Sommet et crête de La Raye (1015m) par Combovin

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
890m
Durée :
1 jour

Randonnée assez longue permettant d’accéder au sommet le plus occidental du massif du Vercors mais aussi à un beau panorama sur la vallée du Rhône. De par sa situation cette randonnée pourra se pratiquer en plein hiver assez facilement, la neige ne restant pas très longtemps. Çela semble moins évident en été, car le parcours coupe de nombreuses zones pastorales et les patous (et les éleveurs drômois) ne sont pas toujours bien disposés. – Auteur :

Accès

De Valence ou de Romans :

Aller jusqu’à Chabeuil (D68 ou D538) et ensuite prendre la D154 direction Combovin.

Une fois atteint le centre du village de Combovin prendre à droite direction "parking randonnées" et poursuivre jusqu’au cimetière.
Nombreuses places de parking.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Données

  • Carte : IGN TOP25 3137OT Die - Crest
  • Altitude départ : 370m
  • Altitude atteinte : 1015m
  • Distance : 19,5 km
  • Dénivelé : 890m

Horaires

  • Départ parking : 10h15
  • Sommet de la Raye (émetteur TV)  : 12h35 / 13h10
  • Pas du Buis : 14h10
  • Retour Parking : 15h40

Descriptif

-* (sortie réalisée le 5 février 2013)

Du cimetière, retourner vers le village (nord) et prendre la première rue à droite en légère montée. On aboutit alors à une petite route qui part vers la droite (les Rollands sur carte IGN)

Suivre cette route qui se transforme en chemin, puis en sentier. On longe alors en sous-bois une crête qui se trouve sur notre gauche (quelques triangles jaunes numérotés 151).

Le sentier finit par rejoindre la crête puis redescend légèrement pour croiser une première fois la route de Gigors (D732). En continuant le sentier qui monte plus fort à la fin, on finit par atteindre le Pas de Boussière et à nouveau la route que l’on va suivre sur environ 600m pour aboutir à un carrefour.

Prendre alors à droite en direction de Mourras et suivre la petite route pratiquement à plat. On passe devant plusieurs fermes, la dernière abritant des élevages et un patou (attention en période d’estive) jusqu’à aboutir à un autre carrefour indiquant le "Col d’Ourches" à droite.

L’emprunter et suivre le large chemin jusqu’à presque arriver au niveau de l’émetteur TV (cette partie peut paraître longue et il n’y a pas de sentier coupant les virages). Au dernier virage à droite avant l’émetteur TV, prendre un sentier sur la gauche : d’abord peu visible il mène jusqu’en bordure de crête. Le suivre ensuite vers le sud jusqu’à la table d’orientation.

La table d’orientation n’est pas le sommet et il faudra revenir sur ses pas pour aboutir aux parages de l’émetteur qui marque le véritable sommet. Une fois passé les antennes disgracieuses, poursuivre la crête vers le Nord (sentier dans les nombreux buis). Profiter de la vue sur la Vallée du Rhône, le massif Central et le Vercors sud.

On finit par arriver au Pas de la Croix où l’on retrouve du balisage menant jusqu’au Pas du Buis. De là, on va emprunter un sentier à gauche dans ... les buis qui ramène à une crête après un passage en contrebas du petit sommet appelé Chalamet sur l’IGN.

Le sentier descend ensuite, attention à ne pas prendre les nombreuses directions à gauche et rester au maximum sur la ligne de crête. Le mieux est de suivre un balisage vert/jaune maintenant beaucoup plus présent. Si vous prenez à droite trop tôt cela vous amènera à un fond de vallon qui ramène par une petite route Combovin.

On passe un réservoir d’eau, les lieux-dits Combe Grand et le Château.

En arrivant en vue de la Tour de Barcelonne, prendre un sentier à droite qui descend sur le village de Combovin. Dans le village, prendre à droite pour retrouver le parking de départ.

Variantes

  • S’il vous reste des jambes après cette longue balade, vous pouvez aussi faire l’aller retour jusqu’à la Tour de Barcelonne.
  • On peut aussi continuer sur la crête jusqu’à la petite chapelle Sainte Marguerite où vous trouverez un sentier vous ramenant à Combovin.

Ces deux options vous demanderont un kilomètre de plus pour chacune.

Dernière modification : 16 mai 2018
La Grand’Dent (976 m)

A propos

Auteur de ce topo :

L'homme pressé est un homme déjà mort (proverbe Berbère).

Topo publié le 17 février 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (6).
  • par Le 18 février 2013 à 20h10

    Changement d’identité ou revendication d’identité :
    Perso, je continuerai à t’appeler Johnny !
    Et vive la Drôme !

  • par JohnnyLe 18 février 2013 à 20h28

    Pas de probléme Alain !
    D’autant que c’est mon vrai prénom.
    Non c’est juste par discrétion par rapport à des recherches directes sur le net.
    A bientôt.

  • par VéroniqueLe 4 avril 2014 à 13h16

    le passage que vous préconisez traverse des propriétés privées, sur les crêtes là où il n’y a PAS de sentier.
    merci de respecter les parcs pour animaux et suivre les sentiers balisés.

  • par Le 4 avril 2014 à 15h41

    Vous avez raison Véronique ! Les randonneurs pourraient user la crête.

  • par JohnnyLe 4 avril 2014 à 16h33

    Droit de réponse :
    Bonjour (oui, on commence par là en principe)
    Remarques à propos du terrain :
    Je me permets de vous faire remarquer qu’IL Y A un sentier (sentier sans doute tracé par les bergers et autres animaux en pâture), je n’ai pas parlé de passage "sanglier".
    D’autre part et toujours sur le terrain RIEN ne matérialise le fait d’être sur une propriété privée.
    Je me permets également de vous faire remarquer que j’ai précisé d’éviter les périodes d’estive, ce qui témoigne pour le moins d’une attitude respectueuse de ma part par rapport à l’activité pastorale.
    D’un point de vue déontologique, je constate à mon grand regret (je suis natif drômois) que ces positions et comportements extrêmes se constatent le plus souvent dans la Drôme et que cela risque à la longue de nuire non seulement à votre image, mais aussi à celle du département pour qui le tourisme reste un facteur essentiel.
    J’ai souvent pu discuter avec des bergers (et leurs patous qui sont à 80% subventionnés) ou des propriétaires de terrains en Isère ou dans les Hautes-Alpes sans que le randonneur soit considéré comme un élément nuisible pour l’activité pastorale.
    Enfin et juridiquement (voir la jurisprudence à ce propos) il est très difficile de faire admettre à un tribunal que le simple passage d’un piéton loin du lieu d’habitation constitue une violation caractérisée de la propriété privée.
    Je finirai en vous disant que nous savons en tant que randonneurs que nous traversons le plus souvent des propriétés privées et ce par le bon vouloir des propriétaires que je permets de remercier ici au nom de nous tous.
    Je vous remercie donc d’avoir pu traverser votre terrain, espère ne pas avoir commis de dégradations irréversibles et vous souhaite une bonne soirée.
    Je laisse le soin aux administrateurs du site de modifier mes écrits si ils le souhaitent pour clore cette polémique.

  • par Le 4 avril 2014 à 17h54

    C’est très bien dit Johnny et je soutiens totalement ton point de vue.

  • par MonCahierNatureLe 27 janvier 2015 à 22h48

    A éviter par enneigement conséquent : http://moncahiernature.over-blog.com/2015/01/lundi-26-janvier-2015-j-ai-raye-la-raye.html
    Ça ne passe pas.

  • par JohnnyLe 28 janvier 2015 à 09h01

    Je suis allé voir tes photos et c’est parlant !
    Depuis l’été 2014 tout est bizarre d’un point de vue météo, après l’été pourri, c’est l’automne indien, puis l’automne diluvien, puis au début de l’hiver c’est le retour du printemps et maintenant c’est des tombereaux de neige. Je n’ose pas penser à quoi va ressembler le printemps.
    Cela dit, j’ai rarement vu de telles quantités de neige sur la Raye !
    Sympa ton blog.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !