Pointe de Platé (2554m)

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1550m
Durée :
1 jour

Randonnée sauvage et hors sentier (également très aérienne) réservée exclusivement aux randonneurs aguerris. Il existe d'ailleurs peu de topos sur ce sommet du fait de sa relative difficulté. – Auteur :

Accès

Le point de départ se situe à Praz Coutant (1171m). C’est 5 Kms après le Plateau d’Assy en direction de Plaine Joux.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Présentation de la randonnée :

Ce sommet est bien visible des environs de Passy et a assez fière allure. Cependant il est très peu fréquenté du fait de sa difficulté. Il existe d’ailleurs très peu de topos (que ce soit sur internet ou dans des livres).

La difficulté est à peu près équivalente à celle du Pic de Tenneverge par exemple avec à peu près le même type de terrain scabreux et en mauvais rocher. L’assurance est quasiment impossible et la chute est interdite. Pour ces raisons j’ai hésité à rentrer le topo.

Au sommet le panorama est superbe sur le massif du Mont Blanc. On domine également le désert de Platé et le massif des Fiz.

Renseignements pratiques :

  • Carte : IGN 3530 ET Samoëns Haut Giffre.
  • Hébergement possible : Refuge de Platé (2032m).
  • Temps de parcours : environ 2h45 pour le refuge, 1h pour le col de Portette, puis encore 1h30 pour l’ascension de la Pointe de Platé. Compter donc environ 5h15 au total puis environ 3h30 de descente.
  • Dénivelé : environ 1550m.
  • Difficulté : marche sur sentier classique jusqu’au pied de la face NE. Après il faut remonter une grande pente raide en éboulis puis des dalles calcaires raides encombrées de pierrailles instables.
    L’arête nord est vertigineuse. On l’aborde par son flanc W dans des pentes herbeuses raides suspendues au dessus du vide. La fin est aussi en pierrailles instables.
  • Matériel : le piolet peut être utile pour la toute fin. La corde aussi mais l’assurance repose sur la seule force du leader de cordée car les points d’ancrage sont inexistants.

Description de l’itinéraire :

Du parking, traverser la route puis suivre le sentier balisé indiquant le refuge de Platé. Il monte d’abord en forêt puis dans des pentes herbeuses assez raides. Par un système de vires, il rejoint le Désert puis le refuge de Platé (2032m).

Continuer ensuite jusqu’au col de Portette (2354m) toujours par le sentier balisé.

Redescendre de l’autre coté sur environ 100m de dénivelé jusqu’à un replat pour aborder la face NE.

Remonter cette grande pente raide en pierrailles instables pour atteindre la base de l’arête nord. Il n’y a ni sente ni cairns, il faut donc se diriger comme on peut.

Ne pas prendre pied sur le fil de l’arête mais entreprendre d’abord une traversée sur le flanc Ouest. On rejoint ensuite celle-ci par une pente herbeuse très raide au dessus du vide. Continuer ensuite jusqu’au sommet sur le fil cette fois.

La descente s’effectue par le même itinéraire.

On peut également rejoindre le pied de la face NE par Plaine Joux et le passage du Dérochoir.

Dernière modification : 16 mai 2018
Passage du Dérochoir (2220m) - Col de la Portette (2354m) - Chalets de Platé (2032m)

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 13 février 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (9).
  • par Le 23 février 2014 à 21h45

    Et pourquoi ne pas utiliser la benne pour monter à Platé ?

    • Extrait : de la revue Vatusium, n° 14, pages 10 à 13 :

    " Ce moyen de liaison avec la vallée était des plus rudimentaires … Il fut construit en 1945 par sept propriétaires des chalets d’alpage.
    Jean-Marie Lebraz, ancien habitant de Passy, a eu la gentillesse de nous donner des précisions sur le document ci-dessous ... C’était un grand défenseur de Platé et son chalet était à côté de celui du CAF aujourd’hui propriété des petits neveux Bisognin.
    Je suis monté dans cette benne dès que j’ai su marcher correctement. Platé pour notre famille est un lieu magique et merveilleux. »

    Le départ se faisait à Charbonnière, l’arrivée à Platé, après 1200 m de parcours sur une seule portée de câble ; un dénivelé de 620 m, 120 m de hauteur par rapport au sol, on arrivait à un pylône, situé à la crête de l’abîme en 9 minutes ; c’est ce pylône supportant une poulie qui assurait le retour du câble.
    A l’origine, l’alimentation électrique était assurée par une ligne aérienne depuis Praz-Coutant.
    La benne était, il faut l’avouer, des plus sommaires : un plancher de 1 m², quatre ridelles d’environ… 30 cm amovibles, un bâti supportant deux poulies, un câble tracteur, et c’est tout !
    Elle sera rénovée en 1980 : moteur électrique alimenté par un groupe électrogène et transmission hydraulique.
    On n’était pas encore à l’époque des télécommandes et autres automatismes, mais on disposait d’un moyen efficace, du moins en principe, pour régler la marche de l’engin : le câble tracteur portait tout simplement des marques de peinture et quand celles-ci arrivaient à un certain repère placé au niveau de la cabane de départ, il fallait tout de suite stopper le moteur, car la benne était arrivée.
    Evidemment, si les marques dépassaient le repère, les choses se compliquaient : la benne heurtait le pylône d’arrivée,… la courroie qui reliait le moteur au treuil déraillait, et la benne… repartait en roue libre ; il fallait alors se précipiter sur le frein et saisir une perche de bois, toujours à disposition dans la gare : avec cet outil, on pesait de tout son poids sur le volant tracteur pour le freiner.
    Il n’y eut jamais d’accident corporel à déplorer. "

  • par Le 26 février 2014 à 23h34

    Je ne connaissais pas ce massif mais à la vue de tes somptueux clichés, je vais m’y intéresser de plus près. Effectivement je n’ai rien trouvé sur Internet concernant l’ascension de la Pointe du Platé par ce versant mais ton topo m’a indéniablement mis l’eau à la bouche. J’irai probablement y faire un tour !

  • par Le 27 février 2014 à 17h12

    Salut Syymont, je te confirme le massif des Fiz est superbe, toutes les randonnées sont en balcon face au massif du Mont Blanc. Pour la Pointe de Platé il faut bien aimer le terrain un peu scabreux.

  • par Le 15 octobre 2015 à 14h00

    Bonjour David,
    J’y suis monté ce week end, il existe un passage assez aisé pour rejoindre l’épaulement de l’arête N.
    Sur le plat entre la fin de descente du col de la Portette et le pierrier qui va vers le Dérochoir, on remonte une ravine creusée par les orages jusqu’à la base d’une pente herbeuse que l’on remonte en serrant à droite pour beneficier de gradins faciles. Ensuite on entre dans un couloir d’éboulis qui passe assez bien et qui sort sur une pente schisteuse sous l’épaulement.
    En revanche la traversée sous l’arête N versant Platé est inévitable et ça craint vraiment !!! Mais cela reste relativement court (5m).
    Bien reperer l’endroit où l’on rejoint l’arête car à la descente le moins pire et encore plus difficile à trouver !

  • par Le 15 octobre 2015 à 16h26

    Bonjour BenJ et merci pour l’info. Je ne connaissais pas cette possibilité. Tu as du te régaler avec une belle journée d’automne.

  • par Le 15 octobre 2015 à 17h53

    Si tu veux plus d’info ou photos sur cette possibilité, c’est bien expliqué dans le topo de C2C.
    En effet je me suis régalé, je l’ai fait en boucle en montant par le passage du Dérochoir et descendu par les Egrats, très sympa !

  • par michel hugonnotLe 28 novembre 2015 à 07h51

    C’est vrai que pour parcourir la pointe de Plate il faut avoir des pattes de bouquetins. Je suis grimpe la haut il y a bien des annees et maintenant que je ne peux plus beaucoup marcher, refaire le parcours devant mon ecran m’a fait bien plaisir. Et les photos sont superbes.

  • par Le 28 novembre 2015 à 10h54

    Merci Michel. Je suis content si les photos vous ont rappelé de bons souvenirs.

  • par Le 28 novembre 2015 à 19h10

    Bonjour Michel, j’ai fait de votre livre des randonnées en Faucigny ma bible.
    J’ai du lire les topos des itinéraires qui me font rêver une centaine de fois !
    Il est ma source d’inspiration pour mes bambées hors sentier.
    Au plaisir de vous lire.

  • par JPh GrandcolasLe 1er janvier 2016 à 20h54

    effectivement beau désert minéral, paradis des spéléos endurcis !

  • par Passy AlpirunningLe 13 août à 05h57

    1- Arête Sud : https://youtu.be/VPsbRfRm1KY
    2- Arête Nord Intégrale : par le sphinx et le nez à kiki (fait hier)
    3- Voie normale classique face Sud Est puis arête nord
    4- Arête du Dérochoir accès direct au sommet réalisé la semaine dernière par Sylvain du refuge de Platé
    5- Face W
    6-chêneau en diagonale en face W (à gauche de la voie W) qui rejoint le nez à kiki puis l’arête Nord.

    Enchaînement à faire : traversée des châteaux de Cran depuis Portette (1 passage exposé au niveau du Col des Cristaux)

    Plus d’information sur les randos étonnantes de notre commune sur notre site :
    http://alpirunning.passerand.com/

    Magali et François

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !