Roc de Montalet (1259m) par les Vidals, Monts de Lacaune

Difficulté :
Facile
Dénivelé :
580m
Durée :
1 jour

Le Roc de Montalet est un des plus hauts points de vue des Monts de Lacaune. Il servi, à l'époque de l’adoption du système métrique, de point intermédiaire pour calculer la distance entre Dunkerque et Barcelone. C'est aussi un lieu miraculeux, puisqu'en 1945, Lucien Alengrin , un enfant du pays atteint d’une septicémie depuis cinq ans et condamné selon la médecine, y est venu en pèlerinage le jour de la Pentecôte, puis a guéri miraculeusement de sa maladie. – Auteur :

Accès

  • De Lacaune :

Rejoindre le casino de la ville situé au bord de la D622.

Quitter la D622 à ce niveau pour suivre la direction des complexes sportifs et du camping "Le Clot".

Passer les hameaux de Thioys et de Gandilhou jusqu’à rejoindre le hameau des Vidals.

Pénétrer dans le hameau et se garer sur la place de l’église.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP 25 2443 ET Monts de Lacaune
  • Tracé IGN : Roc de Montalet
  • Départ : 917m
  • Point Bas : 805m
  • Point Haut : 1259m
  • Distance : 18,5Km
  • Horaire : 5h à 5h30

Balisage

  • Jaune (PR) tout au long du parcours.

Difficulté

  • Aucune difficulté particulière.

Descriptif

De la place de l’église, revenir en direction de Lacaune par la route qui traverse le hameau des Vidals.

Avant de sortir du hameau, repérer et prendre à gauche la petite route goudronnée qui monte en direction du Roc de Montalet et de Nages (balisage jaune).

Après 300 mètres (cote 942) suivre le balisage qui tourne à gauche et qui va petit à petit pénétrer en forêt par un large sentier.

Continuer à suivre tout droit le balisage et ce sentier qui va faire le tour du Roc de Montalet par le nord et rejoindre la route précédemment délaissée au sud-est de ce promontoire (cote 1146).

Là, juste avant de rejoindre la route, repérer et prendre à droite le sentier balisé qui s’enfonce au milieu des genêts.

Peu après le sentier rejoint une portion plus raide en forêt avant de déboucher à quelques mètres au sud de la madone du sommet.

Tourner alors à droite pour rejoindre la madone et sa table d’orientation.

Après avoir pleinement profité du panorama, revenir sur vos pas puis suivre à droite le sentier qui descend direction ouest au milieu de la lande.

Rejoindre alors l’aire de piquenique puis suivre à gauche la route qui mène aux radars militaires du Puech de Rascas (accés interdit).

Après 150 mètres, quitter cette route et prendre la piste à droite. Cette piste balisée va contourner le Puech de Rascas par le nord et va rejoindre à l’ouest le pont de Lunès.

On rejoint alors une autre piste dans le vallon du pont de Lunès (cote 1125). La suivre à droite jusqu’à rejoindre une intersection au Plo des Parcs (cote 1155).

Tourner alors à droite et suivre la piste sur 1,8 kilomètres jusqu’à pénétrer en forêt (proche cote 1086).

Dans un virage, repérer et prendre à droite le sentier balisé qui monte au milieu des conifères puis qui va rejoindre le Roc des Écus (surprenant promontoire dominant Lacaune).

Du Roc des Écus , prendre à droite le sentier qui va traverser, après deux à trois lacets, une vaste hêtraie avant de déboucher à quelques mètres du Moto-Cross de Lacaune et de la D607.

Couper la petite route et descendre en direction de Lacaune en suivant le balisage. Le sentier va alors déboucher au sud de Lacaune (cote 837).

Continuer à suivre le balisage qui serpente au sud de la ville et va passer devant la Gendarmerie (située à l’est de Lacaune) (Rue Flandre Dunkerque).

150 mètres après avoir passé la Gendarmerie (Rue Flandre Dunkerque), suivre le balisage qui monte à droite vers une impasse.

Juste avant la dernière maison, repérer et prendre à droite le discret sentier entre les haies des deux propriétés.

Le sentier balisé entame alors sa sortie de Lacaune en se dirigeant vers l’est. Il contourne le lieu dit Le Gourp par le sud avant de traverser Thioys et de rejoindre l’intersection routière à la cote 887.

Là, suivre à droite le balisage qui emprunte la route menant au Vidals, quitter cette route un peu plus loin par la gauche et continuer à suivre le balisage qui nous ramène aux Vidals après avoir traversé le Gandilhou.

Il ne reste alors plus qu’à rejoindre la place de l’église et son parking.

Dernière modification : 29 août 2018
Caroux (1091m), par les Gorges de Colombières

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : befakali youtube channel

Topo publié le 18 avril 2015

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 10 juin 2015 à 20h00

    Salut Fabien.

    Tu fréquentes des lieux dangereux : des histoires de diable, de combat de géants, ...

    Il y a une référence à ce sujet : Pierre Léon Bouisset, "Les légendes des Monts de Lacaune", 1880.

    • As-tu au moins trouvé quelques écus sur le roc ? Il paraîtrait que le diable, revenant d’Espagne où il avait récupéré des écus, transportait ceux-ci dans un gros sac, pour donner cette manne à l’un oiu l’autre notable désargenté, en échange de son âme. Ayant déchiré son sac à une souche, les écus se répandirent ; de rage le diable frappa le sol de son sabot et en faisant jaillir le roc.
      Si tu as bien regardé, il y aurait encore son empreinte sur ledit rocher. Et Galice n’at-elle pas reniflé quelque odeur de soufre ?

    De manière plus prosaïque, on dit aussi que les consuls de Lacaune, ayant trouvé les écus, allèrent en (à l’époque) Avignon voir Clément VI pour savoir qu’en faire. Ce dernier s’empressa de garder la moitié des écus, laissant le reste à disposition des habitants de Lacaune.

    • Quant au Montalet, une autre légende dit qu’ici vivait un géant qui, ayant eu quelque différend avec un autre géant voisin, se battirent à coups de rochers sous les lesquels ils s’envelirent mutuellement, créant les rocs de Montalet et de Peyremaux.
      Pendant la bataille deus rochers se heurtèrent et retombèrent du côté de Lacabarède (les pierres dites des deux soeurs). Il paraît d’ailleurs ques ces pierres se rapprochent lentement l’une de l’autre ; le jour où elles se toucheront, ce sera la fin du monde (encore une !).

    Il y eut autrefois une procession sur le Montalet. La statue, érigée en 1882, représente la vierge du couvent de la rue du Bac à Paris, où repose Catherine Labouré, sujette à visions et apparitions.

    On y a trouvé à proximité une statue-menhir d’environ 5 tonnes pour 3 mètres de haut, datant de -2900/-2500.

    • Il y a Rome et ses sept collines, il y a Lacaune et ses sept monts :
      Montaigut, Montfrech, Montrode, Mont-Roucous, Mont-Gros, Montalet, Montgrand.
      Tu as encore de la visite à faire (plus que six)
  • par Le 12 juin 2015 à 11h36

    Salut Hereme,

    Non pas le moindre écus, par contre j’ai bien vu l’empreinte dont tu parles. Je ne pensais pas qu’il s’agissait de l’empreinte de Lucifer sinon je l’aurai prise en photo...dommage !

    Comme d’habitude merci pour toutes ces infos légendaires et historique. Et oui encore six à faire dans ce secteur, plus d’autres dans des coins comme le plateau du Sidobre (vers Castres) et bien évidemment la Montagne Noire et son Pic de Nore à ne pas louper.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !