Randonnée autour de Guillestre et découverte de Mont Dauphin

Difficulté :
Facile
Dénivelé :
500m
Durée :
demi-journée

Randonnée plus dure par sa longueur que par son dénivelé, au pied du massif du Queyras, elle vous permettra de découvrir la Rue des Masques ainsi que le magnifique fort Vauban de Mont Dauphin. – Auteur :

Accès

Le départ s’effectue de la mairie de Guillestre.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

  • Carte IGN : 3537ET
  • Lien IGN : Guillestre - Mont Dauphin
  • Longueur : environ 15 km pour 500 mètres de dénivelé c’est donc une randonnée relativement facile.

Descriptif

À partir de la mairie prendre la direction de la rue Joseph Mathieu, au bout de cette rue prendre la rue de droite. Le sentier sera caillouteux jusqu’à arriver à une petite ferme ensuite ce sera surtout un chemin.

En haut de ce sentier situé sur le plateau du Simoust, vous pourrez déjà admirer la vue sur les remparts du fort de Mont Dauphin. Le chemin continue à flanc de falaise vous faisant entrevoir tout en bas le Guil, un des affluents de la Durance. En continuant vous arriverez à l’entrée de la Rue des Masques, endroit très prisé par les fans d’escalades.

Dans la Rue des Masques, le chemin serpente le long des falaises. Vous êtes abrités dans la forêt, la vue n’est pas des plus jolies mais les murs sculptés par le temps et la faune donnent de quoi divertir les yeux.

Le sentier continue tout en descente offrant quelques belvédères desquels vous pourrez admirer la Main du Titan, formation géologique incongrue formée par l’érosion pendant la période glacière.

Le sentier se termine en bas de la descente où vous traversez le Guil par un pont de bois direction le village de Mont Dauphin.

Pendant ce moment de répit au plat, les remparts se font de plus en plus proches ; vous pouvez observer avant d’arriver à Saint Guillaume une ancienne usine de plâtre reconvertie en élevage d’agneaux.

Je vous conseille aussi un petit détour dans le village afin de voir la chapelle de saint-Guillaume très bien indiquée par des panneaux. Toujours sur cette route, vous continuez pour arriver au pied de la route menant dans le village de Mont Dauphin.

Un chemin à gauche du premier virage est le seul espoir de passer par un sentier de terre. Ce sentier vous mènera à l’entrée par la porte de Briançon alors que la route arrivera du coté de la porte de Guillestre.

Une fois dans Mont-Dauphin, vous aurez le loisir de visiter les anciennes installations imaginées par Vauban datant pour les plus vieilles de 1700.

Pour ressortir vous repasserez par la porte de Briançon pour vous diriger vers le village d’Eygliers.

Arrivés dans Eygliers, il faut prendre sur la droite, puis un petit chemin descendant vous mènera jusqu’au Guil en contrebas, où vous pourrez prendre une petite pause en vous rafraîchissant.

La remontée vers Guillestre s’effectuera par la route après le pont. En vous retournant vous pourrez apercevoir la centrale hydroélectrique construite en 1981 sur le Guil.

En haut de la route vous retombez sur l’entrée de la Rue des Masques. En continuant par la route droit devant vous retrouvez le village de Guillestre et la mairie.

Dernière modification : 16 mai 2018
Balme Rousse

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 18 août 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (10).
  • par Le 18 août 2014 à 12h20

    Bienvenu sur altituderando, étonnante cette mains du Titan !

  • par Le 18 août 2014 à 13h41

    Bonjour et bienvenue ! J’ai corrigé la légende de la photo 13 : la Barre des Écrins est hors champ, le sommet à gauche dans les nuages est le Pelvoux.

  • par Le 18 août 2014 à 20h50

    merci julien petite coquille en effet :D et oui c’est vrai que cette randonnée en mets plein les yeux

  • par Le 18 août 2014 à 21h26

    Errare humanum est : j’ai fait la même pendant 25 ans, ce n’est que cette année que je me suis rendu compte de mon erreur en allant sur le Glacier Blanc ^^

    Quand as-tu fait cette sortie ? Le temps semble se couvrir au fur et à mesure sur tes photos. Je l’ai faite cette année, peut-être s’est-on croisé sans le savoir !

  • par Le 19 août 2014 à 07h56

    je l’ai faites le 31 juillet le temps tournait a l’orage au fur et a mesure comme souvent par ici ! mais j’y vais souvent c’est juste a coté de chez moi et y’a pas mal d’itinéraire différents a découvrir a chaque fois

  • par Le 19 août 2014 à 09h22

    Je l’ai faite deux jours plus tôt, on s’est donc presque croisés ! Le 31 j’étais à l’Homme de Pierre. Habiterais-tu à Eygliers par hasard ?

    En tout cas très chouette topo, je n’avais pas encore pris le temps de le dire !

  • par Le 19 août 2014 à 12h07

    j’était a l’homme de pierre le 15 août moi ! et j’habite a guillestre donc très pratique pour partir randonner dans tout le Queyras :D

  • par Le 19 août 2014 à 12h10

    Bienvenue sur AltitudeRando Maxou005 ;)
    Sympatique premier topo. On se voit bientôt pour le Pain de Sucre ;).

  • par Le 8 septembre 2014 à 14h00

    Salut Maxou ;

    • Photo n° 4 : il s’agit du sommet de Cugulet ou Mont Guillestre (le Grand Queyras se trouve sur la commune de Ristolas).
    • Photo n° 3 : le "mont Catinat" est en fait la crête de Catinat, culminant au nord au pic de Crousas (2645 m), suivi vers le sud par la crête des Paréis, la Mayt, Prachaval et les Ourgières (de gauche à droite sur la photo.
    • Les Masques.
      Du provençal “masco” : sorcier.

    Une légende quasi-universelle, aux adaptations locales près. Ci-dessous une des versions.

    Un matin, il y a très longtemps, des habitants du secteur virent la falaise se séparer et s’ouvrir ; des entrailles de la terre sortaient d’étranges bruits : les Masques jouaient aux boules avec d’énormes pierres roulées. Dans cette faille peu à peu l’herbe poussa, les hommes y allèrent alors avec leurs troupeaux.
    Bien plus tard des bergers dirent avoir vu des géants menaçants et refusèrent de retourner en ces lieux…. Un chemin passait aussi par là, et des personnes affirmèrent y être passées au crépuscule et avoir entendu des bruits de voix, vu des lumières mouvantes ... Du coup tout le monde évita le chemin quand la nuit était tombée. On disait que les Masques avaient repris possession des lieux et y vivaient en toute liberté.
    Un jour les dieux (peu importe lesquels) en eurent assez de cette agitation. Ils condamnèrent les géants de pierre à une immobilité totale, en les laissant cependant reprendre vie aux nuits de solstice et d’équinoxe (attention, ils sont toujours là :
    http://i31.servimg.com/u/f31/09/01/80/75/dscf8811.jpg
    http://i31.servimg.com/u/f31/09/01/80/75/dscf8911.jpg
    http://i31.servimg.com/u/f31/09/01/80/75/dscf8814.jpg )

    Plus tard le bruit courut que les Masques perdaient leurs pouvoirs et disparaissaient pendant toute la journée de Noël, que la montagne était emplie d’un trésor immense et que pendant la nuit de Noël la grotte d’entrée s’ouvrait pendant les 12 coups de minuit.
    La jeune veuve Marguerite Oliron devait mendier pour nourrir son jeune enfant. Un jour, elle entendit parler des Masques et de leur trésor. Au premier Noël suivant elle s’approcha de l’entrée de la grotte, son enfant dans ses bras. L’église d’Eygliers sonne le premier coup de minuit, la roche s’ouvre, le trésor est devant elle. Elle dépose l’enfant sur un tas d’or, contemplant les merveilles, oubliant le temps. Onzième coup de la cloche : elle se précipite vers la sortie, abandonnant trésor et enfant, la roche se referme.
    Noël revient, Marguerite, attend devant la roche….. Bruit métallique, premier coup de minuit, la roche s’écarte :l’enfant est toujours là, bien vivant, elle s’en saisit et s’enfuit, sans penser à d’autre trésor que celui-ci.

  • par Le 8 septembre 2014 à 21h50

    bonjour hereme merci pour les corrections je le saurais pour les prochains topo :) et la légende est vraiment sympa. comment la tu apprise ?

  • par Le 9 septembre 2014 à 00h01

    Des légendes, j’en ai plein dans mes dossiers, archives, livres, ... éventuellement remises au goût du jour avec quelques recherches sur Internet, et des compléments photographiques éventuels.
    Et puis j’aime bien les légendes, qui se marient souvent si bien avec les randonnées.
    Pour moi, il ne s’agit pas seulement d’aller d’un point A à un point Z : ce qui est histoire générale des lieux ou associée à l’alpinisme au sens large et original du terme, la faune, la flore, les impressions, ... font partie intégrante de la randonnée.
    Ce qui fait l’intérêt d’AltitudeRando qui est autre chose qu’une bibliothèque de descriptions brutes d’itinéraires.

    "Est-il rien de plus vrai que la vérité" demande Nikos Kazantzakis, et de répondre : "la légende. C’est elle qui donne une immortalité à l’éphémère vérité".

    Et en parodiant Zorba de ce même Nikos Kazantzakis : quand on a la foi, une colline devient une montagne, quand on ne l’a pas, c’est l’inverse.

  • par Le 27 mars 2015 à 15h59

    Erratum.

    Photo n° 4 - sommets au centre de la photo : j’ai écrit "sommet de Cugulet ou Mont Guillestre".
    Il s’agit en fait du sommet d’Assan (ou pic de Guillestre) - 2609 m à gauche, suivi de la crête d’Assan qui mène à la tête de Bouchet - 2596m à droite, dominant la vallée de Ceillac.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !