Sommet de Couard (1989m) par les Dourbes et la crête sud-ouest

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
1020m
Durée :
1 jour

Le plus bel itinéraire pour gravir le sommet de Couard. Avec l'ambiance sauvage de la crête sud-ouest, ses vues saisissantes sur la face nord et un passage d'escalade facile. – Auteur :

Accès

De Digne, prendre le vallon des eaux chaude (sources thermales), puis à la sortie de la ville, prendre à gauche direction "Les Dourbes". Une petite route dans une ambiance particulière mène au hameau des Dourbes. Suivre vers la maison forestière de la Serre (1100m). S’y garer.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Les Dourbes sont une ancienne commune des Alpes de Haute-Provence, rattachée à Digne-les-Bains en 1974. Il n’y a quasiment personne là-haut. Pas de fontaine à ma connaissance et une prise d’eau un peu au-dessus de la cabane du Serre.

Difficulté

Facile et sur de bons sentiers la plupart du temps mais aussi en terrain plus sauvage, notamment sur la crête qui demande un peu de recherche d’itinéraire avec le passage de trois barres rocheuses. La troisième barre se franchit par 2 pas d’escalade facile (I+) mais dans une petite ambiance pour le dernier. La boucle par la pas d’Archail est assez longue.

Compter 6 à 7hoo de marche, en effectuant la boucle - arête S/O - sommet de Couard - pas d’Archail - pas de la Faye. Pas d’eau sur l’ensemble du parcours. Au printemps ou en hiver, on aura peut être de la fonte. Une fois au sommet du Couard, pour éviter la boucle par le pas d’Archail et économiser une heure de marche, on peut descendre par la crête sud-ouest en prenant bien garde au passage de désescalade de la troisième barre.

Dénivelé

  • +1020m
  • Soit 890m pour le sommet et 130m pour rejoindre le pas de la Faye de la piste qui descend du pas d’Archail.

Cheminement

De la maison forestière de la Serre (1100m), suivre la piste en direction du pas de la Faye. Le GR de Pays coupe à plusieurs reprises la piste forestière et se confond parfois avec elle.

On passe en sous-bois, puis on se rapproche de la falaise impressionnante de la barre des Dourbes. On approche du pas de la Faye (1680m) par un sentier qui devient aérien et caillouteux et finit tout en beauté et en balcon. On voit alors la crête sud-ouest du Pic de Couard et le cheminement.

Pas de la Faye 1680m

Au lieu de suivre la crête de la barre des Dourbes vers la crête ouest du Couard, il est préférable de descendre le GR de pays sur quelques lacets puis de prendre une sente bien marquée qui file vers le Couard (indiqué en pointillé sur la carte IGN mais cependant pas au bon endroit vis à vis du GR).

Ce sentier quasi horizontal fait le tour du Couard pour rejoindre le pas d’Archail par la route forestière. On le quitte pour remonter vers un petit col sur le bord de la barre des Dourbes (aux environs du point 1619) - 2 cairns et balisage jaune.

Point IGN 1619

Arrive la partie sauvage de la randonnée. On remonte un bosquet de pins le long de la crête sud-ouest en suivant de vielles marques jaunes et quelques cairns.

On franchit ainsi deux barres dans des pentes soutenues et dans une ambiance sauvage. Après la deuxième barre (toujours suivre les marques jaunes), on revient franchement au bord de la crête pour franchir la troisième barre. Marques jaunes bien visibles. Un petit pas d’escalade (II) sans difficulté aucune mais le grand vide n’est pas loin. C’est plus impressionnant sur les photos que dans la réalité.

Une fois la 3ème barre franchie on rejoint facilement le sommet du Couard en profitant de quelques vues saisissantes sur la face nord.

Sommet de Couard 1989m

Pour faire une boucle, on descend sur le pas d’Archail (sentier marqué).

Pas d’Archail 1667m

Belle ambiance au pas d’Archail. Puis on descend une route forestière jusqu’à environ 1550m. Dans une épingle, après avoir contournée la crête sud-est qui descend du Couard, retrouver, à droite un sentier marqué qui retourne au point IGN 1619.

Revenir au pas de la Faye, puis à la maison forestière du Serre.

Dernière modification : 16 mai 2018
Sommet de Couard (1988m) - Sommet de Cucuyon (1866m) par Archail

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : test-materiel-outdoor

Les Monts du Forez ont usé mes premiers godillots, puis les Pyrénées (Balaitous 1er 3000). Les calanques et le Verdon ont occupé tous mes WE des années 90 avec les boucans de Marseille ;-) Et puis sont venues la passion de l'image avec des vidéos... et les tests de matériel.

Topo publié le 10 juin 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (6).
  • par CécileLe 19 avril 2016 à 09h55

    Bonjour Paul, ton itinéraire fait très envie !
    Tu évoques le fait que le franchissement de la barre est expo. Est-ce à dire vertigineux ? Au pire, y a-t-il un endroit dans ton souvenir où on peut poser une main courante ou faire un point d’assurage pour des personnes qui auraient besoin de se sentir ainsi rassurées ?
    J’envisage de le faire avec navette de voiture entre les Dourbes et Archail, permettant de redescendre ainsi tranquillement après me semble-t-il une très belle traversée et un retour nettement moins éprouvant.
    Qu’en penses-tu ?
    Merci.
    Cécile

  • par Le 21 avril 2016 à 09h50

    Oui, Bonjour Cécile,c’est dans une ambiance un poil vertigineuse mais rien de méchant si on reste concentré. Je ne sais plus exactement mais je pense qu’avec un brin de corde, tu pourras facilement rassurer quelqu’un dans ce pas. Pour la descente sur Archail elle sera plus courte mais un peu soutenue.

  • par CécileLe 23 avril 2016 à 09h16

    Merci Paul, je vais tester ça en emmenant une corde et de quoi faire des baudards de fortune ;-)

  • par Le 23 avril 2016 à 09h22

    Il vaut mieux s’encorder directement sur la corde que de bricoler un truc qui peut faire la fortune de vos héritiers...

  • par Le 23 avril 2016 à 09h26

    Exact Alain :-) Il y a un baudrier que l’on peut faire avec la corde : une double queue de vache. On met la plus courte autour de la taille, la plus grande au torse en passant un bras. On ajuste le nœud en serrant bien.
    Ceci dit pour ce pas (il n’y a qu’un pas, je répète que c’est plus impressionnant sur la photo que dans la réalité), un simple tour de taille me parait suffisant.

  • par CécileLe 14 mai 2016 à 18h03

    Merci pour ces éléments.
    Pour les baudards, la version officielle du CAF de Nice, c’est que tout randonneur qui part avec le club a dans son fond de sac 1 sangle + 1 mousqueton à vis + 1 cordelette pour faire machard. L’encadrant a en prime une corde.
    A Marseille, on ne systématise pas l’obligation d’équipement pour les participants, sauf en rando escalade où là c’est l’équipement standard baudard, 8 ou descendeur, dégaines et casque. En revanche, si l’encadrant pense rencontrer un passage expo ou qui peut impressionner, il prévoit une corde pour pouvoir faire une main courante, les sangles qui vont bien, ainsi que des mousquetons pour faire le cas échéant un rappel de fortune.
    C’est surtout à la redescente que ce genre de pas impressionne, en général !

  • par CécileLe 29 mai 2016 à 15h09

    Bon, ben en ce qui nous concerne, le dimanche 22/5/2016 on a renoncé ... beaucoup de vent, un groupe pas homogène, et pas envie de nous mettre en galère.
    Un autre groupe qui était passé par le pas de Tartonne est monté au sommet les doigts dans le nez, mais visiblement avec une certaine pratique de la rando voire de l’alpi vu leur vitesse d’exécution en général. Ils ont quand même un peu cherché l’itinéraire entre la partie "sauvage" et (je pense que c’était) la 1ère barre.
    La 3ème barre, vue de de loin, paraît en limite de pilier et d’arête, et d’où on était en face, pas vraiment d’ancrage possible (pas d’arbres ni rochers apparents) pour permettre de poser une corde pour assurer le passage au niveau des barres.
    C’est à mon avis un itinéraire qui ne relève pas de la randonnée mais de la rando-escalade ou terrain d’aventure, pas à mettre sous toutes les chaussures, donc, et plutôt à classer en "F" (alpi facile) qu’en "R" (randonnée).
    Je ne suis du coup pas étonnée qu’il soit "débalisé" et supprimé de la carte IGN.
    Par contre, l’aller-retour au point 1619 et le replat avant la crête valait le coup pour le paysage : Ecrins et Massif de l’Estrop encore enneigés, pour un pique-nique à l’abri du vent derrière une petite barre.

  • par Le 11 juillet 2016 à 18h51

    Cécile, je viens de refaire cette ballade aujourd’hui. On est jamais trop prudent certes, mais le passage de la troisième barre est vraiment très facile. Ce n’est pas du II , disons du I. Si l’on veut assurer avec une corde, il suffit de se tenir au dessus du ressaut et d’assurer au torse. Mis à part le passage balisé de jaune ça passe ailleurs aussi en un peu plus dur (II à III)

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !