Punta Alta de Comalesbienes (3019m)

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
950m
Durée :
1 jour

La Punta Alta est un des quatre sommets dépassant 3000m du Parc National de Aigüestortes. C’est bien sûr, compte tenu de sa situation et de son altitude un superbe belvédère sur une bonne partie des Pyrénées. – Auteur :

Accès

Le topo décrit l’itinéraire à partir du refuge Ventosa.

Le refuge Ventosa i Calvell situé à 2215 m est un des neuf refuges du fameux ‘Carros de Foc’.

Il peut s’atteindre en environ deux heures depuis les parkings situés sous la retenue de Cavallers (environ à 1800m) situés au nord du Vall de Boi.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Caractéristiques

  • Carte  : "Aigüestortes - Vall de Boi" au 1/25000 de Editorial Alpina
  • Altitude de départ : 2215m
  • Altitude d’arrivée : 3019m
  • Durée : environ 4H de montée et 3H30’ de descente
  • Difficulté  : elle est liée à la raideur des pentes, surtout les 200 derniers mètres du couloir donnant accès à la crête finale
  • Remarques  :
    • Une fois qu’on a quitté le sentier du Carros de Foc, on est sur une sente avec de nombreux cairns.
    • Mieux vaut être à l’aise dans les traversées de chaos de blocs de taille allant de celle d’un four micro-onde à celle d’un gros frigo américain. Quelques blocs nécessitent de sortir les mains des poches pour être franchis (quelques faciles pas d’escalade).
    • A déconseiller par temps de brouillard car ça ne présente aucun intérêt.
    • A proscrire par temps de pluie ou après gros orage compte tenu de l’instabilité du terrain de la partie finale

Itinéraire

Du refuge prendre en direction sud-est le sentier du ‘Carros de Foc’ . On est très vite mis dans l’ambiance sur le parcours qui mène aux Estany de Colieto en évoluant assez péniblement à travers de gros blocs d’éboulis.

Comme sur tous les sentiers de cette zone du Parc National de Aigüestortes , il faut composer avec les marches naturelles, parfois très hautes, créées par les blocs qui occupent le sentier. Ca rappelle les sentiers ONF de La Réunion mais là, les marches sont naturelles.

Environ 45 minutes après avoir quitté le refuge on arrive à une zone plate qui fait suite aux Estany Gran de Colieto et là se trouve un panneau … dont les indications ont été effacées (par le temps). Laisser alors le sentier du Carros de Foc continuer en direction sud-est et repérer facilement plein sud (donc sur la droite) un autre panneau qui lui indique ‘Punta Alta’.

A partir de ce point là on évolue sur une sente à nombreux cairns qui mène jusqu’au sommet.

On commence par une traversée ascendante qui se fait de plus en plus raide pour arriver aux magnifiques Estany del Mamut (ou de la Roca) à 2400m, facilement reconnaissable à l’énorme rocher en forme de carapace de tortue qui émerge du lac principal.

On continue en traversée pour aborder un large couloir encore assez herbeux mais où déjà la sente amène à franchir quelques gros blocs.

On arrive à une zone relativement plus plate (ou moins pentue) où on traverse un chaos de gros bloc, assez pénible à franchir, pour aboutir au pied de la partie finale vers 2700m.

Les 300 derniers mètres remontent un large couloir bien redressé où on chemine sur une sente assez marquée mais tracée dans un terrain farci d’éboulis et où certains blocs ne demandent qu’un peu d’aide pour basculer dans la pente. Note  : faire très attention si on est précédés d’un groupe ou si on précède un groupe .

Le couloir est partagé en deux dans sa partie haute par une assez large échine très rocheuse. Une ligne de cairns passe par la droite et une autre par la gauche. J’ai emprunté celle de droite à la montée et celle de gauche (mais qui était à droite dans le sens de la descente !) à la descente. Si c’était à refaire j’emprunterais aussi celle-ci à la montée .

On arrive à la ligne de crête par un mini collu où une trace inviterait à passer sur l’autre versant (le versant sud). Ne pas la prendre mais s’élever de quelques mètres sur la droite pour retrouver la très vague sente cairnée (le premier cairn ne se voit pas du collu) qui amène sans difficulté (hormis la pente) au sommet.

Le retour se fait par le même itinéraire avec d’infinis précautions dans le couloir emprunté à la montée.

Sortie du 01/09:2015

Après une nuit d’enfer dans le refuge Ventosa et son unique dortoir de 64 couchettes complet, et un orage monumental en début de nuit, c’est en pleine forme que nous quittons le refuge pour partir à l’assaut de la Punta Alta de Comalesbienes (Punta Alta pour les intimes).

Après deux jours sur les sentiers du Parc National d’Aigüestortes, nous en connaissons leurs caractéristiques : sentiers ’cassants’ où on ne chemine jamais à plat et très très souvent de bloc en bloc.

Nous arrivons bientôt au panneau muet et quittons les poteaux couronnés de jaune qui jalonnent les sentiers du Carros de Foc, pour rejoindre le panneau qui indique le départ de la sente conduisant à notre objectif du jour.

La sente ressemble pour le moment à un sentier et comme toujours, vue la pente, on prend vite de l’altitude.

Nous découvrons le magnifique lac des Estany del Mamut avec son rocher caractéristique en forme de carapace de tortue.

Une courte halte et c’est parti dans un couloir herbeux où des blocs sur la sente obligent à mettre les mains.

Puis vient une zone plus plate (tout est relatif) mais qui oblige à franchir un chaos de gros blocs ; et quand je dis ’gros’ il y en a vraiment des très gros. Il faut parfois un petit saut entre deux blocs et mieux vaut ne pas mettre le pied entre deux blocs !!!

Arrivés au pied du large couloir, on voit tout ce qui nous attend, et nous cheminons le plus groupés possible (nous sommes 7) ; la sente est très raide et il faut viser les blocs les plus stables pour y mettre les pieds. Le premier informe ceux/celles qui suivent des blocs qui ne demandent qu’à prendre la direction du bas ... et l’info est ainsi passée jusqu’au dernier.

Arrive un choix à faire entre deux lignes de cairns, l’une à droite et l’autre à gauche d’une large échine rocheuse très difficilement négociable : on opte pour la branche de droite.

Après 3H35’ d’effort depuis le refuge, nous voilà à un collu sur la ligne de crêtes ... mais où ça passe ensuite ? Pas de cairn ?

Une très vague sente plutôt exposée part en traversée vers le versant sud ... elle ne nous inspire pas ! Ma femme s’élève de quelques mètres à droite au dessus du collu ... et c’est là qu’il faut passer, on retrouve des cairns.

Quelques minutes plus tard nous foulons la cime. La vue doit y être fabuleuse par grand beau ; nous, nous avons juste un petit beau ... et beaucoup faim . Pause casse -croûte.

Soudain, un énorme grondement ! Il y a dû y avoir une grosse chute de pierres pas loin ; mais où ? Nous n’avons eu que le bruit ... peu rassurant.

Et vient le moment d’attaquer la descente avec d’infinies précautions ...mais même infinies elles ne suffisent pas. Dans le haut du couloir, mon pied gauche ripe sur un bloc en dévers, je bascule sur une amie qui était sur ma gauche, je rebondis à droite en cognant genou droit et épaule droite .. et je me retrouve, grâce au poids du sac, sur les fesses, sonné ! Rien de cassé ! Ouf ! Mais je suis, parait-il, "blanc comme un linge" (propre). Arnica x’CH’ et ça repart avec un genou et une épaule endoloris.

On redouble donc de précautions et la descente se passe sans encombre jusqu’aux Estany del Mamut où une bonne pause s’impose.

On retrouve le bon vieux sentier du Carros de Foc avec plaisir, mais il nous faut faire le chemin emprunté le matin qui était une succession de montées et de descentes ... et qui reste une succession de montées et de descentes dans l’autre sens.

Le refuge et ses bières ne sont plus loin.

Super content(e)s d’avoir gravi cette belle cime au nom évocateur (Punta Alta) sans avoir vu âme qui vive (hormis un magnifique rapace tournoyant au-dessus de nous)... ce qui ne nous étonne guère.
La Punta Alta : un sommet qui se mérite.

Dernière modification : 16 mai 2018

A propos

Auteur de ce topo :

Dauphinois depuis ma naissance et ayant toujours habité en région grenobloise, j'ai fait ma première rando à 10 ans (c'était le col de l'Alpe en Chartreuse) et n'ai pas passé une seule année sans randonner avec des objectifs locaux ou lointains. Etant depuis 2010 en CVDI (Contrat de Vacances à Durée Indéterminée = à la retraite), j'ai maintenant plaisir à choisir des objectifs pour un groupe d'ami(e)s (...)

Topo publié le 7 septembre 2015

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !