Monte Incudine (2134m) et "Via Alpine" des Aiguilles de Bavella

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1600m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Tout dans cette randonnée en fait un incontournable de l'île de Beauté, et de la montagne en général : un itinéraire d'envergure, la traversée des magnifiques Aiguilles de Bavella, le passage par le mythique GR20, la formidable vue au sommet de l'Incudine. On ressent dans ces contrées, encore sauvages bien que sans doute excessivement fréquentées, la certitude que l'on vient arpenter la montagne pour se découvrir poète.

Accès

Venant du Nord (Zonza) ou du Sud (Solenzara) par la RD268, il vous faudra gagner le Col de Bavella. Un grand parking est aménagé sur ce dernier. Nul doute qu’en période estivale, il vous faille cependant arriver suffisamment tôt pour espérer avoir de la place sur ce haut lieu touristique.

Itinéraire

Carnet de route :

  • Carte : IGN TOP 25 n°4253ET "Aiguilles de Bavella-Solenzara"
  • Tracé IGN : Monte Incudine
  • Altitude de départ : Col de Bavella, 1218m
  • Point culminant : Monte Incudine, 2134m
  • Temps de parcours : compter 9 heures de marche sans les pauses
  • Distance : environ 28 km
  • Dénivelé : environ 1600m (remontées pour les aiguilles de Bavella et au retour pour retrouver le parking)
  • Balisage : Tout le parcours est balisé, principalement traits blancs et rouges du GR20, et points ou traits jaunes de la Via Alpine pour les aiguilles.
  • Période conseillée : de juin à octobre. Dans tous les cas, se renseigner sur la présence de névés résiduels ou de chutes de neige récentes pouvant rendre impossible l’accès au sommet (ou aux aiguilles) sans matériel d’alpinisme.
  • Equipement : l’équipement classique du randonneur. Prévoir suffisamment d’eau pour l’aller, car le point d’eau le plus proche est la source au niveau du refuge d’Asinau.

Remarques :

  • Itinéraire : le tracé est celui fourni par le CNSNMM dans le cadre de la liste des randonnées obligatoires à effectuer pour la préparation du probatoire de l’AMM.
  • Où dormir : On peut étaler cette randonnée sur 2 jours avec un bivouac au refuge d’Asinau ou aux bergeries situées en contrebas. Je n’ai pas testé moi-même, à voir avec les habitués du GR20 puisque c’est un gîte classique pour celles et ceux effectuant la traversée.
  • Toponymie  : Beaucoup de noms corses ont été francisés, les deux versions cohabitant parfois. On distingue facilement les uns des autres, les premiers ayant beaucoup recours à la voyelle "u", tandis qu’il ont été remplacés par des "o" dans la version française. A savoir : le terme "bocca" corse désigne un "col".

Difficultés :

  • Tracé : Le balisage est toujours présent, mais la Via Alpine nécessitera de mettre les mains plusieurs fois, et il y a une longueur de chaîne à désescalader au milieu du parcours.
  • Orientation : des notions de base de lecture de carte et de maniement de la boussole devraient suffire.
  • Météo  : sortie déconseillée en cas de pluie ou de brouillard, à proscrire en cas d’orage, notamment si vous voulez monter jusqu’à l’Incudine.

Le parcours :

Départ du sentier passant à gauche de la vierge. On traverse rapidement un bois de pins Laricio. Le GR20 continue en descente, mais à la bifurcation, on prend à droite par la Via Alpine (marquage de deux traits ou d’un point jaune), direction les Aiguilles de Bavella.

Le sentier s’engage parmi les blocs rocheux, nous sommes entourés par de magnifiques aiguilles, tours, colonnes de granodiorites plus ou moins "dévorées" par l’érosion. Rapidement nous voilà dans un goulet d’étranglement que le chemin nous fait gravir par de courts lacets.

L’arrivée à la Bocca di U Truvone est magique, avec devant nous la suite du parcours au milieu du minéral tourmenté sur notre gauche, et les vallonnements qui s’en vont mourir vers la mer, à l’Est.

Nous voilà naviguant dans ces superbes paysages. On suit les marquages jaunes jusqu’au ressaut rocheux muni d’une chaîne. Descendre prudemment ce passage un peu en dévers, surtout si l’on est équipé d’un lourd paquetage.

Le chemin se poursuit, montant vers la Bocca di U Pargulu. On longe par l’Ouest les contreforts de la Punta di l’Arjettu, passage par une baisse, puis on contourne encore par l’Ouest la Punta di a Vacca. Une montée et nous voilà à la Bocca. De là encore, une vue magnifique et dégagée, seulement arrêtée par les aiguilles surplombant ce col au Nord, notamment l’austère Punta di U Pargulu. On devine notre itinéraire de descente dans le vallon d’Asinau par le Nord-Ouest, et au loin se dessinent les contreforts austères de l’Incudine.

Descendre sur environ 300 mètres de dénivelé le flanc Ouest sous les 3 aiguilles principales (Lunga, Alta, Iolla), à travers un bois de pins, pour raccorder avec le GR20.

On continue en direction du Nord le long de la rive gauche du torrent de l’Asinau qui se rapproche progressivement. On finit par le rejoindre au niveau du Ravin de Gialghiccia, nous voilà en rive droite. Dans la montée qui suit, choisir de poursuivre sur GR20 en direction du refuge ou à droite vers les bergeries (pour moi, ce fut le refuge à l’aller et les bergeries au retour).

Les 500 mètres de montée qui vont suivre sont assez éprouvants : marches, pierres irrégulières constellant le sentier, franchissement en adhérence de dalles inclinées... La végétation se fait plus rase, et une dernière traversée accidentée nous emmène par une passe au niveau de la crête.

Superbe vue (encore^^) à cet endroit, avec d’un côté les aiguilles déjà assez lointaines et le vallon de l’Asinau, de l’autre vers le Nord-Ouest sur le Plateau du Cusciunu. Au Nord-Est, c’est la montée finale pour atteindre le sommet. Celle-ci se déroule dans un décor assez minéral, mais ce ne sera pas la plus éprouvante du parcours. On rejoint ainsi rapidement la croix sur la cime, et l’on découvre vers le Nord-Est les reliefs raides et crénelés de la Punta di Valli Tremuli, et la Punta Scarachiana.

Après un instant de contemplation (plus ou moins prolongé selon votre état de fatigue et votre capacité à vous émouvoir de ce sublime décor), il est temps de penser à la descente, peut-être plus pénible que la montée à cause du terrain chaotique.

Descente donc jusqu’au refuge (on peut tirer tout droit par les bergeries), retour au fond du vallon, puis on suit le GR20 jusqu’au croisement avec la Via Alpine. Pour le retour, nous allons maintenant continuer à suivre le GR20 pour une longue traversée, qui peut sembler de niveau, mais qui présente de courtes (mais pénibles^^) montées et descentes.

Tout d’abord il faudra marcher un bon moment vers le Sud-Sud-Ouest pour contourner la Crête du Pargulu. On progresse vers l’Ouest, on passe par le Talweg d’Aja Murata, une nouvelle crête puis le Talweg de Caracutu. On continue de progresser sous le couvert de la forêt, qui va disparaître en atteignant la dernière crête du parcours où l’on retrouve l’univers minéral des aiguilles qui nous surplombent maintenant.

Nous allons effectuer notre dernière montée en rive drotie du Ruisseau de Ceca la Volpe, jusqu’à retrouver le panneau directionnel faisant jonction avec le départ de la Via Alpine. La courte traversée sous les pins Laricio nous ramène à notre point de départ.

Dernière modification : 16 mai 2018
GR 20/Sud : Vizzavona - Conca

La carte du topo « Monte Incudine (2134m) et "Via Alpine" des Aiguilles de Bavella »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours