Refuge de Chabournéou (1998m) par le lac de Vallonpierre et retour par le plateau de Tirière

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
2000m
Durée :
2 jours

Une immersion dans la vallée du Valgaudemar avec cette jolie boucle réalisée sur 2 jours (nuit au refuge). – Auteur :

Accès

Entre La Mure et Gap, sur la N85, prendre à l’Est sur la D985a en direction de St-Firmin, la Chapelle-en-Valgaudemar, et continuer jusqu’au terminus de la route, au chalet hôtel du Gioberney (parking - 1642m).

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Cartographie

  • IGN TOP 25 3436 ET Meije - Pelvoux
  • IGN TOP 25 3437 ET Orcières - Merlette
  • Lien IGN : Refuge de Chabournéou

JOUR 1 : Montée au refuge de Chabournéou par le lac de Vallonpierre

  • Altitude départ : 1642m
  • Altitude lac de Vallonpierre : 2271m
  • Altitude refuge de Chabournéou : 1998m
  • Dénivelé + : environ 1000m / Dénivelé - : environ 650m
  • Distance : environ 11km
  • Durée : environ 4h pauses comprises (sauf la pause casse croûte)

Du parking, redescendre un peu sur la route pour trouver un autre parking plus bas (1571m), d’où un sentier descend (le sentier du Ministre sur carte) jusqu’à un petit pont qui permet de passer de l’autre côté du torrent. On rejoint alors le GR 54.

Remonter le vallon en suivant le GR, le sentier fait de nombreux lacets et est évident à suivre.
Il débouche sur un plateau et ensuite sur le lac de Vallonpierre, et ses refuges (l’ancien et le nouveau) (2271m).

Option : Monter au col de Vallonpierre pour une vue dégagée sur l’autre versant (panneau : 1h de montée).

Du lac de Vallonpierre, revenir sur le replat et prendre à droite (panneau : refuge de Chabournéou : 1h30).
Le sentier en balcon nécessite à 2 reprises de s’aider des mains (sans difficulté, l’un d’eux est équipé d’un câble), il remonte un peu et redescend sur le refuge de Chabournéou, niché dans un joli cirque glaciaire.

JOUR 2 : retour au parking par le sentier en balcon (Les Jassines et le plateau de Tirière), et remontée au lac du Lauzon pour le goûter

  • Altitude au refuge : 1998m
  • Altitude au parking : 1642m
  • Altitude au lac du Lauzon : 2008m
  • Dénivelé + : environ 1000m / Dénivelé - : environ 1350m
  • Distance : environ 15 km
  • Durée : environ 6h30 pauses comprises (sauf la pause casse croûte)

Du refuge de Chabournéou, prendre le sentier à l’Est qui remonte et par une passerelle traverse le torrent. Il bifurque ensuite vers l’Ouest et surplombe et suit le torrent de Chabournéou. Après quelques lacets, on se retrouve sur un joli balcon herbeux, qui mène à la cabane du Pis (2043m).

Le sentier redescend ensuite mais il ne faut pas rater la bifurcation (évidente), remonter sur la droite les lacets qui mènent au plateau de Tirière. La traversée du plateau est inoubliable !

Le sentier redescend ensuite les pentes herbeuses, passe près d’une forêt et arrive à une bifurcation (avec panneaux). Suivre le sentier de droite, il traverse le torrent et arrive au parking.

Juste avant, comme nous étions en forme (si si !), nous sommes montés pour admirer le lac du Lauzon (panneau : refuge du Pigeonnier).
Ensuite le sentier se divise en deux, prendre à droite ou à gauche car le sentier fait de lui même une jolie boucle.
Le sentier est évident et en un peu plus d’1 heure, il débouche sur le Lac du Lauzon.

Pour le retour, poursuivre le sentier dans le même sens afin de boucler la boucle ! Il remonte légèrement et redescend par l’autre côté.

A l’arrivée, une bonne bière au chalet avec vue sur la cascade du Voile de la Mariée et le Sirac, et hop, retour au parking !

Merci à Antoine pour certaines des photos :)

Dernière modification : 16 mai 2018
GR 54 - Tour de l’Oisans et des Ecrins

A propos

Auteur de ce topo :

Si loin que nous portent nos pas, ils nous ramènent toujours à nous-même. PROVERBE TOUAREG

Topo publié le 2 septembre 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Thomas. OLe 28 juillet 2015 à 11h21

    Bonjour, je rentres juste du massif des Sirac et cette randonnée est somptueuse !! le lieu est extraordinaire et les chemins variés. Les difficultés énoncées dans le texte se font très bien (par temps sec). Il n’est pas précisé dans le descriptif, mais il est possible de bivouaquer près du torrent du Chabournéou (10min de marche au dessus du refuge).

    Le col de Vallonpierre au départ du lac vaut le détour (2h allé-retour), avec une petite difficulté sur la fin de la montée (partie raide et glissante car sol en ardoise, difficile surtout en redescendant).

    Merci pour la présentation du parcours.

    Bonne rando à tous

  • par Le 29 juillet 2015 à 17h47

     :) contente que tu y aies trouvé ton compte. C’est effectivement un chouette coin !

  • par Le 20 juin 2016 à 10h13

    Endroit très beau en effet, mais comme de nombreux endroits des Ecrins, des sentiers en balcon étroits et pas assez entretenus. Le sentier du ministre est en balcon et étroit mais ça va encore. En revanche, le passage entre la Cabane du Pis et le plateau de Tirière est, à l’heure actuelle, dangereux. Il y a deux passages où le sentier traverse une mini cascade ou des éboulis et devient quasi invisible. C’est du gravier glissant, avec un gros sac c’est franchement risqué. J’ai déjà eu du mal avec un bâton et l’autre main sur la végétation pour me retenir. Si vous glissez, c’est une chute de 100 à 300 mètres. Je me souviens que depuis le refuge du Pigeonnier en retour vers l’Est (donc pas par les lacs) il y a un passage aussi assez vertigineux et étroit. Mais là au moins le sentier est plat et pas glissant.

    C’est assez fréquent dans les Ecrins, je pense au lac du Glacier d’Arsine depuis le Col du Lautaret par exemple, ou les Lacs de Pétarels en boucle (la montée au col a quelques passages comme ça, de même que le sentier qui lie le bas des lacs au village Les Portes). C’est dommage, car je ne rencontre jamais cette situation en Vanoise, et à Belledonne les sentiers de ce type sont supprimés de tout balisage/panneau en général (je pense au Grand Charnier par exemple, qui a un passage en balcon/éboulis) pour dissuader les gens d’y aller.

  • par Le 20 juin 2016 à 10h16

    C’est un Parc National, je trouve donc dommage de potentiellement y envoyer des touristes qui vont halluciner de voir des sentiers dans un tel état. Je sais que pour nous français beaucoup vont dire "boah c’est le charme du lieu aussi gnagnagna" mais au diable la rusticité des sentiers si on peut éviter des accidents voire des morts. Il y a rustique type sentier un peu envahir par la végétation, ou qui réclame de mettre les mains, et puis il y a rustique glissant/vertigineux car par entretenu après plusieurs saisons d’érosion.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !