Queyras, Ubaye et Val Varaita en une boucle de 6 jours

Difficulté :
Moyenne
Dénivelé :
6000m
Durée :
3 jours et plus
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Une rando à déconseiller pour qui cherche des sentiers techniques et des gros dénivelés. Une façon de profiter des bons sentiers du Queyras, des beaux paysages de l'Ubaye, de découvrir le Val Varaita … et de bénéficier de l'excellent accueil des refuges italiens.

Accès

Le départ et l’arrivée sont à Ceillac qui s’atteint depuis Guillestre en allant en direction des Gorges du Guil (D902) et en prenant la route à droite (D60) à la Maison du Roy.

Précisions sur la difficulté

Itinéraire entièrement sur sentiers balisés (hormis une incursion optionnelle vers les lacs de Roure le deuxième jour) et avec très souvent des panneaux aux intersections.
Aucune difficulté technique.

Les infos essentielles

  • Altitude minimum : 1640m (au point de départ et d’arrivée : Ceillac)
  • Altitude maximum : 2955m (au Col de la Noire)

Itinéraire

J1 : de Ceillac à Maljasset

Altitude du point de départ : 1640m
Altitude du point d’arrivée : 1900m
Altitude maximum de l’étape : 2699m (ou 2876m à la Tête de Girardin)

Franchir le torrent au pont (cote 1639m) et prendre à gauche en sortant du pont le bon sentier qui évite de prendre la route menant à la Cime du Mélezet.

Rejoindre ainsi , après deux petits kilomètres en surplomb de la route, le sentier du Lac Miroir (en fait le GR5). Arriver au Lac Miroir (2214m) qui par ciel clair, mérite bien son nom.

A l’extrémité sud du lac, continuer à suivre le GR5 en direction du Lac Ste Anne (2445m), un ’must’ pour qui réside un peu ou fait une excursion à Ceillac.
Continuer toujours sur le GR5 pour grimper au Col Girardin (2699m).

Nota : si la météo et les jambes le permettent, on peut s’offrir la montée à la Tête de Girardin (2876m) depuis le col ; ou, mieux, peu avant le col, emprunter à gauche une trace évidente, mais raide, rejoignant la ligne de crête menant à la Tête de Girardin et au retour de la Tête, ne pas redescendre par cette trace mais traverser jusqu’au col..

Descendre le versant sud-est du col.

Ignorer à la cote 2485m la trace partant sur la gauche et rejoignant le sentier du Col Tronchet. Peu après, laisser à gauche la descente directe sur Maljasset (déconseillée par le gardien du refuge, surtout par temps humide à cause d’un passage très raide en schistes pourris).

On arrive très vite à un court passage plus impressionnant que difficile, en surplomb au-dessus de la vallée et où il faut simplement veiller, comme souvent, à ne pas mettre le pied à côté du sentier.

Rejoindre la route que l’on prend à gauche pour, en un gros kilomètre rallier Maljasset où se trouve le refuge CAF

Nota : une autre solution d’hébergement à Maljasset est l’Auberge de la Cure

J2 : de Maljasset au refuge Campo Base

Altitude du point de départ : 1900m
Altitude du point d’arrivée : 1650m
Altitude maximum de l’étape : 2637m

Reprendre la route vers l’amont et, au niveau de Maurin, laissant le sentier qui conduit au Col de Longet, prendre le sentier (GR de pays, Tour du Chambeyron, Tour du Bric de Rubren) conduisant au Col de Mary (2640m) que l’on atteint sans difficulté. Le col (portant aussi le nom de Col Maurin) est doté d’une boîte aux lettres ou, parait-il, le facteur passe une fois par an !

Petite variante : à la montée du col, à peu près à la cote 2450m, on peut à vue rejoindre plein est le secteur des sauvages lacs du Roure, pour, après les avoir visités, retrouver en s’orientant sud-sud-ouest le sentier principal juste en-dessous du col.

La descente jusqu’au confortable refuge Campo Base (accessible en voiture côté italien par la route venant de Acceglio) depuis le col se fait tout le long sur un bon sentier. Arrivés aux Granges Collet on termine par une large piste qui amène au refuge (1640m).

J3 : du refuge Campo Base au refuge Mélezè

Altitude du point de départ : 1650m
Altitude du point d’arrivée : 1806m
Altitude maximum de l’étape : 2804m (ou 2942m au Monte Bellino)

Et malheureusement … il faut reprendre en sens inverse la large piste par laquelle on est arrivé la veille et remonter ainsi jusqu’aux Granges Collet où cette fois on va laisser à gauche le sentier emprunté la veille, pour reprendre le GRP (GR de Pays) du Tour du Bric de Rubren, passant aux Granges Turre. On entame alors la montée au Colle di Bellino (2804). La montée au col est bien tracée et de toute beauté.

Nota : Du col, on ne se privera pas de rejoindre en aller-retour par un bon sentier, le Monte Bellino (2913m), un beau belvédère.

On garde ensuite le GRP tout le long de la descente pour arriver au refuge Melezè situé en bordure de la route venant de Casteldelfino (qui est à 9km du refuge).

J4 : du refuge Mélezè à Chianale

Altitude du point de départ : 1806m
Altitude du point d’arrivée : 1800m
Altitude maximum de l’étape : 2282m (ou 2401m à la Punta di Battagliola)

Le GRP passe par le col de Bondormir (!) dont les pentes sont truffées de traces de bovins ce qui perturbe pas mal le repérage en cas de brouillard.

Une autre possibilité est de passer par le Col de la Battagliola.
Pour cela on va prendre la route en direction de Casteldelfino et traverser le petit village de Chiazale. On continue un peu la route principale que l’on quitte sur la gauche, pour traverser le petit village de Celle qui mérite vraiment qu’on prenne un peu de temps pour le visiter (vieilles maisons avec fresques). A la sortie de celui-ci on laisse à gauche un autre accès au col de Bondormir, puis on passe au pied du village de Prafauchier et on retrouve, après un lacet, la route principale. Encore un petit kilomètre et dans une épingle, on prend à gauche la large piste en terre menant au Col de la Battagliola.(2282m).

Certes on est sur une piste d’alpage mais la vue que l’on peut apprécier dans toutes les directions à l’occasion des lacets, est fort belle. On apprécie également les beaux bâtiments d’alpage.

Nota  : Du col on peut aisément rejoindre le sommet de la Punta di Battagliola moyennant 120 mètres de dénivelé supplémentaire.

La descente du versant nord du col est totalement en forêt, et très raide … et ne laisse pas un souvenir inoubliable !

Au bas de la descente on prend, à gauche la direction du bon sentier (numéroté U70) en rive droite du Torrent Varaita , qui conduit jusqu’au magnifique village de Chianale.

Nota : en cas de grosse fatigue on peut traverser le pont, rejoindre la route principale (qui remonte vers la France via le col Agnel) et attendre, au maximum une heure, un bus ramenant à Chianale.

J5 : de Chianale au refuge de la Blanche

Altitude du point de départ : 1806m
Altitude du point d’arrivée : 2500m
Altitude maximum de l’étape : 2955m

Sortir de Chianale en direction du col Agnel et prendre à gauche la petite route jusqu’à un pont où un panneau indique la direction Lago Blù/ Lago Nero.

Le sentier U21 conduit jusqu’au Lac Bleu (2523m) ; cet itinéraire est très fréquenté car ce lac, comme la Lac Noir proche, est très beau. On arrive en léger surplomb au-dessus du Lac Bleu.

Le sentier contourne l’extrémité nord du Lac Bleu.

On arrive à une bifurcation où on laisse à droite le sentier menant au Col Blanchet pour prendre la direction du Col de Longet (2650m) dont l’environnement est de toute beauté.

Descendre un peu versant français, plein ouest, en profitant de la vue sur les lacs tout proche, jusqu’à la bifurcation (cote 2640m) où on prend à droite le sentier en direction du Col de la Noire.

Rejoindre le Col de la Noire (2955m) d’où on peut voir le refuge de la Blanche.

Descendre le versant nord du col, forcément enneigé en début de saison, jusqu’au refuge de la Noire part un bon sentier.

J6 : du refuge de la Blanche à Ceillac

Altitude du point de départ  : 2500m
Altitude du point d’arrivée  : 1640m
Altitude maximum de l’étape : 2651m (ou 2757m à la Tête de Jacquette)

On peut bien sûr rejoindre Saint-Véran à pied mais le parcours (d’environ 7 kms) à partir de la Chapelle de Clausis est fastidieux. Toutefois, en saison (juillet et août) il existe une navette toutes les 30 minutes partant de la Chapelle de Clausis (2400m), distante d’une petite heure du refuge et amenant à un parking à l’entrée de Saint-Véran moyennant 4 euros (en 2017).

Amorcer la traversée de Saint Véran et au bout d’un parking prendre à gauche en suivant les indications pour Ceillac : Col des Estronques. On est maintenant sur le Tour du Queyras qui emprunte le GR58.

On rejoint en descendant le Pont du Moulin (1948m) où s’amorce la montée du Col des Estronques (2651m).

Nota : Au Col des Estronques, moyennant une centaine de mètres de dénivelé supplémentaire, on peut atteindre le magnifique belvédère de la Tête de Jacquette (2757m).

A la descente du col on garde le GR58 .

A la bifurcation à la cote 2519m on peut bien sûr garder le GR58 jusqu’au Villard, mais la traversée en balcon par le sentier conduisant (direction nord-ouest) au Col Fromage (2301m) constitue une alternative très agréable. Au Col Fromage on retrouve le GR5 qui amène également au Villard.

Arrivé au Villard, Ceillac, que l’on atteint en gardant le sentier GR5, n’est plus très loin pour boucler cette longue et belle boucle.

Dernière modification : 16 mai 2018
Cima del Lupo ou Cime du Loup (3135m) par le Val Varaita

La carte du topo « Queyras, Ubaye et Val Varaita en une boucle de 6 jours »

Ouvrir en grand !
Periode de turbulences en matière de cartographie (voir actu) !
Si la carte ci-dessous vous parait un peu palichonne, nous vous invitons à la consulter sur OpenStreetMap

Chargement de la carte en cours