Saint-Marcellin en Forez - Saint-Bonnet le Château - Estivareilles : "L’aventure du Rail"

Difficulté :
Facile
Dénivelé :
600m
Durée :
1 jour

Itinéraire qui suit le parcours d'une ancienne voie ferrée. La randonnée est très longue, mais elle peut se fractionner en plusieurs étapes qui coïncident avec les anciennes gares. Cet itinéraire porte un nom qui semble sortir d'une production cinématographique : "L'aventure du Rail". Et comme moult "blockbusters", une suite est apparue : "L'aventure du Rail continue". Mais c'est une autre histoire. – Auteur :

Accès

Départ de Saint-Marcellin-en-Forez, lieu-dit "La gare", situé à l’Est du bourg, sur la D 102. Sur la petite place, contourner un bâtiment et se garer à l’Est des Plantées. Petit panneau "Estivareilles".

L’accès aux autres gares se fait par la D 498 qui relie Saint-Marcellin-en-Forez (bourg) à Estivareilles. Parkings proches de l’itinéraire à chaque étape.

  • La gare de Périgneux, au Sud, se rejoint par la D 105.
  • La gare de Luriecq est sur la D 498.
  • La gare de Valinches, au nord, se rejoint par la D 5.
  • Saint-Bonnet-le-Château est sur la D 498.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route

  • Carte 1 : Série bleue 2833O au 1:25000
  • Carte 2 : Série bleue 2833E au 1:25000
  • Les cartes ne sont pas indispensables
  • Tracé IGN
  • Distance aller : 28km
  • Altitude de départ : 415m
  • Point haut : 950m
  • Dénivellation aller : 540m
  • Dénivellation aller/retour : 600m

Difficulté

  • La longueur.
  • Plusieurs traversées de petites routes et de la départementale.

Balisage

  • Il faut suivre la mascotte "L’aventure du Rail", qui est un petit conducteur de train à vapeur, identifiable à ses petites lunettes, sa salopette rayée et sa chemise blanche tâchée.
  • Chacune des 5 étapes est équipée d’un panneau d’information qui
    matérialise le départ de la balade et qui donne le tracé de la voie, sa
    position par rapport à l’itinéraire global ("vous êtes ici"), les distances des étapes... Ensuite les promeneurs trouveront une balise tous les 250 mètres ; dont tous les kilomètres une balise kilométrique fin de balade (Saint-Marcellin-en-Forez dans le sens de la montée et Estivareilles dans celui de la descente), mais aussi tous les kilomètres une balise kilométrique fin d’étape (gare de Saint-Marcellin-en-Forez, gare de Périgneux, Luriecq, gare de Valinches, Saint-Bonnet-le-Château, Estivareilles).

Le retour

Cette longue randonnée n’effectue pas une boucle, ce qui pose le problème du retour au point de départ.

Plusieurs solutions :

  • Déposer un second véhicule à Estivareilles.
  • Utiliser le service de cars de semaine. Horaires ICI. (Dans le premier champ de recherche, saisir "Estivareilles" et dans le second, "104".)
  • Utiliser le service de car du dimanche. Horaires ICI.
  • Effectuer la randonnée en aller-retour, étape par étape. Certaines étapes, en particulier la 3, pouvant être groupées.
  • Utiliser un VTT. Avec un peu d’entraînement l’aller-retour s’effectue sans problème sur une journée.

DESCRIPTIF

  • La rando-balade familiale fait 28km, elle comporte 5
    étapes :

1- Saint-Marcellin-en-Forez (les Plantées) / Gare de Périgneux

  • Distance : 8km
  • Dénivelée  : 177m (de 415 à 592m)

Itinéraire évident. Traversée de plusieurs petites routes.

2- Gare de Périgneux / Luriecq

  • Distance : 6,5km
  • Dénivelée : 108m (de 592 à 700m)

Itinéraire évident.

Un peu avant Luriecq, sur la gauche, sud, se trouve le magnifique dolmen de Roche-Cubertelle. Il se situe un peu après le panneau "Luriecq 500m", panneau sur un arbre. Un petit sentier escalade le talus. Le Dolmen est magnifique.

Petit tunnel en arrivant à Luriecq, humide, lampe électrique inutile.

  • Etape 2 uniquement, variante en boucle, voir ICI

3- Luriecq / gare de Valinches

  • Distance : 3km
  • Dénivelée : 86m (de 700 à 786m)

Itinéraire évident.

4- Gare de Valinches / Saint-Bonnet-le-Château

  • Distance : 5,5km
  • Dénivelée : 79m (de 786 à 865m)

Traversée de la départementale au départ de Valinches et ensuite, d’une petite route.

A la cote 807, possibilité de faire un petit détour vers le "Tunnel souterrain", panneau indicateur.

L’arrivée a Saint-Bonnet-le-Château est assez tortueuse. Le balisage pas toujours visible. Traverser le village par le centre ancien ou par le "périphérique" (construit sur l’ancienne voie ferrée), direction "Estivareilles".

Le village, mérite amplement une visite avec ses "vieilles pierres" médiévales et sa collégiale du XVe siècle, sise sur un promontoire offrant un magnifique panorama portant, par temps clair, jusqu’aux Alpes.

5- Saint-Bonnet-le-Château / gare d’Estivareilles

  • Distance : 5km
  • Dénivelée : 85m (de 865 à 890m ; point haut 950m)

L’ancienne voie ferrée débute après le rond-point au sud du village.

On arrive sur une petite route. L’itinéraire va alors s’éloigner de l’ancienne voie ferrée. Un tunnel d’environ 1300 mètres de longueur n’est pas ouvert aux randonneurs.

Suivre la petite route, vers la gauche, sud-ouest, sur quelques mètres et prendre un chemin à droite.

On rejoint la départementale que l’on longe sur environ 100 mètres avant de prendre un chemin à gauche.

On rejoint de nouveau la départementale, que l’on traverse, pour prendre une petite route à droite qui mène à la ferme de Maisonneuve.

Juste avant la ferme, reprendre à gauche, ouest, l’ancienne voie ferrée que l’on suit jusqu’à la gare d’Estivareilles. Tables de piqueniques, point d’eau.

  • De juin à septembre, circule entre Estivareilles et la Chaise-Dieu, le train touristique du "Chemin de Fer du Haut Forez". Horaires et tarifs ICI.

Cette randonnée...

...à une suite avec "L’aventure du Rail continue".

Variante

  • Etape 2 avec variante de retour. Cliquer ICI.

Variante de départ

Il est possible de partir de Saint-Rambert-sur-Loire et suivre l’itinéraire de cetopo jusqu’au passage sous la voie express.

Avant le passage souterrain, prendre à gauche, franchir le canal et suivre l’ancienne voie ferrée réhabilitée jusqu’aux Plantées.

  • Soit 20km aller-retour supplémentaires
Dernière modification : 20 juillet 2018
Pierre-sur-Haute (1631m) - Cols des Pradeaux, des Supeyres, du Béal et de la Loge

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 29 juin 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 29 juin 2013 à 08h39

    En voilà une balade originale ! Vivement le retour de la vengeance du rail :)

  • par heremeLe 30 juin 2013 à 00h17

    Salut Alain. J’ai trouvé un nouveau jeu avec GE : retrouver les tracés des voies ferrées disparues en fonction de la courbe des routes / chemins en résultant, ce que j’ai fait avec ton topo. D’autant plus intéressant que je possède des vieilles cartes des années 1940.

    • Anecdotes.
      Saint Bonnet le Château : ses habitants sont dénommés Sambonitains, Castel-Bonnisontains, Cacamerlots (trivial - ils se seraient battus autrefois avec des c... de merles), Castrovariens (Castrum Vari).
      La gare de Saint Bonnet était à l’origine, en 1873, le terminus de l’une des premières voies ferrées d’intérêt local autorisées par la loi du 12 juillet 1865, reprise par le PLM en 1883.
      Saint Bonnet s’auto-proclame "capitale mondiale de la fabrication de la boule de pétanque" (boules "Obut" notamment).
      La composition chimique du sol de Saint Bonnet, contenant entre autres alun et arsenic, est particulièrement propice à la conservation des cadavres, cf les fameuses "momies" de la Collégiale. Dans cette dernière un caveau contenant une trentaine de squelettes fut découvert en 1837. Ils ont gardé une chair parcheminée collée à la charpente osseuse, avec quelques morceaux de tissu.

    Par exemple : http://www.dailymotion.com/video/x3wgf5_le-caveau-des-momies-st-bonnet-le_travel
    http://www.google.fr/search?q=momies+saint+bonnet&rls=com.microsoft:fr:IE-SearchBox&rlz=1I7ADFA_fr&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=50TPUbCzCInUswbDnYHoBg&ved=0CEgQsAQ&biw=1024&bih=585

  • par Le 30 juin 2013 à 00h31

    De quoi donner envie de finir ses jours à St-Bonnet !

  • par Le 11 décembre 2016 à 20h01

    Quelques notes complémentaires.

    • Extrait de : "Excursion forézienne sur la petite ligne de Saint-Bonnet-le-Château et à travers champs ", docteur A. Rimaud, Saint-Etienne, 1878.

    "Distance de Saint-Marcellin, 6 kilomètres. On appelle halte, suur cette ligne, un lieu où le train ne s’arrête que lorsqu’il y a des voyageurs à prendre ou à laisser. La halte de la Roche est côtoyée par la route de Saint-Marcellin à Saint-Bonnet ; en ce point arrivent les habitants voisines qui peuvent jouir de la voie ferrée, sans un trop grand déplacement.
    La Roche est un gros village qui est à cinq minutes et à droite de la halte ; il n’y a rien qui puisse attirer notre attention.
    Ordinairement l’arrêt est court, souvent même il n’a pas lieu, et la vapeur nous entraîne à travers des champs et des prairies, puis dans une tranchée à pentes douces mais rocheuses ; les genêts, la digitale n’y ayant pas encore pris domicile. Remarquer à droite à droite le village de la Sauzée, que longe un ancien chemin où descendaient autrefois les planches destinéesaux bateaux de Saint-Rambert."

    • Ligne de Bonson à Saint-Bonnet-le-Château.
      1873 : ouverture de la ligne Bonson-Saint-Bonnet-le-Château ; "Elle se développe, en rampes sinueuses d’autant plus raides çà et là qu’il n’y a pas à racheter un écart de moins de 476 m entre les gares extrêmes de Bonson et de Saint-Bonnet".
      La ligne devait servir entre autres au transport du bois, mais la rentabilité ne fut pas au rendez-vous. La compagnie fit faillite en 1876, rachetée par la Banque Parisienne pour 30 000 F (coût initial : 4 millions). Il me manque une transaction intermédiaire : la Compagnie des Chemins de Fer d’Intérêt Local de la Loire et Haute-Loire est cédée à l’Etat. En 1884, ce dernier la vend au PLM.

    En 1887 : 6 trains mixtes circulent chaque jour de Bonson et Saint-Bonnet avec des arrêts dans six gares : Saint-Marcellin, Laroche, Périgneux, Nus, Luriecq, Valinches (non, il ne s’agit pas des six gares de là à Vannes ...).
    Dans une Histoire de Saint-Bonnet-le Château, il est alors dit : "Son avenir paraît désormais assuré" !

    (Sources : Histoire de Saint-Bonnet-le-Château, abbés Condamine et Langlois, 1885-1887).

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !