Roche des Béraudes (2895), col des Béraudes, lac des Béraudes

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
865m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

L'un des beaux lacs du massif des Cerces, qui en recèle beaucoup. Au-delà du col, on gagne le sommet de la Roche des Béraudes, qui s'atteint par une arête un peu plus difficile et qui permet d'élargir le panorama. A savoir : en été, le niveau du lac baisse de 3 à 4 mètres. Les ascensions, tôt en saison, sont donc préférables.

Accès

Briançon, Névache, continuer la route goudronnée jusqu’au parking des chalets de Laval.

Itinéraire

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP25 3535OT
  • Tracé IGN
  • Altitude de départ : 2030m
  • Altitude atteinte : 2895m
  • Distance : 8Km environ
  • Départ : 7h20
  • Lac : 8h25
  • Col des Béraudes : 9h10
  • Roche des Béraudes : 9h50
  • Entame de descente : 10h20
  • Retour parking : 13h00

Panorama 360°

Balisage

  • Du parking au lac : jaune
  • Du lac au col : rouge

Difficulté

  • Du parking au lac : familiale (1h00/1h30)
  • Du lac au col : moyenne (45’/1h00)
  • Du col au sommet : arête avec quelques passages rocheux, parfois aériens (35’/1h00)

A noter

  • Circulation réglementée de 9 h à 18 h en juillet-août
  • Possibilité de navettes pour accéder au parking

Crédit

Lac des Béraudes

Du parking, suivre la piste qui fait suite à la route goudronnée. Après 100 mètres, au panneau lac des Béraudes, prendre à gauche et traverser la Clarée sur le pont du Moutet. Franchir trois caillebotis en bois pour arriver au niveau d’un bosquet de mélèzes et de quelques rochers.

Prendre le sentier de gauche qui monte en ligne droite (passage raide), puis en lacets en forêt de mélèzes. Au replat à la sortie de la forêt, traverser une première fois le ruisseau du Moutet et poursuivre en rive gauche de celui-ci.

Traverser une deuxième fois le ruisseau et continuer sur le sentier pentu en lacets. Arrivé au milieu du vallon, il ne reste plus que quelques lacets à franchir pour atteindre le lac.

Col des Béraudes

Remonter le sentier qui s’élève à gauche du lac dans les éboulis. Poursuivre sur le sentier au pied de la crête des Béraudes en suivant les cairns pour atteindre après quelques passages raides nécessitant un peu d’escalade sur la fin, le col des Béraudes.

  • On peut également contourner le lac par la droite et rejoindre par une sente l’itinéraire précédent

Roche des Béraudes

Du col, prendre à gauche, une trace sur l’arête nord-ouest de la Roche des Béraudes.

Un premier ressaut, se contourne par la gauche, versant Béraudes.

On arrive assez vite à proximité du sommet, rocheux, que l’on contourne par la droite, versant Ponsonnière.

Revenir sur l’arête et gravir, par une courte escalade, le sommet par son arête sud-est.

Magnifique vue sur le massif des Ecrins, le Pic de Rochebrune, les Cerces, une partie de la Vanoise, sans doute le Mont Viso...s’il n’est pas dans la brume.

Du sommet redescendre au pied du ressaut sommital et continuer l’arête en direction du sud-est. Après un passage horizontal, on contourne un ressaut rocheux par la par la gauche, pour arriver sur une épaule herbeuse, en balcon sur la combe du lac Rouge.

Retour

Par le même itinéraire, mais on peut contourner le lac des Béraudes par la rive opposée à celle de la montée.

L’ascension

Désirant visiter ce magnifique lac, je suis parti avec l’intention, une fois au col des Béraudes, de redescendre de l’autre côté, en versant Ponsonnière et de faire l’ascension, soit de la Tête de la Cassille (3069m), soit du Pic de la Moulinière (3073m).

Celui qui allait m’inspirer le plus.

Mais, aucun des deux ne m’a inspiré !

Le Pic de la Moulinière, c’est un raide couloir d’éboulis, sans traces, d’environ 320 mètres avec des pentes de l’ordre de 40°.

La Tête de la Cassille, c’est encore pire. Il faut redescendre à 2600m, pour remonter ensuite un couloir d’éboulis, sans traces, lui aussi avec des passages à 40° et une petite barre rocheuse à franchir.

Un peu refroidi, je fais l’ascension de la Roche des Béraude, où là, je vois une trace.

Ascension courte, assez plaisante avec ses petits passages rocheux.

Du sommet, la trace se poursuivant, j’arrive sur une épaule qui surplombe la combe du lac Rouge.

Le lac est bien maigre et divisé en deux flaques. J’ai beau scruté la combe aux jumelles, je ne vois pas de trace du glacier qui est réapparu. Peut-être est t-il de nouveau enfoui sous sa couverture d’éboulis.

Je redescends pour casser la croûte au bord du lac des Béraudes et parler avec les pêcheurs que j’ai vu le matin montant.

Les poissons ne sont pas gros : il n’y a pas beaucoup de nourriture dans ce lac.

Le lac est à - 3m par rapport à sa cote maximale. Il paraît que c’est normal. Il en est ainsi chaque année. Le lac est plein après la fonte des neige. Reste une belle couleur menthe et un cirque magnifique avec la face sud tourmentée de la Pointe des Cerces.

Parti à l’aube, j’ai assisté au magique lever du Soleil. Je redescends donc en début d’après-midi, dans cette magnifique vallée de la Clarée, toute illuminée par le Soleil.

Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « Roche des Béraudes (2895), col des Béraudes, lac des Béraudes »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours