Pont Haut de Colmars vers la forêt de l’Autapie

Difficulté :
Facile
Dénivelé :
740m
Durée :
demi-journée
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Grâce au redoux et par un cheminement exposé au sud, voici une agréable sortie de fin d'hiver effectuée les pieds au sec, jusqu'à rencontrer la neige en changeant de versant. A compléter au printemps, pour une montée jusqu'à la cabane, voire le sommet de l'Autapie...

Accès

Emprunter la RD908 (Val d’Allos) jusqu’à Colmars Les Alpes. A la sortie de Colmars si vous venez du sud, avant d’y entrer si vous venez d’Allos, garez votre véhicule dans le petit renforcement juste avant le Pont Haut qui enjambe le Verdon (il y a la place pour 2-3 véhicules maximum).

Itinéraire

La sortie en quelques chiffres :

  • Carte : IGN TOP25 n°3541OT "Annot - Saint André les Alpes"
  • Site IGN : Colmars Les Alpes
  • Altitude de départ : Le Pont Haut, environ 1260m
  • Altitude maximale : Crête de la Serrière, 1913m
  • Distance : environ 6 kilomètres en aller-retour
  • Durée : environ 3h00 sans les pauses
  • Balisage : Rectangles jaunes et rouges du GR "Pays de Tour du Haut Verdon".
  • Période conseillée pour effectuer cette randonnée : Randonnée effectuée en avril 2014. Pour une balade jusqu’au sommet en évitant la neige, privilégier une sortie entre fin mai et octobre.
  • Difficultés : Le parcours ne présente pas de difficultés particulières, le sentier est toujours bien marqué et aisé à suivre.
  • Lors de cette sortie : Il m’a fallu enjamber quelques troncs couchés en travers du sentier. Au niveau de la cascade notamment, la fonte des neiges fait que le sentier présente des sections inondées. Prévoir des chaussures bien étanches.

Petit point sur la flore rencontrée :

On trouvera bon nombre d’essences de lumière présentes à l’étage montagnard, à commencer par les pins sylvestres puis les mélèzes un peu plus haut. Buis, genêt, aubépine, épine-vinette et genévrier seront également de la partie.
Les hellébores sont déjà sorties en ce mois d’avril.
Au niveau des fleurs, ce sont surtout les couleurs éclatantes (violet, rose, mauve et blanc) des hépatiques à trois lobes qui attireront le regard du promeneur, accompagnées de quelques pieds de polygala, pensées et violettes.
Les montagnes du coin sont surtout composées de flysch, empilements de strates de grès et de schistes argileux.

Le parcours :

Franchir le Pont Haut. Le sentier est indiqué par un poteau indicateur avec des traits rouges et jaunes qui nous suivront pendant tout le parcours.

Le sentier décrit de larges zigzags pour s’élever sur le flanc de la montagne. L’exposition sera presque toujours en adret, raison pour laquelle j’ai choisi d’effectuer cette sortie alors que les cimes alentours restent encore bien plâtrées.

Il y aura une première bifurcation dans un virage, le chemin partant sur la gauche permettant de rejoindre Colmars.

Dans une seconde épingle située un peu plus haut, un nouvel embranchement se présente. Toujours sur la gauche commence le sentier d’interprétation du Canal de l’Adroit, un ancien canal d’irrigation avec des bornes explicatives fort intéressantes sur l’histoire (mouvementée) de la région, avec entre autres les différents découpages frontaliers entre la Savoie et la Provence. Un bon moyen de se familiariser avec la région, et un sentier accessible à toute la famille qui s’effectue par une boucle d’environ 2 heures.

On continue de cheminer vers l’Ouest sur le sentier qui passe sous des barres rocheuses. La montée n’est jamais très raide, et l’on suit le flanc de la montagne en franchissant des combes et des vallons successifs.

C’est au niveau du ravin de l’Adroit que l’on rencontrera une belle cascade au point coté 1575. Un peu plus loin on tombe sur une fourche avec un panneau indicateur. Laisser le chemin de gauche qui fait redescendre vers le bois des Espiniers et continuer à monter en direction de l’Autapie.

C’est par une direction Nord-Est que l’on poursuit notre douce ascension, jusqu’à retrouver le ravin de l’Adroit et le ruisseau qui alimente plus bas la cascade.

Un dernier long zigzag qui navigue sur les flancs pentus et l’on atteint la crête de la Serrière (petit cairn dans le virage). Sur le flanc Nord de l’autre côté se découvre le bois de l’Autapie et sa claire forêt de mélèzes. C’est à partir de ce point (coté 1913 sur la carte) que se conclut cette ascension, car dès que l’on bascule sur ce versant plus froid, le reste du parcours pour gagner la cabane puis le sommet de l’Autapie est pris par la neige. Je n’insiste pas, n’étant pas équipé de raquettes.

Le retour se fait par le même itinéraire.

Qu’y a-t-il à voir au sommet de l’Autapie ?

Pour donner aux curieux un aperçu de la vue depuis le sommet de l’Autapie, et peut-être leur donner la motivation pour poursuivre cette balade, je me suis permis d’ajouter 3 clichés noir et blanc pris cet hiver (en fait, il s’agit du panorama que l’on découvre à l’arrivée des téléskis, le sommet étant un peu plus au Sud). Mais cela demande de s’équiper en conséquence, et d’avoir la journée devant soi pour gagner la cime (soit environ 7 heures aller-retour pour 1200 mètres de dénivelé).

Dernière modification : 16 mai 2018
L’Autapie (2424m) en boucle à partir du Pont Haut de Colmars

La carte du topo « Pont Haut de Colmars vers la forêt de l’Autapie »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours