Pointe d’Almet (2232m), traversée du massif par les arêtes

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
750m
Durée :
1 jour

Un beau parcours d'arêtes dans un petit massif sauvage et peu parcouru entre les Bornes et les Aravis. Les grands dévers de verdure de ce massif contrastent avec les falaises calcaires des massifs avoisinants, mais forment tout de même des pentes impressionnantes au sommet desquelles un sympathique parcours offre de magnifiques perspectives. – Auteur :

Accès

Cluses ou Bonneville - Le Reposoir ou le Grand Bornand - Col de la Colombière. Grand parking le long de la route au sommet du col, souvent encombré les weekends d’été.

Précisions sur la difficulté

L’essentiel de l’itinéraire se fait sur des traces plus ou moins marquées, parcourant essentiellement les crêtes du massif, pouvant ponctuellement être raides ou exposées. En général aucun sentier officiel ni balisage, mais par temps clair le parcours est relativement évident. Cependant, une habitude de ce genre de conditions est nécessaire.

Les infos essentielles

  • Carte : IGN TOP25 3430ET La Clusaz - Le Grand Bornand
  • Horaire : 7h
  • Altitude départ : 1613m
  • Altitude sommet : 2232m

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Période

Praticable dès que l’itinéraire est déneigé, en général début juin. Magnifique durant la verdure de début juillet. Les pentes herbeuses parfois exposées demandent un terrain sec.

Ascension

Du col de la Colombière, on attaque tout d’abord l’ascension de la pointe de la Botte (1807m) par une sente à vaches montant en écharpe vers la droite (sud) jusqu’à une vague crête qui est montée jusqu’au sommet.

Redescendre vers le petit collet derrière puis parcourir la large crête montant en arc de cercle (sud-est), vers la base de la tête d’Auferrand, par un vague sentier traversant des broussailles. La traversée ascendante se continue vers la droite (ouest) pour finalement rejoindre l’arête permettant ensuite de revenir facilement à la tête d’Auferrand (1984m).

La suite du parcours de dévoile clairement vers l’est. Tout d’abord, il faut continuer la crête par des replats en direction de la pointe de Deux Heures (2018m). Derrière, une petite désescalade (délicate à cause du rocher terreux et pourri) permet de poursuivre l’arête plus bas, en direction d’un petit col. Cette difficulté peut s’éviter en contournant la pointe de Deux Heures par la gauche (nord) jusqu’au col, au prix d’une petite redescente sur des sentes à moutons.

Du col, l’arête reprend sa longue ascension vers l’est en direction de la pointe de Grande Combe. Cette montée se fait sans difficulté majeure, par des traces souvent le long du fil herbeux, contournant parfois certaines difficultés par la gauche. Après un dernier replat, on finit par arriver à la pointe de Grande Combe (2210m).

Ensuite, l’arête part vers le nord rejoindre la Croix d’Almet (2223m), nécessitant de redescendre vers un petit col par deux ressauts. Le premier, herbeux, est facile, mais le second, fine arête de rocher pourri, est délicat et exposé. Pour contourner ce passage, il faut revenir au replat avant la pointe de Grande Combe, puis de la suivre une vague sente redescendant un peu gauche dans la combe (souvent humide et glissant), puis remontant vers le petit col. De là, la Croix d’Almet s’atteint par des petits ressauts faciles.

De ce sommet, alors que les fatigués et les pressés rejoindront l’itinéraire de descente par la croupe herbeuse à gauche (ouest), les autres poursuivront vers l’est en direction de la pointe d’Almet (2232m), qui s’atteint par une jolie arête plutôt facile. Il est possible de poursuivre l’arête au delà du sommet jusqu’à son extrémité est (2200m), avant que celle-ci ne descende franchement vers le nord (infranchissable plus bas).

Vue magnifique sur la Pointe Percée et les Aravis, et les vallées de part et d’autre du col des Annes.

Descente

Le retour se fait par le même itinéraire jusqu’au col entre la pointe d’Almet et la Croix d’Almet. Ensuite, il est possible d’éviter de remonter à la Croix d’Almet par une trace horizontale à droite facile mais un peu exposée dans le versant nord. On rejoint la croupe herbeuse venant du sommet que l’on descend, puis la trace bascule rapidement vers la gauche (sud) vers le fond de la combe des Fours (1774m).

On sort de la combe par son point bas au nord, puis on traverse vers la gauche sur un sentier (souvent boueux) qui descend en direction d’une longue piste horizontale qui ramène aux chalets d’Auferrand, puis au col de la Colombière.

Détails de la sortie

  • Sortie effectuée fin août 2010, pour profiter d’une journée de météo exceptionnelle. Ce petit massif m’intriguait, je voulais le découvrir...

L’itinéraire a été parcouru en mode "exploration", sans lecture d’un topo préalable. Et ce fut finalement un fantastique parcours...

J’ai quitté le col de la Colombière vers 11h pour arriver à la pointe d’Auferrand vers 12h, la pointe de Grande Combe vers 13h et la pointe d’Almet vers 14h. Retour à cette pointe vers 15h30 après une grande pause et une exploration de l’arête au delà. Retour au bas de la combe des Fours vers 16h45, et au col de la Colombière vers 18h.

Terrain excellent, si ce n’est un petit passage boueux demandant de l’attention dans le contournement de la pointe de Grande Combe.

Dernière modification : 16 mai 2018
Lac de Peyre - Pointe de Balafrasse (2296m)

A propos

Auteur de ce topo :

Des paysages sauvages, même si il faut marcher loin... Des panoramas grandioses, même si il faut grimper haut... Des couchers de soleil colorés, même si il faut redescendre tard...

Topo publié le 21 novembre 2012

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (8).
  • par Le 21 novembre 2012 à 00h08

    Superbes photos ! Ca en fait des arêtes :) J’aime tout particulièrement le sentier presque caché dans la pente d’herbe bien verte de la photo 10...

  • par Le 21 novembre 2012 à 09h41

    Festival aérien ! les petits lacs entrevus sur la photo 13 ont-ils un nom ?

  • par Le 21 novembre 2012 à 09h55

    Un bel endroit que je ne connais pas du tout.
    ça donne envie !!
    Des topos dans des massifs différents, avec un choix d’ascensions intéressant.

  • par Le 21 novembre 2012 à 10h09

    Le lac n’est pas naturel. C’est une retenue collinaire pour les pistes du Grand Bornand.

  • par contantLe 28 mai 2013 à 10h33

    1 premiere fois je suis monté jusqu’a la croix d’almet sommet que j’avais pris pour l’almet ..apres etre redescendu et regardé la carte je me suis apperçu de mon erreur.je n’y suis retourné que quelques années plus tard en 2009 me semble t il.rando tres sauvage.itineraire par la ferme d’auferrand puis acces par un sentier à la combe des fours (à cette endroit il y avait un troupeau de mouton et j’ai ete ralenti par une rencontre imprevu meme si je n’ai pas ete trop surpris un patou me bloquait la route..pendant 1 bonne dizaine de minutes j’ai du faire face sans avancer ni reculer.finalement au bout de ce temps le patou à commencer à remuer lla queue puia cessé son aboiement et a disparu) j’ai pu continuer ma rando jusqu’au sommet sans probleme.le paysage est magnifique.pour le retour je suis revenu jusqu’a la sortie de la combe des fours puis ai decidé de monter à partir de la cote 1774 à la pointe d’auferrand puis retour àu col dela colombiere

  • par contantLe 28 mai 2013 à 10h43

    belle photos..bravo pour ce parcours d’aretes mais pour ma pat cela me semble pas evident surtout que je randonne souvent seul et par consequent j’aime bien limiter les risques ?

  • par Le 28 mai 2013 à 11h06

    "Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions" Comme le disait l’autre...Kipling

  • par Le 28 mai 2013 à 22h12

    Ca passe facilement et il y a peu de risques objectifs si le terrain est sec... Seul la descente derrière la Pointe de 2 Heures nécessite des précautions (mais la pointe peut être contournée). Pour la sécurité, la règle primordiale à respecter est de ne jamais vouloir forcer un passage si on n’a pas totalement confiance... D’assurer ses pas, ainsi que de s’assurer de la possibilité de demi-tour avant tout passage difficile...

  • par ANDREY FrédéricLe 30 octobre 2014 à 15h43

    Bonjour,

    J’y suis allé le 27 octobre (2014), depuis le col de la Colombière (chalets d’Aufferand) ; belle ballade, beau parcours d’arête, coin tranqille ; au sommet, sur l’arète, j’ai eu le privilège exceptionnel de pouvoir observer un loup, en pleine journée (12h30).
    Grosse sensation, & donc grand souvenir !

    Fred

  • par Le 17 juillet 2016 à 22h53

    Merci pour ce moment...ou ce topo...

    J’ai envie d’appeler ce topo "la trace improbable"... Même à la Colombière on se demande où la vague trace qu’on aperçoit droit dans la pente passe... et quand on est à la pointe de 2 heures on est vraiment interrogatif face à la véritable (et longue) arrête ; et tout passe, presque sans difficulté (sinon que la pente est parfois raide) et sans risque tant que le terrain est sec (les personnes sensibles au vide éviterons tout de même de regarder derrière).

    Concernant la pointe de 2 heures, je conseille toutefois vivement de revenir sur ses pas quelques mètres pour la contourner via une sente une vingtaine de mètre plus bas (et ne pas oublier de remonter sur la crête, la sente descend).

    Pour moi, le seul point délicat est la descente de la pointe de la grande Combe (et on a le temps de voir le découpage du relief et de se demander où on passe...) : on se retrouve face à un passage TRES aérien et inquiétant ; heureusement, sur la gauche en épingle le sentier profite d’une faiblesse de la paroi pour quelques pas de désescalade, pas exposés mais qui demandent tout de même de l’attention.

    Le retour par le chemin évoqué, sur la droite entre la croix et la pointe (et tracé sur la carte IGN), ne pose aucune difficulté.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !