Pic de Tenneverge (2989m) par Emosson

Difficulté :
Alpinisme F
Dénivelé :
1060m
Durée :
1 jour

Le Pic de Tenneverge se situe à la frontière Franco- Suisse, entre le Massif des Aiguilles Rouges, le Massif des Hautes Alpes Calcaires, et le Haut Giffre. Son ascension est à mi-chemin entre la randonnée et l'alpinisme, et ce à l'écart des sentiers battus. Solitude presque garantie ! – Auteur :

Accès

Depuis Chamonix, prendre la route du Col des Montets puis continuer vers la frontière Suisse. 2 km après, prendre la direction du village de Finhaut et continuer jusqu’au parking du Col de la Gueulaz (1960m) au barrage d’Emosson.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Présentation du sommet

Le Tenneverge ne souffre donc pas de la surfréquentation pour plusieurs raisons.

Il est impressionnant quelque soit son profil : il domine de plus de 2000m le Cirque du Fer-à-Cheval, et sa voie d’ascension depuis la Suisse paraît aussi particulièrement difficile vue d’en bas. Il existait un chemin depuis Sixt (le Pas Noir) particulièrement vertigineux, mais maintenant déconseillé dans presque tous les topos. Jacques Balmat serait mort dans ce versant, dit-on en 1834 en cherchant de l’or au-dessus de la Combe du "Bout-du-Monde".

La voie normale se situe versant Lac d’Emosson et n’est pas forcément engageante non plus. L’exposition est forte et le rocher de mauvaise qualité. Avoir le pied sûr est indispensable d’où la cotation alpinisme.

Sa situation fait de ce sommet un belvédère remarquable : sur le Haut Giffre, les Aiguilles Rouges et le Buet, le Massif du Mont Blanc, les 4000 du Valais, l’Oberland, et sur le Mont Ruan et la Tour Sallière...

La première ascension est attribuée à Alfred Wills (fondateur de l’Alpine Club) en 1863, la Corne Sud-Ouest du Chamois aurait, elle, été gravie en 1925.

Renseignements pratiques

  • Carte 1 : IGN TOP25 3630 OT Chamonix
  • Carte 2 : IGN TOP25 3530 ET Samoëns
  • Orientation : Sud-Est.
  • Epoque favorable : l’été après disparition totale de la neige
  • Temps de parcours : entre 4 et 5h de montée, 3h30 de descente.
  • Difficultés : l’accès au Glacier de la Finive par un couloir. cheminée et sa traversée. L’accès au sommet emprunte des vires rocheuses et des dalles encombrées de pierrailles instables fortement exposées. Cheminée de 6m en deuxième degré sur le haut. Il faut en outre le sens de l’itinéraire car il y a peu de traces et peu de cairns.
  • Matériel : crampons, la corde de 30m peut être utile mais il n’y a pas d’ancrage solide pour le relais. Casque indispensable.
  • Hébergement : Cabane du Vieux Emosson à 1h30 du Col de la Gueulaz. Tel de France : 0041 27 722 91 55.

Descriptif

En ce moment, et pour quelques années encore, l’accès est grandement modifié au départ de la randonnée. Un gigantesque chantier (au bord du Lac d’Emosson), interdit au public, barre la route et nécessite de faire un crochet par le Refuge du Vieux Emosson avant de redescendre au bord du lac (celui-ci est situé sous la voûte du barrage du Lac du Vieux Emosson et est matérialisé par un point noir sur la carte IGN à l’altitude 2181m). Ce qui rajoute environ 300 mètres de dénivelé et 1h30 de marche à l’aller comme au retour.

Un système de navettes est mis en place entre juin et fin septembre mais la première (10h15) est tardive pour une telle ascension. On peut par contre profiter du retour gratuit à 15h10 ou 16h10.

Une fois rejoint le bord du lac sous le Refuge du Vieux Emosson, il faut alors quitter la route et continuer le sentier pendant 30min environ. Puis il s’élève pour rejoindre le Glacier de la Finive. Prendre pied sur celui-ci par les rochers à gauche (éviter les gorges avec les ponts de neige au-dessus du torrent) et le traverser en oblique pour rejoindre les pentes herbeuses rive gauche du glacier. On accède ainsi par une sente à un replat nommé "vers l’Homme" à 2500m puis, au Col du Tenneverge à 2484m.

Du Col du Tenneverge, il faut traverser en montant vers la gauche (traces) afin d’accéder au couloir situé à l’ouest d’une tour imposante (2760m). Le remonter. Il faut maintenant rejoindre le collet situé de l’autre côté des vires. Impressionnantes, on peut emprunter soit la plus basse, soit la plus haute. Personnellement j’ai préféré la plus basse, une sente à la fin permettant de rejoindre le collet.

L’ascension reprend sur la droite par une arête délitée. On gravit d’abord de beaux gradins puis des grandes dalles couchées encombrées de pierrailles instables... Une cheminée à franchir et l’ascension s’achève sur un autre passage délicat : il faut quitter la partie rocheuse pour prendre pied dans l’éboulis sommital au-dessus d’une grande pente fuyante. Le sommet est là, à portée de main !

La descente s’effectue par le même itinéraire avec un maximum de précautions car elle est presque plus "technique" que la montée !

Le parcours paraît scabreux au premier abord, cependant cela reste malgré tout comme un beau souvenir et une belle ascension.

C’est évidemment un sommet qui marque !

Dernière modification : 26 mai 2018
Le Cheval Blanc (2831m) par le lac d’Emosson

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 16 septembre 2012

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (3).
  • par heremeLe 16 septembre 2012 à 18h17

    Il n’y a pas eu que des cailloux autour du Tenneverge.

    Histoire de la seigneurie abbatiale de la vallée du Trient, Salvan, Finhaut, Vernayaz, des origines jusqu’en 1349.

    Initialement appelé Checinayriz, Sasse Noire, cet alpage perché sur les immenses falaises surplombant Sixt jouit d’une situation particulière. Entièrement sur le territoire de l’abbé de Sixt, il n’est pas accessible pour le bétail de cette communauté suite à l’effondrement sous l’alpage d’une barre rocheuse très escarpée. L’accès à Tenneverge est en revanche toujours possible depuis Emosson. Les Salvanins exploitent forcément cette extraordinaire surface herbeuse, ainsi que Prajon, un balcon au-dessus du vallon. Certains membres de la famille des de Salvan, par exemple Guillaume Postolen mentionné à la Vella peu après 1300, tiennent des parts d’alpage bien définies à Tenneverge. Le 23 juillet 1364, l’abbé de Sixt Jacques de Filinges (1348-1364) exempte Hugues, fils dudit Guillaume, du contrat de location fait par les communiers de Salvan pour des terres exploitées précédemment par son père. En 1339, un document signé par Jean de Petra, accompagné d’une lettre de l’abbé de Saint-Maurice destinée à Uldric, abbé de Sixt, mentionne un « abbergement de Tenneverge aux frontières du Valey, moyennant quatre sols Genevois ». Ce consortage important regroupe les hommes de tous les hameaux de la communauté, et sera actif jusqu’au XXe siècle.

  • par Le 17 septembre 2012 à 19h43

    Magnifique course dans un cadre somptueux. Merci pour ces belles photos.

  • par skyrun74Le 30 juillet 2015 à 07h58
  • par Michel HugonnotLe 5 novembre 2017 à 16h52

    Je ne peux que confirmer le commentaire de Benoit74. Photos absolument superbes d’un massif que j’ai beaucoup frequente

  • par Le 5 novembre 2017 à 17h53

    Merci beaucoup Michel.
    Cette rando reste un grand souvenir !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !