Tentative à l’Ulu Dağ (2543m)

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
600m
Durée :
1 jour

Dominant la ville de Bursa, l'Ulu Dağ est la plus haute montagne de l'Ouest de la Turquie (2543m). – Auteur :

Accès

Station de ski de l’Ulu Dağ, l’une des rares de Turquie !
De Bursa, se rendre au quartier de Çekirge (quartier des thermes) et de là, suivre les panneaux marrons indiquant le Parc National de l’Ulu Dag (Ulu Dağ Milli Parkı). Suivre la route D575 (Bursa Ulu Dağ Yolu), passer la barrière du parc national (entrée payante) et continuer la route jusqu’à la station de ski de l’Ulu Dağ à 1. Oteller Bolgesi, où se situe le départ de la randonnée. Se garer dans le haut (panneau en bois indiquant Ulu Dağ, Zirve).
On peut aussi se garer à 2. Oteller Bolgesi quelques kilomètres plus loin (terminus de la route carrossable).

De Bursa, on peut également prendre le téléphérique de Sarıalan et de là un taxi jusqu’au départ).

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Caractéristiques

  • Distance : +21 km
  • Dénivelé : environ 700m
  • Altitude :
    • 1.Oteller Bolgesi : 1885m
    • Col : 2130m
    • Ancienne mine de Tungtène : 2130m
    • Plateau : 2435m
    • Sommet : 2543m

Notes

Ne pas s’aventurer sur le plateau si le temps n’est pas au grand beau. C’est archi-paumatoire ! Particularité de la région : en été, les fortes chaleurs sur la vallée de Bursa combinées à l’air humide venant de la Mer de Marmara toute proche créent un phénomène de brouillard très dense et fréquent sur le sommet qu’il est rare d’avoir la chance de le voir depuis Bursa (comme la nebbia en Italie).

Névés persistants sur le plateau jusqu’en début d’été. Autre difficulté, il n’y a pas de cartes du secteur !

Itinéraire

De 1.Oteller Bolgesi en haut de la station, repérer un vieux panneau en bois indiquant "Ulu Dağ". Prendre le large chemin qui court à flanc de montagne en direction de l’Est et le suivre longtemps (environ 5,12km) en négligeant les chemins et les pistes latérales. On arrive alors à un large col (2130m, haut de remontée mécanique), où l’on rejoint une piste. C’est la piste de desserte * de l’ancienne mine de Tungstène que l’on peut encore voir.

Si on part de 2.Oteller Bolgesi, suivre une mauvaise piste jusqu’à un ruisseau et le pied des télésièges. Monter alors hors sentier dans les pentes d’herbes jusqu’au col précédent, où l’on retrouve le sentier venant de 1.Oteller Bolgesi et la piste de desserte de la mine.*

* Cette piste part en fait de 2.Oteller Bolgesi. On peut la suivre au lieu de partir hors sentier, mais c’est très long.

Du col, suivre la piste un instant puis la quitter (sente) pour monter sur une croupe (Sud). On rejoint la piste plus haut dans un virage. Continuer de monter sur la piste jusqu’à un replat terrassé. On est en vue de l’ancienne mine abandonnée (wolfram=Tungstène). Ne pas poursuivre sur la piste qui se perd au-dessus de la mine, mais repérer au niveau de la plate-forme une sente qui monte dans la croupe en lacet et permet de gagner le plateau sommital par une faiblesse entre deux grandes barres rocheuses (malcommode), alt. environ 2430m.

Sur le plateau sommital, on retrouve une bonne sente et des cairns qu’il faut suivre au mieux. N’ayant pas été plus loin à cause du temps, le topo s’arrête à ce point.

Sachez qu’il est en théorie possible de descendre du sommet (Kartaltepe - 2543m) dans le versant Nord abrupt pour gagner les très beaux lacs de l’Ulu Dağ : Aynalı Göl (Lac miroir), Kara Göl (Lac Noir) et Kilimli Göl (Lac ???) et revenir sur l’ancienne mine. C’est une randonnée longue et assez exigeante.

Sortie du 26 Juin 2014

C’est mon 5e séjour en Turquie et mon 4e à Istanbul. En octobre 2008, nous avions visité Bursa sous des trombes d’eau et pas vu l’Ulu Dağ. Pourtant j’en rêve depuis mon premier séjour ! Après avoir déniché quelques topos en anglais et en turc, j’arrive à convaincre deux amis turcs de m’accompagner. D’Istanbul, nous prenons le ferry pour traverser la Mer de Marmara puis l’autoroute nous conduit rapidement à Bursa, très belle ville qui mérite plus qu’une visite rapide. Nous logeons dans le quartier très agréable de Çekirge. Le lendemain, départ de bon heure pour le parc national.

Nous choisissons de partir de 2.Oteller Bolgesi pour avoir moins de distance. Mauvaise idée ! Le hors sentier est assez usant malgré les milliers de fleurs qui couvrent les pentes. Quand nous arrivons à l’ancienne mine, il est déjà assez tard et le brouillard a accroché le sommet. Tant pis, nous poussons jusqu’au plateau pour voir ! C’est immense et couvert de fleurs ! Magnifique. Il faut cependant redescendre.

Dans la descente sous le télésiège, quelques pieds d’Orchis mascula en fin de floraison. Beaucoup plus foncés que ceux que l’on voit par chez nous ! Au bord du ruisseau dans le bas, des Dactylorhiza en tout début de floraison. On les identifiera plus tard comme étant probablement Dactylorhiza nieschalkiorum. Cool !

Descente dans la vallée par le belvédère. La brume qui a masqué la ville toute la journée se lève. Bursa s’étend à nos pieds et on réalise à quel point l’agglomération s’est développée de façon anarchique. C’est impressionnant.

Au final, une journée en demi-teinte. La station de ski est moche (bon c’est le lot de toutes les stations de ski, mais celle-ci est vraiment laide !). Pour le sommet, il faudra revenir... En revanche, jolie balade et une flore exceptionnelle. Le massif est d’ailleurs reconnu pour ça avec une flore de type alpin-iranien. J’ai essayé d’identifier les fleurs croisées, mais sans conviction ! Toute aide est la bienvenue.

Dernière modification : 16 mai 2018
Mont Hasan (3268m), Turquie

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 20 mars 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (3).
  • par Le 20 mars 2016 à 13h23

    Salut Yann. Bonne idée que ce deuxième topo en territoire turc. Un petit détail : il ne s’agit pas de (V)olfram, mais de (W)olfram (allemand Wolfrham : littéralement "bave de loup") d’où le symbole chimique "W".

  • par Le 20 mars 2016 à 15h42

    Merci hereme, rectif faite...

  • par Le 20 mars 2016 à 16h04

    Certes, mais en Turc, Tungstène se dit Volfram (de l’allemand j’en conviens).

  • par Le 20 mars 2016 à 16h40

    Simplement pour expliquer le symbole W, utilisé dans l’écriture symbolique internationale des formules chimiques, indépendamment des dénominations linguistiques (tungsteno italien, wolframio espagnol, volframas lituanien , ...).

  • par Le 20 mars 2016 à 16h42

    Ah ! Je propose de laisser le W ... peu parlent le Turc et le W = tungstène va sembler plus naturel à ceux qui sont un peu allés à l’école et nous aurons moins de remarques...
    Ceci dit, c’est beau et tu peux, via la page auteurs, prendre contact avec notre botaniste, 123Gravir, qui se fera un plaisir de réviser ses connaissances...

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !