Plateau des Rousses (2950m) par l’Alpe d’Huez

Difficulté :
Moyenne
Dénivelé :
1100m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Les plateaux de l'Alpette, des Petites Rousses et des Rousses parcourent le versant ouest du massif des Grandes Rousses, avec leurs alpages, leurs lacs et leur minéralité propre à l'altitude de chacun. Le plateau des Rousses est le dernier étage avant la crête du massif, encore partiellement occupé par le glacier des Grandes Rousses, en voie de disparition. Il offre un beau paysage d'altitude, tout en demeurant facile d'accès.

Accès

Bourg d’Oisans - Station de l’Alpe d’Huez. Parking au pied des pistes en période hivernale. En période estivale, on peut monter par la route des lacs pour se parquer aux environs de la gare "2100" du premier tronçon. Cette route est souvent déneigée dès le mois de mai, après fermeture de la station.

Itinéraire

  • Altitude départ : 1840m ou 2100m.
  • Altitude sommet : 2950m.
  • Durée : 5h.
  • Carte : IGN TOP25 3335ET Le Bourg d’Oisans - L’Alpe d’Huez - Massif des Grandes Rousses - Sept Laux.

Période

Praticable en toutes saisons, aussi bien à ski ou à raquettes l’hiver qu’à pied l’été. L’hiver, on préfèrera attendre la fermeture de la station (à partir de mai) pour bénéficier d’un peu de calme sur la partie inférieure du parcours. Les vastes plateaux supérieurs pouvant être paumatoires, on évitera le brouillard.

Difficulté

Aucune difficulté notable, les pentes sont toujours débonnaires et peu exposées aux avalanches. L’hiver, idéal pour une initiation au ski de rando en fin de saison. L’été, le parcours est hors-sentier au dessus du col du Lac Blanc.

Itinéraire

Depuis la gare "2100", remonter par les pistes de ski vers la gare "2700" (en fait, plutôt 2600) soit par la piste rouge (plus court et plus raide) à gauche franchissant une brèche dans le ressaut rocheux, soit par la piste bleue partant sous le télésiège à droite en terrain plus vallonné.

De la gare, deux options pour rejoindre le col du Lac Blanc : soit prendre sous le téléphérique la piste presque horizontale traversant au nord-est au-dessus de la combe en direction du plateau des Petites Rousses, et la quitter pour rejoindre le col, soit monter au nord au Dôme des Petites Rousses par la piste de ski suivant approximativement la crête. Belle vue au sommet, et redescente facile en direction du col.

Passer à proximité de la station de mesure du col, puis aborder les pentes douces vers l’est puis vers le nord-est en se dirigeant vers un vallon débonnaire permettant de franchir le ressaut bordant le plateau des Rousses. Parcours hors-sentier l’été. Le plateau est partiellement couvert par le glacier des Grandes Rousses (ou ce qu’il en reste), et bordé à l’ouest par une vague crête rocheuse (les "Moyennes Rousses" ?) dont un des sommets pourra servir de destination à la randonnée. Selon les conditions, on pourra préférer les sommets au nord de la crête, plus élevés, offrant un magnifique point de vue vers le nord du massif. Il est également possible d’atteindre 3000m d’altitude en montant sur les premiers moutonnements rocheux sous le col de la Pyramide.

  • Le col de la Pyramide se situe 300m plus haut sur la crête du massif. C’est un objectif classique à ski de randonnée, mais la raideur des pentes rend nécessaire une bonne neige stable, ainsi qu’un matériel et un horaire adapté.

Le retour s’effectue par le même itinéraire. Si la visibilité est mauvaise, il faudra faire attention à rattraper la traversée en direction de la gare "2700" sans se laisser entraîner trop bas dans la combe descendant vers le lac Blanc.

  • Durant l’été, beaucoup trouveront la montée par les pistes de ski rébarbative... Une magnifique alternative consiste à parcourir le plateau de l’Alpette le long de ses lacs (lac Besson, lac Faucille, lac Carrelet) jusqu’à l’Alpette, puis à suivre le sentier montant par le refuge de la Fare au plateau des Petites Rousses, et de là, au col du lac Blanc (lac de la Fare, lac du Milieu). Compter 2h de plus. Pour les plus paresseux, selon la saison, le téléphérique peut expédier directement de l’Alpette au Dôme des Petites Rousses...

Détail de la sortie du 12 mai 2013

Vent du nord frais, et nuages bouchant la cuvette grenobloise... Le soleil est sûrement à chercher du côté de l’Oisans, mais avec juste une demi-journée de disponible, pas le temps d’aller très loin...

L’Alpe d’Huez, une fois sortie de sa folie mécanisée hivernale, constitue un bon point de départ élevé pour réaliser rapidement une balade d’altitude. Cependant, il doit encore rester beaucoup de neige, et mon matériel d’hiver est remisé loin d’ici... En fouillant une cave, j’ai pu mettre la main sur un vieil équipement de ski de fond qui devrait quand même faire l’affaire pour une balade improvisée...

Départ à 14h depuis la route des lacs, déjà déneigée... Bien que la vallée de Bourg-d’Oisans soit assez généreusement éclairée par le soleil, la plupart des massifs sont encore accrochés... Une balade sur le plateau de l’Alpette ? L’ambiance grise sous les nuages n’est pas très tentante, essayons plutôt de monter, avec l’espoir de pouvoir traverser la première couche nuageuse...

Montée par les pistes de ski désertes... Bien que transformée, la neige damée des pistes, de type névé, porte bien et la montée se fait très efficacement grâce à la légèreté et à l’accroche de mes skis à écailles malgré leur âge antédiluvien... Montée dans le brouillard, heureusement pas trop dense, et la gare "2700" apparaît comme un fantôme... Quelques éclaircies furtives me laissent croire à une vague chance de sortir du brouillard en montant au dôme des Petites Rousses...

Espoir déçu, malgré une demi-heure à attendre en haut... Descente vers le col du Lac Blanc, maintenant sous une bonne couche de nuages...

Sous cette grisaille, poursuivre la balade vers le lac de la Fare n’offrait pas vraiment d’intérêt, et pouvait devenir paumatoire... Redescendre maintenant ? Il est 17h, peut-être attendre encore un peu dans l’espoir que ça s’éclaircisse, comme ça le fait souvent lorsque le soir arrive...

En attendant, exploration des environs, et montée dans les petites pentes débonnaires vers l’est. Des traces de skieurs, visiblement en direction du col de la Pyramide, m’incitent à poursuivre malgré la visibilité limitée, du moins tant que la pente n’est pas trop raide... Finalement, le plateau des Rousses est atteint, balayé par quelques éclaircies furtives... Petit parcours vers le nord en direction d’un rognon rocheux suffisamment élevé pour que je puisse le considérer comme le sommet du jour...

Soudain, je me retrouve sous un magnifique ciel bleu, juste au dessus de la couche de nuages qui continue à vouloir lécher les sommets tant bien que mal... C’est beau... C’est magique... La persévérance a payé ! Une heure passée au sommet à contempler, à pérégriner sur le plateau...

Il est 18h45, maintenant c’est vraiment l’heure de descendre... Descente facilitée par la visibilité maintenant excellente, mais compliquée par mes fixations ancienne génération n’offrant aucun contrôle décent du ski, aussi bien en direction qu’en prises de carres... Virages exclus ! Descente en longues traversées touristiques sur ce magnifique terrain heureusement large et débonnaire...

Retour à la gare "2700", puis descente à pied au pas de course, skis à la main, droit dans la piste sur une neige portante juste comme il faut pour cet exercice... Fin de balade vers 20h... Il est tard, mais j’en ai finalement vraiment eu plein les yeux...

Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « Plateau des Rousses (2950m) par l’Alpe d’Huez »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Photos « Plateau des Rousses (2950m) par l’Alpe d’Huez »

Le plateau de l'Alpette et ses lacs, sous la grisaille. Station de ski désertée. En montant au dôme des Petites Rousses, furtives éclaircies sur le plateau. Les nuages vont et viennent... Depuis le col du lac Blanc, vue sur le plateau des Petites Rousses. Sur le plateau des Rousses, les nuages se déchirent pour laisser entrevoir le pic de la Pyramide. Le plateau des Petites Rousses se découvre. Arrivée au sommet. Le pic de l'Etendard sort des nuages. Vue en direction du col du Couard. Vue vers le sud du plateau des Rousses. Vue vers le nord, avec derrière la chaîne de Belledonne-Nord. Le Puy Gris sort des nuages. Le grand pic de Belledonne émerge progressivement. Durant la descente sur le plateau, regard arrière vers le sommet. La crête des «Moyennes Rousses» ? Ambiance... Descente face au dôme des Petites Rousses. Vue sur le lac du Milieu et derrière la chaîne de Belledonne-Sud. Le chemin du retour. Vue sur le lac Blanc. Regard arrière sur l'itinéraire. Vue vers le dôme des Petites Rousses. Le téléphérique du pic Blanc à l'arrêt. Descente des pistes vers l'Alpe d'Huez. Le plateau de l'Alpette est maintenant dégagé. Au fond, la roche de la Muzelle, le Clapier de Peyron, la Muraillette, l'aiguille de Venosc. Derrière les pentes des Deux-Alpes, la tête de Lauranoure, l'aiguille des Arias, l'aiguille de l'Olan.