Parc Ordesa en boucle par Gavarnie

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1600m
Durée :
3 jours et plus

Circuit de 2 ou 3 jours, en fonction de votre forme, qui vous mène de la Brèche de Roland aux Clavijas du Parc d'Ordesa en Espagne. – Auteur :

Accès

De Luz-St-Sauveur dans le département des Hautes-Pyrénées suivre la D921 direction Gavarnie puis emprunter la D923, petite route en lacets jusqu’au Col des Tentes à 2208m (Parking).

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Cartographie

  • Carte : IGN TOP25 1748 OT Gavarnie - Luz-Saint-Sauveur

Premier Jour...

Quitter le parking du Col des tentes en empruntant la route "Non praticable" pour rejoindre le Port de Boucharo (2270m), premier passage en Espagne !

D’ici, prendre plein Est direction le refuge des Sarradets en passant sous la face nord du Taillon (Sentier que l’on devine sur la photo panoramique du même nom).

Le passage sous le Pic des Sarradets est équipé d’une chaîne afin de faciliter le passage du cours d’eau provenant du glacier du Taillon.
Passage totalement enneigé lors de notre venue en début de saison.
Les crampons ont d’ailleurs été utiles à plusieurs reprises durant ces quelques jours...

Passer au Col des Sarradets pour rejoindre le refuge (2587m).
Le point de vue est magnifique sur le Pic du Marboré, la brèche et la partie supérieure de la cascade.

Poursuivre ensuite l’ascension en direction de la brèche...
Une nouvelle fois, nous étions bien content d’avoir pris nos crampons, les chutes (sans danger) s’accumulent autour de nous !
Léger replat avant la montée finale assez sévère.
L’arrivée à la brèche (2807m) se fait sous les rafales de vent et le bruit des nombreux randonneurs "agglutinés" les uns sur les autres...

Quelques photos et nous décidons de reprendre notre périple !
A partir d’ici nous allons devoir nous séparer de nos habituels marquages, "panneaux d’informations" mais surtout devoir nous passer de nos bonnes vieilles cartes IGN !

Beaucoup de neige également côté espagnol, nous décidons de garder les crampons car le passage (équipé d’une chaîne) sous le Casque est assez exposé.

Toujours sur une épaisse couche de neige, nous suivons les traces, au sud, laissées par les précédents randonneurs... Le sentier théorique passe à proximité de la grotte glacière du Casteret.

Ensuite, cap à l’est, direction le refuge de Goriz (2195m).

Traverser pour cela une gigantesque "prairie minérale" : Planeta Millaris. Paysage lunaire prend ici tout son sens...
Si le sentier est assez marqué et évident dans sa première partie, il le devient nettement moins à force de progresser parmi des lapiez de plus en plus nombreux, parfois regorgeant de neige. Après quelques hésitations et un demi-tour, le refuge est en vue !!!

La raison et le règlement du parc voudraient que nous passions la nuit au refuge, le bivouac étant autorisé seulement au dessus de 2100m...
Vu le monde et le raffut au refuge nous partons sur notre première idée, continuer notre route en direction de la vallée et essayer de trouver un endroit où dormir sans avoir à planter notre tente.

Deux solutions s’offrent ensuite au randonneur lorsqu’il arrive au-dessus de la Cascade Colla de Caballo. Suivre le sentier classique qui descend dans la vallée ou bien emprunter les Clavijas... Passage escarpé et souvent équipé de chaînes ou de câbles.

Franchir ensuite le pont au pied de la cascade, puis descendre le vallon jusqu’à passer un abri (1750m)... A notre grande surprise celui-ci est ouvert !
Nous qui pensions dormir à la belle étoile, c’est le grand luxe !
On décide de s’y arrêter mais d’attendre la fin de journée avant de s’installer pour la nuit...
Hasard des randonnées et des rencontres, nous partagerons cet abri et passerons la soirée avec 2 Belges partis depuis 10 jours sur le GR11.

Deuxième jour...

Au matin du 2ème jour, continuer la descente du GR11 en longeant le Rio Arazas. La végétation devient plus dense à mesure que l’on s’approche d’une succession de cascades, les gradins de Soaso.

Poursuivre sur le GR environ 3 kilomètres puis prendre à droite un sentier indiquant Faja Canarellos et Cirque Cottatuero.
Ce sentier, en sous-bois, se situe peu avant une série de virages en épingle.

Faja de Canarellos est un sentier en balcon équipé de câbles ou de chaînes aux endroits les plus exposés.
Continuer sur celui-ci jusqu’au Cirque Cottatuero où une passerelle permet d’enjamber le torrent provenant de la cascade en amont.

Nous restons sur ce sentier pour suivre à présent la Faja Racón. Il est toutefois possible de franchir le cirque en empruntant les Clavijas de Cottatuero. Passage équipé et très exposé qui s’apparente davantage à de la via ferrata.
Pas vraiment conseillé si vous avez un sac d’une dizaine de kilos sur le dos !

D’environ 4 à 5 kilomètres et, assez similaire par ses vues à la Faja de Canarellos, la Faja Racón va vous mener jusqu’au Cirque de Carriata.

Il va falloir reprendre de la hauteur ! La question d’en bas est... Mais par où va-t-on bien passer ?
Une nouvelle fois un choix va s’imposer... Clavijas de Carriata ou bien Paso de la Fajeta ? Ce dernier semble plus simple "sur le papier"... Ça reste à voir !!!

Après quelques pas d’escalade, on s’engage finalement sur cette petite vire, bien exposée mais équipée d’un câble. Le Cirque de Carriata devient le Cirque de Salarons.

Mieux vaut avoir le pied sûr ensuite... Le câble disparait et l’ascension finale s’effectue dans des gradins naturels, très exposés et jonchés de pierres, ce qui rend cette ascension périlleuse !

Une fois passé le Cirque de Salarons, on observe à l’Est Faja de las Flores, Vire des fleurs.
Le spectacle depuis cette vire est grandiose mais, elle n’est pas au programme cette année !

Continuer au Nord sur des sortes pelouses entrecoupées de filets d’eau... Serions-nous sur les pozzines du lac de Nino en Corse ?

Nous sommes en fin d’après-midi... et ne souhaitant pas finir notre course à la frontale, nous décidons de passer la nuit dans cet endroit sauvage et magique : Aguas Tuestas (2337m). L’appareil photo montre quelques signes de fatigue, les clichés vont devenir rares dans cette fin de parcours...

Après avoir trouvé l’endroit idéal pour notre bivouac, dans une sorte de grotte à l’abri du vent, nous passons une soirée inoubliable à observer les chamois de notre tente.
Nous sommes même intrigués par des bruits tout proches... Une marmotte venue nous rendre visite ! Véritable moment privilégié !

Troisième jour...

Au matin du troisième jour, monter à l’Ouest dans un pierrier en direction du col, sous le Mondarruego. Ce col, le Puerto, se situe à 2729m.

Redescendre le col avec, cette fois, le Vignemale en toile de fond.

Poursuivre au Nord pour rejoindre la Vire de l’Escuzana.
Très belle vire à flanc de falaise !
Plus de photos à partir d’ici, notre appareil ayant rendu son dernier souffle...

Franchir ensuite le Col de Forqueta (2518m).
La descente de ce col versant Nord peut s’avérer difficile en début de saison. Très gros névé exposé lors de notre passage avec peu ou pas de marquage.

Le sentier contourne ensuite le Pic des Gabietous par le Nord-Ouest.
2 heures et 300 mètres de dénivelé négatif plus tard, nous arrivons au Port de Boucharo. La boucle est bouclée !

Dernière modification : 16 mai 2018
Le Pic du Taillon (3144m)

A propos

Auteur de ce topo :

Deux frères normands qui ont attrapé le virus ! Randonnées, treks, via ferrata... Tout est bon pour prendre du plaisir !

Topo publié le 20 octobre 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (13).
  • par Le 27 octobre 2013 à 22h50

    Quelle boucle ! Chapeau ! Vraiment sympa de voir un topo des Pyrénées (on en a trop peu) avec des photos superbes et un bivouac qui mérite le détour !

  • par heremeLe 28 octobre 2013 à 15h16

    En plus des votres, après avoir vu une armée de photos sur différents sites, j’ai l’impression que les vires, corniches, sangles et autres des Alpes ne sont pas à la même échelle.

  • par LionelLe 31 octobre 2013 à 20h10

    Ce qui serait génial ça serait de connaître la date de votre sortie et de vos photos pour se faire une idée de la faisabilité de la sortie selon la saison !

  • par Le 1er novembre 2013 à 11h38

    Merci Beaucoup Vince, d’autres devraient suivre dans les mois à venir !
    Nous sommes allés principalement dans le secteur de Luz Saint Sauveur et Cauteret lors de nos randos pyrénéennes... Mais il est vrai que les "vires" ou "faja" à proximité du parc d’Ordesa sont les plus impressionnantes qu’il nous ait été possible d’arpenter, du fait de la grandeur du site (Coup de cœur pour Faja de las Flores ou Vire des fleurs). Le canyon est souvent surnommé à juste titre le "Grand Canyon Européen". Cette rando a été réalisée en mi-juin 2011 (deux ans déjà...), les crampons ont été indispensables à plusieurs endroits, montée jusqu’à la brèche puis descente sous le casque jusqu’à Planeta Millaris ainsi qu’au retour lors de la descente du Col de Forqueta.

  • par Le 23 janvier 2014 à 15h29

    je l’ai faite mais au boucharo suis partis en face légérement a guauche suivre la montagne ;passage assez "montagneux" mais facil et après quelques km. arrivé sur un plateau et au bout la "fajas de las flores".Assez facil et trop beau paysage !Au bout "replateau" et là....plus de trace,que son "flaire" repérez vous avec la brèche et n’aillez pas peur de fair du "hors-piste" !rando de 10 à 12h.quand même !!

  • par JérémyLe 27 mai 2014 à 23h04

    Magnifique ! Nous avons emprunter une partie de votre rando, lors du tour du mont perdu que nous avons effectué il y a 3 ans. Une rando que je conseille fortement notamment pour la découverte du lac du marboré.

  • par Le 8 juillet 2015 à 15h03

    Bien le bonjour,
    Je compte faire cette randonnée en le 15 et 17 juillet.
    Vu que vous avez utilisé des crampons en juin, pensez vous qu’il soit nécessaire d’emmener d’en emmener à cette période de l’année..?

  • par Le 8 juillet 2015 à 22h35

    "Bien le bonjour" Larsen,
    Compte tenu des grosses chaleurs ces dernières semaines et votre passage dans ce secteur mi juillet, j’imagine que les conditions ne seront pas les mêmes...
    Le passage chainé sous le casque et la grotte de Casteret est exposé au sud, pour plus de sécurité contactez le refuge des Sarradets, ils peuvent vous donner sans souci des informations sur les conditions de passage.
    http://refugebrechederoland.ffcam.fr/
    La deuxième difficulté (concernant l’enneigement) est la descente du Col de Forqueta pour rejoindre Port de Boucharo... le cirque est exposé nord et la neige y est présente très tard dans la saison. Cela dis, mi juillet, je pense qu’une bonne paire de bâtons et de chaussures feront l’affaire !
    Profitez bien en tout cas... le passage de la "Brêche", le cirque d’Ordesa et la vire de l’Escuzana vous marquerons à coup sur par leur beauté !
    J’en profite pour poster le lien d’une page que Georges (de très bon conseil)a créé avec de nombreux repères, positions et temps de route dans ce secteur.
    http://gwpageperso.free.fr/faja/pgfaja.htm
    Bonne ballade en tout cas, vos photos seront les bienvenues !

  • par Le 9 juillet 2015 à 19h10

    Super merci beaucoup pour cette réponse détaillée !

  • par Le 1er avril 2016 à 16h45

    Bonjour je souhaiterai faire une balade dans ce coin en debut d ete.je partirai du parking d ordesa pour monter a la faja de las flores par le cirque de carriata.je souhaiterai faire la vire de las flores jusqu a la cascade de cottaturo mais je souhaiterai savoir si je peux faire la boucle en evitant les clavitas de cottatuero et prendre par exemple la faja de racun a la place ou faut il imperativement passer par les clavitas pour rejoindre la faja racun ?ou existe t il un autre passage ?Merci de vos reponses.Cordialement.

  • par Le 2 avril 2016 à 10h50

    Bonjour, j’ai peur d’avoir de mauvaises nouvelles...
    Si vous faites la vire des fleurs depuis Carriata vous avez trois possibilités, revenir sur vos pas et donc redescendre par Carriata, descendre les Clavijas du Cirque Cottatuero ou bien faire le "grand tour" depuis le refuge de Goriz et là il va pas falloir trainer en route !!! La faja de Racun se trouve en bas de la paroi rocheuse et pour la rejoindre depuis la vire des fleurs il faut descendre les clavijas de Cottatuero. Pour info, beaucoup de "lapiaz" et de neige en début de saison sur le plateau, prudence et bonne ballade, c’est un superbe endroit !

  • par Le 2 avril 2016 à 19h33

    Bonjour "risque le coup" et merci beaucoup beaucoup pour votre reponse rapide.Selon les personnes qui m accompagneront nous ferons ou pas les clavitas de cottatuero qui doiventquand meme procurer leur lot de sensations.Sinon ce sera l aller retour par le cirque de carriata.Merci encore pour ces precisons.Merci egalement a ce super site grace auquel j ai decouvert des tas d endroits magnifiques.

  • par Bonjour BonjourLe 21 mai à 21h07

    Bonjour !

    Est-ce qu’il serait possible d’indiquer la durée de marche de chaque journée SVP.
    Merci.

  • par ToumtoumLe 11 juin à 16h25

    Bonjour,
    Merci pour ce bel article, ça donne envie. Je trouve que certains passages sont pas mal enneigés, à quelle période ces photos ont été prises ?
    Merci.
    Nico

  • par Le 12 juin à 14h29

    Bonjour et merci beaucoup,
    Cette randonnée sur 3 jours a été effectuée en juin, mi juin pour être plus précis.
    Concernant les temps de marche, cela remonte à quelques années...
    Je dirais environ 8 heures la première journée, 7 heures la suivante et enfin 4 heures la dernière. Je poste à nouveau le lien de la page perso de Georges, c’est une mine d’informations avec de plus des temps de parcours.
    http://gwpageperso.free.fr/faja/pgfaja.htm

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !