Pointe des Arses (3187m)

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
711m
Durée :
1 jour

Cette montagne qui présente trois arêtes déchiquetées, offre une intéressante ascension, hors sentier, sauvage et peu fréquentée. Ascension par l'arête nord-est et descente par l'arête ouest-sud-ouest, bien marquée sur le terrain, mais mal mise en relief sur la carte IGN. – Auteur :

Accès

De Bessans, se rendre à Bonneval-sur-Arc et prendre la route du col de l’Iseran. Franchir le pont sur la Lenta, passer deux lacets et se garer à droite, au petit parking avant le pont au lieu-dit du "Pont de l’Oulietta".

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP25 3633 ET
  • Tracé IGN
  • Altitude de départ : 2476m
  • Distance : environ 5 Km
  • Heure de départ : 9h20
  • Col des Arses : A—>11h10 - D—>11h30
  • Sommet : 12h05
  • Entame de descente : 12h10
  • Retour : 13h50

Difficulté

  • Ascension hors sentier. Le tout est de trouver la sente qui monte au col des Arses. Une ascension directe, depuis le vallon sous le col serait très raide
  • Arête facile, avec quelques passages rocheux et un peu de recherche d’itinéraire

Ascension

Du parking, remonter la route en direction du col de l’Iseran. Peu après le pont, prendre à droite, une piste qui va gagner un petit plateau d’alpages.

Longer le ruisseau du Plan de la Montagne en rive droite, jusqu’à quelques blocs rocheux.

Une sente, peu visible, part sur la gauche, effectue un lacet et revient sur la droite pour traverser le ruisseau.

  • on peut aussi longer le ruisseau, hors sentier, jusqu’au point où on le traverse et où débute une sente plus marquée.

Suivre la sente, plus large, qui redevient vite assez discrète, mais cairnée, jusqu’au plateau supérieur.

Celui-ci est constitué par des bourrelets d’éboulis, constituant de petits vallons et de petites crêtes.

Suivre la crête principale, qui se dirige est-nord-est.

On arrive sous l’arête nord-est de la Pointe des Arses. Remonter en direction de l’arête en passant sous une barre rocheuse.

On doit trouver une trace dans les éboulis, qui contourne la barre rocheuse et atteint le col des Arses, alt. 3074m.

Le panorama, depuis ce col élevé est déjà magnifique.

Du col, suivre l’arête nord-est par une trace cairnée. On passe à droite d’une crête rocheuse puis, on contourne un petit escarpement rocheux par la gauche puis, un second beaucoup plus important par la droite.

On contourne une petite tour en rocher brisé, par la gauche.

  • jusqu’ici, le parcours de l’arête, dont la description donne l’impression qu’il est très sinueux est en fait très évident

Se diriger vers le bastion sommital et vers une étroite brèche entre deux rochers, très visible. Franchir cette brèche et descendre derrière, par un pas facile.

Traverser, à peu près horizontalement, sous les rochers de l’antécime puis, traverser le couloir issu de la brèche entre l’antécime et le sommet principal.

Monter directement au sommet.

Vue magnifique sur le Mont Blanc, la Vanoise et toute la Haute-Maurienne.

Descente

Du sommet, descendre l’arête ouest-sud-ouest. On arrive sur un replat qui se termine par une barre rocheuse.

Contourner l’escarpement par la droite et revenir sur l’arête que l’on suit, en évitant les petits ressauts rocheux, tantôt par la droite, tantôt pat la gauche, jusqu’à atteindre une brèche au pied d’une tour rocheuse noire, alors que l’on évoluait sur un beau rocher brun-rouge.

Descendre à droite, par un pierrier raide, pour rejoindre l’itinéraire de montée sur le plateau supérieur en éboulis. Sur le plateau, on traverse en appuyant à droite pour retrouver la sente qui ramène au plateau d’alpages et au parking.

  • de la brèche, au pied de la tour noire, on peut descendre à gauche, plein sud, pour rejoindre le GR de "Pays du Tour de Haute Maurienne", par un pierrier long et raide. Le GR, ramène au parking.

L’ascension

Fréquentant ce petit paradis qu’est la Haute-Maurienne depuis des années, j’ai toujours eu le regard attiré par cette montagne tourmentée aux arêtes déchiquetées.

Aux jumelles, je n’ai jamais vu personne au sommet.

Difficile ? Dangereuse ? Méconnue ?

Les orages annoncés pour la veille au soir n’ont pas éclaté. Mais en ce matin du 13 août 2012, le temps reste incertain, les sommets sont accrochés.

Et puis les nuages semblent régresser. C’est le temps idéal pour faire une reconnaissance sur ce sommet dont je ne sais rien.

Du Pont de l’Oulietta, je monte dans le plateau d’alpages et je trouve un sente qui se dirige vers le plateau supérieur.

Que de cailloux !

Je monte sur une crête et j’aperçois une possibilité d’atteindre une brèche sur l’arête ouest-sud-ouest. Mais cela exige de remonter un pierrier qui, vu d’en bas, semble moins long et moins raide qu’il n’est en réalité. J’abandonne donc cette idée. En fait ce sera mon itinéraire de retour.

Je me dirige vers une barre rocheuse qui défend l’accès à l’arête nord-est. Elle est trop raide et trop délitée pour être surmontée directement. Cependant, j’ai trouvé une sente qui va la contourner et atteindre le col des Arses. A mon arrivée, le chamois qui a longtemps admiré le paysage a disparu.

La vue du col est déjà magnifique. Le glacier de l’Ouille Noire a vraiment disparu. En versant est, un petit cirque abritait également un petit glacier. Il ne reste plus que des lambeaux de glace morte qui s’enfouissent peu à peu sous les chutes de pierres qui sont régulières.

Vue du col, cette Pointe des Arses semble rébarbative. Mais une trace se dirige vers elle.

Humains ou chamois ?

Je trouve quelques rares cairns. Des humains sont donc passés. Je rajoute de nombreux cairns en parcourant cette arête. Une trace m’amène sur un ressaut infranchissable. Je dois redescendre un peu pour contourner l’obstacle. Le cheminement naturel vers une brèche étroite et le passage est très beau avec un rocher aux couleurs chaudes.

De l’autre côté de la brèche, une trace monte sur l’arête.. Je la suis et j’atteins l’antécime. Je redescends donc et érige des cairns dans la traversée sous cette éminence.

Enfin le sommet. La brume monte de la vallée. Je prends quelques photos et redescends aussitôt. Je ne connais pas mieux l’itinéraire de descente.

Il va se révéler plutôt facile. Arrivé au pied de la tour noire, j’ai la possibilité de descendre à droite, à gauche ou même de continuer l’arête.

J’opte pour la droite et retrouve ainsi l’itinéraire pris pour l’ascension.

Dernière modification : 16 mai 2018
Ouille Noire (3357m)

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 8 septembre 2012

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (8).
  • par Le 8 septembre 2012 à 14h33

    ah, je croyais que mon topo t’avais fait renoncer...
    Jolies photos.

  • par heremeLe 8 septembre 2012 à 22h59

    Ouille ouille ouille ! Où donc qu’il est le glacier ?

    ... Certains glaciers ont vu leur épaisseur diminuée de 100 mètres. D’autres ont reculé de plus d’un kilomètre. Enfin, quatre glaciers ont simplement disparu, et les toponymes mis à jour avec de comiques « ancien glacier du Carro », « ancien glacier de l’Ouille Noire » etc ...

    http://reconquerirsavie.fr/dereglement-climatique-en-france-disparation-des-glaciers-dici-2050/

    Pour tout ce qui touche la montagne relativement aux agressions et modifications par quoi ou qui que ce soit, un excellent site :

    portail : http://www.mountainwilderness.fr/

    qui donne accès à l’option recherche

    http://www.mountainwilderness.fr/component/alphacontent/

  • par heremeLe 8 septembre 2012 à 23h40

    Bis repetita placem : Glaciers et Cie.

    Mot- clé "glaciers" dans l’option recherche ci-dessus ---->

    http://www.mountainwilderness.fr/component/search/glacier%2Bouille.html?ordering=newest&searchphrase=any&limit=100

    Cliquer ensuite sur l’article
    Revue 89 - La montagne face aux changements climatiques - hiver 2011/2012

  • par Le 11 septembre 2012 à 13h40

    Bonjour fanoitbeny : Quel topo ?

  • par Le 11 septembre 2012 à 13h44

    celui que je t’avais transmis par mail suite à ta demande début juillet... bon, c’est peut être jamais arrivé à destination...

  • par Le 11 septembre 2012 à 14h18

    Effectivement, je na l’avais pas reçu. ce qui explique je suis parti à "l’aveuglette". Merci pour le commentaire. J’espère que ce joli sommet attirera davantage de monde.

  • par Le 11 septembre 2012 à 15h08

    Quand je vois la photo 17 Alain, je comprends mieux ton "étonnement" à gravir la Face Nord de la Grande Ciamarella en début de saison (https://www.altituderando.com/Grande-Ciamarella-3676m-par-la) ;-))

  • par Le 12 septembre 2012 à 02h51
  • par Le 12 septembre 2012 à 07h28

    Une peu comme la Face Nord de la Grande Casse : une course de rocher en devenir ...

  • par GybsyLe 24 août 2013 à 09h09

    Merci Alain pour la description impeccable de l’itinéraire
    En vacances a Lanslevillard , j’ai pu me faire plaisir sur ce belvédère lion des foules
    Un grand merci encore

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !