Pointes de Pierre Brune (3049m-3149m-3155m-3177m-3196m)

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1500m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Les pointes de Pierre Brune sont sur cette crête déchiquetée, bien visible du Plan du Lac, un peu après le parking de Bellecombe. Situées au cœur du massif de la Vanoise, à l’aplomb d'Entre Deux Eaux, séparant les vallons de la Leisse et de la Rocheure, à moins de 4 Km du sommet de la Grande Casse, le panorama est exceptionnel. C'est aussi une longue randonnée, d'environ 20 Km, dont 12,6 sur une route et une piste interdite à la circulation...mais autorisée aux VTT. Ce qui est bien pratique pour ne pas rendre cette ascension interminable. D'autant que le parcours intégral des différentes pointes, dont cinq sont cotées sur la carte IGN, est magnifique, mais pas particulièrement court et succède à une ascension de plus de 700m de dénivelée hors sentier.

Accès

De Termignon, prendre la route du Col de l’Iseran, et au premier virage, prendre à gauche la route qui mène au parking de Bellecombe. Au-delà, la circulation automobile est interdite.

Itinéraire

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP25 3633ET
  • Tracé IGN
  • Distance totale : 20 km
  • Distance possible à VTT : 12,6 Km
  • Départ : 2307m
  • Point bas : 2147m
  • Dénivelée totale : >1500m
  • Remontée au retour : 223m
  • Heure de départ : 6h20
  • Mourre de la Bourgeat : 6h50
  • Sommet du couloir : 8h40
  • Sommet : 10h35
  • Entame de descente : 11h30
  • Retour sommet du couloir : 12h45
  • Retour Mourre de la Bourgeat : 14h00
  • Retour parking : 15h00
    • ces horaires indicatifs, sont ceux avec utilisation d’un VTT
    • sans VTT, il faut compter environ 2H00 de plus

DIFFICULTÉ

  • Pentes herbeuses raides
  • Pente d’éboulis raide dans le couloir, mais on peut très vite en sortir
  • Arête de rochers brisés, quelques brèches étroites et aériennes, délicates en cas de vent fort
  • Itinéraire toujours évident par bonne visibilité.

ASCENSION

Du Parking de Bellecombe au Mourre de la Bourgeat

  • 30’ à VTT
  • 1h30 à pied

Du parking, remonter la route interdite. On passe près du lac puis, on atteint le sommet de la cote avant de redescendre vers le refuge du Plan du Lac.

Poursuivre la route jusqu’à la chapelle St-Barthélémy puis, jusqu’à la bifurcation de Plume Fine, alt. 2174m.

  • A pied, prendre le chemin qui longe en rive gauche, dans un petit vallon, le ruisseau émissaire du lac. On passe au refuge du Plan du Lac puis, poursuivre jusqu’à la chapelle St-Barthélémy. Ensuite, suivre la route jusqu’à Plume Fine.

A la bifurcation, prendre la piste en terre, plein est, en direction du refuge de la Femma.

On laisse un premier chemin à gauche, qui va franchir le torrent de la Rocheure et a près 975 mètres depuis Plume Fine, prendre le chemin à gauche (c’est donc le second chemin à gauche depuis la bifurcation) qui va franchir le torrent et atteindre les chalets restaurés du Mourre de la Bourgeat, alt. 2147m. Laisser le VTT au mieux, à proximité des chalets, mais évidemment sans gêner les propriétaires.

Du Mourre de la Bourgeat au sommet du couloir

Prendre pied dans les alpages, en traversée vers la droite, hors sentier, pour se rendre au droit du couloir.

Remonter les alpages. Une barre rocheuse se présente. On peut la contourner par la droite ou par la gauche. Les deux itinéraires sont identiquement raides et, selon la saison, on marche sur des milliers d’edelweiss.

En prenant de l’altitude, le décor devient plus minéral avec des coulées d’éboulis assez bien stabilisées. On peut monter par les éboulis ou en parallèle par des pentes herbeuses.

Sous le couloir, la pente de raidit. Remonter par les pentes herbeuses, jusque sous les rochers, pour atteindre le bord de la rive gauche du couloir.

Remonter le couloir, raide, glissant, en utilisant les rochers comme prises de mains dans la partie resserrée.

Cet étranglement franchit, monter franchement à droite, par des gradins herbeux faciles, permettant d’accéder au sommet du couloir.

Du sommet du couloir à la pointe 3196

  • 2h00

Remonter l’arête, tout d’abord herbeuse, jusqu’à une première pointe, que l’on contourne par la droite, avant de revenir au sommet. Puis, continuer l’arête et gravir la seconde pointe.

Cette seconde pointe ne se traverse pas. De son sommet, revenir sur ses pas, redescendre un peu et la contourner par la droite, nord-est par des vires (délicat) puis, revenir sur l’arête.

  • Si les vires n’inspirent pas, descendre plus franchement et contourner la pointe par un passage dans la pente d’éboulis.

Enchaîner ensuite les pointes, les unes après les autres, séparées par des brèches plus ou moins profondes, plus ou moins étroites et aériennes.

  • Toutes les pointes, de la première, jusqu’à celle (incluse) surmontée d’un cairn de plus de 2 mètres de haut, peuvent se contourner par la droite en versant nord-est. Ce qui serait dommage si le temps est beau, mais plus rapide dans le cas contraire.

Les pointes suivantes, se franchissent plus ou moins directement jusqu’au point culminant.

Retour au sommet du couloir

  • 1h15

Reprendre l’arête en sens inverse en contournant au maximum les pointes par le versant nord-est, gauche, traces, peu de cairns.

  • Ne pas pousser le contournement à l’extrême. Certaines vires sont étroites et exposées. Il vaut mieux parfois remonter un peu
  • La seconde pointe (en partant du couloir) reconnaissable à son ressaut rocheux vertical, peut se contourner par le versant sud, droite. Descendre une raide pente d’éboulis fins, puis traverser sur la gauche pour reprendre l’arête.

Du sommet du couloir au Mourre de la Bourgeat

  • 1h15

Descente au mieux dans les pentes herbeuses. La barre rocheuse est proéminente, on peut passer par la gauche ou par la droite.

Du Mourre de la Bourgeat au parking

  • 1h00 à VTT
  • 2h00 à pied

Reprendre le VTT (s’il y a lieu) et revenir par l’itinéraire emprunté à l’aller et qui réserve une remontée de 2147m à 2370m.

  • On peut aussi utiliser la navette payante entre Plume Fine et le parking de Bellecombe. Elle circule tous les jours en juillet et en août et certains week-ends en juin et en septembre. Lien ICI.
  • Cette navette, pas très chère, est pratique au retour. Beaucoup moins à l’aller puisque la première est au départ du parking de Bellecombe à 8h00. Selon moi, c’est un peu tardif pour une longue ascension.

VARIANTE

  • L’ascension peut se faire sur deux jours en partant du refuge de la Femma et en prenant le sentier du col de Pierre Blanche. Du col, gagner la crête en aval de la première pointe. Mais je ne vois pas vraiment l’intérêt. La randonnée reste longue.
  • Par contre un départ très tôt de Bellecombe, à pied, ascension par l’itinéraire décrit, descente sur le col de Pierre Blanche puis, dans le Vallon de la Leisse, jusqu’à Entre Deux Eaux et ensuite trajet de retour en navette, mérite d’être considéré.

L’ASCENSION

Un petit cairn, je vois un petit cairn !

Celui de la dernière pointe ? Je n’y crois pas. Alors qu’il y avait un cairn de plus de 2 mètres sur l’une des pointes secondaires, peut-il y avoir ces quelques cailloux sur le point culminant ?

Une brèche, une de plus, magnifiquement aérienne, elle fait environ 25 cm de large, une petite montée et je suis devant le cairn. Ce n’est pas la dernière pointe. Il en reste au moins une. Mais celle-ci se situe largement en contrebas. Tant pis pour elle ! Elle restera méconnue.

Je suis donc enfin parvenu au point culminant de cette longue arête, entre Ciel et Terre, entre le Vallon de la Rocheure et celui de la Leisse, deux des plus beaux du cœur de la Vanoise.

Je domine Entre Deux Eaux de 1100 mètres et la Grande Casse me domine de plus de 650 mètres. La détritique face sud-est de la Reine de la Vanoise est haute de plus de 1650 mètres. Grandiose !

Je suis parti du parking de Bellecombe un peu après l’aube. La visibilité est suffisante. Car je suis à VTT ! Après une petite montée de 2307 à 2370 mètres d’altitude (de quoi s’échauffer quand même), je plonge sur Plume Fine. je prends ensuite la direction du refuge de la Femma et je bifurque pour gagner les chalets du Mourre de la Bourgeat dans le Soleil levant qui illumine le sommet de la Grande Casse.

30’ du parking aux chalets ! Et en m’arrêtant pour faire des photos ! Et sans chercher à faire fumer les pneus du VTT ! Je me souviens encore de l’interminable trajet aller (à pied) quand j’étais allé faire la Pointe de la Sana !

Je me doute bien que le retour sera moins ludique avec la remontée. Mais j’aurai bien le temps d’y penser plus tard !

Quelques jours auparavant, j’étais déjà venu au Mourre de la Bourgeat (à VTT) pour reconnaître le départ de l’ascension. Le propriétaire était présent. Il était en train de restaurer l’un des chalets. Très sympathique, il m’avait désigné le couloir à remonter et autorisé à déposer mon VTT à proximité de son chalet.

Il m’avait aussi appris que les "Gens du Pays", partent plutôt d’un peu plus loin, du chalet de la Rocheure, ce qui permet de remonter les alpages en une longue traversée, moins fatigante.

J’étais donc allé jusqu’au chalet de la Rocheure pour voir ce départ alternatif.

Cependant, ce départ est situé plus de 2,5 Km plus loin. Soit 5 Km en aller-retour. Pour les "Gens du Pays", ce n’est rien puisqu’ils montent en 4x4. Mais à pied ou à VTT ce n’est pas rien. De plus on ne voit pas le couloir et un exploitant interdit de traverser une prairie de fauche.

Le départ depuis Mourre de la Bourgeat s’imposait.

Les alpages, dans l’ombre, sont raides, mais en effectuant de multiples virages, on atténue bien la pente. Des milliers de centaurées sont fanée. Trop tard ! Quel dommage. Par contre les edelweiss sont innombrables.

J’arrive au sommet du couloir pour trouver le Soleil.

Ensuite, c’est pointe, brèche, pointe, brèche...

Le panorama du sommet est magnifique sur toute la Vanoise et particulièrement sur la Grande Casse toute proche et dominatrice. Mais aussi la Dent Parrachée et les glaciers de la Vanoise, la Pointe de la Sana, celle de Méan Martin, le Grand Roc Noir. Le Mont Pourri cache le Mont Blanc. Le Grand Paradis est visible, de même que le Pelvoux. La Barre des Ecrins est masquée par la Dent Parrachée, mais elle était visible au début de l’arête. Les vallons sont dominés de plus de 1000 mètres. Ont peut voir le refuge du col de la Vanoise et de nombreux lacs.

Retour au sommet du couloir plus rapide en contournant les pointes. Les alpages, écrasée par la lumière de midi se descendent facilement.

Au chalet, je retrouve mon VTT et je commence ma lente ascension. Je fais une halte pour visiter la chapelle St-Barthélémy. Puis une autre au Plan du Lac, vers le lac de...quel est son nom ? Rien sur la carte.

Mais je ne reste pas longtemps. C’est très beau, mais trop facilement accessible. Beaucoup de pêcheurs et de touristes. Les pêcheurs sont de bonne compagnie : ils sont silencieux. Mais les touristes...

Ah que j’étais bien au sommet avec le murmure du vent !

Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « Pointes de Pierre Brune (3049m-3149m-3155m-3177m-3196m) »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours