Préparer sa première rando en montagne

Pour que les premières randonnées en montagne ne riment pas avec galère, voilà quelques conseils élémentaires.

Il faut toujours une première fois ! Souvenez –vous de votre première sortie organisée en montagne, de l’itinéraire que vous aviez retenu et de l’équipement que vous aviez embarqué avec vous. Les photos de cette virée ont peut être jauni depuis, mais les souvenirs sont sans doute encore intacts.

Et si c’était à refaire, il y a fort à parier que vous vous y prendriez un peu différemment. Alors pour que les premières randonnées en montagne ne riment pas avec galère, voilà quelques conseils élémentaires.

Le choix d’une randonnée

Mieux vaut rester sur sa faim plutôt que d’avoir été trop ambitieux ! L’objectif est de se faire plaisir et d’avoir envie de repartir. Ne commencez donc pas par une randonnée itinérante d’une semaine. En montagne, les temps de marche se calculent en dénivelée positive par heure.

On compte 300 m/heure pour un randonneur moyen (qui a donc déjà marché en montagne). Lorsque le terrain est peu accidenté, cette dénivelée peut être à pondérée avec une vitesse moyenne de 4 km/h. Ne vous encombrez pas d’une carte IGN au 1/25.000ème si vous ne savez pas la lire.

“Mieux vaut rester sur sa faim plutôt que d’avoir été trop ambitieux ! L’objectif est de se faire plaisir et d’avoir envie de repartir. ”

À moins de vous faire expliquer les codes couleur et la lecture du relief par quelqu’un, le plus simple pour une première sortie en montagne est de passer dans un office de tourisme. Ils vous proposeront très souvent des fiches topo pour différents itinéraires, précisant à la fois le niveau de difficulté, les temps de marche et les points d’intérêt de la sortie.

Vous n’aurez plus qu’à vous assurer que les conditions (notamment l’enneigement) se prêtent à cette balade puis à suivre votre fiche et le balisage sur le terrain.

Le sac pour votre randonnée

En randonnée, le sac est indispensable. Ce sera votre meilleur compagnon de route à condition qu’il ne soit pas trop lourd. Deux erreurs sont à éviter la première fois qu’on fait un sac :

  • Ajouter des petites choses de dernière minute qui ne sont pas vraiment utiles en se disant que ça ne se ressentira qu’à peine sur le poids du sac. C’est le cumul de toutes les petites choses inutiles, même légères, qui finit par peser lourd !
  • Soupeser son sac à dos du bout des bras l’espace d’un instant dans sa cuisine en se disant qu’il n’est pas si lourd que ça. Vous n’aurez pas du tout la même sensation au bout de 2 heures de marche.

Alors on oublie tout de suite la nappe à carreaux pour le pique-nique du midi ! En résumé, il faut penser à :

  • Vêtements  : en montagne, il faut pouvoir faire face à des changements de météo et de température parfois importants.
  • Protection  : ce qui protège de la pluie et du soleil (veste, lunettes, chapeau et crème solaire).
  • Sécurité  : le téléphone portable est devenu un instrument important en cas de difficulté. Sachez néanmoins qu’il ne passe pas partout en montagne. Vous pouvez toujours emporter avec vous une trousse à pharmacie sommaire. Il s’agira davantage de faire face à un petit bobo qu’à un gros secours.
  • Restauration  : en montagne, l’organisme se dessèche beaucoup plus vite qu’en vallée ; sans même compter l’effort fourni. N’oubliez donc pas d’emporter de l’eau. L’idéal est la poche à eau qui permet de boire régulièrement sans avoir à poser son sac. Mais une bouteille en plastique souple fera très bien l’affaire. Prévoyez quelques encas (sans en prévoir pour un régiment) et un pique-nique si vous partez à la journée. Prenez le soin d’enlever tous les emballages inutiles et évitez tous les conditionnements en verre.
  • Matériel de progression : votre carte ou votre topo. Un bâton de randonnée peut également vous donner de l’équilibre et vous soulager dans des descentes un peu raides.

Les vêtements et les chaussures de randonnée

L’habit ne fait pas le moine… mais ça peut aider quand même ! Pour votre confort :

  • un T-shirt respirant (qu’on dit aussi thermique) est préférable au T-shirt en coton (lequel a tendance à retenir la transpiration au premier effort). Pour les mêmes raisons, une polaire est préférable au pull-over en laine.
  • Un pantalon léger et souple est préférable au jean, lequel vous limitera dans vos mouvements.
  • Un bonnet et une paire de gants sont toujours utiles si l’on monte en altitude. Sachez qu’on perd en moyenne 0,55°C dès qu’on gagne 100 m de dénivelée. Les contrastes de température sont importants en altitude et il n’y a rien de plus désagréable que d’avoir une sensation de froid dès que l’on fait une pause.

Bien sûr, il faut également prévoir une veste qui vous protège à la fois du vent et d’une averse (voir notre dossier sur le système 3 couches en montagne)

Les chaussures, ce sont les pneumatiques du randonneur. Il faut qu’elles soient adaptées au tout terrain. L’idéal est une paire de chaussures outdoor montante avec une semelle Vibram (Voir également le dossier : choisir ses chaussures de randonnée

“L’habit ne fait pas le moine… mais ça peut aider quand même ! ”

Attention, pour qui n’a pas le pied montagnard, des "training" ne tiennent pas spécialement la cheville en terrain caillouteux. Elles feront tout à fait l’affaire si vous marchez sur une piste forestière et seront toujours mieux que des « baskets urbaines » à semelle très fine.

Avant de partir randonner

Prenez le dernier bulletin météo, pas celui qui fait suite au journal de 20h mais plutôt le bulletin montagne de Météo France. Pour cela il vous suffit de composer le 08 99 71 02 suivi des deux chiffres du département dans lequel vous vous trouvez. Cela vous permettra d’adapter l’équipement que vous glisserez dans votre sac. S’il y a du vrai dans le dicton « qui écoute trop la météo ne prend jamais son sac à dos », mieux vaut quand même la prendre pour ne pas se faire prendre par du gros mauvais temps.

Il est également toujours prudent de prévenir quelqu’un de l’itinéraire emprunté par votre balade.

Dernier conseil : adapter votre rythme. Ne partez pas trop vite, faite des pauses régulières et prenez le temps de vous émerveiller devant la beauté de la nature qui vous entoure !

Article écrit par Nicolas Vernon : http://www.vanoise-refugedupalet.com/

Commentaires

  • par le 18 novembre 2011 à 10h29

    Effectivement la paire de pagaies doit être au moins aussi utile qu’une enclume... quoique légèrement plus lourde :/

  • par le 18 novembre 2011 à 16h30

    Merci pour cet article très complet :)

  • par le 18 novembre 2011 à 21h08

    C’est clair special_20 ! ;-)
    Quoique une enclume a moins de chance de nous faire avancer sur un canoé au pied de la Pierra Menta ;-)
    https://www.altituderando.com/Le-la...
    Que des bons souvenirs !!!!!!

  • par le 19 novembre 2011 à 18h36

    Je suis bluffé, pour le coup j’ai pas vu plus loin que le bout de ma casquette !!

  • par les boulets, enfin les autres!!!le 29 novembre 2011 à 22h09

    c’est lundi han han, han han !!! et en fait, pourquoi il faut emmener une enclume, hein dis ???

  • par Timle 12 janvier 2012 à 18h13

    De bonnes chaussures c’est la base mais il faut qu’elles soient déjà faites à votre pieds pour éviter les ampoules !
    Magnifique le canoé sur le lac !

  • par olivierle 15 juillet 2014 à 23h19

    Très bon doc.!!perso je me suis fait "les pates" 2 ans en auvergne autour du sancy avnt de me lancer dans les pyrénée !j’ai beaucoup apris et le tout est de profiter de la rando ............

  • par aurélienle 13 août 2014 à 22h49

    "ne vous encombrez pas d’une carte IGN si vous ne savez pas la lire"
    Si, emportez-là et apprenez à la lire (en plus, c’est un plaisir). Pour tout le reste, ok. Mais déconseiller d’emporter une carte en montagne ? jamais lu d’aussi mauvais conseil.

  • par le 14 août 2014 à 09h55

    Bonjour Aurélien,
    Bravo pour avoir remarqué ce conseil qui m’avait échappé et qui est d’une absurdité sans limite.

  • par solenele 15 juillet 2015 à 16h17

    "Ne commencez donc pas par une randonnée itinérante d’une semaine. " C’est exactement ce que je voulais faire pour ma premiere rando !!! pourquoi c’est vs le déconseiller autant ? cela pourrait etre agréable si je passe par de petits villages pour l’eau et si je ne monte pas trop nan ?

  • par Geraldinele 15 juin 2016 à 19h42

    Je pars ce week-end pour la première fois avec mari et enfants en randonnée dans les Pyrénées .merci pour ces très bons conseils ( j’aurai commis quelques erreurs dans le choix des vêtements ) .

  • par Cyrille 16 octobre 2016 à 05h59

    T’inquiètes, ma première randonnée en montagne c’était le GR20 en Corse en septembre 2012 et ça s’est bien passé. J’avais fait l’erreur de prendre une tente trop lourde, finalement je l’ai renvoyée par La Poste et j’ai dormi dans les refuges. Sinon mon équipement c’était le guide du GR20 de la fédération française de randonnée, deux gourdes d’1,5 litres, de la nourriture sèche (abricots secs, mini gourdes de compotes de fruits, fromage, saucisson... on peut acheter du pain et des canettes de bière dans certains refuges), mon téléphone, une petite trousse de secours avec pansements, Micropur et médicaments, le sac de couchage, la brosse à dents et le dentifrice, un savon, du papier toilette, un t-shirt de rechange et je crois que c’est à peu près tout. J’avais oublié la crème solaire, pourtant en cas de soleil elle est utile. Niveau vêtements, j’avais un vieux pantalon de velours, un t-shirt et des chaussures de randonnée. Je n’avais pas de veste mais il est conseillé d’en avoir une en cas de pluie. Bonne randonnée !

  • par le 9 janvier à 09h25

    Merci pour cet article qui m’a permis de bien préparer mes premières randos et même un bivouac... et d’éviter un max de bêtises.
    Merci à tous pour votre travail qui m’a permis de prendre du plaisir dans la nature, en Haute Savoie et de découvrir cette merveilleuse région dont je suis un néo habitant.
    Encore merci pour vos collaboration.

  • par zaksekle 12 mai à 10h04

    Bonjour je vais faire le gr20 fin du mois et j’ai une peur bleu quelqu’un pourrais me rassurer un peu

  • par le 12 mai à 12h38

    Salut zaksek.

    Je peux au moins t’assurer que tu vas trouver de la neige fin mai.

  • par zaksekle 12 mai à 19h40

    Ben la j’ai encore plus mal au ventre

  • par le 12 mai à 20h18

    Ben je voudrais pas faire le vieux ronchon mais tout de même je comprends pas bien pourquoi tu pars sur le GR 20 à ce moment-là de l’année. Tu as peur de le faire, la neige semble te rebuter... Voilà, tu risques de trouver ça dur, du coup de ne pas en profiter et potentiellement de te mettre en danger si il y a de la neige. Parce que pour que la neige te complique la vie ce n’est pas nécessaire qu’il y en ait 1m. 20cm de neige bien tassée sur un passage délicat et la rando peut devenir très vite compliquée. Il y a plein de GR sympas à faire tout à travers la France. Par exemple le sentier cathare qui lui sera déneigé à cette époque de l’année et qui est très abordable... Enfin c’est juste une idée ;)

  • par le 12 mai à 20h20

    Tu n’as qu’à te dire que le plus dangereux sur le gr20, c’est le trajet en voiture pour rejoindre le ferry ou l’aéroport.

  • par le 12 mai à 20h44

    Soit tu t’es préparé physiquement et ça passe, soit tu n’es pas prêt et au bout de 2 étapes tu auras fait le tour de la question. Pour moi le mental est pour 1/3 dans la réussite du GR20. Bon courage

  • par zaksekle 13 mai à 20h12

    Je crois que c’est normal d’avoir peur mais je suis contente de le faire.
    Je m’y suis préparée toute l’année et j’éspère le finir

  • par le 13 mai à 22h44

    Nous te souhaitons tous une bonne réussite.

    patrice

  • par zaksekle 14 mai à 20h43

    Merci

Poster un nouveau commentaire ?
Nous vous conseillons de vous connecter !     pourquoi ?

Publicité

  • Tentes de rando

  • Vestes montagne

  • Chaussures de rando

  • Sacs à dos

Les dossiers conseils :

Les tests matériels :