Schwarzenbach-Talsperre, Murgtal par Forbach ‒ Nordschwarzwald

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
608m
Durée :
1 jour

Le thème de l'eau est très présent lors de cette randonnée, avec un parcours qui côtoie une partie du complexe hydroélectrique du Murgtal. Au départ de la gare ferroviaire de Forbach, l'itinéraire en boucle mène d'abord au barrage poids et au lac artificiel du Schwarzenbach, descend ensuite dans le Murgtal pour effectuer un long et joli cheminement au bord de la Murg. – Auteur :

Accès

  • Rejoindre la gare DB de Forbach située au bord de la Murgtalstraße (B462), lorsque celle-ci franchit la Murg. Grand parking disponible (288m).
  • En train (Murgtalbahn), par le S81 (Karlsruhe - Freudenstadt), arrêt "Forbach".

Les infos essentielles

Carnet de route

  • Carte : Kompass 872 Baden-Baden - Murgtal 1:25000
  • Tracé OSM : Schwarzenbach-Talsperre - Murgtal
  • Altitude de départ : 288m
  • Altitude du point haut : 745m
  • Dénivelé cumulé : 608m
  • Distance : 21,2km
  • Difficulté : aucune, à part la distance

Balisage

Présent sur la majeure partie du parcours, avec des panneaux directionnels et altitudinaux aux principales bifurcations.

  • Aucun, de Forbach Bahnhof à Oberstgrüb.
  • Losange rouge (Westweg) : de Oberstgrüb à Stauseeufer.
  • "m" (Murgleiter) : de Stauseeufer à Schwarzenbachmauer.
  • Losange jaune : de Schwarzenbachmauer à Kapellenstraße.
  • Losange bleu : de Kapellenstraße à Schifferstraße.
  • Cercle orange (Rund um Forbach) : de Schifferstraße au Panorama Weg "Forbach - Raumünzach".
  • Losange bleu : du Panorama Weg "Forbach - Raumünzach" aux conduites forcées.
  • Aucun, des conduites forcées à Forbach Bahnhof.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Montée au Schwarzenbach-Talsperre

Du parking de la gare de Forbach, parcourir au sud la Eckstraße qui longe la rive droite de la Murg. Une curiosité à voir en chemin : le Holzbrücke sur la Murg, un pont historique en bois construit entre 1778 et 1779 (rénové depuis !).

Arrivé à hauteur du Murgtalsperre (barrage sur la Murg, construit entre 1914 et 1918), franchir la Murg via l’accès piétonnier et remonter jusqu’à la route B462. Traverser celle-ci pour prendre le sentier qui débute avec un décalage de 40 mètres sur la gauche.

Rapidement, le sentier se scinde au niveau d’un embranchement. Laisser la branche de gauche (itinéraire du retour) et emprunter celle de droite en suivant la direction "Westweg" mentionnée sur un écriteau.

Plus loin, au niveau d’un petit pavillon en bois, le sentier s’oriente durablement au sud-ouest et se scinde à nouveau en 2 branches : c’est égal de parcourir l’une ou l’autre de ces branches puisqu’elles se rejoignent au carrefour de Oberstgrüb (537m).

Le carrefour de Oberstgrüb offre de jolis points de vue, les panneaux indicateurs sont par ailleurs fixés sur le tronc d’un pin. Vers l’ouest, suivre désormais le Westweg en direction de "Wegscheid".

Excellement balisé, le Westweg alterne les portions de sentiers et de chemins pour arriver à la cabane du grand carrefour de Wegscheid.

  • Remarque : la Wegscheidhütte est équipée d’une mezzanine en bois, très pratique si l’on souhaite y dormir. Rares sont les petites cabanes aménagées ainsi !

Au panneau du carrefour (Wegscheid, 745m), continuer sur le Westweg en direction de "Stauseeufer". Un chemin descend au sud-ouest vers la rive nord du Schwarzenbach, en passant par la Jägerslochhütte.

Au panneau situé au bord du lac (Stauseeufer, 675m), quitter le Westweg pour prendre à l’est le chemin qui longe la rive du lac jusqu’au barrage que l’on peut arpenter d’un bout à l’autre.

Le Schwarzenbach-Talsperre est un barrage poids construit entre 1922 et 1926, d’une hauteur de 65 mètres et d’une longueur de crête d’environ 400 mètres. Au pied du barrage, les eaux empruntent une galerie souterraine reliée à un château d’eau sur les hauteurs de Forbach, pour ensuite alimenter l’usine hydroélectrique de Forbach (Rudolf-Fettweis-Werk) via des conduites forcées.

Par ailleurs, une partie des eaux du Hundsbach et du Biberach (2 ruisseaux situés à quelques kilomètres au sud-ouest du lac) est captée puis acheminée jusqu’au Schwarzenbach via d’autres galeries souterraines. En effet, l’alimentation naturelle du lac par les seuls ruisseaux du Seebach et du Schwarzenbach s’avère insuffisante.

  • Remarque : lorsque le niveau du lac est inférieur à sa cote maximale (remplissage en cours, par exemple), on peut apercevoir les souches des pins abattus avant la mise en eau du barrage.

Retour via le Murgtal

Après la visite du barrage, rejoindre le panneau situé sur l’accès nord du barrage (Schwarzenbachmauer, 675m). En direction de "Stauseeufer", effectuer le cheminement inverse sur 150 mètres et prendre le premier chemin partant sur la droite (balise losange jaune).

Juste avant un chalet, un sentier débute sur la gauche du chemin et atteint en amont un autre chemin (Mittellinienweg). Virer à droite sur ce chemin, en suivant la direction "Stürmerfelsen".

Au bout de 1 kilomètre environ, l’empilement de blocs de granite de Stürmerfelsen est visible au bord du chemin, sur la droite (grimpette possible). Ensuite, le chemin poursuit jusqu’à un carrefour (Schneiderskopfsattel, 610m), prendre ici la direction "Hotel Wasserfall Abzweig".

Suivre attentivement les balises (losange jaune) pour arriver ensuite à une bifurcation et un panneau (Kapellenstraße, 610m). Virer à gauche sur le sentier descendant vers "Raumünzach", le balisage passe au losange bleu.

Le sentier se termine près de l’Hotel Wasserfall qui se situe au bord de la route B462. Au sud, longer la route sur 180 mètres afin de trouver la passerelle permettant le franchissement de la Murg.

Une fois sur la rive droite de la Murg, une piste asphaltée (Schifferstraße) longe la rive en direction de Forbach. Au début, un haut mur de soutènement empêche l’accès au lit de la rivière.

Lorsque ce mur disparaît, 2 possibilités sont offertes.

  • Cheminement intégral au plus près de la rivière. Cette option s’apparente un peu à un "parcours aventure", des acrobaties sont parfois nécessaires pour se frayer un chemin entre les rochers et la végétation. Prévoir un temps de parcours suffisant car c’est très long !
  • Cheminement sur la piste asphaltée, en profitant simplement des nombreux accès vers le lit de la rivière. Tous ces accès ne sont pas indiqués, il suffit de repérer les départs des sentiers sur la gauche de la piste.

Au bout de 4 kilomètres le long de la Murg, franchir celle-ci par une passerelle. Sur la piste, un panneau se trouve à hauteur de cette passerelle, suivre le balisage "Rund um Forbach" et descendre l’escalier qui accède à la passerelle.

La Murg franchie, le sentier monte vers le parking de Heppenau et et la route B462. Traverser la route, le sentier reprend juste en face pour se terminer sur le chemin du Panorama Weg "Forbach - Raumünzach", au niveau d’un panneau.

À droite, prendre la direction "Forbach Bahnhof". Après un joli point de vue sur le Sasbachtal, le chemin évolue en amont de la route B462 et passe au-dessus des conduites forcées évoquées précédemment.

Du château d’eau (Wasserschloss) à l’usine hydroélectrique de Forbach, ces conduites acheminent l’eau sur une distance de 880 mètres et un dénivelé de 380 mètres environ.

Juste après les conduites forcées et à droite du chemin, repérer un écriteau fixé sur le tronc d’un feuillu, indiquant "Forbach über Felsenweg".

Parcourir ce sentier bordé de rochers jusqu’à son terme, c’est-à-dire la route B462. La boucle s’achève ici, le retour à la gare de Forbach s’effectue par le même itinéraire que celui pris à l’aller, via le Murgtalsperre.

Randonnée effectuée le 08 juin 2017.

Dernière modification : 16 août 2018
Latschigfelsen (724m) par Forbach ‒ Nordschwarzwald

A propos

Auteur de ce topo :

Randonnée réalisée le 8 juin 2017

Topo publié le 2 septembre 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (12).
  • par Le 8 septembre 2017 à 17h46

    Salut Alex. Petite histoire du pont.
    Forbach est mentionnée pour la première fois dans un certificat testamentaire de l’Ebersteiner Heinrich II en 1360. Le pont fait près de 38 mètres, sans aucun pilier, avec un poids de 129 tonnes, il porte une charge utile de 64 tonnes.
    Le premier pont sur le Murg à cet endroit a déjà été détruit en 1570 par une inondation. Bien que des charpentiers fussent envoyés à Augsbourg pour voir un nouveau modèle de pont, la construction a été réalisée de la manière habituelle, découvert, "pour homme, animal et chariot".
    En 1777, la construction d’un pont en bois couvert sans pilier central a été planifiée selon les plans de l’ingénieur Otto Lindemann et terminée à l’automne 1778. Le pont a rapidement fait preuve de son utilité. Lors du Brückentaufe (baptême du pont), il a été baptisé involontairement par une inondation.
    Le pont a été construit par le maître-charpentier Johannes Daselmeier pour 1150 florins (2714 mètres de planches de chêne , mais 150 chênes abattus ! Et ce n’est pas nouveau : la maintenance a été financée par un Brückenzoll (pour les non-germanisants, vous pouvez traduire quand même).
    Une réparation complexe du toit a eu lieu en 1926, le pont en bois a été fermé en 1930 pour des raisons de sécurité pour les chariots chargés.
    Pendant la dernière guerre, de nombreux ponts ayant été détruits, ce pont en bois a été utilisé par les armées, de sorte qu’il a supporté d’énormes charges qui ont détérioré sa rigidité.
    Il a été démantelé en 1954, puis reconstruit en 1955 d’après les plans originaux., et inauguré le 11 mai 1955. En 1976, le toit a été rénové avec du bois de cèdre rouge.

  • par Le 8 septembre 2017 à 22h10

    Hallo hereme.

    C’est toujours un plaisir de lire tes interventions sur les topos. Puisque tu évoques la petite histoire du Holzbrücke, voici une photo du pilier ouest (rive gauche) indiquant le niveau d’une ancienne crue de la Murg (photo prise le jour de la randonnée).

    Sur cette inscription, on peut lire "Hochwasser [?] von 7. August 1864".

  • par Le 11 septembre 2017 à 00h15

    C’est bien une "hochwasser" (inondation, littéralement grande, haute eau), mais je lirais plutôt 1861 après étude de la photo à la loupe. Mais 1861 ou 1864, la crue de la Murg n’est pas référencée dans la littérature. Par contre il y en a eu une grande en 1876. Il y a bien eu des inondations dans la région fluviale Rhin-Murg, mais en janvier 1861, de même qu’une hénaurme catastrophe aux Pays-Bas.

  • par Le 11 septembre 2017 à 09h25

    Tu as certainement raison. J’ai hésité entre le 4 et le 1, c’est le décalage du chiffre qui m’a fait pencher en faveur du 4, pensant que la barre horizontale avait peut-être été effacée avec le temps. Ayant fait les mêmes recherches, je n’ai trouvé aucune référence d’une crue de la Murg pour le mois d’août des années 1861 et 1864. Les archives communales devraient avoir une trace de cet évènement.

    Par ailleurs, ta remarque a relancé le décryptage de la partie abîmée ! Le mot complet pourrait être "Hochwasserstand", signifiant "Niveau de crue".

    Au final, on aurait : "Hochwasserstand von 7. August 1861".

  • par Le 11 septembre 2017 à 12h30

    En jouant sur le contraste, il semble voir un 4.

  • par Le 11 septembre 2017 à 14h00

    Merci Alain pour ton avis, le doute s’installe. La forme du dernier chiffre est pourtant très similaire au premier chiffre (le 1).

    Bon, peut-être qu’un passage aux archives ou au "Murgtal-Museum" de Bermersbach permettrait de trancher entre le 4 et le 1 !

    Mes prochaines missions, si je les accepte : savoir s’il existe du bois d’if au Yberg, connaître l’année exacte de cette crue de la Murg, trouver une borne cadastrale du XVIème siècle près de Bad Wildbad. Toll !

  • par Le 11 septembre 2017 à 14h23

    Le message va-t-il s’autodétruire ?

  • par Le 11 septembre 2017 à 14h40

    Ce n’est pas d’une netteté absolue :
    https://www.altituderando.com/IMG/jpg/7/e/1/schwarzenbach-talsperre_-_murgtal_69-1.jpg
    Et ça ressemble plutôt à 1

  • par Le 11 septembre 2017 à 15h55

    Le message ne s’autodétruira pas, la phase organisationnelle n’a pas encore débuté et d’autres missions vont certainement s’ajouter à celles-ci !

    Avec ce traitement, les marques de frappe sur la pierre sont bien visibles. La trace évoquant la barre horizontale du 4 n’est pas frappée.

    1861 !

    Merci hereme et Alain pour votre participation.

  • par Le 11 septembre 2017 à 16h13

    1861 ! J’en étais aussi arrivé à cette conclusion. Le Monde est sauvé :)

  • par Le 12 septembre 2017 à 18h46
  • par Le 13 septembre 2017 à 09h40

    Merci hereme, j’adore ce type de document.

    En d’autres lieux, cela me rappelle l’intérêt que j’avais porté (sur cartes anciennes puis sur le terrain) aux tracés du "Vieux Rhône" (réserve des Grangettes à Noville, VD) et de l’ancien Canal d’Entreroches (Orny, VD) qui franchit la petite montagne de Mormont sur la ligne de partage des eaux Rhin/Rhône.

  • par Le 13 septembre 2017 à 22h26
  • par Le 15 septembre 2017 à 20h15

    Merci !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !