Rochemelon (3538m), Pointe du Ribon (3527m) et Pointe de l’Arcelle (3493m), du Mont-Cenis à la vallée du Ribon

Difficulté :
Alpinisme
Dénivelé :
2200m
Durée :
2 jours

Une belle randonnée sur deux jours avec une nuitée au refuge du Rochemelon. Un itinéraire magnifique et sauvage qui, en prime, reste, dans sa seconde partie, relativement peu fréquenté. Le Ribon et l'Arcelle sont de ces sommets parfois oubliés qui offrent pourtant un point de vue unique sur les montagnes de la Haute Maurienne et bien au-delà. – Auteur :

Accès

Vallée de la Maurienne, Modane, Termignon, Lanslebourg. A Lanslebourg, prendre la route du Col du Mont Cenis. Dépasser le col et le lac. La route redescend sur l’Italie, elle effectue 2 lacets, puis une courbe à droite. Vers le milieu de la courbe, une piste part à gauche vers le parking des Carrières du Paradis.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP25 3634 OT
  • Site IGN :
  • Départ : 1950m
  • Alpe Tour : 2126m
  • Refuge Stellina : 2610m
  • Col de Novalèse : 3229m
  • Distance : 26km environ
  • Heure de départ j1 : 14h50
  • Refuge Stellina : 17h30
  • Col de Novalèse : 18h40
  • Sommet : 19h50
  • Heure de départ j2 : 4h30
  • Pointe du Ribon : 6h50
  • Pointe de l’Arcelle : 7h15
  • Col de l’Arcelle : 7h45
  • Retour fin de vallée du Ribon : 11h30

Matériel

  • Chaussures cramponnables
  • Piolet et crampons
  • Cordes, casque

Refuge

  • Refuge du sommet du Rochemelon, voir ICI
    • Attention : pas d’eau

Difficultés

  • Itinéraire exigeant (dénivelé)
  • Passages exposés (itinéraire non équipé entre la Pointe du Ribon et le col de l’Arcelle)
  • Névés et traversée de glacier
  • Problèmes d’orientation
  • Itinéraire peu fréquenté
  • Surveiller les conditions climatiques

Jour 1

Pour l’ascension jusqu’au Rochemelon (3538m), consultez le topo d’Alain que j’ai moi-même utilisé.

Le sommet est coiffé d’une monumentale statue de la Vierge, d’une chapelle et d’un petit refuge non gardé. Y passer la nuit permet à la fois de profiter du coucher de soleil et de partir aux premières lueurs du jour à l’assaut des sommets environnants.

Jour 2

Du sommet, il faut reprendre l’itinéraire de la veille jusqu’au glacier de Rochemelon. La traversée ne pose aucun problème, le glacier étant peu crevassé et relativement plat (attention cependant au ruissellement).

Une fois de l’autre côté, il faut se diriger à travers une vaste zone d’éboulis jusqu’à la Selle du Ribon (3357m). De la Selle, un névé remonte sur la gauche en direction du sommet de la Pointe du Ribon.

Rapidement la neige laisse place à la caillasse jusqu’à l’antécime, séparée du sommet principal (3527m) par une brèche en roche friable.

L’arête entre la Pointe du Ribon et la Pointe de l’Arcelle (3493m), sans être difficile, reste impressionnante et surtout "délicate". Le rocher est instable. Il faut évoluer à vue, choisir le bon itinéraire et ne pas hésiter parfois à quitter l’arête et à forcer l’éboulement de ces "piles d’assiettes".

De la Pointe de l’Arcelle, la descente continue via l’arête en direction du Col de l’Arcelle (ou des Alpins) avant de se frayer un chemin à travers les grandes étendues de pierriers menant au sentier reliant la vallée du Ribon au glacier de Rochemelon.

L’itinéraire n’est pas des plus évidents. Il faut tout d’abord contourner une grande barre rocheuse par la droite avant de retourner sous la Pointe de l’Arcelle.

Une fois le torrent traversé, il est ensuite nécessaire de longer la paroi afin de retrouver, au niveau du Gripin, le sentier (repérer les emplacements de bivouac pour trouver le chemin).

Il faut ensuite simplement suivre le parcours de la voie normale française du Rochemelon (balisée en jaune) en descendant les quelques barres rocheuses (passages équipés) avant de retraverser à nouveau le torrent pour rejoindre la paisible, mais longue, vallée du Ribon.

Dernière modification : 2 mai 2018
Rochemelon (3538m) par la vallée du Ribon

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 16 février 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (5).
  • par Le 16 février 2016 à 20h51

    Bel enchaînement. Du monde au refuge ?

  • par Le 16 février 2016 à 22h02

    Ce soir-là un peu de monde oui mais c’était la veille du Red Bull K3
    http://www.redbull.com/it/it/adventure/events/1331696467102/red-bull-k3-news-foto-video-sul-red-bull-k3-2015

  • par Le 16 février 2016 à 23h30

    Merci pour ces magnifiques photos, et ce topo très intéressant ! j’adore la Savoie (Haute Maurienne, Haute Tarentaise, Vanoise), c’est vraiment magique !

  • par nanouLe 18 février 2016 à 06h42

    tres belles photos , la chute de l’avion a l’arcelle nous n’avons pas d’infos ?
    ce n’est pas un petit "coucou"
    le retour a bessans et depart montcenis necessite deux vehicules ou stop ?

  • par Le 22 février 2016 à 23h18

    par hereme – le 22 février à 22h49
    Extrait du "Figaro" du 10 août 1931, page 3.

    " Lyon, 9 août.
    On recherche l’avion italien perdu dans les Alpes. La caravane partie à la recherche de l’avion qui a fait une chute sur le glacier de la pointe Darseille comprend un capitaine du 93° d’artillerie de montagne, plusieurs soldats et des gendarmes. Elle ne sera de retour que demain matin, le glacier se trouvant à sept heures de marche du mont Davedolle, point terminus de toute route.
    D’après les renseignements recueillis en Italie, il semblerait qu’il s’agisse d’un avion italien tombé là depuis deux ans. C’était un appareil militaire ’iionté par deux sergents du camp de Mirafiori, près de Turin. Les deux sous-officiers furent portés déserteurs."

  • par Le 23 février 2016 à 08h44

    Merci pour ce petit bout d’histoire Alain.

  • par Le 23 février 2016 à 11h56

    Il faut remercier hereme...

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !