Pointe d’Almet (2232m), traversée du massif par les arêtes

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
750m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Un beau parcours d'arêtes dans un petit massif sauvage et peu parcouru entre les Bornes et les Aravis. Les grands dévers de verdure de ce massif contrastent avec les falaises calcaires des massifs avoisinants, mais forment tout de même des pentes impressionnantes au sommet desquelles un sympathique parcours offre de magnifiques perspectives.

Accès

Cluses ou Bonneville - Le Reposoir ou le Grand Bornand - Col de la Colombière. Grand parking le long de la route au sommet du col, souvent encombré les weekends d’été.

Précisions sur la difficulté

L’essentiel de l’itinéraire se fait sur des traces plus ou moins marquées, parcourant essentiellement les crêtes du massif, pouvant ponctuellement être raides ou exposées. En général aucun sentier officiel ni balisage, mais par temps clair le parcours est relativement évident. Cependant, une habitude de ce genre de conditions est nécessaire.

Les infos essentielles

  • Carte : IGN TOP25 3430ET La Clusaz - Le Grand Bornand
  • Horaire : 7h
  • Altitude départ : 1613m
  • Altitude sommet : 2232m

Itinéraire

Période

Praticable dès que l’itinéraire est déneigé, en général début juin. Magnifique durant la verdure de début juillet. Les pentes herbeuses parfois exposées demandent un terrain sec.

Ascension

Du col de la Colombière, on attaque tout d’abord l’ascension de la pointe de la Botte (1807m) par une sente à vaches montant en écharpe vers la droite (sud) jusqu’à une vague crête qui est montée jusqu’au sommet.

Redescendre vers le petit collet derrière puis parcourir la large crête montant en arc de cercle (sud-est), vers la base de la tête d’Auferrand, par un vague sentier traversant des broussailles. La traversée ascendante se continue vers la droite (ouest) pour finalement rejoindre l’arête permettant ensuite de revenir facilement à la tête d’Auferrand (1984m).

La suite du parcours de dévoile clairement vers l’est. Tout d’abord, il faut continuer la crête par des replats en direction de la pointe de Deux Heures (2018m). Derrière, une petite désescalade (délicate à cause du rocher terreux et pourri) permet de poursuivre l’arête plus bas, en direction d’un petit col. Cette difficulté peut s’éviter en contournant la pointe de Deux Heures par la gauche (nord) jusqu’au col, au prix d’une petite redescente sur des sentes à moutons.

Du col, l’arête reprend sa longue ascension vers l’est en direction de la pointe de Grande Combe. Cette montée se fait sans difficulté majeure, par des traces souvent le long du fil herbeux, contournant parfois certaines difficultés par la gauche. Après un dernier replat, on finit par arriver à la pointe de Grande Combe (2210m).

Ensuite, l’arête part vers le nord rejoindre la Croix d’Almet (2223m), nécessitant de redescendre vers un petit col par deux ressauts. Le premier, herbeux, est facile, mais le second, fine arête de rocher pourri, est délicat et exposé. Pour contourner ce passage, il faut revenir au replat avant la pointe de Grande Combe, puis de la suivre une vague sente redescendant un peu gauche dans la combe (souvent humide et glissant), puis remontant vers le petit col. De là, la Croix d’Almet s’atteint par des petits ressauts faciles.

De ce sommet, alors que les fatigués et les pressés rejoindront l’itinéraire de descente par la croupe herbeuse à gauche (ouest), les autres poursuivront vers l’est en direction de la pointe d’Almet (2232m), qui s’atteint par une jolie arête plutôt facile. Il est possible de poursuivre l’arête au delà du sommet jusqu’à son extrémité est (2200m), avant que celle-ci ne descende franchement vers le nord (infranchissable plus bas).

Vue magnifique sur la Pointe Percée et les Aravis, et les vallées de part et d’autre du col des Annes.

Descente

Le retour se fait par le même itinéraire jusqu’au col entre la pointe d’Almet et la Croix d’Almet. Ensuite, il est possible d’éviter de remonter à la Croix d’Almet par une trace horizontale à droite facile mais un peu exposée dans le versant nord. On rejoint la croupe herbeuse venant du sommet que l’on descend, puis la trace bascule rapidement vers la gauche (sud) vers le fond de la combe des Fours (1774m).

On sort de la combe par son point bas au nord, puis on traverse vers la gauche sur un sentier (souvent boueux) qui descend en direction d’une longue piste horizontale qui ramène aux chalets d’Auferrand, puis au col de la Colombière.

Détails de la sortie

  • Sortie effectuée fin août 2010, pour profiter d’une journée de météo exceptionnelle. Ce petit massif m’intriguait, je voulais le découvrir...

L’itinéraire a été parcouru en mode "exploration", sans lecture d’un topo préalable. Et ce fut finalement un fantastique parcours...

J’ai quitté le col de la Colombière vers 11h pour arriver à la pointe d’Auferrand vers 12h, la pointe de Grande Combe vers 13h et la pointe d’Almet vers 14h. Retour à cette pointe vers 15h30 après une grande pause et une exploration de l’arête au delà. Retour au bas de la combe des Fours vers 16h45, et au col de la Colombière vers 18h.

Terrain excellent, si ce n’est un petit passage boueux demandant de l’attention dans le contournement de la pointe de Grande Combe.

Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « Pointe d’Almet (2232m), traversée du massif par les arêtes »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Photos « Pointe d’Almet (2232m), traversée du massif par les arêtes »

En montant vers la pointe de la Botte. De la pointe de la Botte, vue sur la vallée du Reposoir. Un premier regard vers les pointes de Grande Combe et d'Almet. En montant vers la tête d'Auferrand, regard arrière sur la crête parcourue depuis la pointe de la Botte. Derrière, la pointe du Midi et le grand Bargy. Depuis la tête d'Auferrand, la suite du programme se dévoile... La crête continue vers la pointe de Deux Heures, puis la pointe de Grande Combe. Depuis la pointe de Deux Heures, regard arrière vers la tête d'Auferrand. Derrière, Pointe Blanche et le Jallouvre. L'arête herbeuse se poursuit en direction de la pointe de Grande Combe. Regard arrière sur la désescalade en rocher pourri pour descendre de la pointe de Deux Heures. L'arête se pousuit en s'effilant, mais demeure facile. Montée esthétique. Regard arrière sur l'arête déjà parcourue. Regard sur la combe des Fours et le chemin de retour. Derrière, la chaîne des Bornes. La pointe de Grande Combe. Depuis la Croix d'Almet, regard arrière sur pointe de Grande Combe et le ressaut délicat, mais évitable de l'arête. Regard sur la croupe herbeuse du retour. La pointe d'Almet se dévoile enfin, et l'arête facile qui y mène. Vieux bouquetins mâles se reposant en contrebas de l'arête. jolie montée à la pointe d'Almet. Depuis la pointe d'Almet, regard arrière sur la pointe de Grande Combe et la Croix d'Almet évitable au retour par une trace à droite. Au delà de la pointe d'Almet, l'arête continue encore un peu. Plus loin, l'arête descend rapidement vers la vallée du Reposoir. Terminus. Regard sur la Pointe Percée et la pointe de Bella Cha. Derrière, le Mont Blanc. Regard vers le col des Annes et la chaîne des Aravis. Au retour, regard arrière sur la pointe d'Almet depuis la trace contournant la Croix d'Almet. Descente de la croupe herbeuse en direction de la combe des Fours. Regard arrière sur la combe des Fours et la pointe de Grande Combe. Arrivée au chalets d'Auferrand, en face de la pointe du Midi. Depuis les chalets d'Auferrand, dernier regard sur les arêtes parcourues.