Pierre sur Haute (1631m) par les jasseries de Garnier

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
400m
Durée :
1 jour

Magnifique randonnée, toute entière comprise dans les Hautes Chaumes du Forez. Le sommet, visible quelques minutes après le départ, semble lointain. L'impression d'immensité est très forte. – Auteur :

Accès

  • De Montbrison, traverser le centre ville et prendre la D 69 en direction de Châtelneuf. On arrive à un croisement de 4 routes à l’altitude de 924m. Continuer en face, la D 69 en direction de Courreau (et non de St-Bonnet-le-Courreau). On traverse le hameau de Courreau, pour atteindre un autre carrefour de 4 routes à la Traverse, 1058m.
    Prendre à gauche, la D44, en direction de Roche sur 175m. Prendre à gauche une petite route, panneau Auberge de Garnier. Parking à l’auberge, 5,5 Km plus loin.
    Petite route non déneigée en hiver.
  • De Boën, gagner St-Bonnet-le-Courreau, puis Courreau par la D 20. Ensuite itinéraire identique à celui venant de Montbrison.

Précisions sur la difficulté

Attention, sur ces immenses plateaux, le brouillard peut en hiver se révéler comme un véritable piège.

Les infos essentielles

  • Carte : Série bleue 2732 E au 1 : 25 000
  • Tracé IGN
  • Départ : 1340m
  • Altitude atteinte : 1634m
  • Distance : 19km
  • Horaire : 5h45

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Du parking, prendre la piste, qui commence avant l’auberge, direction ouest. Environ 250m plus loin, la piste se divise. Prendre la branche de gauche.

Ignorer un sentier qui descend à droite dans la vallée de Chorsin.

Franchir la Goutte de l’Oule à la cote 1366m et prendre un sentier à gauche, ouest. Remonter une crête dominant le vallon de l’Oule, rejoindre la piste des crêtes qui amène à Pradoux, carrefour de 3 pistes.

Prendre la branche centrale, celle qui monte sur le Plat de la Richarde, altitude 1504m. (photo)

On arrive à proximité des Burons de la Richarde, qui méritent une visite, avec notamment une belle chapelle. Quitter le GR et prendre le chemin passant au-dessus des burons. La chapelle de la Nativité demande un petit détour.

Revenir sur le chemin et monter au nord-est. On effectue un virage à angle droit, pour prendre au sud-est et rejoindre le GR que l’on suit jusqu’à Pierre-sur-Haute.

On ne peut aller au véritable sommet, marqué par une Croix et situé sur un terrain militaire.

Esthétiquement, ces paraboles, antennes, baraques en tôle, palissades, ne sont pas du plus bel effet. Et pourtant la montagne gagne en personnalité, devenant visible de très loin. Sans ces constructions, aussi laides soient-elles, Pierre-sur-Haute, ne serait qu’un dôme au milieu de tant d’autres, simplement un peu plus haut.

Le panorama est époustouflant. La vue porte sur des centaines de kilomètres !
Le mont Blanc est à 236 km ! On peut admirer les Alpes depuis les dents du Midi jusqu’au grand Veymont. Le massif Central offre aux regards, ses principales montagnes. Le Pilat, le voisin, le massif du Sancy, le puy de Dôme, le mont Mézenc, les Monts du Cantal, et au loin, le Mont Lozère et peut-être l’Aigoual.
On peut voir mon village de Saint-Héand et son point culminant la Pierre de la Bauche.

On peut faire le tour de l’enceinte militaire. Au nord-ouest, se trouve des amas rocheux remarquables, dont le Rocher de la Chapelle, surmonté d’un calvaire.

Revenir sur le GR 3, direction sud-est. Au niveau d’une table d’interprétation, prendre à gauche, un sentier qui descend sur les jasseries de Colleigne. Balisage blanc/jaune. (photo)

Au-dessus de la première jasserie, on trouve une piste. On passe à proximité d’une autre jasserie, puis d’un oratoire et on arrive à la Madone.

Avant (photo) la Madone, un chemin non balisé (croix blanc/jaune) (photo) se dirige au sud-ouest et pénètre dans le Bois de l’Oule. Le ruisseau de Pierre Brune, coupe le chemin et peut être difficile à franchir à gué en période de fonte des neiges. Il est plus étroit un peu en contrebas du chemin.

Poursuivre ce chemin, qui va traverser une clairière et continuer en lisière du Bois de l’Oule.

Le chemin devient une piste. A la cote 1362, on rejoint la piste prise à l’aller et qui ramène au parking.

Horsts et grabens

Les plus hauts sommets du Massif Central, Sancy, Cantal, Mont Mézenc sont des reliefs postiches, d’origine volcanique.

Les plus hauts sommets cristallins, formés durant l’ère primaire, sont le Mont Lozère (1699m) et Pierre-sur-Haute. Ils ont été érodés et pénéplanés durant l’ère secondaire.

Cependant, ils ont été rajeunis (soulevés) par la surrection alpine. On dit que ce sont des horsts. Un horst, est bordé par des grabens. Un graben étant le contraire géologique du horst, un effondrement. Et c’est bien le cas des Monts du Forez, bordés à l’ouest, par le graben de la Limagne où coule l’Allier, et à l’est, par le graben du Forez, où coule la Loire.

Les jasseries de Garnier

C’est une ancienne ferme, reconvertie en auberge et en refuge. Lien ICI

Dernière modification : 28 octobre 2018
Pierre-sur-Haute (1631m) - Cols des Pradeaux, des Supeyres, du Béal et de la Loge

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 4 avril 2012

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !