Montagne de Piaud (757m) et Chapelle Saint-Sidoine (746m)

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
630m
Durée :
1 jour

Ce circuit vous propose de découvrir la très belle montagne de Piaud ainsi que son chemin de croix. Vous découvrirez les magnifiques chapelles du Groseau, de Piaud et de Saint-Sidoine ainsi que l’étonnant portail Saint-Jean, qui serait jalousement gardé par un animal fantastique. – Auteur :

Accès

De Carpentras :

  • Prendre la direction de Malaucène par la D938.
  • A Malaucène, suivre la direction du Mont Ventoux (D974).
  • Se garer sur le parking du site du Groseau, peu après avoir quitté Malaucène par la D974. (parking interdit de 22h à 7h)

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP 25 3140 ET Mont Ventoux
  • Tracé IGN : Montagne de Piaud
  • Départ : 398m
  • Point Haut : 761m
  • Distance : 16 Km
  • Horaire : 4h30

Balisage

  • Parking - Balise "Combe obscure" : Blanc / Rouge (GR)
  • Balise "Combe obscure"- Balise "Le Seuil" : Jaune (PR)
  • Balise "Le Seuil" - Chapelle Saint-Sidoine :Blanc / Rouge (GR)
  • Balise "Le Seuil" - Parking :Blanc / Rouge (GR)

Difficulté

  • L’ascension jusqu’à la chapelle de Piaud est assez raide, et peut être pénible pour qui n’a pas l’habitude de marcher.
  • Traversée de la D974 à quatre reprises.

Le portail Saint-Jean

Cet étonnant rocher, situé en bordure de la D974, contiendrait une grotte dont l’entrée serait jalousement gardée par un animal fantastique... "la Chèvre d’Or". Cette grotte ne s’ouvrirait qu’une fois par an, le jour de Noël, pour laisser entrevoir un trésor caché. Cette ouverture serait si brève que personne ne pourrait s’emparer du magot.

Descriptif

Du parking, longer la D974 sur 150m pour rejoindre la chapelle du Groseau située à l’ouest du parking (balisé Blanc/Rouge).

De la balise Notre dame du Groseau, prendre à gauche la petite route goudronnée qui vous amène après 200m devant l’ancienne papeterie.

  • Là, le balisage n’est pas bien clair, on peut apercevoir sur notre droite le balisage qui nous incite à continuer sur la route goudronnée (cf mon erreur d’orientation au premier km), or, ce n’est pas le bon chemin, puisqu’on ne retrouvera plus le balisage à suivre. Il faudra donc, pour retrouver le balisage blanc/rouge, ignorer les panneaux interdisant l’accès au public sur l’ancienne papeterie et repérer la première croix du chemin de pèlerinage située juste à coté des anciens WC du site industriel. Lors de ma sortie, deux anciennes chaises de bureau faisaient office de cairns (cf photo)

Une fois sur le chemin de croix, vous allez rapidement arriver à la balise Les Aréniers (situé au bord de la D974).

  • Là, faire un petit détour de 200m aller-retour en montant par la route pour rejoindre le légendaire rocher du portail Saint-Jean.
  • Pour rejoindre la balise vous allez devoir traverser une première fois la D974. Prudence donc !

De retour à la balise les Aréniers, continuer sur le GR à travers une belle forêts de pins noirs pour rejoindre la chapelle de Piaud.

Continuer toujours sur le GR (balisé Blanc/Rouge), jusqu’à la balise Combe obscure.

  • Peu après avoir quitté la chapelle vous allez devoir traverser une deuxième fois la D974. Prudence !

A la balise Combe obscure, quitter le GR par le sentier de gauche en suivant la direction de Bramafam par le PR (balisé Jaune) jusqu’à rejoindre la balise le Seuil.

  • En chemin, vous allez devoir traverser une troisième la D974. Prudence !

De la balise le Seuil repérer le sentier sur votre gauche, ce sera le sentier de descente.

Continuer alors tout droit par la piste forestière jusqu’à rejoindre la chapelle Saint Sidoine situé à 2km de là (balisé Blanc/Rouge).

Aprés avoir pleinement profité des lieux, faire demi-tour pour rallier la balise le Seuil.

De là, descendre en direction de la balise Commentige, puis prendre à gauche pour rejoindre le parking du départ par la combe de la Baume et son GR (balisé Blanc/Rouge).

  • Arrivé au site du Groseau et son parking, vous allez devoir traverser une dernière fois la D974. Prudence !
Dernière modification : 29 août 2018
Mont Ventoux (1911m), versant nord intégral par la chapelle St-Basile

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : befakali youtube channel

Topo publié le 24 janvier 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par heremeLe 26 janvier 2013 à 00h13

    Histoire et légendes.

    • Chèvre d’or.
      La légende de la Chèvre d’Or est présente dans de nombreux lieux en Provence, et même ailleurs, par exemple le Puy-de-Dôme, les Ardennes, l’Espagne ... Elle paraît attachée à l’occupation sarrazine ; il est dit qu’en cas de péril, les seigneurs du Moyen-Âge, et même jusqu’à la Révolution, dissimulaient leur or et leurs pierres précieuses dans une peau de chèvre cousue, cachée ensuite dans quelque souterrain ou grotte.
      Plus précisément, dans ce cas, une version dit que la grotte s’ouvre pour Noël lors de la messe de minuit, entre le début de l’Epître et la fin de l’Evangile. Tout dépend donc de la vitesse à laquelle le chapelain du lieu expédie ladite messe. S’il le fait comme notre bon dom Balaguère, cela ne laisse pas beaucoup de temps. On ne sait pas si quelqu’un est entré dans la grotte, mais il est certain que personne n’en est sorti.

    Frédéric Mistral, dans "Mireille" (Chant II, note XI), écrit :
    "Vole la Cabro d’or, la cabro que degun de mourtau ni la pais ni la mousi. Que sous lou ro de Bau-Maniere lipo moufo roucassiero" (je veux la chèvre d’or, la chèvre que nul mortel de paît ni ne trait qui, sous le roc de Bau-Maniere lèche la mousse des rochers).

    George Sand disait : "Cette tradition (les Visions de la nuit dans les campagnes) est universelle ; il y a peu de ruines, châteaux ou monastères, peu de monuments celtiques qui ne recèlent leur trésor. Tous sont gardés par un animal diabolique. M. Jules Canonge, dans un charmant recueil de contes méridionaux, a rendu gracieuse et bienfaisante la poétique apparition de la Chèvre d’or, gardienne des richesses cachées au sein de la terre".
    Dans le "Bulletin de la Société préhistorique de France, Année 1916, Volume 13, Numéro 2, p. 87-89, Discussion sur le Veau d’Or et lesTrésors cachée. M. A. de Paniagua (Paris)", on peut lire :
    "...On peut supposer que l’expression D’or, et non EN or, ne s’appliquait pas, à l’origine, à un trésor, mais à une personnalité divine. Cette qualification « d’or » a, par la suite, amené l’idée tenace de « trésor » dans l’esprit du peuple simpliste, lorsque l’adoration pour l’entité divine primitive eut disparu.
    Le Taureau (changé en Veau par une réminiscence de l’exode biblique) est d’or, ainsi que, dans la plupart des cas, la Chèvre ou Gâte. Or la Chèvre était consacrée à "Vénus genitrix", qui n’était, en
    somme, qu’un dédoublement de la Tellus originelle, mère et nourricière."

    • Le Groseau.
      Voici ce que l’on peut lire dans la Statistique du département de Vaucluse, par Maxime Pazzis, 1808, p. 105 : "Les eaux de cette fontaine jaillissent du pied d’un rocher qui a plus de 100 mètres de hauteur ; après avoir baigné Malaucène et son territoire, elles vont se perdre dans l’Ouèse un peu au-dessus de Vaison. Le Groseau ne tire pas son nom, comme on serait tenté de le croire, de l’abondance de ses eaux ; il est appelé dans les anciens actes, depuis le septième siècle, Grasellum ou Grausellum, nom qui doit avoir une origine commune avec Gréoux en Provence. En effet, une inscription, trouvée aux bains de Gréoux, porte : NYMPHIS XI GRISELICIS". (D’après Papon, Histoire de Provence., t. I, p. 86).

    Cependant aucun nom de ville ou de village ne figure dans la charte de fondation du monastère du Groseau, non plus que dans le diplôme confirmatif donné par Clovis III, en 692. Dans ces deux pièces il est simplement mentionné le lieu appelé Grasellum, situé dans la banlieue de Vaison, in suburbano civitatis Vasionensis. Il n’y est nullement question de Malaucène.
    Annales Benedictines, tome I, p. 698, col. 2, et p. 700, col. 2. – Histoire de l’église de Vaison, l. II, p. 7 et 13.
    Autel au dieu Graselos (celte). "...Ius...naliacos Graselou dedicavit laetus". Devant la chapelle N.D du Groseau, sert de piédestal à la croix (Joseph Sautel, thèse sur Vaison dans l’Antiquité, Aubanel 1927).

    • Aqueduc.
      "On peut suivre encore assez loin dans la campagne l’aqueduc qui amenait les eaux du Groseau à Vaison, et même, d’après plusieurs auteurs, jusqu’à Orange, qui est à six ou sept lieues de là".
      C’est l’opinion de Lapise, Histoire d’Orange, p. 32 ; du P. Bonaventure, Histoire. d’Orange, 1741, p. 202 sqq ; de M. Gasparin, Histoire de la ville d’Orange et de ses antiquités, 1815, p. 114.
      Au 17ème siècleon pensait que l’un des côtés du théâtre d’Orange (appelé cirque à l’époque) était le prolongement de cet aqueduc.
    • Chapelle de Notre-Dame du Groseau
      Selon Augustin Deloye, chartiste du XIXe siècle :
      "Nous avons remarqué, un peu au-dessous de la source, une pierre de marbre blanc dont une face est couverte de caractères grecs. Bien que le mauvais état des lettres et le manque de temps nous aient empêché de faire une copie de cette inscription, peut-être antérieure à la domination romaine, nous jugeons utile d’en parler, afin de donner à quelque archéologue l’idée de la calquer pour l’étudier à loisir : le marbre sur lequel elle est gravée sert de base à une croix placée devant la porte de la chapelle de Notre-Dame du Groseau."
      Cette base de croix, ainsi que l’inscription (l’un parle de latin ; l’autre de grec), existent-elle encore ?
    • Chapelle Saint-Sidoine : érigée en 1825 sur les vestiges d’un édifice plus ancien. Autrefois elle servait de refuge pour les bergers en cas d’orage. C’est le but d’un pèlerinage destiné a demander la pluie.
    • Chapelle de Piaud (XVIIe) : "Piaud" proviendrait des racines pié, pio (pieux) et aut (sommet, élevé) en provençal. Ces deux chapelles appartiennent à un parcours de procession pour implorer la pluie.
  • par Le 28 janvier 2013 à 10h03

    Salut hereme et merci pour ces compléments historiques. Je ne connaisais pas du tout les origines de cet animal fantastique qu’est la chèvre d’or.

    Pour la pierre de marbre blanc avec ses inscriptions, n’en ayant pas connaissance le jour de cette sortie, je n’y ai pas fais attention... je ne pourrai donc rien confirmer. Mais je ne manquerai pas d’y préter attention la prochaine fois.

    A suivre donc dans un prochain épisode...

  • par Le 19 mai 2014 à 21h00

    Salut Befakali !
    Tu as une petite demande ;-)
    https://www.altituderando.com/spip.php?page=thread&id_thread=15440

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !