Pointes de Pen Hir, du Toulinguet et du Grand Gouin en boucle

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
200m
Durée :
1 jour

Une assez longue boucle qui permet de visiter trois belles pointes de la Presqu'île de Crozon tout en profitant éventuellement d'une baignade en cours de route. On découvre en route également les curieux Alignements de Lagatjar. Et on ne manquera pas de visiter à la Pointe de Pen Hir la curieuse Salle Verte où l'on pourra se rendre avant (de préférence) ou après la boucle. – Auteur :

Accès

Depuis Crozon, prendre la direction de Camaret et suivre ensuite, à chaque carrefour, les indications routières pour la Pointe de Pen-Hir. Se garer sur le vaste parking.

Précisions sur la difficulté

Pas de difficultés particulières le long du parcours.
Le profil du parcours est loin d’être plat mais les montées (ou descentes) ne sont jamais longues.

La boucle est réalisable en environ 3H30’ mais il serait dommage de se presser sur un tel parcours. Baignade éventuelle, nombreuses photos et visite de la Salle Verte rajouteront du temps à la boucle elle-même.

Les infos essentielles

  • Carte  : TOP25 – Camaret Presqu’île de Crozon – 0418 ET
  • Distance  : environ 12 km
  • D+ : environ 200m
  • D- : environ 200m
  • Altitude du point haut : 60 m !
  • Altitude du point le plus bas : 0 m !!!
  • Balisage ; GR (rouge et blanc) sur une bonne partie du parcours

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Il est quasiment ‘sacrilège’ pour qui a le pied un peu montagnard, de ne pas aller rendre visite au site extraordinaire de la ‘Salle Verte’ depuis le parking de Pen Hir. Celle-ci, quasiment insoupçonnable dans la falaise, procure une magnifique vue sur les Tas de Pois et offre un endroit de pique-nique merveilleux.

La Salle Verte

Pour se rendre à la ‘Salle Verte’ (compter une vingtaine de minutes depuis le parking) :

  • Depuis le parking emprunter en direction du sud la piste qui canalise les touristes
  • Longer la falaise que l’on a donc sur sa droite et faire le tour par le haut d’une anse découpée dans la falaise
  • Continuer jusqu’à un gros rocher caractéristique en forme de tortue
  • Prendre le sentier sur la droite avant ce rocher caractéristique
  • Après quelques courts lacets on arrive à un passage à plat (comme un très court sangle) qui surplombe la mer et qui, bien que très facile, peut impressionner si la mer gronde en dessous
  • Arriver, après avoir mis un peu les mains sur quelques mètres, au bloc coincé derrière lequel se trouve la ‘Salle Verte
  • Déguster l’endroit
  • Retour par le même itinéraire

On peut bien sûr aller à la Salle Verte au début ou à la fin de la boucle, mais si on veut y bénéficier du soleil, mieux vaut préférer une visite en matinée.

La Boucle des trois Pointes

Du parking aller vers l’immense monument en mémoire des soldats bretons.

Prendre au niveau du monument le GR34 en direction du Nord. On va rester sur ce GR jusqu’à la Pointe du Grand Gouin.

On peut voir au large le beau Rocher du Lion que l’on pourra observer à souhait un bon moment.

Arriver au niveau des ancres gigantesques, sur lesquelles sont gravés des poèmes, qui signalent le Musée mémorial dédié à la bataille de l’Atlantique.

On côtoie encore quelques blockhaus et on arrive à l’extrémité sud de l’Anse de Pen Hat.

Il est possible de descendre sur la plage par un très court passage escarpé mais on doit ensuite traverser une zone de gros blocs désagréables pour arriver au sable. Il est préférable de poursuivre le sentier et d’accéder à la plage aisément un peu plus loin.

Ne pas aller à l’extrémité nord-ouest de la plage car il n’y est pas possible de rejoindre le GR. Rejoindre donc le GR au niveau du parking ; une courte montée assez raide amène au fort de la Pointe du Toulinguet (terrain militaire de la marine nationale = accès interdit).

Traverser la route d’accès au fort et reprendre le GR qui va s’orienter vers l’Est, puis vers le nord-est pour rejoindre la Pointe du Grand Gouin

Faire le tour de la Pointe du Grand Gouin et continuer vers le sud jusqu’à avoir la vue sur Camaret et à arriver sur une large piste légèrement montante que l’on prend à droite,et que l’on suit jusqu’à arriver sur une rue goudronnée (rue Pierre Péron)

Suivre le mouvement naturel de cette rue (en fait on suit temporairement un balisage en noir d’itinéraire VTT) qui fait un léger ‘S’. Au bout de la rue tourner à gauche et à droite au carrefour suivant pour prendre la rue Saint-Rioc. Continuer tout droit jusqu’au site des Alignements de Lagatjar (il y a, parait-il 143 menhirs ; je ne les ai pas comptés !!!).

NB : Avant d’arriver aux Alignements on peut voir sur sa droite les ruines du manoir de Saint-Paul-Roux-le-Magnifique.

Prendre à gauche la rue Georges Ancey (on a les Alignements sur sa droite) ; traverser la route suivante et prendre en face la rue des Menhirs. Traverser à nouveau une route (la D8) et continuer par la rue du Kreisker. Continuer en direction du lieu-dit Kermeur que l’on traverse intégralement pour arriver au panneau indiquant la direction de la Plage de Veyrac’h.

Suivre le chemin très agréable (sous-bois) qui descend à la plage ; au bout du parking d’accès à cette plage prendre le GR34 pour revenir au parking de la Pointe de Pen Hir et ainsi boucler la boucle.

Sortie du 01/11/2017

11 ans après, Claudine et moi renouons avec ce petit coin de Bretagne qu’est la presqu’ile de Crozon et que nous avons découvert il y a une trentaine d’années. C’est un peu loin de chez nous (1150 kms !) mais quand on aime on ne compte pas … les kilomètres. Nous sommes profondément amoureux de ce coin de Finistère.

Il est près de 11H lorsque nous arrivons au parking quasi désert de la Pointe de Pen Hir. Nous commençons (tardivement !) la journée par une visite à la Salle Verte dont 11 ans après nous retrouvons facilement l’accès.

Il fait beau. La mer est d’huile. Nous sommes bien sûr seuls (très peu de touristes se risquent sur le sentier d’accès), face à l’océan, à observer le magnifique vol de goélands ; cela nous change de nos montagnes et des vautours fauves ! Nous restons ainsi une bonne demi-heure à contempler cet environnement qui ne nous est pas familier.

Sur le chemin du retour au parking nous croisons un couple ; lui est équipé d’un volume impressionnant de quincaillerie pour la ‘grimpe’. Ils nous expliquent qu’ils vont faire une voie dont on atteint la base par un rappel et qui nécessite l’emploi de très nombreux coinceurs.

Nous voilà sur le GR34. Nous rejoignons le site du Musée mémorial et jetons un œil aux beaux poèmes que l’on peut lire sur les énormes ancres.

Sur la plage de l’Anse de Pen Hat trois personnes en foulent le sable. Certes le soleil est là mais la température de l’eau n’incite pas à la baignade !

Puis vient le fort militaire du Toulinguet. Nous continuons vers la Pointe du Grand Gouin et sur cette portion de sentier nous ne rencontrons que deux personnes. Nous nous écartons un peu du GR pour le frugal pique-nique et une nouvelle séquence contemplative.

Nous retrouvons ensuite avec plaisir la vue sur Camaret et ses maisons blanches.

Aidés de la carte Top25, nous louvoyons un peu pour rejoindre le site des Alignements de Lagatjar. On ne se risque pas à compter les menhirs (bien endommagés par le temps) de peur de s’endormir … il y en aurait 143.

Nous retournons à l’altitude zéro mètre de la plage de Veryac’h avant de remonter au parking de départ ; mais nous n’y allons pas directement et retournons un peu au sud du parking pour quelques dernières photos des Tas de Pois.

On espère ne pas attendre 11 ans pour revenir !!!

Dernière modification : 18 juillet 2018
Île Vierge et site mégalithique de Ty ar C’huré en boucle

A propos

Auteur de ce topo :

Dauphinois depuis ma naissance et ayant toujours habité en région grenobloise, j'ai fait ma première rando à 10 ans (c'était le col de l'Alpe en Chartreuse) et n'ai pas passé une seule année sans randonner avec des objectifs locaux ou lointains. Etant depuis 2010 en CVDI (Contrat de Vacances à Durée Indéterminée = à la retraite), j'ai maintenant plaisir à choisir des objectifs pour un groupe d'ami(e)s (...)

Randonnée réalisée le 1er novembre 2017

Topo publié le 10 novembre 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (3).
  • par Le 11 novembre 2017 à 13h20

    Bonjour Jean-Marc.
    Ça fait plaisir de voir ce topo et ces photos des belles côtes bretonnes, découpées à souhait. Ça nous dépayse un peu sur le site AltitudeRando. ;o)
    Les photos auraient été encore plus belles avec plus de soleil et moins de nuages mais on se rend déjà bien compte que malgré l’altitude proche de 0m le paysage n’est pas tout plat et que le relief de ces côtes est bien tourmenté.
    NB : Mon beau-père était natif de Plougastel. Ce n’est vraiment pas loin. Il va falloir que je montre ce topo à ma femme mais en espérant qu’elle ne me demande pas d’aller en Bretagne à la place des Alpes pour les vacances d’été. ;oD
    C’est très beau mais je préfère de très loin les Alpes. ;o)

  • par Le 11 novembre 2017 à 21h21

    Merci Thierry.
    Moi aussi j’adore les Alpes ... mais j’y habite et lorsqu’on est en Bretagne c’est un vrai changement d’air pour nous. Le ciel tout bleu ça existe en Bretagne ; on l’avait connu ... il y a onze ans. Mais cette fois la météo était un peu moins favorable sans être aussi mauvaise que les gens l’imaginent quand ils se fient uniquement aux bulletins météo à la télé.

  • par Le 12 novembre 2017 à 19h34

    Salut Jump. Puisque tu évoques Saint-Pol Roux, entre autres poète ; un peu de littérature.

    Extrait de "Mai" du 1er mai 1900.

    "….
    Midi s’avance, en haubert de diamant.

    Un feu d’artifice aigu : les écoliers jaillissent de classe et s’épivardent vers les hannetons et les émeraudes des « ironces ».

    Oh courir aussi ! mais une haute chute de l’échelle qui tient lieu d’escalier à ma chaumière me condamne à béquiller depuis deux mois - quelque représaille de la Dame à la faulx. Alors, m’étendant sous un chêne dans le proche pré nappé de pâquerettes, boutons-d’or et bouquets de lait, je m’abandonne parmi la salubre caresse de l’heure à l’ineffable émotion qui me viole délicieusement et comme à petits coups subtils métamorphose les ténèbres de mon âme en tendresses pastel. Mon coeur saute en cabri et je pressens que, j’ouvre encore un tantinet la bouche, il va s’émanciper hors moi pour brouter l’espérance nouvelle. Peu à peu sous le charme agissant des philtres épars, j’amenuise mon orgueil et rapetisse mon individualité comme pour ne pas en effaroucher l’égalitaire symphonie du monde et pour, fondu en atome dans l’incommensurable mosaïque des vitalités, participer à l’universel renouveau.

    Non loin, des sources aux frisettes de cresson jacas sent vers les cruches...

    Saoul perdu, Boulzir, le matelot du flambart à Postic, roule et tangue à travers la garenne en souriant béatement aux papillons qui frisselissent dans l’ai blond.

    Pluie fine, l’angélus dégouline en les oreilles.

    Je claudique vers le repas de famille.

    Au seuil m’espère la branche de félicité.

  • par Le 12 novembre 2017 à 19h45

    Une bien belle prose empreinte d’un certain hédonisme.
    Merci de nous en faire profiter.
    J’ignorais, je l’avoue, l’existence de cet homme ... mais je ne m’en veux pas trop puisqu’on le qualifie de ’poète oublié’ !

  • par Le 12 novembre 2017 à 22h15

    Et tant qu’on y est, une autre époque :

    http://cartespostales.eu/4102-home_default/camaretsurmer-lasalleverte-legrandetlepetitdahouet-pennglaz-lafourcheetbernid.jpg

    intitulée Camaret sur mer-la salle verte-le grand et le petit dahouet-pennglaz-la fourche et bernid

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !