre, suivre la direction de la Montagne de Mare par le sentier qui s’engage au milieu des pins (plein sud) avant de rejoindre l’alpage de la Montagne de Mare.

Une fois dans l’alpage, suivre les cairns ci et là et le sentier de crête jusqu’à rejoindre le sommet de cette montagne (1603m).

Descendre ensuite en direction du col de Verdun par le sud après avoir contourné la barre rocheuse par la gauche.

Le sentier prend ensuite la direction de l’ouest en descendant en lacets jusqu’au col de Verdun.

Du col de Verdun, descendre en direction d’Éourres par le nord. Pendant cette descente, il vous faudra traverser plusieurs enclos à chevaux et à ânes.

  • Bien refermer les enclos après votre passage.

A Éourres, prendre à droite la direction des hameaux les Peyres et les Damias. On chemine alors sur une piste carrossable jusqu’à rejoindre une intersection au dessus de ces deux hameaux.

Il ne reste alors plus qu’à prendre à gauche pour rejoindre le parking de départ.

Variante

  • Ascension de la Montagne du Pied du Mulet
  • Voir ICI
Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « Montagne de Mare (1603m) - Pays du Buëch »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours