Pointe d’Uble (1963m), par la crête nord-ouest et le col de la Ramaz

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
650m
Durée :
demi-journée

La Pointe d'Uble, belle pyramide herbeuse délaissée, car moins haute que les sommets voisins, sa position excentrée du plateau de Praz-de-Lys implique un départ d'altitude assez basse... Cependant, un parcours du col de la Ramaz existe, plus court, mais aussi plus difficile... – Auteur :

Accès

Bonne ou Bonneville - Mieussy ou Taninges - Station de Sommand ou de Praz-de-Lys - col de la Ramaz, parking près de la route au niveau du télésiège des Pierres Rouges.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

  • Altitude départ : 1559m (Point bas à 1320m en cas de retour par le sentier).
  • Altitude sommet : 1963m.
  • Durée : 3h30.
  • Carte : IGN TOP25 3429ET Bonneville - Cluses - Faucigny.

Période

Praticable en conditions estivales, lorsque l’itinéraire est dégagé de toute neige, en général à partir de fin mai. Terrain sec fortement souhaitable.

Difficulté

L’itinéraire proposé est hors sentier entre le col de la Bolire et le sommet, mais le parcours est assez logique et évident, parfois facilité par une très légère sente. Il y a des dévers herbeux raides à remonter, nécessitant précaution et un peu d’habitude, notamment sur la dernière centaine de mètres sous le sommet. Bonnes chaussures de montagne souhaitables, ainsi qu’un piolet pour sécuriser la progression dans les passages raides, notamment si le terrain est humide.

Ascension

Depuis la route, prendre le large chemin se dirigeant vers le nord-est en direction du chalet Blanc. Arrivé là, quitter le sentier du col de Chalune pour suivre un chemin traversant à flanc horizontalement vers l’est en direction du col de la Bolire.

Depuis le col, monter hors sentier vers le sud-est droit dans la pente encombrée de vernes. Une petite sente peut parfois faciliter la progression dans la végétation assez dense. Puis le terrain se dégage et se fait plus facile. Poursuivre la montée proche du fil de la crête.

À mi-hauteur, le terrain se redresse. Poursuivre au mieux en contournant éventuellement les sapins par la droite, mais sans trop s’éloigner du fil. On évitera de se laisser tenter par les raides pentes herbeuses à droite sous le sommet. Rejoindre le fil de la crête dès que possible à gauche. Quelques courts ressauts raides se franchissent assez facilement pour finalement déboucher sur l’antécime nord. Un dernier petit ressaut sans difficulté permet d’accéder au sommet.

On profite de la vue qui s’étale, notamment vers le Chablais, le Haut-Giffre et le Mont Blanc. Hélas, le sommet qu’affectionne les moutons est aussi envahi d’orties.

Descente

Le retour peut s’effectuer au plus court par le même itinéraire, mais cela est un peu plus délicat qu’à la montée et demande une très bonne aisance dans les terrains raides.

On préfèrera effectuer l’itinéraire un boucle, effectuant le retour par l’habituel sentier de la face sud. Pour cela, suivre la crête vers le sud par une sente plus ou moins bien marquée dans de belles pentes herbeuses. Quittant la crête pour de grands alpages, on ne ratera pas la bifurcation à droite pour descendre vers les Perrières et Rosset. De là, bifurquer sur le sentier remontant le vallon en direction des Munes, puis au col de la Ramaz par un bon chemin (250m de remontée).

Détail de la sortie du 3 juillet 2016

La Pointe d’Uble, cette belle pyramide verte qui remplit le paysage à chacune de mes fréquentes sorties vers Chalune ou Chavasse... Dommage que son accès se fasse de si bas, alors qu’elle semble à portée de chaussures depuis le col de la Ramaz...

L’idée d’un accès direct depuis le col de la Bolire me trottait dans la tête depuis un certain temps, mais toujours avec des doutes sur les raides ressauts du haut de la crête pour cet itinéraire décrit nulle part (si ce n’est quelques topos ski d’amateurs de pentes raides), même pas dans le "Randonnées en Faucigny" de M. Hugonnot, pourtant exhaustif sur ce genre de parcours...

En cette journée magnifique avec un ciel tout bleu et la montagne toute repeinte en vert, il est temps d’aller explorer et voir ce qu’il en est !

Départ vers 15h30 du col de la Ramaz, direction le chalet Blanc et le col de la Bolire. Puis montée dans les vernes en direction de la crête. La végétation dense se donne un air tropical et la montée est un peu pénible sur un terrain raide et gras, cependant quelques légères traces me confortent dans mon entreprise... Puis on aborde la partie dégagée, facile, où la trace est parfois un peu présente, même s’il est impossible de dire si ses auteurs sont bipèdes ou quadrupèdes. Le final raide se rapproche...

On sort le piolet au cas où, d’autant plus que le terrain est encore assez humide et que les pieds glissent parfois dans des creux boueux. Mais ça passe toujours... Quelques ressauts un peu plus raides, inquiétants vu d’en bas, se laissent finalement franchir sans difficultés... Et voilà l’antécime, puis le sommet... Youpi !

17h. Après les contemplations panoramiques de rigueur, on profite d’être là pour explorer les lieux. Un petit aller-retour pour voir s’il est possible de parcourir la crête nord-est qui ne semble pas trop difficile au premier regard, mais on bute rapidement sur une brèche un peu délicate précédant une pointe masquant certainement d’autres passages difficiles... Demi-tour, on va descendre par le sentier habituel.

On se laisse glisser dans les alpages, on descend bas, très bas au fond de la vallée, augurant d’une belle petite remontée en direction du col de la Ramaz. Celle-ci se fait sans difficultés, mais m’incite à essayer de trouver des alternatives pour la prochaine fois. Ainsi, pourquoi pas tenter de traverser horizontalement la face ouest depuis la crête sud directement vers le nord vers l’altitude 1600m un utilisant une banquette herbeuse où la pente semble raisonnable (visible sur l’avant-dernière photo) ? À tenter pour la prochaine session d’exploration !

Pour aujourd’hui, on terminera tranquillement la boucle sur les replats du col de la Ramaz dans la lumière chaude du soleil descendant, fin de la balade vers 19h.

Dernière modification : 16 mai 2018
Le Roc d’Enfer (2243m)

A propos

Auteur de ce topo :

Des paysages sauvages, même si il faut marcher loin... Des panoramas grandioses, même si il faut grimper haut... Des couchers de soleil colorés, même si il faut redescendre tard...

Topo publié le 5 juillet 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !