Roche Noire (3086m) avec bivouac aux Grands Lacs

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
1350m
Durée :
2 jours

Un sommet sauvage de plus de 3000m dans ce fabuleux massif du Thabor avec un bivouac de toute beauté aux Grands Lacs.

Accès

Du parking de la Chenalette sous Valmeinier 1800.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de Route

  • Carte IGN : IGN TOP25 3535 OT Névache - Mont Thabor
  • Matériel : de bivouac-boussole.
  • Temps montée J1 : 4h-4h30 selon charge du sac.
  • Temps montée J2 : 2h30
  • Temps descente : 4h30-5h00

Carnet de Route

Itinéraire :

Jour 1

La Roche Noire depuis Valmeinier 1800 est une belle bavante car longue en distance et avec un dénivelé de plus de 1300m. Mais, agrémentée d’un bivouac dans le fabuleux vallon de la Neuvache, cette rando prend alors une toute autre dimension.

Depuis le parking de la Chenalette sous Valmeinier 1800, prendre le bon chemin qui part en direction du Vallon de la Neuvache et, environ 500m après le parking, deux choix sont possibles pour remonter ce long vallon.

Personnellement, je prends le chemin de droite (direction Mathoset) pour monter, car il suit au plus près le torrent et je redescends par l’autre côté.

On suit ainsi un bon chemin qui remonte tranquillement le vallon de la Neuvache passant par Mathosset, le Pré Sapey, la Sausse (2136m).

On retrouve l’autre chemin venant de la petite chapelle Notre Dame des Neiges et on poursuit notre lente remontée vers la Pierre du Déjeuner. Peu avant la cote 2383m, on laisse le sentier qui monte vers la Pierre du Déjeuner pour bifurquer à gauche en direction du lac Caspi et enfin les Grands Lacs (2508m)} lieu de notre bivouac.

Comme tous les bivouacs dans les Cerces-Thabor, on savourera ce moment de quiétude et je dois avouer être un fervent consommateur de bivouacs dans les Cerces !

Pour la petite histoire, n’ayant pas bien fermé mon sac à dos laissé à l’extérieur de la tente, je me suis retrouvé le lendemain sans bouffe ! Un renard probablement a dû apprécier mon repas...

Jour 2

Pas de sentier pour l’ascension du sommet, mais un accès direct et évident depuis le lac d’où le sommet est bien visible.

On prendra donc plein nord redescendant vers le ruisseau des Grandes Culées, puis en remontant le vallon des Grandes Culées au mieux évitant les pierriers.

On gagne assez rapidement de l’altitude et la vue se dégage sur les Écrins.

On rejoint ainsi le col de Mont Froid situé juste en dessous du sommet.

On gagne la crête par la droite et le sommet évitant les gros blocs sous le sommet.

Du sommet la vue est immense et n’a rien à envier au sommet du Mont Thabor sauf qu’ici, personne ne viendra troubler la paix et la sérénité du randonneur !

Du sommet, on admirera la vue sur les lac Pépin et Bissorte.

La descente

S’effectue par le même itinéraire jusqu’au lieu de bivouac.

Une fois récupéré son matériel, on repart direction du ruisseau des Grandes Culées que l’on suit jusqu’au hameau Les Angeliers.

De là, un chemin nous ramène sur le sentier de la montée au niveau du hameau la Sausse mais cette fois-ci, on prendra par Notre Dame des Neige.

On poursuit ainsi notre descente de la vallée de la Neuvache passant par le hameau du Planay, l’Ordière puis le parking.

Remarques : Les gros marcheurs résidents dans le coin pourront envisager cette randonnée à la journée en partant très tôt le matin mais ce serait se priver d’un bivouac somptueux...

La petite histoire de Névache : Un montagnard part acheter dix vaches à Briançon. Sur le chemin du retour, il en perdit une au lieu dit plus tard de la Vachette et ne ramena que "neuf vaches" chez lui d’où Neuvache qui devint bien plus tard Névache !

Dernière modification : 16 septembre 2018
Lac Curtalés (2441m) par le vallon de la Neuvache

A propos

Auteur de ce topo :

Tombé dans la marmite montagne dés l'age de 12 ans, J'ai commencé par l'alpinisme et la haute montagne jusqu'à l'age de 40 ans pour ensuite me consacrer entièrement à la rando. La photo a également une grande place dans cet univers. "Quand tu arrives en haut de la montagne, continue de grimper" proverbe (...)

Topo publié le 5 novembre 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (5).
  • par Le 1er décembre 2013 à 01h08

    Meuh ! Mais à l’époque on ne parlions point le françoué, mais le patois local.

    Si l’on prend l’exemple semblable de Névache dans la vallée de la Clarée (05), on trouve : Annavasca (739), puis Nevasca (1118, 1158 et 1183), Nevascha (1225), Nevachia (1330), Nevasia (1334), Novachia (1358), Navaysse (1568), Neuvache sur une carte de Cassini, Navaschia (XIe siècle), Navascha (1343).

    Laissons tomber le sens farfelu donnant le sens de "vallée enneigée", en mélangeant latin et ligure (dans ce cas toutes les vallées alpines d’altitude pourraient avoir la même appellation).

    Pour Bouquier, 1974 : l’étymologie se rapporte plus certainement au radical préceltique (pré-indo-européen ?) NAV, NEV, NIV, vallée à fond plat, circulaire ou semi-circulaire (Antonaves, crête de Naves, Navacelles, Navette, signal de Naves,...) + le suffixe ligure -ASCA (plaine, plateau)

    Pour Dauzat, Rostaing (1983) : NAV, NEV, NIV sont des variantes du radical hydronymique pré-indo-européen NAV : la Névache ou Neuvache (Valmeinier), la Névachette ou Neuvachette (Valloire), la Navaccia (Corse, Ombrie) ; en plus éloigné : la Nièvre, affluent de la Somme (eau de Neve, 1267), la Nièvre, affluent de la Loire (anciennement Nevera), ces deux départements n’étant pas vraiment réputés pour leurs chutes de neige.

    Quelques sources.
    J. Roman, 1884 - Dictionnaire topographique du département des Hautes-Alpes
    H. Ferrand - Le Pays Briançonnais - De Briançon au Viso, la vallée de Névache et le Queyras
    S. Bouquier, 1974 - Guide historique et touristique de la vallée de Névache
    A. Dauzat, C. Rostaing, 1983 - Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France

  • par Le 12 juin 2017 à 19h13

    Bonjour
    Dans votre serie de photos, vous avez mis une photo du lac Pépin.Il y a une petite erreur, se n’est pas le lac pépin mais une petite goille que se trouve au pied de l’ancien glacier de Roche Noire. Le lac Pépin se trouve encore plus haut à droite de la photo de votre lac en montant la vallée. Il faut monter à droite de la Goille et contourner un grand rocher rouge et franchir un névé ( restant du glacier de Roche Noire ) Apres avoir atteint un petit col, descendre dans un pierrier pour arriver en surplomb du lac
    Cordialement

  • par John le conquérantLe 12 juin 2017 à 21h40

    Slt,
    Je souhaite savoir de quand date cette rando ? Il y a t-il encore des névés qui compliquent l’ascension ?
    Merci.

  • par Le 12 juin 2017 à 22h04

    Merci pour l’identification de ce petit lac. Correction faite.

  • par John le conquérantLe 14 juin 2017 à 14h30

    Personne ne peut me renseigner ? :(

  • par Le 14 juin 2017 à 14h52

    Bonjour John le conquérant
    Pour cette rando il va falloir patienter encore un petit peux.Le 10 Juin je suis monté dans la vallée de Neuvache sous le Thabor et je peux vous dire qu’il y a encore de gros névés et les lacs sont encore tous gelés à part le lac Vert. Je voulais me rendre au lac de Curtalès mais de trop gros néné dans la roche sous le lac.Pour aller aux lac Gaspi et Grands lacs il n’y a pas de soucis mais plus haut je pense que c’est encore trop tôt. Moi personnellement si je devais refaire une rando dans le secteur j’irais au lac Pépin par le lac de Rochenoire ( direction col des marches ) depuis Valmeinier 1800. http://www.a-trip.com/tracks/view/174231

  • par John le conquérantLe 14 juin 2017 à 19h34

    Merci beaucoup pour cette reponse complète.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !