Pointe du Rascrouset (3082m) par Entre les Aygues

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1500m
Durée :
1 jour

Une ascension magnifiquement sauvage avec un final rocheux sportif de toute beauté. – Auteur :

Accès

Rejoindre le village de Vallouise dans les Hautes-Alpes, passer la place de l’église et prendre la petite route à droite.

La suivre sur 10 km jusqu’à son terminus et se garer au parking d’Entre les Aygues.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

INFORMATIONS

  • Carte : IGN TOP25 3436 ET - MEIJE PELVOUX
  • Départ : Parking terminal de Entre les Aygues (1610m)
  • Point culminant : Pointe du Rascrouset (3082m)
  • Dénivelé total : 1500m
  • Distance : environ 10km
  • Temps de montée : entre 3h00 et 4h00
  • Temps du parcours total : environ 5h30 de marche

DIFFICULTÉS

Cette ascension se fait par un vallon raide sur une grosse partie du parcours avec un dénivelé non négligeable (1500m).

Cette ascension est tout, sauf "pommatoire", notamment jusqu’au collet (2799m), mais l’accès à la pointe du Rascrouset est réservé à des personnes sachant évoluer sur du rocher facile, mais parfois un peu exposé.

ITINÉRAIRE

Au fond du parking, passer derrière la petite maison forestière et emprunter le petit sentier qui monte dans l’alpage en direction du nord-ouest.

Suivre le bon sentier en lacets qui monte en rive gauche du torrent.

Le sentier traverse le torrent à l’altitude (1920m) et part vers l’ouest vers une barre rocheuse et quelques passages rocheux faciles à gravir.

Il débouche sur une croupe herbeuse, avec, sur un promontoire (à gauche du sentier), la croix en bois de Rascrouset (2074m).

On s’enfonce alors, dans le vallon de Rascrouset et on peut voir sa pointe.

Suivre les nombreux cairns, une sente assez évidente, ainsi que sur le haut du vallon, les marques à la peinture bleues blanches et rouges de limite du parc national des Écrins.

On débouche sur le Collet du Rascrouset (2799m).

Là, on peut admirer (par temps clair) le magnifique vallon de Clapouse, la pointe de Clapouse (à droite du collet) et bien sûr, la pointe de Rascrouset (à gauche).

Partir sur la gauche en suivant l’arête facile puis chercher et suivre les cairns qui montent en zig-zag sur l’antécime.

Traverser plusieurs passages sur des dalles rocheuses peu pentues et suivre une bonne trace cairnée qui rejoint le sommet du premier ressaut (antécime - 2960m).

Traverser une zone d’éboulis, pour ensuite rejoindre un couloir de rochers rouges qui mène directement au sommet de la pointe du Rascrouset (3082m).

Là, par temps clair, la vue est immense, et notamment sur l’impressionnant Mont Pelvoux et son glacier, le vallon de Clapouse à droite, les pointes Guyard et de Celse-Nière à gauche.

Au sud les pointes de l’Aiglière et des Neyzets, au sud-ouest les Pics Jocelme et Bonvoisin etc...

DESCENTE

Par le même itinéraire.

Dernière modification : 17 octobre 2018
Refuge des Bans (2076m)

A propos

Auteur de ce topo :

Habitant les Bouches-du-Rhône et passionné de randonnée sportive depuis 2009, j'ai commencé logiquement à faire mes "armes" dans les magnifiques calanques de Marseille, puis j'ai étendu à la Provence, les Alpes et maintenant, tout simplement "la montagne", où qu'elle soit !!!

Topo publié le 2 juillet 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 2 juillet 2016 à 15h23

    belle rando, j’aime ce coté sauvage !

  • par Le 3 juillet 2016 à 10h31

    Oui, effectivement, quand on se retrouve au sommet de la pointe de Rascrouset (comme, assurément, sur certains autres sommets), on se sent un peu perdu au milieu des montagnes, entre vallons encaissés et enneigés et entourés de sommets tous bien plus hauts que celui où l’on se trouve, c’est vraiment impressionnant et j’ai un peu eu un sentiment, comment dire... d’étouffement, d’enfermement mais plein d’émotions, au milieu de toute cette beauté sauvage ! mais j’en redemande !!!

  • par Le 3 juillet 2016 à 10h37

    En fait, on a l’impression d’être petit, et de s’être invité chez les grands, sans vraiment avoir été sollicité. Donc, j’ai ressenti un sentiment de défiance du genre "qu’est ce qu’il vient faire là, celui-là" entouré que j’étais par tous ces monstres (Pelvoux, Sans nom, Guyard, Aiglière, Celse-Nière, Jocelme, etc...) , en fait, la montagne, c’est magique !

  • par Le 3 juillet 2016 à 12h40

    Bravo à toi et à toutes tes contributions ! Voilà qui va rappeler des souvenirs à mon oncle !Tu as décidément un sacré coffre pour enchainer des randos à 1500 mètres de dénivelées !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !