Monte Cinto (2706m), versant Sud en traversée par Lozzi

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1800m
Durée :
1 jour

Atteindre le Cinto se fait au prix d'une randonnée exigeante, quel que soit le versant choisi pour l'attaquer. Si en plus le mauvais temps s'en mêle, il faudra plus que de bonnes capacités physiques pour venir à bout de cette traversée chaotique. – Auteur :

Accès

Par la RD84, gagner le village de Calacuccia qui borde le lac de barrage du même nom. Gagner le haut du village, puis prendre la RD218 qui grimpe vers Lozzi. Il y a un plateau où l’on peut se garer, mais comme en de nombreux endroits en Corse, le bivouac est interdit sur cette zone "sauvage". Il vous faudra vous tourner vers les gîtes et campings du coin.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route :

  • Carte : IGN TOP 25 n°4250 OT "Corte-Monte Cinto"
  • Tracé IGN : Monte Cinto
  • Altitude de départ : Campings de Lozzi, 1080m
  • Point culminant : Monte Cinto, 2706m
  • Temps de parcours : compter 8 heures de marche sans les pauses
  • Distance : environ 24 km
  • Dénivelé : environ 1800m à cause des redescentes vers le refuge de l’Erco et sous la Pointe des Eboulis
  • Balisage : gros points orange jusqu’au lac du Cinto, puis gros points rouges pour toute la traversée délicate, jusqu’à la redescente par le versant Sud-Est vers le refuge de l’Erco. Sur tout le parcours, on trouve également des cairns.
  • Période conseillée : de juin à octobre. Dans tous les cas, se renseigner sur la présence de névés résiduels ou de chutes de neige récentes pouvant rendre impossible l’accès au sommet sans matériel d’alpinisme
  • Equipement : l’équipement classique du randonneur. Prévoir des affaires chaudes, des chaussures qui accrochent bien, des gants peuvent aussi s’avérer utiles pour progresser sur les rochers. Ceux qui ont l’habitude de randonner avec des bâtons les trouveront sans doute très utiles pour les passages raides et les marches autant à la montée qu’à la descente. Ils seront par contre inutiles dans les passages d’escalade ou de désescalade.

Remarques :

  • Itinéraire : le tracé est celui fourni par le CNSNMM dans le cadre de la liste des randonnées obligatoires à effectuer pour la préparation du probatoire de l’AMM.
  • Où dormir : On peut, si l’on souhaite partir tôt pour faire cette randonnée, dormir à l’un des deux campings, le "Monte Cintu" ou "L’Arimone". Le départ de la randonnée se fait directement par la piste forestière qui borde le camping L’Arimone sur l’Ouest. Le refuge de l’Erco est non gardé, en principe ouvert, cela permet d’étaler la randonnée sur 2 jours.
  • Panorama : pour le découvrir, je vous invite à consulter les photos du topo de David Colson avec la montée par Asco, en lien ici. La météo a été moins clémente avec moi...

Difficultés :

  • Tracé : Bien que balisé sur toute sa longueur, cet itinéraire dès que l’on dépasse le lac et jusqu’à la descente est réservé à des randonneurs expérimentés : grosses marches à franchir, pentes d’éboulis, dalles souvent glissantes.
  • Orientation : une bonne lecture de carte ainsi que le strict suivi des cairns et des points rouges sont nécessaires pour ne pas se retrouver rapidement face à une paroi infranchissable ou un ressaut trop raide.
  • Météo  : sortie déconseillée en cas de pluie ou de brouillard, à proscrire en cas d’orage, car extrêmement exposée. Avec les conditions météo que j’ai rencontré et n’ayant pas de compagnon de route, j’avoue qu’il a fallu que je me fasse violence pour continuer...

Le parcours :

Le départ offre une mise en jambes progressive. On suit la piste passant le long du camping L’Arimone. Le sentier vers le Nord-Ouest coupe à travers les lacets de la piste, et passe entre les prairies plus ou moins cultivées et fréquentées par les vaches du coin. Déjà on remarque les blocs de Rhyolite qui seront omniprésents à mesure que l’on prend de l’altitude.

On atteint rapidement la chapelle romane ruinée (ou ancien ermitage) de "Sa’ Lisei" dont il reste les fondations. Progression le long de la crête et traversée sous le Capu di Manganu. On rencontre plusieurs panneaux explicatifs du sentier de découverte sur la flore et la faune du coin.

Le chemin se poursuit en légère descente. On franchit plusieurs vallons, puis on passe à travers une portette dans une zone de roches moutonnées. Franchir le torrent émissaire du lac du Cinto, et l’on arrive sur le replat du refuge de l’Erco.

La suite est une montée en rive gauche du torrent dans un paysage de plus en plus minéral. La montée devient plus rude avec un cheminement qui se fait plus technique. Le genévrier nain et l’aulne odorant finissent par laisser totalement la place aux roches lorsque l’on arrive sous la rive Sud-Est du lac du Cinto.

Monter dans les éboulis fins et glissants dans le pierrier vers le Nord-Est. Bien suivre les cairns et les points rouges de la trace qui progresse en direction de la crête. Il faudra déjà s’aider des mains par endroits pour atteindre la Pointe des Eboulis.

Bien suivre le marquage pour trouver l’itinéraire qui navigue à travers le relief chaotique et branlant vers l’Est. On entame une redescente avant de remonter à travers différents obstacles (ressauts, cheminées, dalles plus ou moins ruisselantes...) pour gagner la cime du Cinto. Normalement, vous devriez profiter ici d’une vue imprenable sur le relief montagneux de la Corse...

Repérer les points rouges de la descente qui part vers le Sud. Là encore, la progression demande une grande vigilance, d’autant que l’on passe les obstacles avec le poids du corps qui nous entraîne dans la pente. Ne pas hésiter à passer les portions les plus raides en désescalade, en prenant ses appuis face au rocher. Ce tracé austère, entre les pans acérés de roches et dans la pente raide, est plutôt impressionnant.

On finit par retrouver un sentier plus facilement praticable vers le point coté 2425 et l’on a en point de mire en regardant vers le Sud-Est le refuge de l’Erco, presque 800 mètres en contrebas.

Une fois atteint le refuge, l’itinéraire de retour est identique à celui emprunté à l’aller.

Dernière modification : 23 août 2018
Capu Borba (2305m) par Haut Asco.

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : Rando Terres d’Azur

Bonjour, Je suis installé à Allos dans les Alpes de Haute Provence. Accompagnateur en montagne, je vous propose des randonnées dans le Haut-Verdon et dans tout le Mercantour. Rendez-vous sur le site "randoterresdazur.fr" ou la page facebook "Rando Terres d'Azur". A bientôt ! Marc

Topo publié le 23 juin 2015

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 24 juin 2015 à 17h21

    Bravo pour cette ascension d’un sommet qui se mérite. Pas de chance par contre pour le brouillard au sommet !

  • par Le 24 juin 2015 à 21h35

    Pas gâté par le temps !

  • par Le 25 juin 2015 à 01h46

    coucou David et Joëlle !
    Non en effet, dommage pour la vue, mais c’était bien de commencer ainsi mon périple corse par ce sommet difficile avec ces conditions météo pas évidentes et poursuivre avec un climat plus clément. Cela dit, les autres sommets (Oro, Renoso, Incudine) n’étaient pas non plus évidents, les sentiers de l’île de Beauté n’offrant que peu de répit^^

  • par Le 5 juillet à 08h50

    Bonjour
    Tracé GPS rajouté au Topo
    Cdlt
    Jean-Claude

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !