Roches Rousses (1971m) par le Purgatoire

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1100m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Sauvage n'est pas un vain mot pour décrire ce circuit hors du commun. Dans ce Purgatoire au relief déchiqueté, il peut paraître étonnant qu’il existait une intense activité humaine liée au charbonnage au début du siècle dernier. Seuls les spéléologues et les randonneurs avides de découverte sont encore présents pour essayer d'y extirper ses derniers secrets.

Accès

De Villard-de-Lans ou de Saint-Martin-en-Vercors, emprunter la D221 qui traverse Bois Barbu et côtoie le plateau d’Herbouilly. Au point 1185m, côté Drôme, emprunter plein sud une piste forestière carrossable nous amenant à la prairie de la Sarna et sa cabane (1290m).

Itinéraire

  • Durée : 7h.
  • Carte : IGN TOP 25 n°3236 OT Villard-de-Lans Mont Aiguille.
  • Trace GPS.

Difficulté

Parcourir le Purgatoire demande un sens aigu de l’orientation vu ses nombreux vallonnements sans sentiers notables. Il faut également prendre en compte les lapiaz et autres indélicatesses rocheuses où une végétation suffisamment touffue peut perfidement les camoufler, essentiellement en été.
A proscrire donc par temps de brouillard et pluvieux.

Équipement

Carte et boussole indispensables.
GPS, altimètre, bâtons de marche et chaussures tiges hautes fortement recommandés.

Descriptif

De la prairie de la Sarna, suivre la piste balisée plein est qui ensuite contourne une butte boisée en côtoyant la Grotte de l’Ours. Après le col de la Sarna, elle descend dans une combe pour arriver à des clairières marquant l’entrée nord de la vaste prairie d’Arbounouse.
Issue du nord (côté Roybon), nous poursuivons direction sud/sud-est une ancienne piste de charbonniers, étant de nos jours une jolie sente d’alpage contournant par l’est une discrète butte boisée (cote 1358m sur la carte).

Repérer ensuite des cairns nous invitant à remonter une légère cote : c’est le GR91 qui part en direction de Carrette à l’est. En suivant ce bon sentier, faire abstraction de traces partant à sa droite indiquées par des cairns.
C’est au niveau d’une clairière, avec un cairn à main gauche, qu’il faut quitter le GR pour une sente à droite. Correctement tracé au début, un peu plus aléatoire par la suite, elle nous amène au bas du vaste pré du Rey-Blanc.

Suivre sa lisière nord en passant devant la ruine d’une jasse. Ensuite nous découvrons une borne forestière et, si l’on est attentif, deux marques rouges sur deux troncs d’arbres rapprochés. Elles indiquent de départ d’une sente qui peut être invisible si la végétation est suffisamment importante.
Des cairns et quelques points rouges sont ensuite là pour guider ce magnifique tracé direction est avec de courts méandres pour éviter les lapiaz. Mais on n’y échappe pas quand les cairns nous invitent à bifurquer sud-est. Bien repérer alors sur la gauche un talweg horizontal. On retrouve une trace en son fond nous menant au Pot du Rey-Blanc (son entrée est caractérisée par un enclos de pierres.).

Au bas de cette doline, poursuivre en montée par une trace momentanément cairnée dans une combe direction est/sud-est, en passant par une ancienne charbonnière dans le "cirque des Mouflons".
Découvrir ensuite un couloir entre deux parois qu’il faut grimper sans difficulté.
Arrivé à une balme où aiment se reposer les bouquetins, on découvre en face un lapiaz d’une majestueuse pureté constituant la pente des Rochers du Playnet.
Au point haut, une dépression sur la gauche abrite la source du Bénitier (bien aménagée par les spéléos pour récupérer l’eau dans une vasque).

La crête des Roches Rousses n’est alors plus très loin. Remonter donc la rive gauche d’un talweg entre pentes herbeuses et d’anecdotiques ressauts rocheux pour arriver au point haut 1971m.
Panorama grandiose. L’enfilade des falaises entre la Grande Moucherolle et le Grand Veymont l’est tout autant.

Suivre au sud une sente en contrebas de la crête nous amenant rapidement au pas Morta (panneau du Parc du Vercors). A niveau, un arbre isolé nous fait découvrir le départ d’une vieille sente cairnée. Après une courte traversée, elle descend dans un pierrier et file rejoindre un large couloir. Elle a du mal à se dessiner à l’intérieur de celui-ci, entre caillasses et hautes herbes.
Au pied du couloir, filer au sud parmi les lapiaz avec en ligne de mire les Rochers de la Peyrouse. On découvre alors un vieux sentier autrefois bien tracé, plongeant dans une doline herbeuse (point 1683m).
On y trouve les ruines de la cabane à Jésus, refuge ASV (Association Spéléo Vercors), détruite par un incendie dans les années 80.

La prochaine étape est délicate : elle a pour but de rejoindre la cabane pastorale près du point 1726m. Sur la carte, cela semble proche mais il faut compter sur un relief perfide dans ce secteur.
Donc, à proximité des restes de la cabane à Jésus, partir au sud en passant à proximité d’un scialet. Poursuivre une centaine de mètres dans cette direction entre pelouse et lapiaz, pour découvrir sur la droite (ouest) un court vallon en cul-de-sac. Remonter à son extrémité le talus sous la butte 1726m. Sur son flanc droit et en partant au sud, on arrive rapidement à la cabane de berger précitée.
Traverser ensuite un vaste champ de chénopodes vers le sud (jasse en ruines) pour trouver une trace nous amenant à la magnifique Draye des Bergers .

Descendre une bonne sente dans ce défilé jusqu’à une bifurcation vers 1530m, matérialisée par un cairn.
Rien n’empêche de continuer la draye pour retrouver sans problème la vaste plaine d’Arbounouse. Mais si l’on veut pimenter encore un peu plus ce circuit, prendre la très discrète sente de droite. Après une courte remontée, elle poursuit en sous-bois et en légère descente direction nord-ouest (découverte, au passage, d’une ancienne plateforme de charbonniers). Arrivé à une nouvelle intersection près d’une souche d’arbre vers 1450m (cairn), on peut continuer à suivre à gauche la sente principale.
Mais pour compliquer de nouveau un peu plus la progression, on peut prendre la trace de droite, parfois aléatoire, toujours dans cette orientation nord/nord-ouest. Elle arrive au pied d’un pré formant une cuvette vers 1380m.

En le remontant, on découvre un surprenant impluvium. Et légèrement au-dessus, on retrouve un bon sentier. Cette ancienne et remarquable piste de charbonniers nous ramène vers l’ouest à la prairie d’Arbounouse, qu’elle finit par longer plein nord avant de retrouver notre intersection avec le GR91.

Liens utiles

Je ne peux que recommander de visiter le site Sentier Nature afin de compléter cette exploration du Purgatoire.

Le site de Cédric Leclercq vaut également le détour pour s’imprégner de l’ambiance de ce secteur des Hauts Plateaux du Vercors.

Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « Roches Rousses (1971m) par le Purgatoire »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Photos « Roches Rousses (1971m) par le Purgatoire »

La prairie d'Arbounouse. Lapiaz Talweg Dalle de lapiaz Sur les pentes du Rocher du Playnet. La source du Bénitier. Depuis le sommet des Roches Rousses. Depuis le sommet des Roches Rousses. Myosotis. Au pas Morta. Les Rochers de la Peyrouse Dans la cuvette de la cabane à Jésus. Les Rochers de la Peyrouse Cabane pastorale (d'Etoupe, de la Morta ?) En arrivant à la Draye des Bergers. Impluvium. Orchis moustique. Les Rochers de la Balme