Pic Blanc du Galibier (2955m)

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
575m
Durée :
demi-journée

Petite randonnée par sa longueur qui permet d'atteindre un sommet auquel il ne manque que 45 mètres pour atteindre la barre des "3000". Le panorama du col du Galibier est fort justement réputé. Avec 300 mètres de plus, celui du Pic Blanc est plus remarquable encore. – Auteurs : et

Accès

Route du col du Galibier, entre les Hautes-Alpes et la Savoie. Parking avant l’entrée du tunnel du Galibier versant Hautes-Alpes, vers le Mmonument Henri Desgranges.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP 25 3435ET
  • Altitude de départ : 2556m
  • Horaire : 2h00/3h00
  • Distance : 4,2 Km

Balisage

  • Aucun

Difficulté

  • Sentes raides sous le Pic 2826
  • Arête rocheuse parfois aérienne, mais facile, entre le Pic 2826 et le Pic 2816

Ascension

Du parking, le Pic 2826 est bien visible. Le Pic Blanc ne l’est pas.

Du Monument Henri Desgranges, prendre le chemin à l’ouest.

Le chemin vire à gauche, pour passer entre une croupe herbeuse à droite et une épaule rocheuse du Pic 2826 à gauche.

On arrive au pied d’une petite combe à gauche.

Remonter cette combe pour gagner la crête au sud-est du Pic 2826.

Suivre cette crête, raide au début, jusqu’au sommet du Pic 2826.

Poursuivre la crête, qui passe par le Pic 2816, jusqu’au Pic Blanc du Galibier.

  • Entre le Pic 2826 et le Pic 2816, la crête devient plus étroite et présente quelques petits passages rocheux aériens qui peuvent se contourner par la gauche, sud.

Panorama extraordinaire.

Retour

  • Par le même itinéraire

Variantes

  • En début d’itinéraire, après le contournement de la croupe herbeuse, on peut continuer plein ouest et remonter la sente qui parcourt l’arête nord du Pic 2826.
  • A la descente du Pic Blanc, on arrive au col (qui est parfois appelé col Blanc) entre ce dernier et le Pic 2816. Prendre la sente qui traverse en versant nord, sous le Pic 2816 et sous le Pic 2826.
  • Les sentes de ces deux variantes se voient très bien du parking mais étaient sous la neige lors de mon ascension du 13 juillet 2013.
  • Variante de départ par Britanicus100, voir ci-dessous.

Ascension par le haut du vallon de Roche Noire

  • Cet itinéraire est intéressant pour les personnes sujettes au vertige.

Accès

Sur la route du col du Galibier en venant du Lautaret se garer au petit parking situé sur la droite de la route à la cote 2434 m et à un bon km avant le souvenir Henri Desgranges. (Ce parking ne figure pas sur la carte IGN.)

Descriptif

Ce qui change

  • Altitude du départ : 2434m
  • Dénivelé : 521m
  • Distance : 5 km
  • Durée : 2h15 à 2h30 ( allure tranquille)
  • Balisage : Uniquement par cairns

Le sommet du Pic Blanc est parfaitement visible du parking.

Du parking au niveau de la table d’orientation traverser et remonter la route de quelques mètres jusqu’au bloc cimenté d’écoulement des eaux puis emprunter sur la gauche le sentier qui s’élève sur le talus.

Ce sentier bien marqué qui n’est pas visible de la route et qui ne figure pas sur l’ IGN en tant que sentier suit tout de même l’itinéraire du ski de randonnée indiqué sur la carte par des pointillés bleus.

Il s’élève progressivement et continuellement au Nord-Ouest dans l’alpage sur les hauteurs du Vallon de Roche Noire en longeant les crêtes des Pics (2826 et 2816) situées à sa droite avant de rejoindre le pied de l’ascension finale commune aux deux parcours.

Dans la montée vous rencontrerez une bifurcation où il faudra prendre à droite de façon à bien longer la base des crêtes des pics précités.

Le retour s’effectue par l’itinéraire de l’aller en sens inverse.

J’ai réalisé une vidéo qui décrit bien l’ambiance de ce parcours.

Vidéo

Qualité réglable de 240p à 1080p suivant la puissance de votre connexion.


Pic Blanc du Galibier par britanicus100

Dernière modification : 16 mai 2018
Du souvenir Henri Desgranges au Pic 2826m

A propos

Auteurs de ce topo : ,

Topo publié le 25 juillet 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 25 juillet 2013 à 08h09

    Jolies photos Alain. Et accessoirement, belle illustration d’un aspect évoqué dans le dossier "Flore" : la multiplication végétative par stolons (les tiges rouges que l’on aperçoit sur la photo de la Benoîte rampante) ...

  • par Le 25 juillet 2013 à 12h29

    Bonjour Philippe,
    C’est vrai que la Benoîte rampante rappelle les fraisiers...sauf qu’il n’y pas de délicieuses baies à déguster.

  • par Le 27 juillet 2013 à 22h13

    Eh oui mais s’adapter aux altitudes élevées et en même temps produire des fruits de bois, c’est un peu trop demander ;-)

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !