Tête de l’Autaret (3021m) et Pelvat de Chabrière (3157m) - variante printanière

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1550m
Durée :
1 jour

Cette longue randonnée sublimée par la neige de printemps offre la possibilité de rafler deux sommets frontaliers dépassant les 3000m. Aux confins d'un des vallons les moins fréquentés du secteur, une nature intacte attend le globe-trotter avide d'espace sauvage. Il se peut même que le plaisir de la contemplation prenne le pas sur l'objectif de conquête. – Auteur :

Accès

À Saint-Paul-sur-Ubaye, prendre la D25 et remonter la vallée de l’Ubaye jusqu’au parking juste avant le hameau de Maljasset.

Précisions sur la difficulté

Précautions pour cette variante de printemps :

  • Niveau difficile en raison de la distance importante du parcours et d’une dénivelée non négligeable.
  • Au printemps, le couloir d’accès du sommet de la Tête de l’Autaret peut nécessiter l’usage des crampons et/ou du piolet (30/35°).
    Le final du Pelvat de Chabrière est encore plus raide (35/40°).
  • Le franchissement des torrents souvent gorgés d’eau à cette période de l’année peut être délicat.

Les infos essentielles

  • Cartographie :
    IGN TOP25 3538ET Aiguille de Chambeyron
    IGN TOP25 3637OT Mont Viso
    Si vous avez la chance de posséder les anciennes éditions de l’IGN, la 3638Ouest propose une découpe plus favorable du secteur.
  • Altitude de départ : 1900m
  • Altitude des points culminants :
    • La Brèche de l’Autaret (2913m)
    • La Tête de l’Autaret (3021m)
    • Le Pelvat de Chabrière (3157m)
  • Distance du parcours (A/R) : environ 23km
  • Dénivelée cumulée : environ 1550m
  • Balisage : GR de pays lorsque celui-ci est encore visible - aucun pour le final des deux sommets
  • Date de sortie : juin 2016

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Vers la Brèche de l’Autaret

Je n’ai probablement pas besoin de "faire l’article" pour quiconque s’est déjà aventuré dans le secteur. Pourtant, je recommande vivement ce périple printanier qui m’a particulièrement séduit.

Quitter le parking et traverser le hameau de Maljasset. Après les dernières maisons, se diriger vers l’église. Emprunter le chemin qui franchit l’Ubaye par un petit pont (1912m).

Prendre la direction du Vallon de Mary que l’on abandonne assez rapidement. Moins de 500 mètres après le pont précité, bifurquer à gauche (poteau indicateur - Col de l’Autaret).

Traverser le Ravin de l’Alpet en poursuivant au nord-est par un beau parcours en sous-bois.

De nombreux cervidés trouvent refuge au sein de cette magnifique forêt. Tout proche, j’observe l’un d’entre eux. Le regard fixe de l’animal trahit son inquiétude, et il ne tarde pas à détaler.

Sur le flanc de l’Alpet, l’itinéraire qui longe l’Ubaye atteint le Plan de Parouart (2054m).

Suivre le bord de la zone alluviale en lisière du bois (poteaux indicateurs).
Repiquer plus vigoureusement dans le sous-bois par quelques lacets en surplomb du Ravin de Chabrière.

Le sentier qui s’oriente au sud-est remonte en rive gauche du Ravin de Chabrière.

Au point coté 2221m, il est possible de changer de rive en traversant le torrent. Toutefois, une sente discrète permet de continuer du même côté jusqu’aux environs de l’altitude 2312m.

  • Attention : au retour on peut être tenté de descendre par la rive droite du torrent (itinéraire passant à proximité de la cabane "le Ga"). Hélas, une partie du sentier traversant des marnes sombres a complètement disparu, rendant très dangereux le passage en dévers.

Monter en direction de la Casse des Marchands (le sentier ne se dirige pas vers la Bergerie de Chabrière comme semble l’indiquer le tracé de la carte IGN).

Franchir un chaos constitué d’enchevêtrement de roches multicolores. Déboucher dans l’un des vallons les plus sauvages du massif.

Le Plan de Chabrière est une vaste zone plane traversée par l’impétueux torrent homonyme.

Vers 2700m, la pente se fait plus franche. Au beau milieu du champ de neige, j’entends le frémissement du torrent devenu invisible.
Atteindre la Brèche de l’Autaret (2913m).

Vers le Pelvat de Chabrière

De la Brèche, perdre une centaine de mètres avant de contourner les barres rocheuses.
Probablement soufflée par le vent, la pente que je découvre est dépourvue de neige.

Une montée sèche dans un pierrier délité permet d’atteindre le sommet convoité. Sans l’appréhension du vide, il est préférable de passer au plus près des barres rocheuses.

Un peu plus de 300 mètres de pentes raides et le premier sommet est gravi ! Le Pelvat de Chabrière (3157m).

Le vent emporte dans sa tourmente les volutes nuageuses.
L’air y est vif ; la vue époustouflante !

Je reconnais un nombre invraisemblable de cimes tout azimut.
Seuls quelques pics italiens font de la résistance en échappant à l’identification.

Pour la descente, récupérer la même pente en évitant cette fois de traverser les zones de dalles.

  • Attention, si l’on a pour projet de boucler par le Vallon de la Bouteille, le passage de la brèche (point coté 3123m) n’est pas facile à trouver dans le sens de la descente.

Vers la Tête de l’Autaret

Une fois redescendu, gagner le pied de la face ouest de la Tête de l’Autaret. Il ne reste plus qu’à gravir le versant schisteux avantageusement recouvert par la neige.

On atteint la crête entre le point 2931m et le sommet.

La Tête de l’Autaret (3021m) mérite ce petit supplément d’effort !

Retour par le même itinéraire

Dernière modification : 16 mai 2018
Tête de Malacoste (3216m) - Tête de Gandin (3155m)

A propos

Auteur de ce topo :

Marcher en montagne : "je suis bien là, où je me dois d'être. C'était la question cruciale de la vie. La plus simple et la plus négligée." Sylvain Tesson

Topo publié le 21 juin 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (3).
  • par Le 21 juin 2016 à 20h05

    C’est vrai que l’on a envie de s’aventurer dans ce vallon !

  • par Le 21 juin 2016 à 23h59

    Tu n’oublies pas le Tavel et le saucisson...
    https://www.altituderando.com/sortie1424

  • par Le 22 juin 2016 à 16h59

    Pour le tavel tout dépend du porteur ! Maintenant une bonne bière restée au frais au retour fait l’affaire.

  • par Le 26 juin 2016 à 11h14

    Photos magnifiques ! ceci me rappelle d’excellents souvenirs, merci !

  • par Le 27 juin 2016 à 10h25

    J’y retournerai sans doute car il y a quelques cimes qui m’ont paru dignes d’intérêt. J’avais vu ton topo avant d’y aller et je pense que ces ensembles de vallons pierreux sont encore plus sympas à découvrir au printemps.
    S’il est assez fréquent que je me retrouve seul sur un sommet, c’est quand même beaucoup plus rare de parcourir 23km sans croiser âme qui vive !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !