Pointe de la Grande Glière (3392m)

Difficulté :
Alpinisme PD
Dénivelé :
1400m
Durée :
2 jours
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Cette course mixte, glace/rocher ne présente pas de difficultés techniques majeures, hormis deux pas un peu délicats dans l'escalade de l'arête de la pointe. Mais elle demande une bonne préparation physique en raison de sa longueur et de la diversité des terrains abordés, qui exige d'adapter constamment son rythme et son souffle. La vue sur les principaux sommets de la Vanoise est superbe, en particulier sur la Grande Casse et les glaciers de la Vanoise, qui sont tout proches. Au loin, le Grand Paradis, les sommets italo-suisses, les Grandes Rousses, les Ecrins ou le Viso sont également bien visibles.

Accès

L’accès se fait par Pralognan. De là, il faut monter jusqu’au refuge des Barmettes et y dormir. Pour éviter de monter à pied jusqu’au refuge (chemin sans intérêt au milieu des remontées mécaniques), il est possible de prendre le téléphérique du mont Bochor. De la gare d’arrivée, il reste à suivre le sentier à flanc de coteau qui descend vers le refuge (35 mn).
Sinon, pour tout faire en une journée, il est possible de monter au refuge en 4x4, de le garer à proximité et de faire la course dans la foulée.

Itinéraire

  • Altitude de départ : 2010m (départ du refuge des Barmettes
  • Altitude d’arrivée : 3392m

Cartes

  • IGN TOP25 3534 OT
  • IGN TOP25 3633 ET

Cotation

  • Engagement III,
  • Cotation globale PD
  • Cotation libre et obligatoire 3c,
  • Qualité de l’équipement en place P3 (peu équipé)

Matériel

  • Crampons, chaussures à semelle rigide, baudrier, piolet, casque, corde

Introduction

Il existe plusieurs itinéraires et plusieurs points de départ possibles (le plus emprunté et le plus court partant du refuge du col de la Vanoise).

Je vous présenterai celui que j’ai emprunté depuis le refuge des Barmettes.

Cette course se fait en une journée, mais il faut rejoindre le refuge la veille et y dormir.

Descriptif

Du refuge, prendre le chemin qui monte au lac des Vaches.

De là, sortir du sentier qui monte au refuge du col de la Vanoise et chercher un autre sentier qui passe dans les éboulis à gauche de l’ancienne moraine. Ce chemin devient vite très raide en montant au plan de la Séchette.

Traverser ce plan et gravir les éboulis jusque sous le col rocheux (ancien verrou glaciaire) sous le glacier de la Glière.

La montée au col se fait sur des roches moutonnées glissantes (il faut s’encorder dès cette étape), mais elle est facilitée par une vire rocheuse équipée de chaînes située sur la gauche.

La montée du glacier est assez facile (du moins, à l’époque où je l’ai faite, le 18 août pour être précis). Les pentes n’excèdent pas 30°. Il faut juste éviter de marcher trop près de la paroi rocheuse de la pointe de la Glière, où il existe un risque de chutes de pierres.

En haut du glacier, la montée au col de la Glière peut être délicate s’il n’y a plus de neige (c’était le cas quand j’y étais). La pente est occupée par des cargneules très friables et aucune prise n’est sûre. Garder nos crampons aux pieds nous a bien aidé.

Reste environ 250 m de dénivelé d’escalade de l’arête. En voici le topo du site de Camp to camp, qui sera toujours plus pertinent que celui que je pourrais faire :

"Du col, gravir l’arête SE, en quartzite en contournant un gendarme par la gauche (sente et quelques ressauts faciles dans le premier tiers), puis rejoindre le fil pour atteindre et franchir un court mur vertical (spit, III+).

Poursuivre au mieux, tantôt à gauche, tantôt à droite (cairns) de l’éperon. Gravir un court dièdre sur la gauche (pas de III). A partir d’un gros bloc dominé par un mur vertical, traverser à gauche en ascendance (ne pas prendre une vire sous ses pieds) pour rejoindre un couloir cheminée que l’on remonte (court passage de III athlétique au départ, spit pour le relais un peu plus haut), avant de buter sur un autre mur vertical. L’éviter par une rampe sur la droite (cairns) pour retrouver le fil de l’arête.

Encore quelques pas d’escalade et on débouche à la Vierge de la Glière scellée au pied d’un mur vertical. Escalader ce mur par la gauche (réglettes, assez fin, superbe), enjamber une faille vers la gauche et gravir l’arête ou ses abords gauche jusqu’à la pointe sommitale."

Redescendre par le même itinéraire qu’à la montée, y compris pour la désescalade de l’arête, qui ne nécessite pas de rappel, juste un bon assurage.

Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « Pointe de la Grande Glière (3392m) »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Photos « Pointe de la Grande Glière (3392m) »

Lever de soleil sur les glaciers de la Vanoise Du bas du glacier de la Glière : l'aiguille de la Vanoise, les glaciers de la Vanoise La Vierge, un peu avant le sommet Du sommet : Glaciers de la Vanoise, Ecrins, Péclet-Polset Du sommet : Arves, Grandes Rousses, Belledonne, Lauzière, lac de la Patinoire Du sommet : Grand Bec, Volnets Du sommet : Bellecôte, Mont Blanc, Mont Pourri Du sommet : Mont Pourri, sommets italo-suisses, Grand Paradis Du sommet : l'Epena, la Grande Casse