Pointe du Santel (3465m) en boucle par l’arête SW, l’arête W et le couloir SW

Difficulté
Difficile
Dénivelé
1185m
Durée
1 jour
Localiser le sommet

Avertissements et Droits d'auteur

Sommet oublié car dominé par sa voisine la Tsanteleina qui offre des itinéraires plus dans l'air du temps. Solitude garantie au milieu d'une harde de bouquetins vivant dans ce secteur.

Accès

De Bourg-Saint-Maurice suivre la D902 en direction de Val d’Isère.
Passer un paravalanche, puis un tunnel, encore un paravalanches plus long que le premier et enfin un tunnel plus court que le premier.
Prendre la route montant sur la gauche en direction du Villaret et du Saut.
Continuer jusqu’à atteindre une zone de parking sous le barrage du Saut.

Précisions sur la difficulté

  • Randonnée/course se déroulant sur un rocher très aggressif mais également fragile, sans équipement en place. L’assurage est souvent illusoire (dalles improtégeables, rocher qui use et freine la corde, quand il n’est pas cassant).
  • On est à la limite randonnée/escalade. Il y a des pas de II, pouvant aller jusqu’à IV en cas de mauvaise lecture du terrain. En gros soit c’est "facile" soit ça devient vite la galère...
  • C’est exposé sur une grande partie de l’itinéraire, y compris dans la descente.
  • Nombreux échappatoires par des couloirs/cheminées d’un versant à l’autre.
  • Casque conseillé

Les infos essentielles

Carte : IGN 3532 ET
Dénivelée : 1185m
Durée : une journée
Difficulté : T6 ou PD+ (à confirmer)

Itinéraire

Du parking du Saut dans le vallon de la Sassière suivre un sentier vers le Sud qui longe le petit barrage. Franchir un petit pas rocheux en sautant et continuer sur le sentier.

Il rejoint une vieille piste carrossable au niveau du barrage du lac de la Sassière, qu’il faut suivre jusqu’au col de la Bailletaz.

Au col suivre l’arête qui se déroule au NE. Quelques pas de II. Si on s’égare de vire en dalle et de dalle en vire on peut avoir à franchir des pas de III ou IV. En restant proche du faîte le rocher est meilleur et plus facile, mais toujours vérifier ses appuis car le rocher est un mélange de tuf, schistes et gneiss transformé qui casse facilement.

Juste avant d’arriver au Bec de l’Aigle, il y a une brèche à franchir en désescaladant le pointement rocheux sur lequel vous vous trouvez par le versant NW.

Rejoindre la brèche par un petit couloir d’éboulis puis gravir le Bec de l’Aigle de la droite vers la gauche.

Continuer sur l’arête jusqu’à rencontrer le bastion somnital, grandes dalles couchées striées de vires.

Au sommet (cairn) on peut continuer vers la Tsanteleina. Il y a 3 pointements rocheux à franchir après une désescalade de la Pointe du Santel. Ensuite revenir sur ses pas pour démarrer la descente depuis la pointe du Santel. (Pas davantage d’informations, n’ayant même pas cherché à voir comment ça passait).

S’engager sur l’arête W en restant sur le fil au maximum. Arrivé à une zone de rocher noirs, descendre à gauche sur une crête séparant 2 couloirs.

Descendre sur le fil de cette crête jusqu’à atteindre une bosse puis s’engager dans l’un des 2 couloirs au choix.

Rejoindre le couloir SW, franchir un ancien verrou glaciaire par des gradins herbeux et rejoindre le lac glaciaire (avec un ilot rocheux).

Du lac soit rattrapper par le pierrier à gauche le col de Bailletaz, soit continuer à travers pente pour rejoindre le lac du Santel et le chemin de montée.

Poursuivre jusqu’au parking.

Dernière modification : 14 août 2017