Rocher de la Petite Sœur Sophie (2162m) par le couloir des Sultanes et la traversée des arêtes

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
920m
Durée :
demi-journée

Au sud du Gerbier, le rocher de la Petite Soeur Sophie offre à ceux qui le souhaitent une merveilleuse chevauchée sur le faîte des murailles cyclopéennes qui dominent Prélenfrey. L'accès par le couloir des Sultanes ajoute au caractère sauvage de l'itinéraire. Tranquillité et solitude garanties !

La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Accès

De Grenoble, prendre l’autoroute vers le sud, direction Sisteron. Sortir à Vif. Traverser la ville et prendre à droite la D. 8 en direction du Genevray. Traverser la Gresse et, sur l’autre rive, monter aux Saillants du Gua puis à Saint Barthélémy. Tourner à droite pour prendre la D. 8b en direction de Prélenfrey. Arrivé à Prélenfrey, traverser le village et vers la sortie, tourner à gauche pour emprunter la route forestière des Bordeaux jusqu’à son extrémité (aire de stationnement).

Itinéraire

  • Altitude de départ : 1309 m.
  • Dénivellé : environ 920 m.
  • Difficulté : difficile ; passage raide hors sentier sur un terrain caillouteux dans le couloir des Sultanes ; exposition permanente au vide à main gauche (est) sur les arêtes, qui comprennent en outre quelques passages délicats (brèche ou gradins), toutefois sans difficulté technique d’escalade particulière. Aisance en terrain accidenté et exposé hors sentier requise.
  • Horaire : trois heures d’ascension ; compter cinq heures pour la totalité du parcours.
  • Carte IGN  : TOP 25 3236 OT "Villard de Lans - Mont Aiguille - PNR du Vercors"
  • Réf. biblio.  : - G. Laget et S. Langlais : "Les passe-muraille du Vercors Est", Montagne magazine n° 366, mai 2011, p. 56 et s.
  • P. Sombardier : "Les bonheurs de Sophie - De l’Œille aux Deux Soeurs, 2162 m.", in "Randonnées en terrain d’aventure", Montagne magazine hors-série n° 418, été 2015, pp. 26-27.

Du terminus de la route, s’engager sur le chemin ascendant qui la poursuit au-delà de la barrière et, au premier virage en épingle, continuer tout droit par un sentier qui gravit un talus pour entrer en forêt, y décrire quelques lacets avant de s’orienter franchement vers le S.-O...

Au bout d’environ 500 m, un sentier prend à droite (cairn et balisage) en épingle. S’y engager et monter ainsi tranquillement par de larges lacets en forêt avant d’en émerger en bordure d’éboulis pour finalement rejoindre à travers quelques pierriers le sentier du Balcon est.

Tourner à droite et s’engager sur le Balcon est pour quelques centaines de mètres jusqu’à se situer à l’aplomb des aiguilles des Sultanes (point 1589 m). Le couloir s’ouvre juste à la droite des aiguilles.

Remonter tout droit hors entier des pentes d’herbes et de pierres jusqu’à l’entrée du couloir (on passe non loin et à gauche d’une sorte de portique en poutres de bois visible depuis le Balcon est).

Surmonter un petit pas rocheux pour prendre pied dans le couloir et le remonter en logeant la base de la paroi des Sultanes. Après une partie étroite et raide, le couloir s’évase en un grand cône au pied des parois qui supportent le pas de l’Œille. Tirer à gauche et repérer plus haut un gros rocher isolé qui marque la sortie du couloir et la jonction avec le sentier du pas de l’Œille.

Remonter les pentes d’herbes et de pierrailles, régulières mais assez raides, jusqu’à ce rocher. Par le sentier aménagé entre les rochers (marches à la fin) gagner en quelques instants le pas de l’Œille (1960 m).

Tourner à gauche pour emprunter une trace qui traverse la prairie du pas de l’Œille en direction de la crête et la rejoint, après une courte montée, à un collet. Emprunter l’arête à gauche, qui devient vite vertigineuse et se heurte à deux petites barres rocheuses.

Franchir la première par son point de faiblesse formant quelques marches naturelles. La seconde, plus haute, peut être franchie directement par une cheminée évidente de 3-4 m. de haut (II sup.-III inf.) ou contournée à main gauche par une vire rocheuse (sans difficulté mais plus exposé).

Des gradins rocheux donnent accès à la sommité 2105 m. Pour poursuivre sur l’arête, redescendre des gradins de l’autre côté (sud) jusqu’au fond d’une brèche (délicat car très exposé).

Rejoindre le fil par le versant ouest et parcourir une belle arête herbeuse horizontale. Un peu avant l’extrémité de celle-ci, emprunter une rampe mi-herbeuse mi-rocheuse qui descend en épingle à droite et mène (quelques cairns) au fond d’une crevasse calcaire de lapiaz après un petit mouvement de désescalade. S’en échapper par une trace à gauche qui permet de rejoindre le col 2051m.

Du col, remonter sur le fil de l’arête que l’on parcourt vers le sud. Parfois surplombant, il permet d’admirer les magnifiques murailles de la face est et notamment un superbe pilier détaché de la paroi.

Après être remonté à une sommité secondaire (quelques gradins exposés), l’arête s’infléchit jusqu’à un nouveau petit collet et gagne le sommet à travers gazons et plaques calcaires.

Pour la descente parcourir toute la crête sommitale qui passe par l’antécime S. et descendre directement par la crête sur le col des Deux Sœurs (2056 m.).

Au col, plonger avec le le sentier dans le couloir des Deux Sœurs (est), raide et par moments escarpé (quelques câbles ou cordes vers le bas).

Arrivé au pied, prendre à gauche un magnifique sentier en balcon qui longe la base des parois. Parfois vertigineux, du fait de la raideur des pentes traversées, il ramène dans le versant qui domine la baraque des Clos. Il reste à redescendre par le sentier sur la baraque et, de là, emprunter le sentier qui ramène, vers le N.-E., sur l’itinéraire parcouru à la montée avant la bifurcation en forêt et finalement au point de départ.

PS. : si l’on souhaite éviter le couloir des Sultanes, il est toujours possible de monter au pas de l’Œille par le sentier. Pour cela, au lieu de tourner à droite dans la forêt continuer tout droit jusqu’à la baraque des Clos puis prendre le Balcon est jusqu’à l’embranchement du sentier qui monte au pas de l’Œille (les passages délicats sur des dalles ont été protégés par une corde fixe).

Dernière modification : 16 mai 2018
Traversée de la Grande Moucherolle (2284m)

La carte du topo « Rocher de la Petite Sœur Sophie (2162m) par le couloir des Sultanes et la traversée des arêtes »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Photos « Rocher de la Petite Sœur Sophie (2162m) par le couloir des Sultanes et la traversée des arêtes »

Sur la route de Prélenfrey Couloir des Sultanes Couloir des Sultanes Au pas de l’Oeille En débouchant sur l’arête Depuis l’arête L’arête qui conduit à la sommité 2105 m. Vue plongeante sur les pierriers depuis une faille de l’arête Au milieu de l’arête nord. Magnifique pilier détaché de la paroi Depuis les abords du sommet Parois impressionnantes ! Vue vers le nord Gros plan sur le Gerbier (2109 m.) depuis le sommet La Grande Moucherolle (2284 m.) depuis le col des Deux Soeurs Gros plan sur la Grande Moucherolle (2284 m.) depuis le col des Deux Soeurs Sur le sentier en balcon qui suit le couloir des Deux Soeurs Sentier en balcon au pied des parois Les aiguilles des Sultanes depuis le versant est Les aiguilles des Sultanes depuis la baraque des Clos